Métaverse : les spécialistes du marketing doivent garder un œil sur ces évolutions

Pour certains, le métaverse est un gadget technologique entre geeks, pour d’autres, il s’agit de l’évolution numérique la plus importante qui soit. Depuis un peu plus de dix mois, le métaverse plane de manière omniprésente au-dessus des têtes du monde du marketing et de la technologie. Pourtant, malgré un enthousiasme croissant, de nombreux responsables marketing ont du mal à saisir réellement les dimensions de ce nouveau monde. Ce n’est pas étonnant, car il n’existe pas encore de définition uniforme. Il s’agit plutôt d’une vision qui commence à prendre forme…

Fondamentalement, le métaverse représente une convergence sans faille de nos vies physiques et numériques, une communauté virtuelle dans laquelle les utilisateurs et les marques peuvent travailler, jouer, se détendre, faire des affaires et nouer des contacts.

Formation Création et développement d'une activité de formation

Quatre évolutions clés peuvent être identifiées, vous allez découvrir ce qu’il est déjà possible de faire dans le Metaverse, bien au-delà du jeu et du divertissement.

Le métaverse comme mode de vie numérique étendu

Notre vie et nos habitudes quotidiennes se déplacent de plus en plus vers le monde numérique. Cela conduit à une extension du soi, mais aussi des thèmes comme le sport et le bien-être, à un nouveau niveau numérique. La tendance à approfondir numériquement et virtuellement les relations de la vie réelle par le biais d’éléments émotionnels fait également partie du métaverse. Dans des mondes de jeux de rôle comme « IMVU » et « Second Life », des milliers de personnes se donnent rendez-vous chaque jour pour se déguiser, faire la fête ou sortir ensemble virtuellement.

Les marques devraient saisir l’opportunité que leur offre le métaverse en tant que mécanisme créatif : Les consommateurs passifs deviennent des acteurs créatifs qui agissent comme des ambassadeurs actifs de la marque en créant des expériences communes dans le métaverse. Ce pouvoir créatif pose la première pierre d’une nouvelle économie de créateurs pleine d’inspiration, d’individualité et d’imagination. Ainsi, dans le jeu « Roblox », plus de 9,5 millions de créateurs créent de nouvelles expériences sur toutes sortes de thèmes et de domaines pour plus de 54 millions d’utilisateurs actifs quotidiens.

Redéfinir les lieux et les événements avec le métaverse

Qu’il s’agisse d’événements virtuels, de voyages, de biens immobiliers ou d’espaces frontaliers entre le monde réel et le monde virtuel, le metaverse redéfinit ce que peuvent être les lieux de rassemblement traditionnels comme la maison, un événement ou des vacances. Cela offre aux marques et aux utilisateurs de toutes nouvelles possibilités de vivre des expériences communes. Le concert d’Ariana Grande dans « Fortnite », qui a réuni les joueurs de Fortnite dans une nouvelle réalité en août 2021 sous forme de spectacles en jeu, en est un exemple frappant.

L’intérêt pour les biens immobiliers virtuels ne cesse de croître et indique que les utilisateurs veulent posséder leur propre bien au sein du métaverse. Cela crée un tout nouveau marché pour l’achat et la gestion de biens immobiliers et de terrains virtuels.  Les prix sont d’ailleurs en train d’exploser au sein du métaverse, certains terrains se vendent plus de 4 millions de dollars.

Le métaverse offre de nouvelles possibilités pour le commerce et le travail

homme dans le futur

Inspirées par les jeux vidéo, de nombreuses marques utilisent déjà le métaverse pour divertir, communiquer, commercialiser et même concevoir des produits. Les pionniers des expériences immersives sont Nike avec Nikeland et Vans avec Vans World.

Le métaverse va en outre révolutionner le commerce à plus ou moins long terme. Les expériences d’achat seront plus intuitives, plus immersives et plus attrayantes grâce aux magasins numériques et aux technologies AR et VR. Les marques de luxe du secteur de la mode, comme Burberry et Gucci, expérimentent notamment des répliques numériques de leurs boutiques.

Le métaverse révèle également des évolutions passionnantes en matière de travail : alors que le télétravail est depuis longtemps monnaie courante dans la vie réelle, le Métaverse repousse encore plus loin les limites. Il en résulte une toute nouvelle manière de travailler, dans la mesure où les personnes se rencontreront depuis leur domicile via leurs avatars virtuels et collaboreront dans des bureaux virtuels. Avec Microsoft Mesh et Facebook Horizon Workrooms, il existe déjà les premiers outils faire cela.

Le marketing d’engagement au sein du métaverse

Les attitudes et les convictions de la vie réelle ne s’étendent pas seulement au monde numérique, mais y gagnent aussi massivement en importance. Cela commence déjà par les identités numériques hyper-réalistes : les utilisateurs veulent représenter leur identité dans l’espace virtuel, avec toutes leurs caractéristiques physiques, les traits de caractère et leurs points de vue de la manière la plus détaillée possible. Ils souhaitent échanger avec des personnes partageant les mêmes idées.

De nouvelles communautés apparaissent, appelées DAO (abréviation de Decentralized Autonomous Organisation) qui veut dire organisation autonome décentralisée, qui s’appuient sur des valeurs communes et réalisent des projets ensemble. Il est important pour les marques d’exploiter cette tendance. Car outre le divertissement et la commercialisation, le métaverse offre également une nouvelle place à l’activisme politique, écologique ou social. Greenpeace a par exemple attiré l’attention sur les conséquences du changement climatique dans « GTA V », l’un des plus grands metaverses du monde du jeu. Los Santos, qui est sans doute l’une des villes les plus connues, a été modifiée pour montrer les effets réels que pourrait avoir le changement climatique.

Le potentiel du métaverse en termes d’engagement, de construction de communauté, d’autoreprésentation et de commerce est immense. Les marques qui parviennent à saisir ces opportunités en développant et en élargissant chacun de ces domaines peuvent être sûres de s’attirer les faveurs des jeunes et adeptes du numérique.