4 astuces stupides pour créer une newsletter rentable

Il ne manquait plus que ça. Voilà qu’après des mois d’efforts… Après une lutte acharnée pour obtenir vos précieux inscrits… Et après des dizaines d’heures sacrifiées sur l’autel du travail… Elles tombent avec la brutalité d’une guillotine. Je parle des statistiques, bien sûr. Celles de vos newsletters. De ces statistiques qui s’affichent froidement sur un tableau de bord… et qui vous renvoient à cette affreuse réalité…

On se fiche de votre contenu.

Formation Création et développement d'une activité de formation

Vous avez tout fait comme il faut, pourtant…

  • Choix d’une niche rentable ;
  • Création de contenus / Publicité ;
  • Lead Magnet attractif ;
  • Autorépondeur, site internet… ;
  • Et tutti quanti.

Mais non.

Ça n’a pas suffi.

Pff. Monde cruel…

La tête penchée sur votre main, vous vous demandez ce qui a bien pu foirer à ce point.

Pourquoi vous êtes autant ignoré alors que vous êtes bon.

Écoutez, je comprends votre peine.

Mais prenons un peu de recul, si vous le voulez bien.

Comme vous le savez, aujourd’hui, on est submergé de publicités.

On ne compte plus le nombre de mailing list

Ni le nombre d'emails envoyés par chaque entrepreneur…

Ni les distractions en tout genre qui appauvrissent l’intellect…

Alors pourquoi les gens vous liraient, vous, et pas un autre ?

Sachant qu’ils se sont déjà inscrits à plusieurs newsletters…

… et qu’a priori, personne ne souhaite être inondé d'emails ?

Comment pourriez-vous devenir la seule personne à suivre ?

Celle dont les emails sont tellement bons que les gens en raffolent ?

Celle dont la plume est si captivante que les gens attendent de la revoir ?

Bonne question, en effet.

Pour être franc, c’est une question de vie ou de mort.

Car, comme vous le savez, c’est par email qu’on vend.

Ceci dit, ce n’est pas la fin du monde…

… car il existe des astuces stupides pour créer une bonne newsletter.

Je dis « stupide », car même un enfant de 11 ans pourrait les appliquer.

Ces astuces ?

Je les ai découvertes, testées et affinées au cours de ma carrière de copywriter.

Pendant près de deux ans, j’ai eu la chance de travailler pour des blogs plus ou moins gros, et dans des thématiques aussi variées que la numérologie ou les finances…

… ce qui m’a permis de voir sur le terrain (et pas qu’en théorie…) ce qui fonctionne vraiment.

Et surtout, j’ai vu ce qui fonctionnait même dans les thématiques les plus rincées qui soient, comme le make money online.

Mais juste avant d’en parler, promettez-moi une chose :

N’utilisez pas ces techniques pour vendre de la me*de.

Par « me*de » j’entends des produits qui promettent des résultats magiques et sans effort, ainsi que des arnaques pures et simples.

Bon, après tout, vous faites ce que vous voulez, hein.

On est en démocratie, après tout.

Mais je tenais quand même à le rappeler.

Astuce n°1 : inventez la différence

Jouons à une petite devinette :

Si 95 % des mails ressemblaient à ça :

Est-ce qu’on les lirait ?

Et est-ce qu’on les attendrait avec impatience ?

Pas vraiment.

Pourtant, aujourd’hui, la plupart des mails ressemblent à celui-ci.

❌ Pas d’éditeur visuel.

❌ Pas d’image.

❌ Un ton sans âme.

❌ Des conseils bateaux.

❌ Des phrases écrites en tout petit.

Et c’est logique, quand on y pense.

La plupart des gens font ce qui est simple et intuitif.

Moi je dis : grosse erreur.

Si on veut se différencier, on doit faire des choses pas faciles.

Des choses plus élaborées, qui demandent plus de créativité.

Bref : on doit inventer la différence.

Alors… je vois déjà pleuvoir les critiques :

« Oui, mais pour réussir, il faut copier ceux qui ont réussi. »

« Si les gens font tous la même chose, c’est que ça doit marcher ! »

« On m’a toujours dit de ne pas réinventer la roue ! »

Sauf qu’inventer la différence, ce n’est pas tenter sa chance.

C’est reproduire ce qui fonctionne, mais d’une façon différente.

C’est innover sur la base de ce qui fonctionne déjà.

Vous voyez l’idée ?

Par exemple : il est prouvé que les histoires intéressent les humains.

Sauf que… des marketeurs qui racontent des histoires, il y en a déjà.

Pour vous différencier, vous pouvez donc :

👉 raconter votre PROPRE histoire

👉 raconter vos aventures actuelles

👉 faire un parallèle avec un grand événement dans l’histoire.

Voici, par exemple, comment j’aborde mon mail de bienvenue :

(C’est celui que vous recevrez si vous vous inscrivez à ma liste privée).

Tout de suite, je pose le ton :

❌ Il ne s’agit pas d’une énième newsletter marketing.

❌ Ce ne sera pas juste du texte noir sur fond blanc.

❌ Ce ne sera pas non plus du spam.

Je plonge immédiatement les gens dans mon univers…

… et je me différencie en un clin d’œil.

Résultat ?

Tous ceux qui apprécieront mon monde resteront avec moi.

Non pas parce que je suis le meilleur marketeur (loin de là, même).

Mais parce que je leur fais vivre une expérience.

Et ça, croyez-moi, les gens l’apprécient.

Astuce n°2 : écrivez des lettres, pas des mails

Berk.

Vous voyez, ça ?

C’est typiquement le genre de newsletter qui fait vomir.

Sérieusement : qui aime recevoir ce genre de prospectus ?

Pas moi, en tout cas.

Vos lecteurs non plus, probablement.

Par contre, si vous venez de recevoir une lettre d’un ami parti en vacances en Bretagne, vous le lirez avec plaisir. Et vous trépigneriez d’impatience pour lire la prochaine. Pas vrai ? 🙂

Écrire une lettre plutôt qu’un mail, c’est écrire quelque chose d’intime.

Pas intime en mode : « J’ai remarqué, hier, que j’ai perdu des poils. »

Mais intime en mode : « Cher X. J’espère que tu as passé une bonne matinée. Aujourd’hui, j’aimerais te parler de… »

Personnellement, quand j’étais copywriter, j’ai remarqué un truc :

Écrire sur un ton personnel fait vendre.

C’était quasiment systématique.

Sur un lancement, il n’était pas rare de doubler le CA en écrivant en mode small talk.

C’est-à-dire de façon décontractée, sans chercher à vendre.

Juste en partageant une histoire intéressante et des conseils sympas.

Pourquoi ça marche si bien ?

Parce qu’en écrivant de façon intime, on apporte un rayon de soleil dans la vie des gens.

On colore ce qui est souvent teinté de gris.

Et on réconforte ceux dont la vie est parfois difficile.

On ne se contente pas de donner des « conseils ».

Mais bel et bien d’apporter de la valeur.

Essayez, et vous verrez. 🙂

Ce n’est pas bien compliqué à faire.

Il suffit d’écrire comme si vous parliez à quelqu’un en face.

Astuce n°3 : facilitez la lecture, au maximum

Cet article en fait la démonstration.

Et la preuve que ça marche ?

C’est que vous êtes encore en train de me lire, haha. 😉

Bon, ceci dit, avoir une bonne écriture c’est tout un art.

Ça demande de connaître certaines techniques de rédaction…

De s’habituer à penser et à écrire simplement…

Et d’avoir un langage qu’un enfant de 6 ans pourrait comprendre.

Mais une fois que vous le maîtrisez ?

Vous avez un super pouvoir entre vos mains.

Et je pèse mes mots.

Car vous pouvez hypnotiser les gens…

… sans même qu’ils s’en rendent compte.

Tout ça pour quoi ?

Pour les amener vers votre offre, bien sûr.

Doucement…

Sans les faire fuir…

Avec de courtes phrases.

De simples phrases.

Des phrases qui coulent de source…

Qui amène à lire la suite…

Encore…

… et encore.

Ça y est :

Ils sont à vous, désormais.

Vous avez fait le plus dur :

Avoir leur attention.

Pour avoir une écriture hypnotique, je vous conseille :

D’utiliser la version « Enfant de 6 ans » d’un mot.

(Exemple : « cliché » au lieu de « parangon »)

De raccourcir les phrases au maximum.

(Exemple : « écriture hypnotique » au lieu de « avoir une écriture facile à lire »)

D’éviter les pavés de texte qui font plus de 3 lignes.

(Exemple : je m’arrange pour que mes phrases tiennent en une ligne)

D’utiliser des anaphores.

(Exemple : « Non, vous ne… / Non, vous ne… »)

Cette liste n’est pas exhaustive.

Mais rien qu’en utilisant ces conseils, vous verrez votre taux de clic (et vos ventes) bondir.

Croyez-moi.

Parole de copywriter. 🙂

Astuce n°4 : n’écrivez pas un journal intime

Désolé d’être brutal, mais au fond, les gens se fichent de vous.

Ce qui les intéresse, c’est eux.

Ce sont leurs problèmes, leurs rêves, leurs blocages…

Ça ne veut pas dire qu’il ne faut jamais parler de vous !

Parler de soi, c’est utile pour créer de la sympathie et de la confiance.

(C’est nécessaire, même).

Mais il s’agit de penser « lecteur » avant tout…

… et d’apporter à chaque fois un bénéfice-client.

(Que ce soit un discours motivationnel ou un conseil pur et simple).

Regardez, par exemple, ce que fait le copywriter Edwin Volff :

Il aborde son mail de façon intrigante, en parlant de manipulation.

Puis il fait le lien avec la thématique du webmarketing.

Oui, c’est simple comme bonjour.

Mais la simplicité fonctionne dans 99 % des cas.

1️⃣ Vous captez l’intérêt de votre audience en parlant d’un truc grave, fou, bizarre ou drôle qui vous est arrivé.

2️⃣ Puis vous faites rapidement le lien avec un conseil dans votre thématique, pour donner aux gens une bonne raison de vous lire.

Cette structure permet de combiner l’information et le divertissement.

(Les deux étant nécessaires pour que les gens vous lisent…

… et finissent par acheter chez vous).

Exemple : vous êtes coach en éducation canine.

Au lieu de parler exclusivement de vous ou de donner directement un conseil, vous pouvez aborder votre email de cette façon :

Un conseil croustillant, une anecdote et du suspense :

C’est tout ce qu’il faut pour créer une bonne newsletter. 💪

Ce qu’il faut faire dès à présent

Nous arrivons à la fin de cet article.

Mais je dois vous dire encore un dernier mot :

Toutes ces astuces ne valent rien si…

… vous ne connaissez pas votre audience.

Plus précisément : si vous ne connaissez pas le problème qui obsède en ce moment même votre lecteur.

Connaître son audience, c’est la base pour écrire une newsletter intéressante.

Oui bien sûr, la façon dont vous l’écrivez est importante.

Mais ça ne fonctionne que si le sujet du mail intéresse vos lecteurs.

Et pour savoir ce qui les intéresse ?

Rien de mieux qu’un bon sondage.

Posez des questions comme :

➡️ Quel est votre plus gros problème actuellement ?

➡️ Quelle est la dernière formation que vous avez achetée ?

➡️ Qu’est-ce qui vous a déplu dans cette formation ?

Vous saurez quoi dire dans vos mails.

Et surtout, vous saurez quoi leur vendre.

Finies les newsletters qui ne convertissent pas.

Fini le syndrome de la page blanche.

Avec ces astuces, vous aurez enfin le succès que vous méritez.

À vous de jouer, cher ami.

Les ventes vous attendent !