Best Of Community management Facebook La Digitale — 13 octobre 2015 — 17 commentaires
Comment Booster sans budget sa visibilité Sur Facebook ? Les avis de 16 professionnels du web

Baisse du reach, nécessité d’avoir de plus en plus de budget pour combler cette baisse, concurrence de plus en plus rude, algorithme Edgerank en constante mutation… Aujourd’hui il n’est plus facile, comme avant, de travailler sa visibilité sur Facebook sans avoir de budget publicitaire. Nous avons posé la question suivante à 16 professionnels du social media marketing : comment booster sa visibilité sur Facebook sans avoir à allouer de budget publicitaire. Voici leurs réponses riches d’enseignements…

Selon vous, quelle est le meilleur moyen d’avoir une bonne visibilité sur Facebook lorsqu’on n’a pas de budget publicitaire ?

Anne Gros-Daillon, Responsable Social Media EMEA, DisneyLand Paris

Anne gros daillonL’engagement, c’est la règle d’or pour profiter d’une bonne visibilité sur Facebook sans budget publicitaire.

En effet, avec l’algorithme Facebook, l’engagement généré autour d’un post impacte la visibilité du post suivant et ainsi de suite… alors demandez-vous toujours si vous êtes pertinent pour prendre la parole sur le sujet que vous souhaitez traiter et si votre contenu est engageant pour améliorer votre visibilité à long terme :

1- Jamais de post sans photo. Le visuel est la clé de l’engagement, il faut donc prendre le temps nécessaire pour bien le choisir : de bonne qualité, de préférence en format carré ou paysage et coloré.

2- Préférez les photos aux vidéos. Facebook étant consulté via mobile par 80% de ses utilisateurs, les visuels sont plus facilement «consommables » que les vidéos. Vous accroîtrez ainsi votre potentiel d’engagement.

3- Trop de hashtag, tue le hashtag ! Utilisez les hashtag pour capitaliser sur des tendances mais toujours avec parcimonie et en veillant également à leur longueur… Il n’y a pas pire qu’une série de hashtags illisible pour perdre vos lecteurs, votre potentiel d’engagement et donc votre visibilité.

4 – N’hésitez pas à mentionner vos partenaires @partenaire pour profiter d’une visibilité supplémentaire sur leurs pages Facebook.

5- Enfin, soignez votre communauté. Prenez le temps de répondre aux commentaires qui peuvent être laissés sur vos contenus. Ces interactions seront visibles pour les amis de vos Fans et, puisque nous nous entourons généralement de personnes qui nous ressemblent, il y a de fortes chances pour que les amis de vos Fans aient un profil intéressant. Vous pourrez ainsi augmenter votre visibilité sur des profils « Lookalike » sans passer par une campagne publicitaire.

Anne Gros-Daillon, Digital & Social Media addict, Responsable Social Media EMEA. Retrouvez la sur Linkedin et Twitter @anneg_d

Camille Jourdain, Social Media Manager, 909C / Over-Graph

Camille JourdainPour avoir une bonne visibilité sur Facebook, misez sur des contenus engageants ! Ceux qui généreront des interactions sur ce réseau social, c’est à dire des likes, des commentaires et des partages. Un contenu engageant sera de qualité, il aura une forte valeur ajoutée, il sera informatif ou encore divertissant, il pourra déclencher de l’émotion… Mais réfléchir à la stratégie de Brand Content et aux futurs contenus à créer passera forcément par une analyse des contenus déjà publiés par la marque. Il est effectivement essentiel de mesurer la performance de l’activité d’une page Facebook pour progresser. Comment ? En utilisant des solutions adaptées.

Avec une solution comme Over-Graph, il est possible d’accéder à ces informations sur la performance. Le nouvel outil de rapport permet, par exemple, de générer un Top contenus basé sur les différents types d’interactions (faibles, medium et fortes correspondant aux likes, commentaires et partages) ainsi qu’un Top audiences pour savoir qui a interagi avec ces meilleurs contenus. Les utilisateurs de la solution peuvent aussi comparer les performances de plusieurs pages Facebook en fonction du nombre de fans, des contenus diffusés, du taux d’engagement ou du nombre d’interactions suscitées. Encore plus fort, ces Tops sont multi-réseaux sociaux.

Camille Jourdain est Social Media Manager chez 909c et Over-Graph, il est aussi blogueur sur camillejourdain.fr, intervenant en école de commerce et auteur d’un livre sur Twitter. Vous pouvez le retrouver sur Linkedin et Twitter @camj59

Cyril Attias, Fondateur de l’agence des médias sociaux

Cyril AttiasLa bonne nouvelle avec Facebook est que même sans budget médias, on peut créer une communauté et être visible à condition d’être créatif et pertinent.

Beaucoup de marques, dites challengers, ont réussi le pari des médias sociaux, (plus particulièrement Facebook) en créant un story telling efficace et en étant créatif sur la production de contenus.

Exemple : burger king avec le dernier commentaire ou ikea PS sur instagram :

Cyril Attias : 15 ans d’agences digitales, blogueur depuis 2005 , et depuis 2010, fondateur de l’agence agencedesmediassociaux.com. Pionnier du marketing d’influence et des stratégies medias sociaux. Retrouvez le sur Linkedin et Twitter @cyril

Djivan Minassian, Co-Fondateur My Community Manager et Fondateur Agence Spitak

Djivan Minassian“Faire du commerce sans publicité, c’est comme faire de l’œil à une femme dans l’obscurité. Vous savez ce que vous faites, mais personne d’autre ne le sait.” Steuart Britt. Il est cependant possible de faire de la publicité sans budget 🙂

Si vous n’avez pas de bonne visibilité à vos débuts, utilisez méthodiquement celle des autres 😉

Nouer des partenariats stratégiques gagnant-gagnant avec d’autres pages Facebook dans votre thématique métier ou avec des blogs : des mécaniques virales originales permettent de tirer profit des communautés existantes et de gagner ainsi en recrutement qualifié et en notoriété.

Une bonne connaissance de votre environnement vous permettra d’avoir une approche communautaire adaptée.

Pour susciter l’intérêt des utilisateurs et sortir du lot, créez une ligne éditoriale adaptée à votre cible. Elle doit être originale, inclure du contenu exclusif, mettre en valeur vos produits, et donner l’opportunité à vos fans et futurs fans de s’impliquer et devenir ambassadeurs.

Faites-vous confiance. Osez. Les internautes ne demandent qu’à être surpris par vos produits.

Djivan Minassian intervient depuis plus de 6 ans auprès de PME et grands groupes dans la conception et la mise en place de stratégies Social Média. Il est Co-Gérant de @MyCommunityMgr & @MyGuerillaMkg, gérant de Spitak.fr et professeur à Kedge Business School. Vous pouvez également le retrouver sur Linkedin.

Emery Doligé, Conseiller Groupe Médias

Emery DoligeBien sûr avoir un budget pour générer de la publicité est efficace et rapide sur Facebook, mais si vous en manquez tout l’art est de générer de la proximité. Pour cela, il y a deux méthodes à associer : L’échange et le contenu.

Il vous faut prendre du temps pour échanger sur vos sujets avec une petite communauté d’abord puis laisser se répandre l’information qui dit que là où vous êtes il y a des échanges constructifs et bienveillants. L’effet bouche à oreille prendra. La communauté grandira. C’est comme dans la vie. Si vous voulez avoir des amis, il faut être aimable, bienveillant et pertinent voire impertinent.

Le contenu ensuite. Vous pouvez créer du contenu sans budget : écrire une note courte et incitant à l’échange sur Facebook. Vous pouvez faire une vidéo avec le Live de Facebook dans Mentions. Vous pouvez faire des photos… ce sont des moyens simples de créer du contenu qui ne coûte rien et qui peut montrer autre chose de vous, de votre produit, de votre programme…

En somme, pour générer du reach sans argent il faut du temps et de la méthode. Même si on dit que le temps c’est de l’argent, je suis persuadé que vous pouvez optimiser votre temps pour vous consacrez à l’autre dans Facebook.

Emery Doligé, Conseiller Groupe Médias. Pataphysicien. Vous pouvez le retrouver sur Linkedin, sur son site emerydolige.fr ou sur Twitter @mryemery

Frédéric Canevet, Blogueur ConseilsMarketing.fr

Frederic CanevetQuand on n’a pas de budget de publicitaire, il faut être créatif !

Voici quelques astuces simples et efficaces :

1 – Utilisez la puissance de l’identification sur Facebook

Mettez en ligne vos vidéos directement sur Facebook (en plus de Youtube, Vimeo & Dailymotion), et utilisez les fonctions d’identification pour identifier les personnes qui sont sur les vidéos. C’est très efficace quand vous faites des interviews de « Stars » du Web, d’influenceurs…

Vous pouvez faire ces interviews via Skype (en enregistrant l’écran avec des outils comme Camtasia sur PC ou Screenflow sur Mac), lors d’événements avec un appareil photo…

Vous pouvez aussi refaire le tour de vos vieilles vidéos encore d’actualité pour les mettre en ligne, et identifier les personnes qui ont participé.

Vous pouvez faire de même avec les couvertures des livres blanc collaboratifs, articles collaboratifs… en identifiant les personnes ayant participé.

Attention : il ne faut pas non plus exagérer, l’identification doit « valoriser » les personnes, et pas identifier en masse.

Si vous n’avez pas ce genre de contenus, il suffit d’aller sur les Blogs / comptes Twitter des influenceurs, repérez une citation vraiment forte, et transformez la en image avec des outils comme Canva.com, et identifiez ensuite l’influenceur sur Facebook.

2 – Mettez à jour votre photo de profil et votre couverture avec vos promos & événements

En effet ces deux éléments sont très visuels et très vus par vos fans. Vous pouvez utiliser Canva.com pour créer votre couverture en incluant un slogan et un lien vers votre contenu promotionnel (ex: un livre blanc une promo…).

Pour avoir un lien lisible, utilisez bitly.com, vous aurez un raccourci comme bit.ly/kitecommercant

Frédéric Canevet est blogueur sur ConseilsMarketing.fr. Avec ConseilsMarketing.fr, découvrez tous les jours des conseils pour trouver des prospects et fidéliser vos clients, online et off line. Retrouvez Frédéric également sur Linkedin et Twitter @conseilsmkg

Gregory Pouy, Marketing Artisan – Digital Strategist

Gregory Pouy« Facebook est devenu un média et le reach organique est désormais quasiment à 0. Cela signifie qu’avoir une page Facebook sans capacité média n’a quasiment aucun sens si ce n’est celui d’être présent pour des raisons corporate.

Par conséquent, la méthode est toujours la même, il faut créer du contenu qui va résonner au sein d’une communauté verticale, c’est elle qui va donner de la visibilité au contenu.

Néanmoins, il faut avoir un point de départ, un blogueur par exemple ou un partenariat média.

Il n’y a pas vraiment de recette pour le marketing viral mais un certain nombre d’ingrédients comme le fait de privilégier la vidéo organiquement uploadée sur Facebook, de travailler et retravailler le titre et l’image statique mais aussi de réfléchir à générer une émotion dans les premières secondes en prenant en considération que le son n’est, par défaut, pas activé. »

Grégory Pouy est un artisan en stratégie marketing à l’ère digitale – il vit entre NYC et Paris où il donne également de nombreuses conférences. Il est par ailleurs professeur vacataire ou intervenant dans plusieurs écoles. Son site : www.lamercatique.com. Retrouvez le sur Linkedin et Twitter @gregfromparis

Julien Fabro, Fondateur Piwee

Julien FabroJe pense que la clé sur Facebook n’est de faire gonfler sa base de fans, bon certes c’est mieux d’avoir déjà quelques fans, mais l’objectif est plus de l’entretenir et de la fédérer. Comme l’a si bien dit Brian Chesky (co-fondateur d’Airbnb), « c’est mieux d’avoir 100 personnes qui vous aiment qu’un million de personnes qui vous aiment de loin ».

Pour moi, la meilleure méthode est de partir d’une feuille blanche et de se constituer une charte éditoriale, une sorte de code qu’il faudra respecter au jour le jour.

Il y a plusieurs choses essentielles sur lesquelles il faudra réfléchir, la première étant de bien connaître son activité afin de publier le nombre de messages adéquats par semaine: un média pourra publier plusieurs fois par jour alors que pour moi, une marque ne devrait publier que deux ou trois fois par semaine maximum (ça dépend bien sûr de la marque). Le risque, si vous en faîtes trop, est de lasser vos fans.

La notion de ligne est également très importante. Il faut clairement délimiter les grands thèmes que l’on peut relayer ou pas. Cela vous permettra d’avoir une page cohérente aux yeux de votre communauté.

Il est ensuite important de donner du contenu à ses fans. L’auto-promo c’est bien mais pas trop. Vous pouvez par exemple essayer de jouer à publier des formats de statuts différents pour varier les types de contenus et intéresser votre communauté, mais aussi de retoucher vos images pour apporter votre petite touche personnelle. Ça va du cadre, à la typo, ou à l’insertion du logo… Tous ces petites signes permettront aux gens de vous identifier à d’associer du contenu quali’ à votre marque.

Bien sûr il est également important de comprendre comment fonctionne l’algorithme de Facebook. Mais plus votre contenu sera qualitatif et chouchouté, plus les gens resteront sur votre publication, plus il y aura de chances de créer de l’interaction et plus votre portée sera importante.

Julien Fabro, fondateur de Piwee, blog d’inspiration et de créativité sur le thème du marketing, de l’innovation et de l’art. Ex CM en agence et dans l’enseignement sup’. Retrouvez Julien sur Piwee, Linkedin, et Twitter @julienfabro

Laurent Bour, consultant social media et fondateur du blog collaboratif « Le Journal du Community Manager »

Laurent BourTout d’abord il me semble intéressant de faire une distinction concernant la recherche de visibilité sur Facebook. Elle peut être tantôt personnelle, lorsqu’on est indépendant par exemple, ou celle qu’on recherche pour sa société ou un projet. Dans tous les cas de figure il est bon de retenir qu’une visibilité gagnée à titre personnelle,  devrait vous suivre partout et dans tous vos projets. Il est donc important de faire le bon choix en fonction de son secteur d’activité.

Pour ce qui est d’améliorer sa visibilité sur Facebook sans budget publicitaire, il est à mon sens intelligent de ne pas œuvrer seul mais de faire intervenir des acteurs liés à sa propre expertise. Cela diffère peu de ce qu’on entreprend parfois sur un blog.

Voici 5 petits conseils pour y parvenir :

  1. Facebook est un réseau où on partage beaucoup de contenus, il me semble dès lors opportun de donner, de temps en temps, la parole à d’autres experts reconnus, et de conclure des partenariats sur leurs partages. Ceci rejoint l’exemple du guest-blogging et de cet exercice auquel on se livre. Nous sommes plusieurs à donner une réponse à une question. Elle est donc potentiellement partageable par chacun des répondants. Si on privilégie Facebook pour la diffusion d’un tel contenu, il serait dès lors aisé pour les experts, de partager un lien vers la page/groupe de la personne ou de la société où il est partagé. On améliorerait de ce fait sa visibilité en gagnant une part du lectorat et/ou des fans des participants. Le but étant de se faire connaître.
  1. En organisant des évents ou des mini-conférences filmées, on peut tout à fait mettre à disposition des contenus que l’on y aurait récupérés sur sa page Facebook, en invitant ensuite chaque participant à venir en prendre connaissance. Ceci créera un trafic supplémentaire vers votre page.
  1. Participer activement à des groupes qui rejoignent votre expertise, attirera la curiosité des internautes sur vous-même et vous permettra d’améliorer votre propre visibilité.
  1. En mettant à disposition des contenus exclusivement diffusés sur Facebook et en plaçant les liens sur son blog ou en les partageant sur d’autres réseaux sociaux.
  1. Un des conseils les plus lambdas, est de ne pas oublier de placer des liens bien visibles de sa page Facebook (ou profil) sur son blog et sur les différents autres réseaux sociaux où ça s’avérerait utile.

En conclusion, il ne faut jamais œuvrer seul là où l’union fait la force. En partageant des centres d’intérêts, en créant des partenariats et des contenus exclusifs, il est tout à fait possible d’améliorer sa visibilité tout en devenant complémentaire à ses partenaires. La participation à des groupes en apportant des commentaires concrets, peut aider également à se faire reconnaitre dans son secteur.

Laurent Bour, consultant social media et fondateur du blog collaboratif « Le Journal du Community Manager ». Retrouvez le sur Linkedin et sur Twitter @lejournalducm

Lilian Mahoukou, Social Strategist

Lilian MahoukouD’abord penser préparation et leviers.

Bien que les médias sociaux soient très souvent gratuits (Facebook pour notre sujet du jour), l’investissement en temps et en organisation est bel et bien réel.

Avant de parler de budget plus ou moins important, plusieurs points sont à verrouiller en amont. En effet, l’idée est d’avoir chacun des leviers actionnés lorsque le travail d’amplification est réalisé sur Facebook et ailleurs. Sans cela, les ressources risquent de manquer d’optimisation, que le budget financier soit large ou non.

1 – L’univers de la marque : elle reprend l’identité, l’histoire, le positionnement, les valeurs. Cela sert à délimiter les territoires thématiques, et facilite le choix des contenus à produire et partager.

2 – L’appui du top management : si le sujet de cet article collaboratif porte sur les actions avec un budget limité, l’idée est naturellement de graduellement élargir les champs d’action (en fonction des priorités et des possibilités) et par conséquent, d’avoir des ressources plus importantes. Pour cela, l’implication du top management prime, avec un lien très clair à effectuer entre les actions « médias sociaux » et les objectifs d’ensemble de l’entreprise.

3 – La gouvernance : comment sont prises les décisions pour tout ce qui tourne autour des médias sociaux ? Quelle charte d’usage ? Comment s’organise la validation des contenus ? Existe-t-il des procédures spécifiques ? Quelle veille et quelle capitalisation sur les pratiques gagnantes selon les contextes ? Quelle organisation pour répondre aux commentaires et diverses réactions de l’audience, quel temps dédié ?

4 – Les stratégies macro et micro : la stratégie macro (stratégie d’ensemble) reprend la destination visée pour le département auquel est rattaché le/la Social Media Manager. La stratégie micro reprend les moyens et les actions de ce/cette dernier/dernière, avec l’intégration des médias sociaux (Facebook inclus et précisément positionné).

5 – Un réseau interne développé : pour produire des contenus variés, il est important d’aller au-delà des membres directs de son équipe et d’étoffer les liens transversaux. Via le développement de ce réseau interne, il y a la possibilité d’élargir la variété de sujets qui peuvent être potentiellement traités.

6 – Un calendrier éditorial adapté et flexible : les trois thèmes principaux restent la régularité (fréquence hebdomadaire), la pertinence (par rapport aux objectifs d’ensemble) et l’utilité (réponse aux besoins de l’audience).Il est également intéressant de prévoir des contenus visuels, en avance ou en live.

Lilian Mahoukou est Social Strategist. Vous pouvez le retrouver sur Linkedin et Twitter @lilianmahoukou

Lucie Sellier, Social Media Manager, Le Club AccorHotels

Lucie SellierSans publicité Facebook, il devient, il est vrai, de plus en plus difficile de promouvoir sa marque et/ou son entreprise. Mais rien n’est impossible ! Voici quelques astuces pour gagner en visibilité sans rien dépenser.

– Suivre régulièrement les évolutions/ fonctionnalités Facebook et s’adapter. Une vidéo téléchargée en fichier source aujourd’hui sera beaucoup plus visible qu’un lien YouTube par exemple.

– Analyser et décrypter les insights Facebook. Cette fonctionnalité gratuite vous permettra d’identifier votre communauté et de mieux répondre à leurs attentes. Plus vous connaissez vos fans, plus vous avez de chance de leur apporter du contenu pertinent.

– Demander aux utilisateurs de promouvoir eux-mêmes votre marque en leur proposant un bon d’achat/ un code promo etc. en échange d’un partage par exemple.

– Créer du contenu unique qui ne soit pas copié d’un autre site mais belle et bien unique. Il faut, à mon sens, passer autant voire plus de temps sur le contenu (d’un blog) que sur Facebook.

– Suivre l’actualité et y rebondir adroitement. J’ai un faible pour ces marques qui ont des CM engagés et décalés – souvent très drôles. Cette attitude leur permet d’être relayé (et de se faire remarquer) sur d’autres médias influents. Je pense notamment au site CM Hall of Fame. Un CM qui a compris et qui partage les valeurs d’une entreprise est un élément clé.

– Relayer sa page Facebook aussi souvent que nécessaire via tous les canaux dont on dispose. Un basic souvent oublié des entreprises.

Lucie Sellier est Social Media Manager pour Le Club AccorHotels et voyageuse addict. Vous pouvez la retrouver sur Linkedin et Twitter @luciesydney

Mathieu Flaig, Directeur Conseil Groupe, We Are Social

mathieu flaigTout d’abord, soyons conscients qu’il est devenu assez difficile de vraiment performer sur Facebook sans budget publicitaire. Mais il existe néanmoins des solutions pour optimiser la portée de vos publications.

A) Faites la promotion de votre page Facebook

Intégrez le « Page plugin » sur votre site  pour transformer vos visiteurs en fans, affichez l’url dans vos magasins, dans votre signature d’email, dans votre newsletter… Invitez vos collaborateurs à « aimer » la page pour qu’ils soient vos premiers ambassadeurs.

B) Postez un contenu efficace

Sur les réseaux sociaux, le contenu de qualité est essentiel. Et certains formats génèrent plus ou moins d’interactions ou de reach.

– La photo : bien choisie, elle génère « J’aime », partages et commentaires, mais la portée n’est vraiment intéressante que quand elle devient virale.

– Les liens : ici, le reach est un peu plus important mais le nombre d’interactions visibles l’est moins. En effet, les internautes cliquent sur votre lien, mais ils ne reviennent pas forcément pour « aimer » ou commenter.

– La vidéo : grâce à l’autoplay des vidéos mises en ligne sur Facebook (ce n’est pas le cas avec YouTube et ce format est même déconseillé), le nombre de vues peut rapidement s’envoler. Néanmoins, ces vues ne sont pas toujours qualifiées. Pour vous assurer d’une performance maximale, le contenu de la vidéo doit être pertinent, intéressant, et idéalement court.

Quel que soit le contenu, mettez-vous dans la peau de l’internaute : auriez-vous vous même cliqué ou « aimé » la publication ?

C) Faites la promotion de votre contenu

Partagez vos posts Facebook sur votre profil personnel, faites un best-of de vos publications que vous mettez en avant dans votre newsletter, invitez l’interne à « aimer » et à partager les publications de la page.

D) Envisagez des partenariats

Organisez des concours ou des échanges de visibilité avec des pages similaires à la vôtre. Cela vous donnera plus de puissance et augmentera le nombre de personnes que vous touchez.

E) Pour conclure

Pour terminer, et même si le sujet ici est d’obtenir de la visibilité gratuite, réfléchissez à vos objectifs et au budget qui pourrait être nécessaire pour toucher par exemple 30 000 personnes sur Facebook.

Lors de temps forts, le mix contenu adapté et créatif + sponsorisation de posts (pour 50 ou 100€ par publication) peut démultiplier vos résultats et vous garantir un retour sur investissement très positif.

Mathieu Flaig est Directeur Conseil Groupe chez We Are Social. Il est également blogueur sur publigeekaire.com et displug.com  – Vous pouvez le retrouver sur Linkedin et sur Twitter @Mathieuflex

Raphael Catherin, Consultant Social Media, Marcel Worldwide

Raphael CatherinSuite à la baisse drastique du reach sur Facebook, il devient très compliqué d’exister sur la plate-forme de manière « gratuite ». Alors que jusqu’à très récemment il fallait compter sur les interactions pour optimiser son reach, un nouvel algorithme mis en place par Facebook prend en compte le temps passé sur chaque publication pour en améliorer la portée. On a ainsi plusieurs typologies de contenus qui émergent plus que d’autres :

  1. Les vidéos : l’utilisation de la vidéo a explosé sur Facebook au détriment des images simples car elles ont un meilleur reach naturel, les utilisateurs passant plus de temps sur des vidéos.
  1. Les jeux : pas forcément avec des dotations mais des jeux sur lesquels les internautes devront passer du temps (le genre de jeux qu’on trouve dans les magazines).
  1. Les visuels contenant beaucoup de texte : les utilisateurs ont une tendance naturelle à s’arrêter pour lire. Plusieurs exemples existent : les formats BD, les posts parodiant des SMS ou encore les posts mettant en avant des citations.

Avec ces quelques typologies, il est possible d’émerger sans dépenser de media sur Facebook.

Raphaël Catherin est consultant social media chez Marcel Worldwide, spécialisé dans la création de contenus viraux. Vous pouvez le suivre sur Linkedin et Twitter @raphaelctr

Retrouvez également l’interview de Raphael : Stratégie Social Media Oasis : Interview Raphael Catherin, Social Media Manager

Rudy Turinay, Social Media Manager et Responsable Web TV RMC Sport

Rudy TurinayFacebook a pris un virage lors de l’automne 2014, le réseau social a décidé de concurrencer YouTube en lançant une stratégie basée sur la vidéo. Une opportunité presque inouïe pour les créateurs de contenus et les médias de continuer de faire grossir leur communauté dans un réseau qui les aide énormément à acquérir du trafic sur leur site.

La vidéo, de qualité bien sûr, est aujourd’hui le type de contenu qui est le plus exposé à vos fans pour plusieurs raisons. Tout d’abord son algorithme de distribution aux fans est très bon. Ensuite, l’autoplay durant le scroll de la timeline augmente fortement l’attention et encourage à regarder et à interagir. Et enfin, la durée de consommation d’une vidéo est de facto largement supérieure à la durée de consommation de quelconque autre publication, plusieurs minutes VS quelques secondes. Ce qui a pour effet de multiplier les chances de partages, donc de visibilité, donc de cercle viral vertueux. Mon conseil pour augmenter sa visibilité sur Facebook serait donc de créer du contenu spécifique, adapté au réseau social.

Et pour cela, n’hésitez pas à embaucher les personnes compétentes.

Rudy Turinay : Professionnel des réseaux sociaux depuis 6 ans, j’occupe le poste de Responsable de la Web TV chez RMC Sport. Également créateur de la plate-forme de partage de connaissance Savant Singe, mon expertise réunit la stratégie digitale et le contenu créatif. Vous pouvez le retrouver sur Linkedin, et Twitter @erudy_

Stéphane Espasa-Tudo, Social Media Strategist, Fred & Farid Group

stephane espasa tudo« Contenu », c’est le mot qui revient systématiquement lorsque l’on parle de stratégie social media depuis 2 / 3 ans. A l’heure où toutes les marques ou presque ont leur page Facebook plus ou moins bien tenue, l’essentiel pour s’assurer un minimum de visibilité dans les timelines surchargées est de garder en tête deux points :

– Une bonne stratégie sur Facebook est une bonne stratégie éditoriale. La marque est sur une plate-forme pensée par les gens et pour les gens, ne pas l’oublier est déjà la charpente d’une présence pertinente. Personne ne s’est inscrit sur Facebook pour rester connecté avec X marques et recevoir des contenus marketing à outrance. Il faut donc s’adapter aux codes d’usages & de langages, c’est la première étape : la marque doit se plier à certaines règles si elle veut s’imposer.

– La temporalité, la marque doit être inscrite dans le temps et ses tendances conversationnelles. Parler du sujet dont parlent majoritairement les gens à un instant T est un moyen de se faire entendre. Si la marque prouve qu’elle a une légitimité à s’exprimer à travers des points de vue pertinents, un ton singulier ou autre, elle peut émerger petit à petit. Le tout est de réfléchir à la crédibilité de la marque à s’exprimer sur tel ou tel sujet, beaucoup de marques optent pour du real time content assez bancal, qui donne une image opportuniste souvent mal perçue.

A la suite de 4 années d’expérience au Social Media chez Marcel puis chez Ogilvy Paris, Stéphane Espasa-Tudo est depuis septembre 2015, Social Media Strategist chez FRED & FARID GROUP. Vous pouvez le retrouver sur Linkedin et Twitter @Fasnao

Stéphanie Laporte, Consultante Social Media, Otta

Stéphanie LaporteSelon moi, les Groupes Facebook sont sous-exploités par les marques en France. Aux USA, cette notion communautaire est très bien comprise par les annonceurs.

Concrètement, en appui d’une Page Facebook corporate, je pense qu’il est très judicieux d’ouvrir un groupe de discussion (fermé, avec approbation par un modérateur pour éviter le spam). En effet, le reach des posts auprès des membres est excellent, et l’on touche à l’âme même de Facebook : la notion même de communauté. La particularité du Groupe est qu’il faudra poster en tant que Personne et non Page Corporate : on humanise donc le discours en désignant un ambassadeur/animateur. La marque a un visage, et la communication est horizontale, et non simplement verticale. Les membres peuvent poster dans le flux du groupe et être vus de tous (pas simplement condamnés à l’oubli en postant sur un journal de Page corporate qu’ils suivraient). Ils peuvent d’interpeller, débattre, soumettre des idées… Certes, il y a un vrai travail de modération mais c’est vraiment de l’UGC (Saint Graal des marques depuis quelque temps). C’est également un lieu où l’on peut encore réaliser des sondages (fonction Questions disparue des Pages) et où il est plus facile d’informer le public-cible de ses événements.

Exemples d’utilisation : un groupe « bons plans à Talence » pour une Mairie (qui bien souvent n’a pas de budget pour des posts sponso, ni même de carte bleue), un groupe d’échange et de veille mode « Les pulpeuses lyonnaises » pour une boutique de prêt à porter grandes tailles à Lyon, une communauté « Passion fromage : idées recettes au quotidien » pour une marque de produits laitiers… Et même un groupe « secret » auquel on accéderait uniquement par co-optation pour une marque de luxe (façon gentlemen’s Club).

Stéphanie Laporte est Consultante, Formatrice et Conférencière entre Bordeaux et Paris. Passée par IBM France, Cdiscount, les jeux mobiles et le milieu associatif (Les Restos du Cœur, Sidaction), elle a monté en 2013 une cellule de Conseil Social Media (Otta) et travaille avec son équipe pour de grandes marques et des startups innovantes (Société du Grand Paris, Truffaut, Orange Sud-Ouest, Banque Populaire Sud-Ouest, Ville de Bordeaux, Viadeo, Maître Prunille, Proman, Nyne Audio…). Son site : Otta.fr.  Vous pouvez la retrouver sur Linkedin et Twitter @steashaz

My Facebook is reach

Pour finir, je vous propose d’ajouter notre contribution via notre dernière vidéo My Facebook is Reach. Dans cette vidéo, vous apprendrez avec humour et sur fond de Rock and roll ce qu’est le reach sur Facebook et comment développer votre audience sur le réseau social et l’engagement de votre communauté… Pour retrouver nos prochaines vidéos, pensez également à vous abonner à notre chaîne Youtube !

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Sylvain Lembert

Depuis 2004 dans le webmarketing, j’ai pu mettre en place des campagnes e-marketing dans des domaines variés. J’ai participé aux référencements de marques reconnues et mis en place la stratégie de communication on-line d’un assureur. J’ai également élaboré une stratégie de search marketing au niveau européen et été responsable de l’acquisition via Facebook pour un groupe de média social. Je suis aujourd'hui consultant webmarketing, n'hésitez pas à me contacter pour vos projets de communication on-line.

 


17 Commentaires

  1. Y’a de grosses boulettes à mon sens dans la 1ère partie…

    Privilégier les photos aux vidéos ? Mhhh.. Facebook octroie un reach beaucoup plus élevé aux vidéos. Que ce soit sur mobile ou sur desktop.

    Mentionner les partenaires ? Pour l’image oui, pour le reach, c’est une catastrophe depuis déjà un moment. Les citations sont considérées comme des liens + photo (le plus mauvais format en terme de reach)

    Pire encore, mentionner les partenaires ne donne pas de la visibilité sur leur page Facebook… Ce serait bien trop simple : je mentionne Coca Cola 50 000 fois et je suis le maître du monde ?

    • Hello Rémi, chaque communauté est différente, en fonction de cette dernière, les bonnes pratiques peuvent varier. Il faut donc s’adapter !

    • Merci je partage complètement !
      L’ensemble est néanmoins très intéressant, merci à tous les contributeurs ?

  2. Justement , c’est là le souci, c’est que quelle que soit la communauté, les informations sont fausses.

    Une vidéo a naturellement plus de reach que n’importe quel post (en utilisant le lecteur Facebook, bien entendu).

    Mentionner une page divise le reach par 3 voir 4 sur le post, quelle que soit la page. Et vous ne bénéficiez pas des likes de votre partenaire (ce serait vraiment trop simple non ?), c’est lui qui bénéficie de la visibilité apportée par votre page. En d’autres termes, vous êtes le perdant, il est le gagnant.

    Je valide à nouveau les dires de mon premier commentaire, ce sont de très mauvais conseils pour développer sa page.

    • Il y-a pas mal d’intervenants expérimentés avec différents types de pages, donc ne généralisons pas. Si tu as des conseils, par rapport à ton expérience, n’hésites pas à les ajouter dans les commentaires. Bonne journée.

    • Mentionner une page divise le reach pour 3 voire par 4?! D’où est-ce que tu sors ça?
      Je n’ai jamais constaté ce type de problème et j’ai beaucoup de pages en admin.
      Ca me semble un peu bancal. Après, heureusement que ça n’est pas une science exacte. Il faut tester et se faire ses propres expériences.

  3. Le type de page ne change rien au reach qu’alloue Facebook au type de postes et aux différentes pratiques.

    J’apporte les commentaires ci dessus pour vraiment mettre en garde les gens, ce sont des mauvaises pratiques (et ce n’est pas moi qui le dit, mais bien de nombreux CM).

    Il y a cependant de très bons conseils. Mais il faut faire un tri avant de tous les suivre, certains peuvent ruiner le reach définitivement.

  4. Bonjour Rémi.

    Selon les études et ce que l’on peut trouver en « Analytics », les vidéos ont « généralement » plus d’impact. Ensuite, il s’agirait d’aller un peu plus en profondeur et au-delà du format : le contenu spécifique et utile, qui servira la communauté ciblée et l’entreprise dans ses ambitions. Ce qui peut sans doute expliquer pourquoi certaines photos précises ont plus de visibilité que certaines vidéos, à certains moments.

    La limite des « best practices », du consensus des Community Managers et des Top Articles sur certains points, est qu’il n’existe pas de lois immuables (de « One Size Fits All » comme dirait nos amis anglo-saxons).

    A chaque entreprise ses aspirations, ses objectifs, son histoire, sa culture, son organisation interne, ses capacités, ses compétences et ses communautés.

    Ainsi, en partageant une vidéo en native sur Facebook, il peut exister une pluralité d’intentions et d’objectifs, qui n’est pas nécessairement la visibilité, mais le changement de perception par rapport à un sujet par exemple (conversations générées, sentiment de celles-ci, avocats identifiés, etc…).

    De même, la production de vidéo de qualité professionnelle demande un certain budget, ainsi que du temps et des efforts de coordination.

    Or, le thème de cet article collectif est de trouver des idées pour augmenter la visibilité avec un « budget limité ». Sur cette base-ci, effectivement, mieux vaut capitaliser sur des photos, des visuels en cohérence avec la marque et son identité (pour des partages plus réguliers), plutôt qu’une masse de texte et quelques vidéos distribuées de manière très épisodique ou irrégulière.

    Pour ma part, la vidéo est majoritairement là pour marquer des coups, des moments forts ou démarrer et/ou faire le point sur une campagne, pour également donner des repères temporels à la communauté ciblée, sur des sujets très précis, plutôt qu’une obsession de la visibilité.

    De l’écoute des attentes des communautés ciblées et de la cohérence des actions, viennent les résultats positifs (la visibilité étant un critère parmi de très nombreux).

  5. Très bons conseils !

    Ces 16 « professionnels du web » confirment tous les points suivants :

    – faire confiance à un média social propriétaire et industriel comme Facebook est une mauvaise idée, car la pérennité de sa stratégie de communication est assurée d’être très faible, et beaucoup trop dépendante des bons vouloirs de la plate-forme. Comment investir dans une stratégie de communication si elle ne peut pas s’inscrire dans le moyen terme (au minimum) ?

    – que les choix stratégiques de Facebook (en privilégiant par exemple la vidéo) sont des catastrophes écologiques en devenir, par la généralisation de contenus bien plus lourds (niveau stockage, niveau réseau) que du texte ou des images, pour véhiculer un message similaire (voire moindre) ;

    – que vous êtes totalement manipulés par Facebook, qui vous dit exactement ce qu’ils veulent que vous fassiez : allez, tiens, et si on forçait tous nos membres à mettre tous leurs contenus chez nous ? Le pire, c’est que ça marche, trop fort l’aspirateur à contenus de FB, c’est les utilisateurs qui les apportent tout seuls !

    Allez, une idée folle. Et si Internet, ce n’était pas Facebook ? Et si on arrêtait, tous ensemble, « professionnels du web » en premier (pour montrer l’exemple, vous qui êtes prescripteurs en la matière), de jouer aveuglément le jeu de ces industriels ?

    • Et oui 3 ans que je m’efforce en tant que responsable marketing de transférer nos budgets sur nos outils propres (site, blog, newsletter…)
      Il n’en reste pas moins que Facebook en est une source de trafic, à condition bien sur de l’utiliser correctement c’est un média de l’instant et de partage (dans les 2 sens)

  6. @Lilian

    Admettons pour les vidéos que la prise en compte du budget de création puisse expliquer une partie du paragraphe.

    Mais alors comment laisser dire qu’en mentionnant une page on profite de son reach ?

    Le point 4.) du premier CM est une mauvaise pratique. Il suffirait de mentionner les plus grandes marques pour bénéficier d’un reach incroyable ?

    C’est alors que Coca mentionne Pepsi pour profiter de ses fans, que les petites GSS mentionnent SONY et SAMSUNG et bénéficient d’un reach sans précédent. Un peu trop simple non ?

  7. Compilation stimulante ! Il ne faut pas sous estimer les outils externes à facebook comme l’email à envoyer pour inviter ses contacts à vous retrouver sur fb voire faire une audience personnalisée s’appuyant sur un fichier de contact (email ou mobile).

  8. Ce billet est complet, plein de bonnes idées et surtout riche car il se compose de témoignages de professionnels. J’ai apprécié de prendre connaissance des différentes méthodes et de les comparer. Facebook est vraiment utile à tous !

  9. Bonjour, supers conseils franchement

  10. Vraiment instructif cet article.

  11. Bonjour

    Je n’ai pas vu la technique Profil-> fan page qui me parait la meilleure avec aucun 0 euros budget ! Pour avoir une communauté assez rapidement

    La stratégie groupe est aussi une bonne solution et j’approuve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *