Inbound Marketing - Rédaction Web : plaquez le low-cost et boostez votre SEO avec des textes qualitatifs - 8 janvier 2018

Rédaction Web : plaquez le low-cost et boostez votre SEO avec des textes qualitatifs

Vous avez un problème de contenu SEO ? Vous avez investi dans la rédaction web, mais votre site n’arrive pas à décoller des SERP de Google ? Je peux peut-être vous dire pourquoi. Et j’ai aussi une solution à vous donner…

Index :

Job&Co'm

Le problème avec la rédaction low-cost en 2018

Rédaction Web, un marché à part

Low-cost, un prix moyen pour du contenu moyen

Le temps, c’est de l’argent

La rédaction low-cost, une fausse solution

La solution : des textes de qualité

Adopte un rédacteur web freelance

Comment créer les conditions pour du contenu hyper-qualitatif

Les « Power Pages », pour potentialiser les liens entrants et les partages

L’importance du brief de rédaction web

Assurer au niveau du SEO on-page

Inscrire les textes dans une stratégie webmarketing globale

Le problème avec la rédaction low-cost en 2018

J’ai parfois des clients qui demandent un coup de main après avoir perdu beaucoup trop de temps avec leur stratégie de contenu.

Dès le début de l’audit de contenu, le constat est sans appel. Les textes de leur site web sont bien là, d’une certaine longueur, les mots-clés sont disséminés dans de bonnes proportions. Les balises Hn et méta sont bien implémentées. Bref, toutes les balises Yoast sont au vert.

Pourtant, il y a un problème…

Les textes de leur site web sont absolument sans relief ! Ils ont été rédigés beaucoup trop rapidement.

Sans aucune plus-value, sans apporter quoi que ce soit de plus que les sites des concurrents qui ont atteint le top 3 de Google.

Et ça, malheureusement, c’est une énorme partie du contenu web produit chaque jour.

Vous avez peut-être vu passer cette statistique : en 2017, l’humanité aurait produit plus de données qu’au cours des 5000 années précédentes.

Les contenus web de type low-cost sont publiés en quantités astronomiques, chaque jour.

Comment être bien référencé dans ces conditions, si 10, 15 ou 20 entreprises du même secteur d’activité ont eu une démarche de contenu identique, voire meilleure que la vôtre ? Et qui, pour certaines, a un nom de domaine plus réputé et plus ancien que le vôtre ?

Comment obtenir des backlinks, des partages, fidéliser les internautes ?

Comment surnager dans l’océan de contenu disponible sur internet ?

Impossible ?

En fait, pas du tout. Mais il faut remettre à plat la façon dont on envisage la rédaction web.

Rédaction Web, un marché à part

La Rédaction Web est une discipline un peu spéciale : elle demande à la fois un esprit scientifique et littéraire. Elle a une autre particularité : tout le monde peut, s’il a envie, s’improviser rédacteur web et écrire des textes pour un site internet.

Le ticket d’entrée est moins exigeant que tous les autres métiers du web : a priori, il suffit de savoir rédiger, d’avoir un ordinateur et une connexion internet.

Du coup, le marché est alimenté par les rédacteurs web occasionnels, les amateurs, les étudiants, les personnes avec du temps libre, et qui ne diraient pas non à un revenu complémentaire.

Aucun problème à ça !

Il n’y a pas a priori de rédacteur web plus légitime qu’un autre. Chacun propose un service, parfois très bon, et quelqu’un d’autre décide de faire appel à lui/elle. Les rédacteurs web occasionnels exécutent leur tâche avec un certain talent, pour beaucoup.

En plus, il y a une forte demande de rédaction web depuis quelques années (depuis 2011 et l’irruption d’un certain panda, en gros).

Tant mieux s’il y a beaucoup de rédacteurs sur le marché : le flux constant de nouveaux talents pourrait même permettre d’élever la qualité globale…

Pour cela, il faudrait que les prix ne soient pas tirés vers le bas, car toute rédaction mérite un salaire décent. Un salaire, surtout, qui permet de prendre le temps nécessaire pour rédiger un vrai texte de qualité.

Un salaire qui valorise la rédaction web.

Low-cost : un prix moyen pour du contenu moyen

Ce n’est pas tant un problème de personne, qu’un problème de budget : en dessous d’un certain tarif, la rémunération ne permet pas de dégager le temps nécessaire à la conception d’un bon texte. Aussi bon que soit le rédacteur web, ce n’est simplement pas possible.

Par exemple, il m’est arrivé de rédiger du contenu SEO dont je n’étais pas fier. C’était une question de budget : à l’époque, je travaillais grâce à des plateformes de rédaction web, et j’acceptais n’importe quelle mission pour me faire de l’expérience.

J’ai travaillé pour des tarifs très bas, qui ne me permettaient pas de rédiger du bon contenu. Pour une simple raison : il fallait rédiger énormément pour arriver au SMIC.

Du coup, j’acceptais de rédiger des textes de 500 mots pour 20 euros, parfois même pour 13, 14 euros. Avant les cotisations. Impossible dans ces conditions de consacrer le temps qu’auraient mérité les sites web de ces clients.

Au bout d’un moment, je suis devenu frustré. Je voulais faire de la qualité, mais je ne pouvais pas passer 4 heures sur une mission payée 15 euros. Du coup, j’utilisais des expédients : je rassemblais des informations génériques, sans profondeur. Juste ce qu’il fallait pour cocher les cases du brief de rédaction. J’aurais pu rédiger du bien meilleur contenu pour mes clients, mais il m’aurait fallu plus de temps.

Le temps, c’est de l’argent

Pour rédiger un bon contenu optimisé SEO, qui fasse le tour du sujet (ce qu’on appelle du contenu à 360°), qui réponde intégralement aux besoins de l’internaute – et un peu plus -, qui génère des liens, des partages, qui fidélise les internautes, avec un faible taux de rebond, avec des balises méta bien pensées pour booster le CTR, il n’y a pas de secret.

Il faut du temps.

Bien sûr, pas seulement : il faut aussi de l’expérience, de la méthode, et un peu de talent parfois.

Mais pour mettre en œuvre ces qualités, il faut un minimum de temps de disponibilité.

Ce temps, il coûte plus cher que 3, 4 ou 5 euros les 100 mots.

Le problème, c’est que le cassage de prix est devenu la norme. Les plateformes de contenu travaillent avec des rémunérations très basses. Elles savent qu’il existe un nombre presque infini de rédacteurs web sur le marché, prêts à accepter de travailler pour pas cher.

Le contenu low-cost, une fausse solution

Bien sûr, on peut avoir de très bonne surprise sur les plateformes de contenu. C’est un peu la loterie : certains rédacteurs y font un travail remarquable. Mais d’autres fois, le texte livré se contentera du minimum.

Un texte produit à la va-vite, ce ne sera jamais une solution pour votre site web.

Aussi bon que soit le reste du projet web : architecture des pages, cocon sémantique, planification du contenu en amont, recherche des bons mots-clés, calibrage des personas…

Tous ces efforts seront quelque part sabotés s’ils reposent sur des textes low-cost.


Par exemple, un contenu de rédaction low-cost tend à avoir un taux de rebond plus important. Les lecteurs arrivent sur une page, la scannent, mais n’en retiennent rien.

Les internautes qui arrivent sur un nouveau site mettent 10 secondes à décider s’ils vont y rester.

10 secondes !

Si votre texte a été produit à des tarifs au rabais, il y a un énorme risque pour que la page échoue à retenir leur attention.

Le résultat est contre-productif pour votre site web : Google mesure les signaux envoyés par les internautes, comme le temps passé sur une page et son taux de rebond.

Un texte qui ne retient pas les internautes, c’est comme une micro-pénalité pour votre site.

La solution : des textes de qualité

La solution pour relancer un site web ? Des textes de qualité.

Alors bien sûr, c’est plus cher. 2 à 3 fois plus cher que du contenu low-cost.

C’est aussi plus compliqué : il faut trouver un bon rédacteur web. Et le mettre en condition pour que le contenu soit parfaitement qualitatif et adapté pour votre site.

C’est plus long : il faut du temps pour que le SEO mouline et que votre page grimpe lentement vers la première page des résultats Google. Parfois 6 mois ou plus.

Les résultats ne seront pas visibles, le ROI ne sera pas mesurable à court terme. C’est parfois un problème dans certaines organisations, où on doit faire valoir des résultats avec métriques , en interne, à quelques semaines d’intervalle.

Peut-être aussi qu’il va falloir publier un grand nombre de contenus, eux aussi, à un certain coût, histoire de développer un cocon sémantique.

C’est donc plus complexe qu’une prestation de rédaction low-cost.

Mais le contenu low-cost, lui, sera beaucoup moins outillé pour vous emmener sur la première page de Google, c’est certain.

Croyez-moi, ça vaut la peine de faire appel à un rédacteur web confirmé.

Adopter un rédacteur web freelance

Un bon rédacteur web freelance, c’est un partenaire qui pourra accompagner votre site sur le long terme, au gré des missions. C’est pour cela que quand on en trouve un bon, on refait appel à lui.

Choisir son rédacteur web freelance, d’office, cela élimine les plateformes de rédaction de contenu à bas prix.

Par définition, sur ces plateformes, vous ne savez jamais qui rédige votre texte. Votre mission peut être dispatchée à un rédacteur, aux bons soins du responsable de projet. Sinon, si vous n’avez pas opté pour un texte « premium », votre offre est publiée sur la plateforme et captée par le premier rédacteur intéressé. Vous n’avez aucune visibilité sur la qualité du rédacteur.

Vous délégueriez la totalité de votre prospection client à quelqu’un que vous n’avez jamais vu, avec qui vous n’avez jamais parlé ? Sans savoir quelles sont ses forces, ses qualités ?

En revanche, certaines plateformes ont une démarche différente : elles font de la mise en relation entre les freelances et les clients. On peut étudier les profils des rédacteurs et voir leurs notes moyennes et leurs références.

Les plateformes de mise en relation, c’est bien plus pratique pour choisir un rédacteur en fonction de ses qualités, de son expérience, de sa connaissance de votre secteur d’activité.

L’autre option, bien sûr, c’est de trouver directement un freelance via son site web, en passant par Google. Ou alors, à partir de recommandations de pairs. Le bouche-à-oreille fonctionne très bien en rédaction web.

Pour sélectionner son rédacteur web freelance, on peut se baser sur ses références, son expérience dans tel secteur d’activité, un échantillon de ses textes… Certains peuvent faire valoir des résultats probants, avec plusieurs articles qui ont eu d’excellentes performances sur Google (bien que la qualité du texte ne soit qu’un facteur SEO parmi d’autres, bien sûr).

Enfin, on peut (et on doit!) faire appel aux débutants, à partir d’un article test, ou au feeling : il faut bien commencer quelque part !

Comment créer les conditions pour du contenu hyper-qualitatif

Les Power Pages, pour potentialiser les backlinks et les partages

Il existe des dizaines de types de contenu qui peuvent être performants pour votre site web. Cependant, je vais seulement parler ici des Power Pages.

Il s’agit d’un concept de Brian Dean, de Backlinko. Son site fait autorité en matière de stratégie de backlinks, le nerf de la guerre en SEO.

Créer un contenu qui génère des liens entrants, c’est difficile à prévoir, car il y a beaucoup de candidats et peu d’élus. Cependant, Brian Dean a une formule qui potentialise les backlinks : la Power Page.

Une Power Page consiste à créer du contenu exceptionnellement qualitatif afin de performer sur un mot-clé. Cela signifie du contenu très long (2000 mots ou plus), structuré, incluant quelques ressorts psychologiques qui peuvent inciter les internautes à partager votre texte.

Parmi ces ressorts, on retrouve les suivants : l’utilité du contenu, sa longueur, les astuces faciles à mémoriser, les émotions positives, le storytelling…

C’est une piste très intéressante lorsqu’on aborde sa stratégie de contenu web. Je vous rassure, pas besoin de ne publier que des Power Pages sur votre site : cela couterait une fortune, notamment pour les sites d’e-commerce.

Les Power Pages sont destinées à être vos pages centrales, autour desquelles gravitent des pages produits ou des pages catégories. On peut les combiner avec la technique du cocon sémantique, qui consiste à hiérarchiser son site autour de quelques pages ultra-performantes.

L’importance du brief de rédaction web

Pour réussir une externalisation de sa rédaction web, le brief est fondamental. Il peut s’agir d’un document formel, sous Word ou Google doc ; ou bien d’un brief réalisé à l’oral, par Skype ou par téléphone, voire dans vos locaux, si le rédacteur freelance travaille à proximité.

À la base du brief de rédaction, un constat : une bonne communication est capitale pour assurer la réussite de la prestation.

Le brief va vous servir à expliquer en détail quel type de contenu vous voulez, et quels sont vos objectifs.

Un brief de rédaction web exhaustif vous évitera de multiplier les échanges et les corrections tout au long de la mission.

Dans le brief, vous allez pouvoir expliquer, au choix :

  • Le type de contenu ;
  • Le thème abordé ;
  • Le mot-clé ciblé ;
  • Le ton à employer ;
  • La cible marketing (vos personas) ;
  • Les objectifs ;
  • Le planning de publication et les déais ;
  • La structuration générale de votre site ;
  • Les règles de SEO on-page à appliquer ;
  • Etc.

N’ayez pas peur de transmettre trop d’infos ! Un rédacteur web professionnel saura les mettre à profit pour créer un contenu qui s’accorde avec vos exigences et vos objectifs.

Assurer le SEO on-page

Tout a été dit sur le SEO on-page : on trouve sur Webmarketing & co’m de nombreux articles expliquant comment structurer les pages d’un site pour les bots des moteurs de recherche.

Sans entrer dans les détails, un bon rédacteur web doit savoir comment appliquer les règles de SEO on-page aux textes qu’il va vous livrer.

Vos textes doivent notamment intégrer :

  • Des balises Hn ;
  • Des mots-clés ;
  • Un travail sur l’univers sémantique des mots-clés ;
  • Des balises méta-titre (70 caractères) et méta-description (maintenant à 230 caractères).

Le rédacteur web doit aussi savoir que les premières lignes et les premiers titres de votre texte ont plus de poids au regard des bots de Google (et aussi des internautes). Elles doivent donc entrer dans le vif du sujet et mentionner le mot-clé sur lequel la page est optimisée.

Inscrire les textes dans une stratégie de webmarketing

Dernier conseil, il est fondamental d’intégrer la rédaction des textes à une réflexion plus globale sur le webmarketing de votre entreprise.

Publier du contenu n’est pas une fin en soi. Être bien référencé sur Google non plus.

Votre stratégie web doit clairement définir les objectifs de votre site web : conversion, exposition, branding, autorité…

À partir de ces objectifs, vous pourrez mettre en place une stratégie de contenu à long terme, qui vous permettra de bien définir le rôle de chaque page web et de chaque texte.

Au-delà de la rédaction web, votre webmarketing se construit autour de plusieurs volets complémentaires : SEA, réseaux sociaux, emailing, etc.

Cela dit, ils ont un point commun : ils gravitent tous autour de vos textes.

En effet, des textes hyper-qualitatifs vous permettront de générer des partages sur les réseaux sociaux, de gagner des abonnés à votre newsletter, de maximiser la conversion de vos landing-pages lors de campagnes SEA…

Raison de plus pour leur accorder la place qu’ils méritent !

Et vous, qu’en pensez-vous ?