Métier d'avenir sur internet : le top 10

Êtes-vous à la recherche d’un métier d’avenir sur internet ? Ce n’est pas un secret, cette espace offre de nombreuses opportunités. Nous vous présentons ici le top 10 des métiers les plus prometteurs sur Internet et qui offrent de l’évolution…

1. Copywriter

Copywriter

Le copywriter est également appelé rédacteur-concepteur ou rédacteur publicitaire. Son travail consiste à rédiger des textes à vertu publicitaire. Avec l’essor de l’e-commerce, les rédacteurs publicitaires sont de plus en plus sollicités.

Formation pour créer son organisme de formation

Plus concrètement, le rôle d’un copywriter est de mettre en valeur une marque, une entreprise, un produit ou encore un service via les textes qu’il écrit. Il aura accompli sa mission lorsque le copywriter convainc par exemple le lecteur à passer à l’achat.

Un copywriter peut se former sur le tas. Étant donné qu’il crée des textes, un copywriter doit avoir une bonne maitrise de la langue qu’il utilise ainsi que de la rédaction et plus particulièrement de la rédaction web. Bénéficier de compétences en matière de marketing digital serait également un atout. Le copywriter doit être capable de cerner les demandes de ses clients. Et bien évidemment, il doit maitriser les outils de l’informatique et de l’internet.

Le salaire d’un débutant tournera généralement autour de 1.600 euros bruts par mois. Cela peut atteindre les 3.800 à 5.000 euros après plusieurs années.

2. Chief Data Officer

Chief Data Officer

Le Chief Data Officer (CDO) est appelé directeur des données en français. Avec la création d’Internet et l’essor de la numérisation, vient le big data. Le big data est un terme qui désigne un volume de données important. Ces données peuvent être exploitées pour obtenir des informations et des renseignements stratégiques. Les entreprises exploitent le big data pour pouvoir optimiser son activité et ses rendements.

Le rôle d’un Chief Data Officer est de récolter et d’analyser ces données afin d’en tirer les informations les plus importantes. Ces informations pourront alors être exploitées par l’entreprise qui l’emploie.

Pour cela, le CDO doit tout d’abord maitriser les outils analytiques et de bases de données. Il doit également avoir une connaissance avancée de l’entreprise qui l’emploie ainsi que du secteur d’activité de cette entité. Le directeur des données doit également maitriser certains domaines tels que l’informatique, les statistiques, les mathématiques,…

S’agissant des formations, avoir un MBA en marketing digital, un diplôme d’ingénieur avec spécialisation big data figure parmi les divers parcours possibles. Pour pouvoir accéder à ce poste, il faudra tout de même acquérir de nombreuses expériences. Ainsi, le salaire d’un CDO variera entre 3500 à 5000 euros par mois.

3. UX Designer

UX Designer

Le « UX » du terme UX Designer est l’acronyme de « User Experience ». En français, cela signifie « Expérience Utilisateur ». Ainsi, l’UX Designer est le professionnel chargé d’appréhender et de mettre en place les éléments qui pourraient améliorer l’expérience utilisateur.

Le terme expérience utilisateur est très vaste. Il ne se limite pas uniquement à la notion d’ergonomie et d’utilisabilité. Le fait est qu’il s’étend également à l’impact émotionnel que peut ressentir l’utilisateur lors de l’utilisation d’un produit.

Lorsqu’il est axé sur l’Internet, l’UX Designer travaillera généralement pour améliorer l’expérience utilisateur d’un site web. Il ne se focalisera pas uniquement sur un seul élément, mais plutôt sur sa globalité. On peut par exemple citer l’aspect technique, l’interface et les diverses fonctionnalités. Cela peut même s’étendre aux contenus. L’objectif est que l’utilisateur soit totalement satisfait et ait envie de revenir visiter le site web.

Les missions de l’UX Designer sont donc plus ou moins larges. Ainsi, il devra maitriser diverses compétences telles que la programmation, le multimédia, les divers CMS,… Ce professionnel doit également disposer d’une certaine créativité ainsi que d’une capacité à analyser, à appréhender et à retranscrire les attentes des utilisateurs.

À noter tout de même qu’il n’y a pas encore de formation spécifique pour le métier d’UX Designer. Pour y accéder, il faudra notamment passer par les formations relatives au digital, à l’informatique, à l’infographie,… S’agissant du salaire, un débutant gagnera aux alentours de 25.000 euros bruts par an. Au fil des années, cela peut atteindre les 3000 à 3500 euros.

4. Growth Hacker

Growth Hacker

Le Growth Hacking est un terme qui désigne les techniques permettant de faire accroitre une organisation. De manière plus concrète, le rôle d’un growth hacker est de faire développer une entreprise (généralement les startups) en focalisant son action sur le digital. 

Le growth hacker aura par exemple à effectuer du référencement naturel, se servir de la programmation pour automatiser certaines tâches comme la récolte de renseignement, l’envoi de mails,… Il devra également réaliser des publicités en ligne, à faire accroitre la visibilité et l’e-réputation de son client sur les réseaux sociaux, à faire du copywriting,… Ainsi, le growth hacker doit maitriser de multiples compétences.

Comme la plupart des métiers d’avenir sur Internet, il n’y a pas encore de formations spécifiques de growth hacking. Pour l’instant, l’idéal est de s’orienter vers les formations en informatique et en marketing digital. S’agissant du salaire, un growth hacker junior touchera aux alentours de 35.000 euros brut par an tandis qu’un sénior peut toucher jusqu’à 50.000 euros par an.

5. Ingénieur cloud computing

Ingénieur cloud computing

La digitalisation est une étape indispensable de toutes entreprises modernes. Le cloud computing figure ainsi parmi l’une des conséquences de cette digitalisation. De manière simple, le cloud computing fait référence à l’utilisation de divers services informatiques proposés par des fournisseurs en passant par Internet.

De manière générale, l’ingénieur cloud computing est donc chargé de gérer la mise en place, le stockage et la sécurité des données de son entreprise sur les serveurs distants. Pour cela, l’ingénieur cloud computing doit avoir une maitrise avancée de l’informatique, des langages de programmation, de programmes et de logiciels divers. Ce métier s’adresse en principe aux titulaires d’un diplôme de niveau bac+5 en informatique avec une spécialisation réseaux, cloud computing,… En ce qui concerne le salaire, un débutant gagnera entre 2.700 à 3.600 euros bruts par mois.

6. Géomaticien

Géomaticien

Énergie, transport, urbanisme et aménagement du territoire, informatique et big data… Nombreux sont les secteurs pouvant nécessiter les compétences d’un géomaticien. Il est chargé de produire et d’analyser des données numériques décrivant le territoire et les caractéristiques géographiques qui constituent celui-ci. Ces données peuvent par exemple être utilisées pour suivre le déplacement des véhicules de transport en commun, cibler et localiser des clients dans le domaine marketing, améliorer la réalité augmentée,…

Le géomaticien doit donc maitriser l’analyse spatiale et statistique ainsi que la gestion de bases de données géographique. Un géomaticien doit éventuellement avoir une bonne maitrise des outils de l’informatique et d’Internet ainsi que dans de nombreux domaines d’activité.

Le BTS géomètre-topographe, le certificat de technicien géomètre ou encore les licences professionnelles en systèmes d’information géographique vous permettent d’accéder à ce métier. À ses débuts, un géomaticien gagnera entre 1.300 à 2.500 euros bruts par mois. Avec de l’expérience, ce salaire pourra augmenter jusqu’à 3.000 euros bruts.

7. Expert en cybersécurité

Expert en cybersécurité

Les données numériques sont des éléments précieux qu’il ne faut pas laisser à la portée de tous. L’expert en cybersécurité ou sécurité informatique est là pour les protéger et les préserver des pirates informatiques. Ce professionnel travaille généralement pour le compte d’une entité disposant d’un système informatique. C’est le cas par exemple des entreprises. Après avoir analysé le système informatique de son client, l’expert en cybersécurité propose des solutions pour le sécuriser. Il met ensuite en place les dispositifs de sécurité. Il veille régulièrement à l’efficacité de ces dispositifs et sera amené à effectuer d’éventuelles améliorations si nécessaire. 

Bien évidemment, ce professionnel dispose d’une connaissance avancée concernant les systèmes de sécurité informatique. Le métier d’expert en cybersécurité convient notamment aux diplômés des écoles d’ingénieur avec spécialisation en sécurité informatique. S’agissant du salaire, il varie selon le niveau de compétence. Le minimum tourne autour de 35.000 euros bruts par an. Il peut tout de même atteindre les 60.000 euros bruts par an après quelques années.

8. Ingénieur en intelligence artificielle

Ingénieur en intelligence artificielle

L’intelligence artificielle (IA) peut être définie comme étant l’ensemble des techniques permettant d’attribuer à la machine une intelligence proche de celle de l’humain et de ce fait, de réaliser certaines tâches de manière autonome.

L’IA peut être utilisée dans de nombreux domaines : jeu vidéo, santé, transport, traitement du langage… Le rôle de l’ingénieur en intelligence artificielle est chargé de créer un programme informatique permettant à une machine d’effectuer des tâches spécifiques de manière autonome. L’ingénieur en IA devrait donc disposer d’une connaissance avancée en programmation et en développement. Ce métier est ouvert aux niveaux bac+5 tels que le master informatique ou mathématique spécialisé en IA. Au début, un ingénieur IA pourra gagner entre 25.000 à 30.000 euros bruts par an. Au fil des années ce chiffre peut atteindre les 50.000 euros bruts par an.

9. Veilleur en e-réputation

Veilleur en e-réputation

Pour faire simple, l’e-réputation est la notoriété sur le net. Pour les entreprises, les personnalités, les marques et autres entités, il est très important de cultiver et d’améliorer cette e-réputation. Il constitue tout d’abord un indicateur de l’opinion qu’a les internautes par rapport à une entreprise, un produit, une marque… Dans le cadre commercial, l’e-réputation peut être le développement d’une entreprise.

Le rôle d’un veilleur en e-réputation est donc de conseiller son client sur les meilleurs moyens d’améliorer l’image de celui-ci, de sa marque ou de ses produits sur le WEB. Le veilleur en e-réputation pourra également être chargé de faire accroitre la visibilité de ce client. 

Ce métier s’adresse notamment aux sortants d’une école de communication ou de commerce. Les titulaires d’un master professionnel management, innovation de services et technologies de l’information et de la communication pourront parfaitement l’exercer. Le salaire moyen d’un veilleur en e-réputation tourne autour de 2.900 euros bruts par mois.

10. Data scientist

Data scientist

Le Data scientist est un expert chargé d’analyser et de tirer des informations provenant du Big Data de l’entreprise qui l’emploie. Ces informations devraient permettre à cette entreprise de prendre des décisions stratégiques. Pour cela, le data scientist est éventuellement mené à concevoir et à utiliser des algorithmes spécifiques. Il doit avoir une connaissance avancée en matière de statistique, bases de données et informatique. Il doit également donc avoir une bonne connaissance du secteur dans lequel évolue son entreprise.

Le métier de Data scientist s’adresse aux titulaires de Bac+4 ou Bac+5 en informatique, management, statistiques ou encore marketing. Le salaire varie entre 45.000 à 180.000 euros bruts par an en fonction de l’expérience.

Voir plus de métier sur internet ici: https://gerer-mon-budget.fr/gagner-de-largent/travailler-internet