Burn-out : comment surmonter l’épuisement professionnel ?

Aujourd’hui, la pression est omniprésente au sein des entreprises. Il est exigé des salariés qu’ils soient toujours plus performants, plus productifs. Ils sont donc plus stressés que jamais. L’épuisement professionnel atteint un nombre toujours croissant de personnes. Difficile pour celles-ci de le surmonter, quand chez la plupart d’entre elles, la maladie n’est détectée que lorsque les symptômes atteignent des niveaux très élevés, au-delà de leur seuil de tolérance…

Le burn-out en France en quelques chiffres

Le burn-out ou détresse psychologique est désormais classé comme étant une maladie professionnelle par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Pour les entreprises, il s’agit d’une charge supplémentaire qui pèse lourd sur leurs finances. Outre les soins qu’elles doivent prendre en charge, elles doivent également faire face à l’incapacité passagère ou permanente de leurs employés d’assumer leurs tâches ainsi qu’à leur remplacement.

Formation webmarketing

Alors que les employeurs ont du mal à détecter le burn-out chez leurs salariés, cette situation est pourtant plus grave qu’on le pense. En 2021, l’épuisement professionnel ou burn-out a touché 2 millions de salariés selon un sondage OpinionWay pour le cabinet Empreinte Humaine, réalisé en octobre 2021.

Mais ces chiffres ont fortement évolué début 2022, puisque le nombre de personnes en situation de burn-out sévère au sein des entreprises a atteint 2,5 millions au mois de mars, en France, ce qui représente 34 % de l’ensemble des salariés. Toujours d’après ce sondage, 63 %  des salariés dans le service des ressources humaines sont les plus touchés.  

Resumelab a également analysé le problème du syndrome d’épuisement professionnel au sein des entreprises en 2022. Les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Les symptômes à ne pas ignorer pour mieux détecter le burn-out

Le burn-out sévère ne survient pas à du jour au lendemain. Des signes précurseurs peuvent apparaître assez tôt, ce qui explique l’importance d’être à l’écoute de votre corps. Vous devez réagir dès l’instant où vous ressentez des signes inhabituels :

  • Forte fatigue ;
  • Trouble du sommeil ;
  • Douleurs lombaires ;
  • Tensions musculaires permanentes ;
  • Fortes migraines ;
  • Troubles digestifs…

Outre les signes physiques, des symptômes d’ordre psychique peuvent aussi se produire entre autres :

  • Des troubles de concentration ;
  • Un sentiment de tristesse profond ;
  • Une sensation de vide que rien n’arrive à combler.

Par ailleurs, il se peut que vous deveniez irritable et commenciez à vous isoler de vos collègues, au point de ne plus avoir de vie sociale au sein de l’entreprise, et à la longue à l’extérieur aussi.

Salarié ou employeur, comment lutter contre l’épuisement professionnel ?

On dit souvent  « Trouvez un emploi que vous aimez et vous ne travaillerez pas un seul jour de votre vie ». Mais cela est-il suffisant pour éviter le burn-out ?

La formation et la sensibilisation collective

L’employeur a son rôle à jouer dans la prévention du burn-out. Il faut tenir compte d’un paramètre important : les salariés les plus souvent touchés sont ceux qui sont  les plus investis au sein de l’entreprise et qui perdent soudain toute motivation et tout intérêt pour leur travail. L’employeur peut d’ores et déjà y déceler un signe. Mais bien avant l’apparition de ces alarmes, il est indispensable de mettre en place des séances d’information et de formation sur la prévention collective des Risques PsychoSocio ou RPS.

Au cours de ces séances, le personnel est sensibilisé sur la question du burn-out. Il aura à sa disposition des outils pour en déceler les premiers signes, les risques psychiques et physiques qui en découlent ainsi que les mesures à prendre pour y faire face. Ces séances collectives leur permettront de se rendre compte que n’importe lequel d’entre eux peut en être victime.

La formation du manager aux techniques de gestion du temps et au PCM

Au sein de l’entreprise, le manager est lui-même un rouage de premier ordre. Un mauvais leadership peut effectivement conduire à l’épuisement du personnel. Si vous dirigez une entreprise, vous devez vous aussi bénéficier d’une formation pour apprendre à bien gérer le temps imparti au travail et celui destiné aux pauses indispensables pour une meilleure productivité, et une meilleure concentration. Une formation en Process Communication Model (PCM) en particulier permet d’adapter votre façon de communiquer en fonction de la personnalité de votre interlocuteur et de définir ainsi votre levier de motivation.

Il revient encore au manager de donner l’alerte lorsque vous constatez que les membres de votre équipe se désintéressent de leur travail, s’absentent plus souvent, se sentent tout le temps fatigués. Il convient au manager d’établir le dialogue pour trouver des solutions en équipe afin de résoudre le problème de manière concrète, comme soulager la personne concernée d’une partie de ses tâches, aménager ses horaires de travail ou tout simplement lui permettre de partir en congé. Il est en effet impératif de pousser le salarié à parler de son mal-être, de lui démontrer qu’il n’est pas le seul à en souffrir.

De manière plus générale, pour lutter contre l’épuisement professionnel, prenez du recul pour améliorer votre qualité de vie aussi bien professionnelle que personnelle. Pour la mise en place de formation et de séances d’information des salariés sur les sujets de la santé et de la sécurité, adoptez un management positif, et assurez un lien social au sein de l’entreprise.