Web Analytics — 14 avril 2014 — 3 commentaires
À quoi ça sert le Google URL builder?

Vous êtes dans le web ou les réseaux sociaux? Vous envisagez d’acheter ou d’échanger des espaces publicitaires? Vous avez peur de vous faire arnaquer? Ceci peut vous servir ! Et si vous avez l’habitude d’acheter des espaces mais que vous ne mesurez pas l’impact sur le trafic de votre site Internet – ou de celui de vos clients, il est temps de vous servir d’un outil comme celui-ci sous peine de passer pour un joyeux glandu auprès des gens pour qui vous bossez: ouf, j’y ai échappé de peu, je l’ai découvert avant eux…

Admettons que, par exemple, vous décidiez de placer deux banners publicitaires sur un site vers lequel conflue beaucoup de trafic contre écus sonnants et trébuchants. Ou que vous prenne l’idée saugrenue, à mon instar, de tester l’impact que peuvent avoir les nouveaux « showcases » sur Linked IN sur le trafic qui provient de ce réseau social vers votre site Internet. Ou encore que vous aimeriez connaître le trafic généré par un QR code dans une publicité « papier ». Comment allons-nous faire? Google Analytics, bien sûr! (si cette réponse ne vous est pas venue naturellement à l’esprit, passez votre chemin ou renseignez-vous, la suite n’est pas de votre niveau).

Mais comment différencier celui qui vient du 1er banner et du second? Et comment différencier le trafic qui vient du showcase ou d’un autre lien publié sur LinkedIn? Ou encore comment différencier le trafic direct de celui qui vient d’un QR code? On pourrait se référer aux Landing pages, me direz-vous, mais ce n’est pas encore assez précis… La solution? Construire une url qui sera ensuite identifiée comme étant le lien d’une campagne!

Google_builder_1

D’où l’intérêt de cet outil merveilleux fourni par Google, l’url builder. Vous y renseignerez bien sûr l’adresse url de destination (landing page), le nom de la campagne générale (produit), la source (site untel.com, journal machin) et le medium (il vous reste encore deux champs pour différencier les pubs – « banner 1″ et « banner 2″, par exemple). Et hop! L’outil vous construit une URL qui enverra tous ces renseignements à Google analytics. C’est bien entendu cette url construite que vous devrez utiliser tantôt pour la banner1, la banner2, votre QR code ou celui que j’utiliserai sur mes showcases sur LinkedIn.

Dès le 1er passage sur cet url, votre campagne apparaîtra dans la partie Acquisition/Campagne de votre Google Analytics et vous pourrez ainsi mesurer précisément l’impact de chacun de vos efforts en matière d’attraction de trafic vers votre site Internet, payants ou pas.

Elle est pas belle, la vie?

Google_builder_2

 

Articles similaires

L'auteur

Mathieu Cavillot

Gradué en Com’ et en Infographie-Web, actuellement Social Media Manager pour la Wallonie. Neo-blogger passionné de Com’ 2.0 et de séries télés complètement drogué au chocolat.

 

3 Commentaires

  1. Excellent et bien pensé,
    Merci pour l’explication (y)

  2. Pour un peu plus d’infos j’avais rédigé un blog sur le même thème

    http://www.limber.io/utiliser-les-parametres-utm-de-google-analytics-pour-tracker-vos-campagnes/

  3. Salut
    L’article est bien. « QR code » j’ai vu ce que c’était, par contre « showcase » là j’ai pas trop compris.
    Y-a-t’il un moyen de savoir quelle est la provenance des visiteurs qui achètent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>