Comment rédiger un email à froid puissant et efficace ?

Comme tout le monde, je reçois beaucoup d’emails non sollicités sur mon adresse email personnelle et professionnelle. C’est un phénomène quasi quotidien et j’en ignore environ 99 %. Les taux d’ouverture s’étalent entre 15 à 28 % pour ce type d’email, et parmi ces 15 à 18% qui ouvrent l’email, seuls 16% y répondront…

Cela signifie que si vous envoyez un email à 100 personnes, vous vous en sortirez très bien si deux personnes y répondent.

Formation webmarketing

Cela ne veut pas dire pour autant que le marketing par email à froid doit être complètement délaissé.

Compte tenu des coûts liés à l’envoi d’emails non sollicités et du retour sur investissement potentiel, il s’agit toujours d’une stratégie essentielle et efficace pour générer de nouveaux clients.

Mais en sachant que les taux d’ouverture et de réponses sont si faibles, comment écrire un froid qui sera lu et auquel vous obtiendrez une réponse ?

L’objet

Il a été constaté que l’objet a un impact significatif sur les taux d’ouverture. En effet, 35% des utilisateurs décident ou non d’ouvrir un email en se basant uniquement sur l’objet.

Il existe de nombreuses façons d’écrire un objet percutant, mais l’une des pertinentes et des plus efficaces est d’offrir de la valeur.

Si vous le souhaitez, il existe également de nombreuses autres méthodes pour y parvenir :

  • N’utilisez pas d’objet « clickbait » (ou appât) : vous risquez de passer dans les spams ;
  • Gardez vos objets courts ;
  • Créez un sentiment d’urgence.

Une fois l’attention de votre lecteur captée, celui-ci continuera à lire.

L’accroche

Ne commencez surtout pas votre email par une présentation de votre offre, que ce soit un produit ou un service. Les utilisateurs ne veulent pas savoir de quoi il s’agit, mais veulent plutôt connaître ce qu’ils ont à y gagner.

Si vous connaissez suffisamment votre prospect, utilisez un vocabulaire adapté. Par exemple, si vous savez que votre prospect utilise un vocabulaire spécifique, apprécie certaines expressions ou bien encore un jargon particulier, utilisez-les également. Vous créerez inconsciemment un sentiment de proximité avec lui.

Le compliment et la personnalisation

Dans la fraction de seconde qui suit la lecture d’un email sur une entreprise dont on n’a jamais entendu parler et qui souhaite créer une connexion avec nous, on s’interroge à son sujet et l’on commence à se méfier.

Alors pourquoi continuer à lire ?

En introduisant un élément personnalisé, vous captez l’attention. Si vous avez apprécié une interview ou un contenu particulier dans lequel votre lecteur a participé, parlez-en :

  • Vous retiendrez plus facilement son attention ;
  • Vous renforcerez un sentiment de proximité ;
  • Vous flatterez l’égo du lecteur de l’email ;
  • Vous montrez que vous vous intéressez réellement à votre interlocuteur.

La sensation perçue de la marque sera déjà bien plus élevée et positive

L’élément personnalisé peut être constitué de n’importe quelle composante qui montre au lecteur que vous n’avez pas simplement envoyé votre email à une liste entière sans vous renseigner au préalable sur le destinataire.

Faites des recherches sur son secteur d’activité, sur une anecdote particulière de sa société ou bien encore sur une personne que vous connaissez tous les deux.

Bien entendu, cela vous prendra bien davantage de temps, mais celui-ci sera largement rentabilisé par le taux de retour que vous obtiendrez.

Évitez un mail trop long

Lorsque l’on envoie ses premiers emails à froid, une erreur commune est de rédiger des emails trop longs. C’est à ce moment-là qu’un copywriting de qualité est nécessaire pour remédier à ce problème.

On a en effet envie d’en dire le plus possible sur notre société et sur les solutions que nous proposons. Mais il convient d’aller contre cette inclinaison naturelle et au contraire d’envoyer les emails les plus courts possible.

L’attention de votre lecteur est en effet limitée, et il est fort probable qu’il reçoive quotidiennement un bon nombre d’emails dans ce genre.

Un email long, c’est une demande d’attention élevée que vous demandez à votre lecteur qui finira probablement par le survoler sans le lire.

Conserver une longueur la plus courte possible en y intégrant tous les éléments souhaités maximisera ainsi vos chances de réponse.

Créez de l’intrigue

Un email envoyé qui décrit simplement votre produit ou solution ne pourra au mieux susciter qu’un vague intérêt de la part de votre lecteur.

Et dans une très grande majorité des cas, un intérêt qui ne sera pas suffisamment appuyé pour déclencher l’énergie nécessaire pour y répondre.

Pourtant, il existe un moyen simple, extrêmement efficace et trop peu utilisé pour faire s’envoler ce taux de réponse.


Et il fait appel à l’un des ressorts les plus puissants et les plus efficaces de la psychologie humaine : ce moyen, c’est celui qui consiste à susciter de l’intrigue chez votre lecteur.

Mais un exemple vous aidera sûrement à mieux comprendre ce concept : vous possédez peut-être un compte Netflix, ou du moins vous visualisez comment il fonctionne. Si Netflix réussit à créer une telle addiction, et à vous faire regarder des saisons entières parfois d’un seul trait, c’est grâce à ce principe de l’intrigue.

La fin de chaque épisode est réalisée de telle sorte que votre curiosité est éveillée au point de vouloir regarder immédiatement l’épisode suivant.

C’est cet effet que vous devez absolument viser avec vos emails à froid : parlez d’un point particulier que votre lecteur pourrait améliorer sans le nommer, indiquez-lui un changement majeur dans son secteur d’activité qui l’impactera, ou tout autre élément qui fera qu’il voudra en savoir plus et vous contactera.

La preuve sociale

On a toujours davantage tendance à croire valable ce que d’autres ont choisi avant nous, et c’est exactement comme ça que nous tendons à choisir un restaurant.

Un restaurant bondé où la file d’attente s’allonge à l’extérieur vous fera penser qu’il doit être de bonne qualité. A l’inverse, un restaurant vide aura tendance à signifier dans notre esprit qu’il doit cacher quelque chose de négatif.

C’est ce concept psychologique que vous devez utiliser à votre avantage dans vos emails à froid. Tâchez dès que c’est possible de mettre en avant les connaissances en commun que vous possédez (personnes, investisseurs, avocats…) ou bien d’indiquer et mettre en avant les personnes ou les entreprises avec lesquelles vous travaillez déjà.

De cette manière, vous obtiendrez immédiatement une attention plus grande de la part de votre lecteur.

L’appel à l’action

Votre email ne doit pas se conclure sans rien de particulier. Il doit en revanche constituer une étape vers l’action suivante que vous envisagez.

L’idée étant que votre email doit être court et doit constituer un tremplin vers l’étape ultérieure : idéalement un appel pour exposer plus en longueur ce que vous proposez.

Vous devez donc inclure systématiquement un appel à l’action à la fin de chacun de vos emails à froid pour inciter le lecteur à accepter l’étape suivante.

Il ne doit comporter pour ce dernier que le minimum d’efforts possibles afin de maximiser vos chances qu’il y donne une suite favorable.

Ne demandez ainsi pas quel jour lui conviendrait pour un rapide appel téléphonique. Proposez plutôt un jour et une heure (avec pourquoi pas un autre créneau alternatif) où tout ce que votre lecteur aura à faire est de répondre “oui”.

Vous verrez ainsi votre taux de réponse favorable augmenter considérablement.