Best Of Référencement naturel — 02 mai 2014 — 18 commentaires
Comment se prémunir contre les mises à jour Google et sauver son ranking

Demandez à un groupe de 10 référenceurs s’ils craignent la prochaine mise à jour Google et vous serez surpris de voir leur réaction. Je le sais parce que j’étais dans le même cas. D’un coté tout le monde essaie de se référencer le mieux possible et de l’autre on essaie de ne pas tomber sous le coup d’une prochaine mise à jour de l’algorithme Google…

Le casse tête parait insolvable et pourtant tout n’est pas perdu. Je vous révèle ma solution pour ne pas perdre son classement dans cet article.

Apprenez à ne plus vous soucier des mise à jour Google

Pour commencer laissez-moi vous raconter une petite histoire.

Alex est référenceur depuis quelques années et un nouveau client vient de lui confier son site. La compétition sur les mots clés semble faible et Alex sûr de lui se met au travail avec enthousiasme. Les premiers résultats arrivent rapidement mais Alex ne s’emballe pas parce qu’il sait que rien n’est gagné. Il continue en faisant attention à son profil de liens, aux ancres et au rythme de création de ces liens.

Le site continue de monter dans les résultats jusqu’au jour où tout s’écroule. Google à un nouvel animal de compagnie. Les règles ont changé. Le profil de liens du site d’Alex ne correspond plus aux standards de Big G.

Êtes-vous prêt à affronter la prochaine mise à jour ?

Alex, anéanti, doit tout revoir. Corriger la répartition, supprimer des liens, modifier des ancres en contactant les propriétaires des sites un par un pour les dizaines de domaines référents. Un long travail l’attend.

Cette histoire fictive s’est produite pour de nombreux référenceurs et arrivera encore. À chaque fois qu’une modification de l’algorithme Google est lancée, vous craignez pour vos sites et si vous n’agissez pas maintenant vous en serez la victime.

Devenez le maître de vos backlinks pour éviter toutes les prochaines pénalités

Devoir corriger un profil de backlinks est un processus long et difficile. Pour éviter cette galère il vous faut un pare-feu, une zone tampon qui protège votre site et que vous maitrisez totalement. J’appelle cela un réseau de sites privés.

Un réseau consiste en un ensemble de sites qui vous appartiennent et sur lesquels vous allez ajouter les liens vers les pages que vous voulez booster. On sait que Google observe les ancres des liens pour connaitre le sujet d’une page mais il regarde aussi le contexte du lien. Plus il est pertinent et plus le lien aura de la valeur.

Avec des sites privés vous choisissez vous même le contexte pour qu’il soit en relation avec la page ciblée. C’est le même principe que lorsque vous écrivez un article invité sauf que vous publiez sur un de vos sites et avez donc une liberté totale.

Google contrôle également la sur-optimisation des ancres mais on ne sait pas en définir une limite.

couronne google

Imaginez que suite à une mise à jour de Google votre site soit classé comme sur-optimisé et que vous avez créé des liens depuis votre réseau. Plutôt que de contacter les propriétaires des sites où sont vos liens en leur demandant de les modifier ou d’utiliser l’outil Disavow Link Tool de Google, vous allez modifier immédiatement vos ancres sur vos sites privés. Peut-être même les supprimer si nécessaire et récupérer votre classement plus vite que ce que vous pourriez imaginer sans votre réseau.

Sur la même idée on sait que la diversification du type de lien joue un rôle important. Les liens textes sont majoritaires mais avoir des liens sur des images, des fichiers PDF ou autres est plus facile si vous bénéficier de vos propres sites.

Le dernier avantage d’un réseau de site c’est que ce n’est pas un one-shot.

La création d’un réseau de sites prend du temps mais une fois que vous l’avez-vous pouvez l’utiliser pour créer autant de liens que vous voulez et contrôler le profil de vos sites.

Vous créez le réseau une fois et en profiter des dizaines voire des centaines de fois.

Comment créer un réseau de sites privés ?

Il existe deux types de réseaux suivant les sites qui le composent. Je distingue :

  • Les mini réseaux de sites web 2.0 ;
  • Les réseaux de noms de domaines expirés.

Les réseaux de sites web 2.0 pour un réseau gratuit

Un site web 2.0 est un site qui permet aux utilisateurs de créer leur propre contenu, je ne vous apprends rien. Ce qui est intéressant c’est que la plupart le font gratuitement.

Voici quelques sites que j’utilise :

  • WordPress.com ;
  • Blogspot ;
  • Tumblr ;
  • Blog.com ;
  • Squidoo.

Chacun de ces sites vous permet de poster des articles sous la forme d’un blog ou d’une page thématique. Ces sites ont énormément d’autorité aux yeux de Google. Des liens de leur part est donc un bon départ pour le site que vous voulez référencer. Une fois que vous avez créé votre partie privée il est à votre charge de rendre les articles pertinents et d’insérer votre lien.

L’inconvénient de ces sites gratuits est que vous n’en récupérez évidemment qu’une petite partie de leur autorité. Finalement ces sites 2.0 sont un excellent moyen pour débuter une campagne sans débourser un centime.

Si vous avez un budget plus important le meilleur moyen est de passer au niveau supérieur.

Les réseaux noms de domaines expirés pour un réseau ultra puissant

Certains noms de domaines ont été utilisés pour créer un site puis laissés à l’abandon. Cependant un nom de domaine conserve son autorité même après son expiration.

Le principe est de récupérer des noms de domaines expirés et disposant d’une autorité importante puis de placer un site tout neuf dessus. Sur ce site on peut publier le contenu que l’on souhaite avec les liens vers nos propres sites.

La difficulté de cette stratégie est de dénicher les bons domaines avant les autres. Il y en a beaucoup mais les vraies pépites ne restent pas disponibles longtemps.

Le nom de domaine doit posséder une autorité importante, un profil de liens sans spam et ne pas être sous le coup d’une pénalité Google.

Je ne m’attarde pas plus sur la recherche de domaines car c’est un sujet qui mérite plusieurs articles à lui tout seul.

Les noms de domaines expirés intéressants coûtent généralement plus cher qu’un domaine vierge. Certains sont disponibles aux enchères ou en achat direct mais compter plusieurs dizaines d’euros pour un domaine moyen à plusieurs centaines pour un excellent domaine.

À ce prix-là il vaut mieux le rentabiliser et faire des liens vers plusieurs de vos sites. En contrepartie vous récupérez toute l’autorité du site.

Réseau de site

J’imagine qu’à ce stade vous vous demandez de combien de sites vous allez avoir besoin. Et bien comme souvent ça dépend. Ça dépend de la compétition dans votre niche. Si elle est suffisamment faible moins 10 liens de votre réseau privé peuvent suffirent pour être en première page. Si elle est élevée il vous en faudra peut-être une vingtaine.

L’investissement peut sembler important mais les résultats sont vraiment excellents. Pour rendre plus abordable le coût total vous pouvez construire votre réseau en ajoutant les sites un par un. Cela a un second avantage qui est de ne pas mettre les liens vers votre site tous en même temps. Cela paraîtra plus naturel aux yeux de Google et vous évitera une pénalité qui ruinerait vos efforts.

Comment ajouter les liens sur un site privé ?

Une fois un site privé mis en ligne, il faut que le site paraisse plausible. C’est à dire qu’un visiteur égaré ne s’aperçoive pas que le site n’a pour seul but que de fournir des liens. Vous ne pouvez donc pas mettre vos liens dans une sidebar sans fournir de contenu.

Pour qu’un site ai l’air réel je vous conseille de créer au minimum une page « A propos » et trois articles.

Par la suite chaque lien que vous voudrez ajouter fera l’objet d’un nouvel article. Cela permet de garder le site mis à jour et de rendre le lien plus pertinent.

Les articles doivent être écrits dans un langage compréhensible et ne doivent pas contenir que des liens vers vos sites. Ajoutez des liens vers des sites d’autorité comme Wikipedia, Le Monde, Facebook, Youtube etc… Cela donnera un air plus naturel et légitime au site.

Sur la même idée vous pouvez ajouter un article de temps en temps sans lien vers vos sites. Les liens qui sont sur la page d’accueil ont plus de poids que ceux qui sont dans des pages profondes donc j’y mets les articles complets et pas seulement un résumé.

Si vous construisez un réseau de plusieurs sites, veillez à ce qu’ils soient suffisamment différents les uns des autres, à la fois sur le contenu, le thème et les outils rattachés. Si vous voulez que Google ne s’aperçoive pas que vous les possédez tous, ne les rattachez pas à un même compte Google Analytics ou Webmaster Tool. D’ailleurs ce ne sont pas des sites qui ont vocation à être visités donc je n’installe aucun de ces outils.

Les réseaux de sites sont l’outil le plus puissant du référenceur de 2014

Un réseau de site privé est le meilleur moyen pour contrôler son référencement. Vous avez ainsi la main sur des liens chargés d’autorité beaucoup plus facilement que si vous deviez convaincre un autre site de citer votre page.

Un réseau prend du temps à mettre en place mais les effets sont visibles très rapidement. Il est aussi possible d’utiliser le réseau de quelqu’un d’autre mais les bons réseaux sont difficiles à dénicher.

Certains référenceurs n’utilisent que ça mais je préfère conserver quelques liens habituels sur des annuaires ou des blogs car cela contribue à la diversification du profil.

Les réseaux de sites privés sont une pratique assez secrète et peu documentée mais bien que beaucoup de monde l’utilise.

Avez-vous déjà utilisé un réseau de sites ou envisagez-vous d’en construire un ?

Articles similaires

L'auteur

Sylvain Zuchiatti

Passionné par le marketing internet, j'ai développé une méthode de monétisation de site avec l'affiliation Amazon spécialement conçue pour ceux qui ont un emploi et manquent de temps. Retrouvez toutes les astuces de la méthode sur mon blog.

 

18 Commentaires

  1. Salut Sylvain,

    Je ne sais pas si tu as vu ce que John Muller avait répondu sur le forum officiel de Google.
    Je te redonne le lien : https://productforums.google.com/d/msg/webmasters/kA_nnAamv9E/iT58yTylO1UJ

    En gros, Google ne tient plus compte des liens des web 2.0. Je pense donc que la stratégie de faire une zone tampon de ces sites est également risqué au long terme. Même si actuellement les liens passent encore sans trop de soucis…

    Qu’en penses-tu ?

    • Bonjour,

      Le fait que des sites Web 2.0 créent des liens vers d’autres sites est tout à fait naturel, Google ne peut en aucun cas pénaliser cela.
      En revanche ce qui n’est pas naturel c’est
      1. De n’avoir que ceux là,
      2. En avoir des centaines.
      Je précise bien que je ne parle pas ici de la création de centaines de liens provenant de sites 2.0 quelconques, mais de ceux que vous avez crée.

      L’avantage d’un réseau comme celui ci c’es justement que si vous pensez être pénalisé à cause d’eux, vous les enlever.

      Le pire qu’il puisse arriver c’est que Google modifie son algorithme et qu’ils deviennent inefficaces mais cela ne pénalisera jamais les sites liés.
      Si Google faisait cela, il détruirait complètement le principe des liens. Comment empecher des sites web 2.0 de faire des liens légitimes vers une page qui vaut le coup?

      Il faut faire attention à ce qu’ils disent du coté de Google. Comme lorsqu’ils parlent de pénaliser les articles invités.

  2. Connaissant Google, cette technique de réseaux de sites web s’avère plutôt risquée au long terme. Google pourrait découvrir que vous avez mis en place un réseau de sites pour pouvoir placer quelques backlinks par ci par là. Le problème, c’est que cela ne semble pas très naturel si des mêmes liens se retrouvent à chaque fois sur des mêmes sites . C’est l’ensemble du réseau qui pourrait être pénalisé.

    • Bonjour Stéphane,

      Effectivement le plus grand risque est que Google repère le réseau. Pour cela il y des précautions à prendre lors de la création:
      IP différentes (au moins au niveau du bloc C),
      hébergeur,
      thème du site,
      extensions utilisées,
      articles,
      liens…

      Par contre je ne suis pas d’accord sur le type de liens. Je ne conseille absolument pas de créer le même lien à chaque fois. Comme lorsqu’on crée des liens sur d’autres sites, il faut varier les ancres de la même façon pour éviter la suroptimisation.

  3. Bonjour,

    Cette technique m’intéresse mais je reste perplexe à deux niveaux.

    1- Si les sites du réseaux en web 2.0 ont pour seule vocation d’avoir des liens pour tes sites, comment peuvent-ils être de qualité ? le site est nouveau, il n’apporte rien aux internautes, le contenu est pauvre, les visites sont faibles, le taux de rebond doit être extrêmement élevé… enfin tant d’indicateurs de mauvaise qualité pour Google ?
    2- Doit-on créer des sites ou acheter des noms de domaine de manière régulière ou la création d’un réseau à un instant T suffit ?
    Parce-que une fois que nous avons créer notre dizaine de sites et que nous avons fait 1 voire 2 liens vers nos sites principaux (étant donné que l’idéal est d’avoir un lien / nom de domaine) que fait-on de notre réseaux ? Et comment continuons nous notre stratégie de net linking pour nos sites principaux.

    • Bonjour,

      1. Comme vous le dites les sites web 2.0 n’ont que pour vocation à fournir un lien. Il n’y a pas de visiteurs dessus. La valeur de ces sites provient de l’autorité du domaine sur lequel le site réside. Les caractéristiques du site en terme de visites sont très négligeables devant celles du nom de domaine.
      En revanche, le contenu doit être naturel pour passer le test d’un controle manuel.

      2. On peut tout à fait créer les sites d’un réseau tous en même temps. Par contre cela coute cher/prend du temps et l’apparition de liens espacés dans le temps est plus naturel. C’est moins important si l’on parle de dix ou même 100 liens mais si 5000 liens apparaissent en même temps puis plus rien lors des mois suivants, c’est plus louche.

      Concernant le rapport lien/nom de domaine, je vais appeler les sites privés par P1, P2, … et les sites monétisés par M1, M2,…
      L’idéal est d’avoir un lien unique de P1 vers M1, puis un lien de P2 vers M1 pour améliorer le référencement du site M1.
      Mais si l’on ne créait qu’un seul lien sur P1 ce serait extrêmement couteux. Donc on peut ajouter un lien de P1 vers M2, puis un autre vers M3. et ainsi de suite.
      Chaque site monétisé a un lien de chaque site privé, et chaque site privé envoie un lien vers chaque site monétisé.
      Pour une apparence plus naturelle, les sites privés contiennent aussi des liens vers d’autres sites qui ne vous appartiennent pas comme Wikipedia par exemple.

      J’attire votre attention sur le fait que ce serait l’idéal mais pour paraitre plus naturel, il est préférable que tous les sites privés ne contiennent pas un lien vers tous les sites monétisés mais seulement vers une partie d’entre eux. Sinon les deux ensembles sont en vase clos et cela est suspect.

  4. Article intéressant dans son ensemble mais ta proposition de réseaux de sites privés est une bombe à retardement qui est à l’antipode de l’objet même de ton article. Héberger les domaines sous des IP et Class C différentes ne résout en rien le problème. La valeur même d’un backlink dépend de l’autorité du domaine référent. Imagine un peu le temps et l’investissement qu’il faudra pour rendre pertinents les sites satellites créés. Pour faire court, il sert à rien de se référencer via une dizaine, voire une centaine de domaines à faible valeur ajoutée. Les temps sont révolus. Il vaut mieux investir aujourd’hui dans l’e-réputation plutôt que dans l’acquisition de backlinks.

    • Bonjour Davydenko,

      Je suis d’accord avec toi sur le fait que l’efficacité d’un lien provient de deux choses: l’autorité du domaine et la pertinence de la page.

      Les réseaux de sites tels que je les proposent possèdent les deux.
      Un réseau de sites 2.0 profite de l’autorité du domaine sur lequel ils sont comme blogger ou wordpress.com qui est juste phénoménale.
      Un réseau de site privé construit sur des noms de domaines expirés utilise l’autorité acquise par les domaines AVANT leur expiration. J’utilise des domaines avec des DA>25 pour lier directement mes sites monétisés.
      La valeur ajoutée de ces liens là est énorme.

      La pertinence est apportée par le contenu qui va être crée sur les sites du réseau.
      Sur chaque site (NDD expiré ou site 2.0) du nouveau contenu va être crée justement pour qu’il soit pertinent par rapport à la page ciblée. On parle du sujet que l’on décide et qui nous arrange.

      S’il y a un point important concernant la pertinence c’est l’ancre des liens existants sur le NDD expiré. Si les ancres sont spécifiques au site précédent les liens perdront de la valeur. En revanche si elles sont majoritairement sur le nom du site, donc pas sur son contenu, alors elles auront toujours la même valeur.

  5. Où vas tu pour trouver les noms de domaine expirés?

    • Je cherche les noms de domaines sur expireddomains.net puis je les analyse avec MajesticSEO.

  6. Bonjour,

    Cette stratégie est en effet employée par de nombreux référenceurs, mais je pense qu’elle doit être plus affinée et plus poussée afin de ne pas prendre trop de risques.
    Certains ont ainsi décidés de créer des annuaires et sites de CP privés et s’échangent des comptes auteur avec leurs amis respectifs afin de noyer un peu plus le poisson et de mélanger les réseaux, dans le but d’être le moins repérable possible.
    Qu’en penses-tu Sylvain?

    Cordialement,

    Bruno

    • Bonjour Bruno,

      L’intéret des sites privés c’est qu’ils ont chacun une personnalité propre. Lorsqu’ils sont visités ils ne ressemblent pas à des fermes à lien ce qui pénaliserait automatiquement le réseau. Je n’aime pas les annuaires pour cette raison.

      Les sites de CP peuvent éventuellement faire l’affaire mais un réseau de sites tels que je le conçois n’a pas vocation à être partagé avec beaucoup de personnes. Dans l’idéal tu n’est que le seul à l’utiliser. Plus le ratio nombre de liens / contenu augmente et moins c’est naturel et cela augmente les chances d’être pénalisé.
      Avec cela en tête je ne suis pas sur que les CP soient la meilleure solution.

      Tous mes sites sont sous la forme d’un blog, exactement comme webmarketing-com et ne comportent que peu de liens.

  7. Il faut se monter un petit réseau de site privé et limite de ne pas en parler ou partager de comptes privés enfin avec des personnes de confiance.

    Si tu ouvres des comptes auteurs à divers personnes sur les médias sociaux je crains que tout ton réseau de sites web peut tomber à l’eau en un rien de temps.

    Un exemple chez Korleon le pauvre j’ai mal pour son réseau de sites web => http://www.korleon.fr/vente-de-liens.html

  8. Moué,..
    Tant que l’animalerie n’est pas passée par là tu peux pas savoir.
    Commentaires en vrac :
    * Faire la promotion d’un réseau de site privés est de toute façon un plan qui est mort dès lors que les référenceurs ont commencé à en parler.

    *Les bons plans se gardent au chaud en général.
    * OK pour les NDD à bon PA.
    * Il faut vraiment être très bon pour tenter de cacher son réseau à GG. Les footprints sont toujours repérables, et si tu es un tant soi peu professionnel, tu as besoin de faire du reporting et donc de collecter les même données donc…

    Bon article, pas facile de trancher pour moi là dessus ( modestement, j’ai aussi mon réseau de sites je parle donc avec un peu d’expérience).

    Au final pour monétiser des sites OK, pour en faire son activité de référencement pour les clients, je suis moins convaincu. On travaille tellement pour les clients qu’on ne veut surtout pas perdre le bénéfice du temps passé sur chacun. Le travail de netlinking a toujours été, est, et sera toujours délicat puisqu’à l’aveugle.
    Merci pour la pertinence de l’article.

  9. En effet cette technique marchait très bien par le passé, mais depuis quelques temps j’emets quelques doutes sur l’efficacité de liens provenant de sites sans popularité, sans trafic, sans pouvoir SEO…

  10. Re : …il n’apporte rien aux internautes, le contenu est pauvre, les visites sont faibles, le taux de rebond doit être extrêmement élevé… enfin tant d’indicateurs de mauvaise qualité pour Google ?

    Je suis toujours étonné de lire que Google peut voir le trafic ou le taux de rebond de sites Web. D’accord pour ceux qui utilisent Google Analytics, pas du tout pour les autres qui ne l’utilisent pas? Et combien de sites utilisent GA?

    Par ailleurs, des liens référents, même s’ils ont peu d’autorité, peuvent favoriser le positionnement d’un site pour certains mots clés, Ce n’est qu’au final sur les SERPS

  11. Re : …il n’apporte rien aux internautes, le contenu est pauvre, les visites sont faibles, le taux de rebond doit être extrêmement élevé… enfin tant d’indicateurs de mauvaise qualité pour Google ?

    Je suis toujours étonné de lire que Google peut voir le trafic ou le taux de rebond de sites Web. D’accord pour ceux qui utilisent Google Analytics, pas du tout pour les autres qui ne l’utilisent pas? Et combien de sites utilisent GA?

    Par ailleurs, des liens référents, même s’ils ont peu d’autorité, peuvent favoriser le positionnement d’un site pour certains mots clés, Ce n’est qu’au final sur les SERPS

  12. Re : …il n’apporte rien aux internautes, le contenu est pauvre, les visites sont faibles, le taux de rebond doit être extrêmement élevé… enfin tant d’indicateurs de mauvaise qualité pour Google ?

    Je suis toujours étonné de lire que Google peut voir le trafic ou le taux de rebond de sites Web. D’accord pour ceux qui utilisent Google Analytics, pas du tout pour les autres qui ne l’utilisent pas? Et combien de sites utilisent GA?

    Par ailleurs, des liens référents, même s’ils ont peu d’autorité, peuvent favoriser le positionnement d’un site pour certains mots clés, Ce n’est qu’au final sur les SERPS que l’on pourra évaluer leurs retombées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>