Community management - 5 étapes pour mettre en place une stratégie de community management à l’international - 2 mai 2018

5 étapes pour mettre en place une stratégie de community management à l’international

5 étapes pour mettre en place une stratégie de community management à l'international
Sylvain Lembert Fondateur Webmarketing & co'm

Vous cherchez à développer votre visibilité à l’international ? Bonne nouvelle : les réseaux sociaux sont une excellente opportunité de rayonner au-delà des frontières. Aujourd’hui, je vous propose de voir ensemble 5 étapes pour mettre en place une stratégie de community management à l’international. 

1 : Poser sa stratégie

Avant de foncer tête baissée sur l’animation de votre page Facebook ou d’autres plateformes sociales, prenez le temps de bien poser noir sur blanc votre stratégie. Et au cas où, je rappelle que ce conseil est valable quelque soit la situation, internationale ou pas 🙂

Quels sont vos cibles ? Réfléchissez bien à vos cibles car elles seront déterminantes dans le choix des réseaux sociaux à privilégier. Mettez en place des personas pour chacune de vos cibles. L’idée est de connaitre parfaitement les personnes à qui vous vous adressez pour concevoir les messages en fonction.

Attention, selon les pays, les personas pourront être complétement différents. Veillez donc à lister les pays sur lesquels vous souhaitez communiquer, puis réfléchissez aux personas de façon indépendante, pays par pays. (Pour plus d’infos sur les personas, vous pouvez lire nos articles « Comment identifier vos personas et générer plus de ventes » et « Content marketing : et si l’on passait aux reader persona ? »).

Ensuite, déterminez votre objectif éditorial et commercial pour chacun de vos personas.

Conseil : Pour cette première étape, soyez pragmatique ! Pas besoin d’un document de 50 pages de stratégies que personne ne lira, 2/3 pages résumant les points clés feront amplement l’affaire 🙂

2 : Choisir les réseaux sociaux en fonction de ses personas et de leur pays

Vous avez vos personas, bravo ! Maintenant, vous allez devoir identifier les réseaux sociaux favoris de vos personas. Attention : prenez en compte les habitudes du pays cible. Si Facebook reste une valeur sûre dans de nombreux pays, ce réseau social reste peu populaire (voire censuré) dans d’autres pays. Par exemple, le réseaux social le plus populaire dans les pays de l’Est est VKontakte. En Chine, c’est WeChat / QZone qui règnent en maître ! Une petite recherche sur Google devrait vous aider à y voir plus clair en fonction de votre marché cible 🙂

Attention à ne pas vous focaliser uniquement sur Facebook ! Selon la cible, il est quelque fois plus judicieux de concentrer ses efforts d’animation sur un réseau plus restreint mais où les échanges sont plus nombreux / riches. Tout dépendra de votre cible.

De même, en fonction du temps que vous avez à consacrer au community management, ne partez pas tête baissée sur l’ensemble des réseaux sociaux. Pensez qualité avant quantité 🙂

Conseil : Ne vous dispersez pas ! Préférez la qualité à la quantité. Mieux vaut animer un réseau social par persona de façon efficace et personnalisée plutôt que 10 réseaux de façon industrielle.

3 : Adapter sa charte éditoriale

Le contexte géographique (Intéressant : Lisez l’article de Clément Pellerin à ce sujet) et les habitudes locales vont grandement impacter votre charte éditoriale. D’un pays à l’autre, les habitudes ne vont pas être les mêmes. Pour une stratégie community management générant de l’engagement à l’international, il est indispensable d’adapter les contenus aux habitudes locales.

Vous devrez adapter le ton, la façon de vous adresser à vos abonnés, les sujets abordés, les marronniers différents d’un pays à l’autre… Il est indispensable de bien s’approprier les besoins locaux pour les intégrer dans sa charte. L’idéal étant d’avoir un community manager natif du pays cible dans votre équipe. Celui-ci saura adapter parfaitement le ton, le style et les contenus en fonction du pays.

Conseil : envisagez sérieusement d’avoir un community manager natif dans votre équipe, les résultats seront bien meilleurs. Si vous n’avez pas la possibilité de recruter, pourquoi pas faire appel à des sociétés spécialisées (Exemple : Beelingwa qui offre ce type de prestation)

4 : Adapter ses visuels et vidéos

De même, vos visuels et vidéos devront être adaptés aux attentes du pays. Selon le pays, les couleurs, les références culturels et contenus visuels / vidéos ne seront pas les mêmes. Pensez à vous nourrir des contenus locaux pour vous en inspirer.

Conseil : des outils pourront vous aider à réaliser des visuels et vidéos impactantes. Connaissez-vous Canva, Adobe Spark ou encore Animoto ? Allez jeter un œil à ces 3 outils si vous ne les connaissez pas encore 🙂

5 : Utiliser la publicité pour « attaquer » ses pays cibles

Si vous souhaitez bâtir une nouvelle communauté dans un pays qui n’est pas le vôtre, la publicité sociale sera votre meilleur atout. Pensez à réserver un budget publicitaire, notamment sur Facebook où la case publicité devient de plus en plus obligatoire.

L’avantage des publicités sociales étant que vous allez pouvoir cibler des personnes de façon précise en fonction bien sûr de leur pays cible mais aussi de leurs affinités et intérêt envers votre marque.

Si vous vous lancez sur un nouveau marché, vous devrez rebâtir une communauté. La publicité vous aider à recruter rapidement des profils qualifiés. Pensez-y !

Conseil : ne zappez pas les étapes stratégie et éditoriale. Avant de lancer vos publicités de recrutement, il est indispensable d’avoir une vue précise de ses personas pour créer des ciblages publicitaires performants.