Bilan de compétences CPF : 6 questions à se poser pour booster votre carrière

Procéder à un bilan de compétences est nécessaire pour connaître son niveau de satisfaction dans sa vie professionnelle. Cette étape est également essentielle avant de se lancer dans une reconversion professionnelle. Quels sont les objectifs d’un bilan de compétences ? Qui peut en bénéficier et de quelle manière ? Quelles sont les étapes à suivre ? Qu’est-ce que le bilan de compétences CPF et quels sont les autres types d’aides à solliciter pour financer cette action de formation ?

Qu’entend-on par bilan de compétences ?

Le bilan de compétences est une action de formation qui fait partie du Code du travail. Il peut être réalisé dans un organisme agréé de votre choix pendant les heures de travail ou en dehors, et qui doit garantir l’entière confidentialité de votre démarche.

Formation Création et développement d'une activité de formation

Quels en sont les objectifs ?

Cette démarche vise à :

  • Mettre en place un projet professionnel ou un projet de formation ;
  • Faire le point sur ses motivations, ses compétences professionnelles et personnelles, ses objectifs, ses connaissances, ses envies ainsi que ses aptitudes ;
  • Mettre ses atouts en avant pour négocier une formation, un emploi, une évolution de carrière ou une reconversion professionnelle.

Qui peut réaliser un bilan de compétences ?

Qu’il soit demandeur d'emploi, salarié du secteur public ou du secteur privé, le citoyen actif peut effectuer un bilan de compétences. Le salarié a le droit de le réaliser de sa propre initiative sans avoir à en informer son employeur s’il décide de le faire en dehors du temps de travail. S’il souhaite l’en informer, il peut demander un congé de Bilan de compétences. Cette demande doit être effectuée au moins 60 jours avant le début de la démarche. 30 jours plus tard, l’employeur doit y répondre. L’absence de réponse équivaut à une acceptation de sa part. En général, ce type de congé dure 24 heures au maximum et est accessible au salarié titulaire d’un CDD ou d’un CDI. 

Selon sa situation, il doit remplir certains critères pour accéder au bilan :

  • Le demandeur d’emploi, qui est au chômage depuis plus de 6 mois et qui a moins de 55 ans, peut y accéder s’il comptabilise au moins 3 ans d’expérience professionnelle ;
  • Le salarié en CDD doit comptabiliser au moins deux ans de salariat, consécutifs ou non, réalisés pendant les 5 dernières années avec 4 mois consécutifs ou non, pendant la dernière année ;
  • Le salarié du secteur public, qu’il soit agent non titulaire, fonctionnaire, etc., respecte certains textes, mais bénéficie à cette action de formation dans les mêmes conditions que les salariés du secteur privé ;
  • Le salarié du secteur privé doit justifier d’au moins 5 ans d’activité professionnelle, avec une année dans l’entreprise actuelle.

Quelles sont les étapes à suivre ?

Pour effectuer un bilan de compétences, il est nécessaire de suivre trois étapes bien déterminées :

L’entretien individuel

Cette étape est également appelée phase préliminaire. Elle consiste à vous entretenir avec votre conseiller afin qu’il vous explique le mode de fonctionnement du bilan de compétences ainsi que toutes les conditions de son déroulement. Ce professionnel vous aide également à définir vos besoins, tout en restant à l’écoute de vos attentes.

L’étape d’investigation

Au cours de la phase d’investigation, votre conseiller détermine vos possibilités d’évolution professionnelle en identifiant vos compétences et vos motivations. Pour cela, il peut vous proposer des tests d’orientation professionnelle, de personnalité, etc. Le consultant se charge également d’analyser vos centres d’intérêt ainsi que vos aptitudes.

La conclusion

La conclusion consiste à faire le point sur les différentes analyses effectuées à l’aide de différents entretiens réalisés avec votre conseiller. Grâce à cette conclusion, vous serez en mesure de définir ensemble les actions à mener pour la réalisation de votre projet professionnel. Ces actions peuvent consister notamment à suivre quelques formations.

Un document de synthèse contenant les différentes conclusions détaillées vous est ensuite transmis à la fin du bilan de compétences.

Cette démarche dure 24 heures au maximum réparties sur plusieurs semaines.

Qu’est-ce que le bilan de compétences CPF ?

Il n’est pas possible d’effectuer un bilan de compétences gratuitement. En effet, ce dispositif encadré coûte relativement cher, entre 1 500 et 3 000 euros HT, mais peut être financé entièrement ou partiellement avec votre CPF ou Compte Personnel de Formation.

Les salariés titulaires d’un CPF ou compte personnel de formation peuvent l’utiliser en vue de financer ce dispositif. Grâce aux euros acquis dans le cadre de ce compte, ils ont la possibilité de le financer directement.

Cette disposition a été prise depuis le 1er janvier 2017. Pour en bénéficier, il suffit de vous rendre sur Mon Compte Formation, puis de vous connecter à votre compte avant de taper le 202 qui est le code CPF Bilan de compétences.

Quels sont les autres types d’aides à solliciter ?

En fonction de sa situation, le demandeur d’emploi ou le salarié peut obtenir un financement auprès du Fonds de Gestion des Congés individuels de Formation (Fongecif), de son employeur, de Pôle Emploi ou encore auprès de leur administration.

Un financement auprès du Fongecif

Si vous êtes salarié et que vous avez obtenu l’accord de votre employeur pour effectuer le bilan de compétences, vous pouvez envoyer une demande de financement auprès du Fongecif. En fonction du demandeur, le Fongecif peut prendre en charge la totalité ou une partie du coût de l’action de formation.

Dans le cas où votre entreprise verserait sa contribution financière auprès du OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé), vous devez faire votre demande auprès de cet organisme.

Toutefois, notez que ces deux organismes sont en droit de refuser votre demande.

Prise en charge par l’employeur

Dans le cadre d’un plan de développement des compétences, il revient à l’employeur de prendre entièrement en charge le coût de ce dispositif. Dans ce cas, en plus de bénéficier de cet avantage, le salarié profite du maintien de son salaire.

Financement par l’administration et l’ANFH

Les agents non-titulaires et les fonctionnaires ont la possibilité de demander un financement auprès de leur administration, notamment auprès de la fonction publique d’État et territoriale. Ceux qui interviennent à l’hôpital doivent également envoyer leur demande auprès de l’ANFH ou Association nationale pour la formation du personnel hospitalier.

Enfin, les demandeurs d’emploi peuvent faire appel à Pôle Emploi pour financer cette action de formation.