Inbound Marketing - Comment trouver des sujets en inbound marketing - 25 avril 2019

Comment trouver des sujets en inbound marketing

Christian Méline Développeur de logiciel pour le seo

Je ne reviendrai pas sur la définition ou présentation de l’inbound marketing. Ce sujet a été abordé à de multiples reprises sur ce site sous différents angles et ses avantages ne sont plus à démontrer…

Dans la pratique, au moment de rédiger un nouveau contenu, avec le temps, inévitablement, nous allons tourner en rond, ne plus savoir quoi dire, ou bien même, nous ne sommes pas sûrs de pouvoir toucher notre cible.

Training&Co'm

Présentation d’Eurêka

L’outil est surtout connu des utilisateurs de cocon.se puisque la plupart de ceux-ci l’utilisent pour avoir des idées de sujets pour leurs pages de cocons sémantiques. Mais son usage va bien au-delà : il permet de couvrir l’ensemble des préoccupations utilisateurs et de montrer d’éventuelles ambiguïtés autour d’une expression. Nous sommes parfois surpris quand nous pensons à un mot-clé de voir ce qu’il peut évoquer chez d’autres. De ce fait, nous pouvons facilement nous vautrer en beauté sans même nous en rendre compte…

Pour trouver des sujets, beaucoup sont ceux qui utilisent « answer the public ». Cet outil a l’avantage d’être gratuit. Son plus gros inconvénient est que tout le monde l’utilise et donc que tout le monde a les mêmes sujets. Grâce à lui, n’importe qui peut deviner quels sujets nous allons traiter en voyant quel mot-clé nous travaillons.

Eurêka procède tout autrement. Non, je ne vous baratinerai pas en prétendant qu’il a été conçu avec de l’intelligence artificielle. Je laisse cela à ceux qui veulent vendre un produit ordinaire via de la surenchère marketing qui, elle, est bien artificielle ! Soyons simples et penchons-nous plutôt sur ce qu’il permet de réaliser et comment l’utiliser.

Vive la langue française !

En langue française, Eurêka embarque le dictionnaire complet de la langue française y compris les noms propres, les conjugaisons, les accords, etc.
Au départ de chaque recherche, Eurêka va tester le terrain pour tenter de cerner le « domaine de noms » où notre mot-clé apparaît. C’est un peu l’univers de notre mot-clé.

Une fois cette prise de connaissance réalisée, le logiciel tente de faire des phrases pour voir ce sur quoi les internautes s’interrogent ou bien sont simplement curieux. Le logiciel va toutefois éviter des sujets trop commerciaux.

L’objectif d’Eurêka

L’objectif d’Eurêka est de trouver des sujets et des pistes de sujets, qui ne seront pas obligatoirement des « comment… », mais toutes sortes de vrais sujets. Eurêka va tenter de nous restituer avec une forme syntaxique la plus juste possible pour nous fournir de vraies phrases.

Selon le niveau de profondeur de la réponse à chacune des propositions faites, le sujet pourra servir soit à une page entière, soit à un paragraphe.

Le logiciel a beaucoup d’imagination, ainsi en b2c notamment, il n’est pas rare d’avoir à faire un choix parmi un millier de possibilités assez différentes entre elles.

Les propositions devront obligatoirement inclure l’expression de départ, une fois retirés les stopwords. C’est la seule façon pour Eurêka d’être sûr de s’écarter le moins possible de notre objectif.

Souvent, le recours à des synonymes peut contribuer à nous offrir un choix encore plus grand, mais ce sera à nous d’interroger Eureka sur lesdits synonymes.

Une astuce peut aussi être de taper notre expression-clé de départ dans Google et de regarder les titres des pages qui remontent. Est-ce bien ce à quoi nous avons pensé qui remonte en premier ? Beaucoup se font piéger en oubliant ce préalable. Par exemple, si nous tapons dans Google « planning partagé », nous aurons beaucoup de réponses selon les moments de l’année, avec « calendrier » ou « agenda » » en lieu et place de « planning » dans les titres des pages.

Passons à la pratique

Allons sur notre compte self.cocon.se L’ouverture proprement dite d’un compte est 100 % gratuite et sans contrepartie. Ce service n’envoie aucune newsletter avec nos coordonnées. Celles-ci servent exclusivement à l’utilisation technique du compte. Dans la sidebar de gauche, nous trouverons une entrée « Eurêka », allons-y.

Au départ, c’est du très classique, nous fournissons une expression-clé composée de 2 mots dans la mesure du possible. Ces deux mots doivent être « signifiants », les stopwords étant ignorés. Exemple : « maison à Toulouse » sera remplacé par « maison Toulouse ».

Nous verrons plus loin une syntaxe permettant de lui demander de conserver certains stopwords (*), mais allons-y progressivement. Oublions les verbes, le logiciel sait les trouver. Idem pour les adjectifs.

Pourquoi 2 mots ? Le plus souvent, avec un seul mot, à moins que sa signification ne soit très précise et surtout unique, nous allons être envahis de réponses. Cela peut être intéressant, mais pas toujours. Avec 3 mots, comme le logiciel exige de toujours retrouver les 3 mots dans les sujets, ses degrés de liberté sont trop restreints et cela donne souvent peu de résultats.

Nous disposons de 2 types de recherches : Eurêka rapide ou Eurêka normal. Souvent en b2b, Eureka rapide est suffisant, car il est plus difficile de trouver de la variété en b2b. Le choix sera donc souvent tout aussi efficace qu’en mode normal.

Exemples

Imaginons que nous soyons une entreprise proposant de la « sécurité informatique » à des entreprises. Nous sommes donc en b2b.

Le mode rapide est un mode simplifié peu coûteux

L’expression « sécurité informatique » en mode rapide nous propose 52 résultats ce jour. En mode normal nous avons 78 résultats (avec de vrais sujets, pas des collages de « comment+expression » pour lesquels aucun outil n’est nécessaire).

Quelques exemples de sujets

Nous avons également en complément un nouvel « univers » exploitable pour relancer la machine sur d’autres expressions de notre domaine.

L’univers permet de trouver d’autres pistes…

Par exemple, nous pouvons compléter « attaque » et « audit » avec « informatique » pour avoir d’autres sources d’inspiration… En mode normal, nous obtenons 71 sujets supplémentaires avec un deuxième univers que nous pourrons travailler.

En b2c c’est, imaginons que nous proposions des voyages aux Seychelles, 400 sujets avec de vraies phrases…

Quelques sujets sont très bien formulés

Nous pouvons choisir la langue et le pays cible. Certains termes peuvent toutefois « appeler » des sujets anglo-saxons, car le logiciel doit libérer certains filtres pour permettre la recherche autour de ce genre de termes.

En toute honnêteté, il faut admettre un léger inconvénient à Eurêka : l’absence d’accents dans les sujets proposés. Mais en même temps, il nous faudra de toute façon beaucoup plus de temps pour rédiger ensuite le sujet que pour corriger les accents du sujet.

Conclusion

Eurêka est encore méconnu dans le marketing, mais c’est assurément l’outil qui offre le plus de vrais sujets à ce jour. De même que les metamots, le logiciel évolue régulièrement et n’a de cesse de s’améliorer.

*Revenons à la syntaxe pour forcer Eurêka à accepter un stopword. Prenons comme exemple « e commerce », il ne restera que « commerce » dont le sens est différent. Par contre, en demandant « e-commerce » avec le trait d’union, le « e » sera conservé.