Publicité Facebook : Voici comment diminuer le coût de vos campagnes

Le budget de la publicité Facebook, c’est le nerf de la guerre ! À l’heure où la concurrence se multiplie sur Facebook,  les prix augmentent également. En même temps, qui ne veut pas faire de la publicité sur une plateforme à plus de 2 milliards d’utilisateurs dans le monde ?

Parmi ces 2,5 milliards d’utilisateurs actifs par mois dans le monde, il y en a environ 35 millions qui résident en France. Vous en faites surement parti 🙂 A ce sujet, découvrez comment reprendre le contrôle de votre compte Facebook.

Formation Création et développement d'une activité de formation

Soit plus de la moitié de la population française !

Quand on sait que les enfants et les nouveau-nés sont comptabilisés dans le total de la population, on peut s’avancer et dire que quasiment toute la population française utilise Facebook.

Comme vous le voyez sur ce graphique, Facebook est le réseau social le plus utilisé chaque mois en France, et de loin !

C’est donc une opportunité à saisir pour toute entreprise.

En effet, Hootsuite estime le nombre de PME utilisant la publicité Facebook à 90 millions !

Plutôt colossal comme chiffre.

Cependant, vous n’allez pas laisser les autres conquérir tous vos clients sur le réseau social et attendre gentiment les bras croisés.

Pour vous, c’est hors de question !

“Pourquoi eux et pas moi ?”

Alors, vous vous lancez…

Le scénario le plus fréquent est celui-ci :

Vous avez une entreprise à faire tourner, et l’on vous a dit que vous devriez utiliser la publicité Facebook pour faire croître votre chiffre d’affaires.

On vous a également dit que c’était facile et rapide de créer une campagne sur Facebook, et qu’il suffit d’envoyer le budget en conséquence pour que les gens viennent sur votre site et achètent vos produits/services.

Vous mettez la main dans le cambouis et vous vous dites que, finalement, ce n’est pas trop compliqué de créer une publicité Facebook.

Sauf que…

Vous ne faites pas de ventes, aucun prospect ne s’inscrit à votre liste d’e-mails, ou bien vous dépensez une fortune pour de pauvres résultats…

Pas de quoi faire tourner une entreprise, mais plutôt vous ruiner !

Vous vous rendez compte que ce n’est pas tout à fait (loin de là) la réalité des choses lorsque l’on souhaite réussir sur la publicité Facebook ou sur d’autres réseaux comme Twitter.

Alors, je vais vous dire une chose :

Tant mieux.

Pourquoi tant de sadisme à voir les autres échouer ? 

Détrompez-vous, ce n’est pas ce que j’aime faire 🙂

La vérité n’est pas de savoir si la publicité Facebook est facile ou compliquée à utiliser.

C’est de comprendre comment elle fonctionne et de vouloir apprendre à la maîtriser avec brio. 

Parmi les utilisateurs de la publicité Facebook, il y a deux catégories de personnes :

  • Ceux qui sont “en quête de” ;
  • Ceux qui “attendent que”.

Et croyez-moi, il y a une énorme différence !

Je prends un exemple :

Vous, qui lisiez cet article, vous êtes une personne en quête de savoir, proactive.

Votre objectif est de comprendre pourquoi vos campagnes se font la malle, et qu’il y a peut-être quelque chose que vous auriez loupé.

Surtout, ce que vous ne voulez pas, c’est dépenser votre budget pub Facebook dans le vent et mettre la clé sous la porte.

Personne ne veut voir son projet enterré si rapidement…

Sinon que feriez-vous ici si la publicité Facebook était si facile et qu’il suffisait de créer une campagne et, hop, des ventes ?

Vous avez pris conscience que Facebook Ads n’était pas seulement un outil à l’interface ergonomique, et il est vrai avec un peu d’expérience, facilement maniable.

En donnant votre argent à Facebook sans résultats, vous avez compris que sans stratégies réfléchies et bien pensées, on se faisait littéralement plumer.

Vous voulez donc apprendre pour pouvoir performer sur la publicité Facebook, et ainsi potentiellement faire décoller votre entreprise.

Au contraire, une personne qui est dite “en attente” va créer une campagne Facebook Ads, juste parce qu’on lui a promis mont et merveilles et qu’il allait être riche, etc.

« Le seul truc, c’est qu’il faut prendre son mal en patience pour voir les résultats, mais ça va venir. Tu vas voir… »

Heureusement pour vous, votre présence ici fait que vous n’êtes pas (plus ?) dans cette catégorie.

La morale ici ?

Même si nombreux sont vos concurrents qui font de la publicité Facebook, il y en aura toujours qui seront dans la seconde catégorie.

Toujours.

Pour faire une analogie bien particulière, mais courante, les couples qui restent ensemble pendant des années, mais qui, au fond, se voilent la face sur l’état de leur relation.

Car ils sont “en attente de…(?)” au lieu d’être « en quête de » :

  • S’épanouir à nouveau ;
  • Raviver la flamme du premier mois ;
  • Rigoler ensemble ;
  • Plein d’autres choses…

Comme vous le voyez, même si le “en quête” ne garantit en rien sur le possible futur épanouissement de votre couple, il a le mérite d’être clairement défini et de pouvoir être solutionné en appliquant un certain nombre d’actions.

(Je passerai les détails, sinon, je vais devoir vous facturer le prix d’une consultation 😉 ! )

Si l’on revient sur la publicité Facebook, c’est pareil.

Plus concrètement, être « en attente » signifie “attendre que les ventes viennent passivement…”, tandis que pour réussir ses campagnes, il faut être “en quête” de toujours mieux : 

  • Comprendre qui est exactement son client idéal (buyer persona) ;
  • Cibler précisément son audience ;
  • Comprendre ses problèmes actuels ou ses envies ;
  • Anticiper ses futurs besoins ;
  • Savoir communiquer efficacement pour inciter à passer à l’action.

Et c’est seulement après cela que l’on peut prétendre parler du nombre de ventes, de la rentabilité et du pourquoi du comment !

C’est simple.

Si vous êtes bon pour faire les cinq points que je vous ai énumérés ci-dessus, la performance de vos publicités Facebook sera bien meilleure que beaucoup de vos concurrents.

Après cette courte introduction, je vais vous présenter comment appliquer ces 5 principes fondamentaux pour diminuer vos coûts publicitaires et, ainsi, augmenter votre ROI !

Commençons par le commencement.

1. Choisissez le bon objectif pour votre campagne

Forcément.

Si votre rêve est de devenir pianiste pour séduire en soirée, et que vous prenez un professeur de guitare, vous deviendrez bon à la gratte, mais ce n’était pas votre objectif initial.

Ndlr : Pour le coup, en jouant de la guitare, vous réussirez sûrement à atteindre votre VRAI objectif 😉 !

Avec la publicité Facebook, c’est pareil.

Si votre but est de générer des ventes, ne choisissez surtout pas l’objectif “Traffic”.

Vous pensez que c’est malin ? 

Pas du tout.

Facebook va faire exactement ce que vous lui avez demandé, à savoir ramener des visiteurs ciblés sur votre site.

Seulement, ces touristes ne seront pas là pour vous acheter des produits. Juste pour visiter, un peu comme si vous emmeniez votre famille à Montmartre.

Après, pourquoi pas une vente ?

C’est possible, mais ce n’est pas l’objectif de la campagne.

Demandez donc à Facebook exactement ce que vous voulez.

Pour rappel, voici comment se structure une campagne Facebook :

  • La campagne (“Campaign” en anglais) : C’est la première étape pour créer votre publicité Facebook. En effet, c’est ici que vous devez choisir l’objectif de votre campagne justement. 
  • L’ensemble de publicités (“Ad set” en anglais) : C’est à ce niveau que vous allez définir vos audiences, vos placements (endroits où afficher vos publicités) et votre budget.
  • Publicité (“Ad” en anglais) : Dernière étape. Ici, c’est la partie créative où vous allez justement créer les éléments relatifs à votre publicité, définir son format (image ou vidéo ?) ou encore, le texte accrocheur qui va inciter le prospect à cliquer. C’est ce que verront vos futurs clients dans leur fil d’actualité Facebook ou Instagram.

Illustrons cela avec un exemple :

Vous avez un site e-commerce et votre objectif est de réaliser des ventes.

Donc, vous devriez choisir l’objectif “Conversion”, au niveau de la campagne.

Cela indique à Facebook : 

“Trouve-moi les personnes qui sont prêtes à acheter mes produits !”

Par contre, si vous cherchez à obtenir de l’engagement comme des likes ou des mentions “J’aime” à votre page, choisissez l’objectif “Interaction”.

Même si en objectif « Conversion » vous obtiendrez sûrement de l’engagement sur votre page ou sur vos publications, vous paierez beaucoup moins cher le “coût par interaction”, à savoir un “like” à une publication, et vous en obtiendrez beaucoup plus, car la campagne est optimisée pour cet objectif.

L’objectif principal ici, et en réalité dans tout type de campagnes, est de diminuer un des indicateurs les plus importants à suivre dans toutes les plateformes d’acquisition de trafic, que ce soit Facebook Ads ou Google Ads :

Le coût par conversion !

Nous y reviendrons plus tard dans une section plus spécifique aux analyses des indicateurs.

Retenez ici que le principal but, c’est que l’objectif de votre campagne corrèle avec ce que vous voulez que vos prospects fassent comme action.

Il est facile de se tromper quand on ne connaît pas tous les objectifs que Facebook nous présente, et cela peut nous coûter du temps et de l’argent.

Au contraire, bien le définir fera l’effet inverse.

Conseils : Regardez la signification de chaque objectif de campagne afin de savoir lequel correspond au vôtre. 

2. Peaufiner votre ciblage

“Il est quasi impossible de vendre le meilleur rôti du monde à un végétarien aguerri, mais il est possible de vendre un rôti industriel médiocre à tout le monde.”

Pas la peine de vous expliquer pourquoi, c’est évident.

Mais ceci doit être vraiment ancré dans votre esprit :

Le ciblage est ce qu’il y a de plus important si vous voulez diminuer le coût de vos publicités Facebook !

Pourquoi ?

Simplement pour la raison évoquée ci-dessus.

Décortiquons quand même l’exemple, après tout, ça vaut la peine de comprendre le cheminement :

En résumé, c’est impossible de vendre de la viande à un végétarien, il n’en mange pas, cela ne lui procure aucune émotion. 

À part peut-être le dégoût.

Peu importe la qualité de votre produit, il préfèrera encore un marchand de tapis qui essaye de lui refourguer n’importe quoi d’autre que de la viande.

A contrario, la grande majorité des gens seront en mesure d’acheter un rôti en grande surface à la provenance douteuse, sans poser trop de questions.

Comprenez ceci :

Plus votre ciblage sera précis, moins Facebook devra travailler pour vous trouver les bonnes personnes, et donc, moins élevés seront vos CPC.

Vous pouvez tout à fait générer des ventes ou générer des prospects avec un ciblage moyen, comme pour le rôti “médiocre” qui se vend en supermarché, mais est-ce que ça sera la clientèle la plus rentable pour votre entreprise ?

Je ne pense pas.

Une solution ?

Ouvrir sa propre boucherie !

Il y aura certes moins de monde, mais je sais que les gens qui viendront dans ma boucherie ont beaucoup plus de chances de m’acheter un produit.

Avec le ciblage des audiences Facebook, c’est exactement la même chose.

Mieux vaut une audience un peu plus petite, mais plus qualifiée.

Ainsi, vous aidez Facebook à comprendre où chercher vos clients en mesure d’acheter un de vos produits, et donc, vos coûts publicitaires diminueront drastiquement.

Néanmoins, je préfère vous mettre en garde sur une chose qui est un peu contre-intuitive, notamment pour ceux qui ont fait de la publicité Facebook ces dernières années.

Depuis fin 2018, Facebook semblerait mieux apprécier les ensembles de publicités avec des audiences plus larges (disons 1 ou 2 millions de personnes), car cela permettrait au système de machine learning d’avoir plus de choix pour trouver les personnes susceptibles de réaliser les actions de votre choix.

Personnellement, j’ai remarqué que si vous démarrez votre activité avec un budget limité et un pixel tout neuf, mieux vaut cibler précisément, comme pour l’exemple de la boucherie.

A contrario, si vous avez les ressources nécessaires pour envoyer du budget et que votre pixel est déjà “chaud”, élargissez vos audiences.

En effet, cela évitera de saturer rapidement l’audience.

Pas de panique, je vais tout expliquer un peu plus loin… 

Conseils : Testez plusieurs intérêts, ciblez la clientèle de vos concurrents, segmentez vos audiences selon les critères qui vous sont propres, étudiez encore et encore…et re-testez ! 

La publicité Facebook vous offre, grâce à Facebook Insights, des possibilités incroyables de cibler précisément votre audience, alors soignez cette partie.

3. Soignez vos publicités Facebook

“Les gens ne connaissent pas forcément la qualité de votre produit, alors, donnez-leur une raison de cliquer sur votre publicité !”

À votre avis, pourquoi de plus en plus d’entreprises font-elles appel à des services externes pour concevoir des publicités de plus en plus attrayantes ?

Parce que ça vend !

La dure vérité est celle-ci :

Vous pouvez construire un business en étant excellent en marketing, et vendre un produit médiocre. Mais cela peut également être l’inverse, et du coup, vous ne vendez pas.

Je sais, c’est triste…

Vous passez des heures à peaufiner votre produit dans les moindres détails, mais malheureusement, vous ne savez pas le vendre.

Pourquoi les scientifiques ou les ingénieurs s’entourent-ils souvent de marketeurs pour vendre leur produit ?

Parce qu’ils savent mieux communiquer le “pourquoi vous devez acheter ce produit”.

Ce qui a fait le succès d’Apple, avant tout, c’est que les deux Steve (Wozniak et Jobs) étaient complémentaires.

Le premier, un génie de l’électronique timide et réservé, et le second, même s’il n’était pas un surdoué de l’électronique, était un visionnaire hors pair qui savait communiquer et actionner !

Ce n’est pas pour rien que, chaque année, Apple réussit à vendre une nouvelle fonctionnalité censée “révolutionner” votre expérience avec l’iPhone…

Personnellement, je trouve cela impressionnant.

Comment créer des publicités efficaces ?

Imaginez-vous à la place de votre prospect et comprenez ce qui pourrait vous inciter à cliquer sur une publicité en fonction de ce que vous recherchez.

  • Vous vendez des t-shirts

Pourquoi devrais-je acheter ce t-shirt ? Il est beau, design, je vais pouvoir impressionner mon entourage avec cet été ?

  • Vous vendez des prestations de services

Pourquoi une personne cliquerait-elle sur ma publicité et me contacterait-elle ? Quel est mon avantage concurrentiel ? Est-ce que cela me ferait plaisir de travailler avec moi ?

  • Vous souhaitez promouvoir un évènement

Pourquoi dois-je y aller ? Est-ce que la publicité m’a convaincu ? Les gens qui y vont m’intéressent-ils ?

Est-ce la vidéo ou l’image qui fonctionne le mieux ? De quelles couleurs doit-être mon bouton d’appel à l’action ?

Cette étude de Databox est intéressante. 

Elle a été menée auprès de 26 experts du marketing digital.

Qu’est ce qu’elle en a conclu ?

Déjà, 52% d’entre eux utilisent plus souvent la vidéo que les images. Et donc, les 48% restants l’inverse.

Équilibré en termes de possession (pour les fans du football !).

Mais l’écart se creuse quand on leur demande ce qui amène plus de clics sur les publicités.

La réponse est sans appel.

Alors bien sûr, j’ai également tendance à dire que la vidéo convertit mieux que l’image.

Mais ce n’est pas toujours le cas.

D’autres études, auprès d’un autre panel de personnes, diront l’inverse.

Ne faites pas d’a priori et testez.

Étudiez ses paramètres pour créer des publicités Facebook et confrontez-les à votre audience.

J’allais oublier de vous dire quelque chose de vraiment important. 

Lorsque vous décidez de changer d’audience sur une publicité, et que votre post a de l’engagement, n’en créez pas un nouveau !

Cela serait dommage d’avoir accumulé des milliers de likes, des partages et des commentaires et de ne plus l’utiliser…

En effet, les publicités avec de l’engagement sont beaucoup plus susceptibles d’être virales.

Le mieux est donc de continuer à l’utiliser, mais de changer l’audience.

J’ai fait cette erreur une fois, j’avais la rage.

Conseils : Là dessus, pas de secrets. Il faut tester ! Je vous recommande néanmoins de ne pas tester n’importe comment, mais de manière structurée et logique. D’où l’intérêt de bien connaître son audience. Mieux vous la connaîtrez, mieux vous serez en mesure de proposer une publicité qui pourra attirer leur attention.

4. Placements automatiques ou manuels ?

Un placement correspond à l’endroit où votre publicité va s’afficher, le plus célèbre étant le fil d’actualité (Facebook ou Instagram).

Mais il y en a d’autres qui peuvent être intéressants pour vous.

Comment choisir vos placements pour diminuer ses coûts publicitaires ?

Déjà, n’oubliez pas la différence entre diminuer ses coûts et augmenter son ROI.

Je peux très bien augmenter mes dépenses publicitaires, mais avoir un meilleur retour sur investissement.

Par exemple, je me doute que la publicité dans le fil d’actualité Facebook (ou Instagram) va me coûter cher !

Forcément, c’est l’endroit le plus consulté.

Mais, c’est aussi l’endroit où je peux vraiment faire en sorte que mes prospects cliquent et convertissent.

A contrario, la colonne de droite peut avoir un coût faible en termes de placement, mais cela ne me rapporte rien du tout.

Idem entre les ordinateurs et les téléphones mobiles, l’un peut être plus rentable que l’autre (ou les deux).

Le mieux reste encore de…

Tester !

Par défaut, Facebook fera le placement en automatique pour vous.

Personnellement, j’aime bien choisir mes placements, car je ne juge pas utile d’en laisser certains.

Mais nous obtenons également d’excellents résultats en placement automatique !

Après nos différents tests, je publierai un article pour vous donner le verdict…! 🙂

Dans un premier temps, je vous recommande le fil d’actualité, Messenger et pourquoi pas Instagram.

Conservez également tous les types d’appareils et revenez plus tard pour analyser les résultats.

5. Analysez les résultats grâce aux indicateurs pertinents

“On ne peut améliorer ce que l’on ne peut mesurer.”

Enfin, on y arrive !

C’est vrai que depuis tout à l’heure je vous ai dit de patienter…

On y est.

Le Business Manager de Facebook vous donne tout un tas d’indicateurs pour vous permettre de comprendre et d’analyser l’état de vos campagnes.

Seulement, certains d’entre eux devront particulièrement susciter votre plus grande vigilance.

Concentration !

  • Le premier, le plus évident, c’est le “Coût par Action” (abrégé CPA).

Il correspond au montant que vous devrez dépenser pour obtenir la conversion que vous avez définie dans vos objectifs de campagne. 

Par exemple, si vous aviez lancé une campagne “Interaction” dans le but de vous faire connaître et de récolter des “like” sur vos publications, votre CPA sera appelé “Coût par Interaction”. 

En gros, combien vous coûte un “like” obtenu (par exemple, 0,10€/like).

Si vous étiez en objectif “Trafic”, notre indicateur serait le CPC (coût par clic), car ce que l’on recherche, ce sont des personnes qui vont cliquer sur notre publicité pour atterrir sur notre site web.

Et bien sûr, en objectif conversion, cela serait le “Coût par Conversion”, comme un achat, un ajout au panier ou un prospect généré.

C’est simple.

Plus vous avez un coût par action bas, mieux c’est !

Qu’est-ce qui va déterminer ce CPA ?

Plusieurs facteurs entrent en jeu pour le déterminer.

Le CTR en est un.

Qu’est-ce que le CTR (Click trough rate en anglais) ?

Il correspond au taux du nombre de clics que vous obtenez par rapport aux impressions.

Plus il est élevé, mieux c’est.

Cela veut dire que les personnes qui voient vos annonces cliquent dessus, ce qui est un excellent indicateur de qualité pour l’algorithme Facebook !

Ainsi, il vous en remerciera et diminuera vos coûts publicitaires.

La répétition

Attention à celui-là !

Au début, je n’y prêtais pas tellement d’importance, mais j’ai finalement compris son importance quand j’ai subi une baisse considérable de mon taux de clic (et une augmentation de mon CPA…).

En fait, la répétition correspond à la moyenne du nombre de fois qu’une personne voit votre publicité.

Plus elle est élevée, plus ce n’est pas bon du tout !

Cela signifie que l’on voit votre annonce en boucle et ça peut lasser les gens.

Au final, il n’y a plus de clics et vos coûts montent en flèche.

Par exemple, une répétition à 1.70 signifie que 70% de votre audience a déjà vu, en moyenne, votre publicité au moins une fois.

Prêtez-y donc attention.

L’indice de pertinence

C’est un indicateur qui vous permet de savoir si votre publicité, selon Facebook, est pertinente pour le public que vous ciblez.

L’indicateur est compris entre 1 et 10.

« 1 » signifiant que la pertinence est jugée catastrophique, alors que « 10 », au contraire, montre que vos publicités Facebook sont en parfaite adéquation avec l’audience que vous cherchez à atteindre.

Évidemment, plus la note est élevée, moins vos publicités seront chères.

Plusieurs facteurs déterminent si vos annonces plairont éventuellement à votre audience cible comme, par exemple, les interactions avec celles-ci (partages, likes, commentaires…).

Mais l’on sait aussi que si vos annonces sont masquées par les utilisateurs, votre indice de pertinence risque de chuter !

Les impressions

Dans une moindre mesure, les impressions jouent également un rôle essentiel.

En effet, à défaut d’être trop grandes, si vos audiences sont trop petites, il y a un risque que vos publicités ne soient pas diffusées, tout simplement.

Même si cela ne sert à rien de vouloir toucher tout le monde, il faut que Facebook ait de la matière pour vous trouver des clients.

Comme je vous l’ai dit précédemment, le machine learning de Facebook est de plus en plus sophistiqué et, avec un pixel expérimenté, préfèrera les audiences larges pour pouvoir naviguer et trier les prospects les plus qualifiés.

L’objectif est donc de trouver un juste milieu, toujours défini selon l’avancée de votre activité et vos ressources.

Pour résumer

Après avoir démarré vos publicités Facebook, vous devriez passer du temps à analyser ces différentes métriques pour comprendre ce qui marche bien, et au contraire, ce qui pourrait être optimisé.

Souvent, lorsque l’on gère des campagnes Facebook, la finesse résulte à jauger les publicités qui ne fonctionnent pas bien, mais qui sont prometteuses, et celles qui ne fonctionnent pas et qui doivent être immédiatement coupées.

Il faut également réussir à savoir quand et comment augmenter le budget de ses publicités, sans pour autant dérégler l’optimisation de sa campagne.

Conseils : Si vos publicités fonctionnent bien, tant mieux. N’y touchez pas. Par contre, si le premier jour vous voyez que certaines ne marchent pas, ne paniquez pas ! En effet, il faut quand même un petit délai pour lancer la machine et que Facebook puisse trouver vos prospects.

6. Mettre en place le retargeting

Devrai-je dire que j’ai gardé le meilleur pour la fin ?

Peut-être !

En termes de diminuer ses coûts publicitaires, je pense que vous ferez une affaire.

Pourquoi ?

Pour la simple et bonne raison que vous ciblez uniquement les personnes qui ont déjà interagi avec votre entreprise.

Et ça change quoi ?

Que les chances qu’ils passent à l’action sont bien supérieures à celle d’un prospect provenant d’une audience froide.

Ndlr : Vous pouvez définir une audience froide comme étant un ensemble de personnes que vous ciblez qui vont vous découvrir via votre publicité.

Je pourrais faire un article entier sur le retargeting, tellement c’est important, mais sachez que si votre objectif est de réduire vos coûts de publicités Facebook et d’améliorer votre ROI, vous devez consacrer un budget important uniquement pour le retargeting.

On va dire 20, 25%.

Comme vous le savez, un visiteur achète très rarement un produit sur un site web dès la première visite.

L’objectif, ici, est de garder un rapport des actions qu’il a effectué sur votre site, grâce au pixel Facebook, pour pouvoir par la suite créer des audiences personnalisées.

Celles-ci permettront de créer des campagnes de retargeting précises, selon le comportement du visiteur.

Par exemple, vous vendez des chaussures de randonnée et votre prospect a consulté une paire en particulier, vous allez lui remontrer cette paire qui l’a tant fait saliver dans son fil d’actualité Facebook.

Plusieurs fois.

Jusqu’à ce qu’il l’achète.

C’est ça le principe du retargeting.

On estime à 7 le nombre de fois qu’un prospect doit être exposé à un message avant de devenir un client.

D’où l’importance de mettre en place le retargeting.

La plupart de vos campagnes les plus rentables seront celles-ci.

Conseils : Pour que vos campagnes de retargeting soient les plus efficaces possible, segmentez votre reciblage de façon à être le plus pertinent possible pour votre prospect. Cela peut être de différente manière. 

Par exemple, vous pouvez segmenter par niveau d’engagement. 

C’est-à-dire un prospect qui a déjà mis un produit au panier aura juste besoin qu’on lui rappelle de finaliser. 

Par contre, un prospect qui a seulement consulté une fiche produit aura peut-être besoin d’un “petit plus” supplémentaire pour l’inciter à convertir.

7. Éviter le chevauchement des audiences

C’est un point un peu plus subtil, mais auquel il faut vraiment porter attention.

Le chevauchement des audiences correspond au fait que vos différentes audiences ciblées dans vos ensembles de publicités peuvent se concurrencer !

Comment cela est-il possible ?

En fait, c’est tout simple.

Imaginons que vous cherchiez à générer des prospects, autrement dit “leads”, sur le marché de l’immobilier.

Votre objectif est de vendre vos formations pour aider les gens à investir dans l’immobilier locatif.

Au moment de définir vos audiences, vous allez retenir certains intérêts à cibler que vous jugerez pertinents.

Le problème est que certains de vos prospects vont se retrouver dans plusieurs de ces intérêts…

Eh oui.

Du coup, c’est comme si vous payez deux fois pour montrer la même chose, aux mêmes personnes mais avec deux ensembles de publicités différents. 

Et vu qu’elles sont en concurrences entre elles, vos coûts augmenteront.

Fort heureusement, Facebook nous a concocté un outil aux petits oignons pour veiller à ce que ça ne soit pas le cas :

Conclusion 

À travers cet article, vous avez pu voir que la publicité Facebook n’est pas aussi simple que l’on a pu vous le faire croire.

Certes, avec de l’expérience et la pratique, les automatismes viennent, mais la moindre négligence peut s’avérer vraiment fatale.

Surtout si votre budget est limité ! 

L’important pour diminuer ses coûts publicitaires, selon moi, se résume à optimiser les points ci-dessus.

Alors, bien sûr, il y a d’autres facteurs externes qui entrent en jeu et que vous ne pouvez pas maîtriser, comme le budget de vos concurrents.

Mais en jonglant avec ces différents éléments, vous avez de la marge pour créer des campagnes publicitaires Facebook rentables ;).
N’oubliez pas, vous pouvez désormais étudier la publicité de vos concurrents grâce à la Bibliothèque Publicitaire de Facebook !