Best Of - Le guide de style éditorial: conditions de réussite - 11 juin 2015

Le guide de style éditorial: conditions de réussite

Produire un bon guide de style éditorial a pour but d’assurer que votre identité discursive est sous contrôle. Quels sont les grands principes?


Le guide de style éditorial couvre l’ensemble des éléments qui favorisent la cohérence du patrimoine éditorial et préservent votre identité discursive.

Club&Com

Charte éditoriale, ligne éditoriale, contrat de lecture, matrice de positionnement, référentiel lexical … Les « outils » ne manquent pas pour garder le contrôle sur le contenu de marque et assurer le ROI de nos actions de marketing de contenu. Mais il n’y a pas que les outils qui importent: les parties prenantes au projet comptent pour beaucoup dans sa réussite. Explications

Sans guide, un guide de style éditorial ne sert à rien

Notre expérience révèle que sans pilote désigné, sans communication sur le projet, le guide de style éditorial, dont la conception nécessite un investissement parfois important, risque souvent de n’être pas utilisé à sa juste valeur pour ne pas dire ignoré.

Autrement dit, mettre en place un guide de style éditorial suppose qu’il y ait un chargé de projet, compétent pour détecter et interpréter les forces et faiblesses de la chaîne éditoriale actuelle, proposer des améliorations et formaliser des règles de conduite afin de rationaliser ladite chaîne et d’en maximiser l’efficacité.

La mission est de taille pour ce chargé de projet, puisqu’il va devoir mettre en place un guide de style éditorial utile, attrayant, pérenne. Il doit en effet assurer que l’outil soit accessible, pratique et efficient auprès des utilisateurs finaux: communicants, chargés de produit, responsables marketing, …

Un guide de style éditorial doit être porté par la direction

Si les utilisateurs finaux du guide de style éditorial sont les « opérationnels de la communication et du marketing », ils ne sont pas les seuls concernés par le contrat de lecture. En effet, un guide de style éditorial touche à l’identité de la marque, son discours, sa notoriété. Il doit donc avoir le soutien des directions.

Ce soutien doit être assuré à plusieurs niveaux:

  • les instances: la direction doit former un groupe de travail et préciser les responsabilités, droits et devoirs de ses membres.
  • les moyens: outre le coût de production d’un tel guide, il ne faut pas sous-estimer la gratification nécessaire envers les acteurs du projet, utilisateurs finaux compris puisque ceux-ci contribueront à la gouvernance de l’identité discursive de la marque, et se voient donc attribuer une responsabilité supplémentaire, qu’ils garantissent au travers d’une compétence supplémentaire. Doivent également être prises en compte, dès lors, la médiatisation de l’outil et la formation à son utilisation et son entretien.
  • les contenus: les participants au projet doivent être documentés et guidés à chaque phase: analyse, planification, conception, mesure. Ils doivent avoir accès à un service d’accompagnement et de formation permanente à l’utilisation de l’outil, lui-même voué à évoluer de manière permanente.

Un guide de style éditorial suppose une stratégie discursive

La stratégie discursive assure que le guide de style conserve une certaine souplesse dans la gestion de l’identité discursive. Qu’il procure une certaine marge de manœuvre dans l’application du contrat de lecture ainsi formalisé.

La stratégie discursive vise surtout à garder le contrôle sur les contrat de lecture que cette charte matérialise mis en place au travers du guide de style éditorial. En effet, l’enjeu n’est-il pas, au final, de conserver la légitimité de la marque dans les contenus qu’elle produit, de protéger son “droit à la parole” en assurant, à tout moment que ce qu’elle dit est digne de foi et inspirant.

Et vous, qu’en pensez-vous? Quelle est votre expérience dans la mise en place d’un guide de style éditorial?