Start-up : 5 incubateurs à intégrer en France

Parce qu’il n’est pas aisé de créer son entreprise, plusieurs porteurs de projet font appel à des incubateurs de start-ups pour lancer facilement leur activité en France. Encourageant surtout les projets innovants, ces accompagnateurs représentent un véritable soutien au moment de la création de l’entreprise et tout au long de sa vie. Avant de choisir une de ces structures privées ou publiques, renseignez-vous bien sur les conditions d’admission à remplir…

À quoi sert un incubateur ?

Également appelé « couveuse d’entreprises », l’incubateur de start-ups est une structure qui soutient les entreprises ayant récemment été créée ou étant en cours de création. Il accompagne les porteurs de projet innovant pour leur permettre de le réaliser en mettant en place une entreprise performante.

Formation Création et développement d'une activité de formation

Cette structure d’accompagnement privée ou publique vous aide à réunir toutes les conditions nécessaires pour vous lancer en toute sérénité. En fonction des services proposés et de vos attentes, elle est présente à vos débuts, mais peut aussi vous épauler pendant toute la vie de votre start-up. Elle peut devenir un véritable partenaire, vous apporter un financement, un hébergement, du matériel ou encore des conseils pertinents.

Les différents types d’incubateurs

Face à la demande croissante d’accompagnement lors de la création de start-up, il existe différentes sortes d’incubateurs qui diffèrent en fonction de leurs :

  • Conditions d’admission ;
  • Publics : femmes, étudiants… ;
  • Secteurs d’intervention : robotique, numérique, biotech… ;
  • Motivations : retour sur investissement, développement économique, attractivité, transfert de technologies… ;
  • Modes de fonctionnement : privé, public, public-privé…

En tenant compte de ces facteurs de différenciation, on distingue 6 familles d’incubateurs :

  • Les incubateurs privés pouvant prendre la forme d’accélérateurs pour certains. Ils peuvent bénéficier de l’aide de grandes entreprises et de partenaires publics. Leur structure est mise en place par des associations professionnelles, des investisseurs, des entrepreneurs…
  • Les incubateurs dits « allègre » ou publics ont pour but d’encourager la création d’entreprises innovantes en contribuant au transfert de technologies développées dans les laboratoires de recherche publique ;
  • Les CEEI ou centre européen d’entreprises et d’innovation qui aident les porteurs de projet à développer de nouvelles activités pour leur région. Ces organismes publics bénéficient du label de l’Union européenne et sont épaulés par la Commission européenne à travers le réseau EBN ;
  • Les incubateurs liés aux grandes écoles qui aident les étudiants ainsi que les anciens étudiants des grandes écoles de commerce (ESCP, EM LYON, HEC…). Et des grandes écoles d’ingénieurs (télécom paris tech, polytechnique, centrale…). En plus d’apporter leur soutien, ils peuvent aussi encourager les étudiants à entreprendre ;
  • Les incubateurs de grandes entreprises : à l’aide de stratégies d’open innovation, certaines grandes entreprises ont créé leur propre incubateur pour attirer des talents et de nouvelles ressources ;
  • Les incubateurs de collectivités locales : dépendant d’une métropole ou d’une région, ils participent à l’attractivité et au développement économique ou social de leur territoire.

Quels incubateurs intégrer en France ?

Parmi les nombreux incubateurs en France, certains ont fait leurs preuves et sont désormais connus dans ce domaine :

1. Nubbo

Nubbo est un incubateur et un accélérateur de start-ups. Présent sur Toulouse, il est expert dans les secteurs des logiciels web, de la chimie, de l’électronique et de la biotech. Cette structure est prisée et renommée pour :

  • Son aide financière élevée, à hauteur de 50 000 € sans caution personnelle, sans intérêts, ni prise de participation venant de l’incubateur ;
  • Son accompagnement de qualité : trois ans après leur création, plus de 90 % des start-ups incubées sont encore en activité.

Pour intégrer le programme d’incubation, les candidats doivent suivre le programme de pré-incubation pendant un mois en vue d’analyser leur idée. Ensuite, les projets les plus convaincants intègrent le programme d’incubation qui dure un an. Un programme d’accélération de six mois est, par la suite, mis à disposition permettant d’accéder à un soutien financier de 50 000 euros.

Le BIC de Montpellier

Le BIC (Business & Innovation Centre) de Montpellier détenait en 2018 la seconde place des meilleurs incubateurs de start-ups mondiaux et est connu pour sa renommée internationale. Plus de 90 % des entreprises qu’il a accompagnées continuent leur activité après 3 ans d’existence.

La structure, qui vise à soutenir les entreprises innovantes, propose ses services pendant 3 à 5 ans au cours des différentes phases de maturation de la société :

  • Un hébergement en pépinière : le BIC dispose de trois sites d’incubation permettant d’héberger chaque entreprise intervenant dans le secteur du cleantech, du numérique ou à l’international ;
  • Des outils gratuits : les incubés peuvent employer l’outil de business plan de la structure ainsi que toutes ses ressources ;
  • Un coach référent pour l’accompagnement : l’incubé est assisté dans sa levée de fonds et bénéficie également de services en conseil stratégique.

Tous les secteurs d’activité sont pris en compte par ce programme si leur projet est innovant. Si vous êtes une start-up experte en cybersécurité, FoodTech, e-santé ou IoT, cela tombe bien, car plusieurs y ont déjà été incubées. Si votre entreprise met en avant l’engagement environnemental et sociétal, c’est encore mieux, car elle sera sont particulièrement favorisée.

Agoranov

Avec plus de 460 projets de start-ups incubés, Agoranov s’est vu décerner le Label Paris Innovation et fait partie des meilleurs incubateurs parisiens. Vous intervenez dans les secteurs de l’industrie greentech, le numérique et la santé ? Vous bénéficierez de services variés, tels que :

  • Un programme d’accélération : pour réussir leur levée de fonds, ils font partie d’un réseau d’investisseurs. Ils prennent également part à des événements et des formations animés par des professionnels afin d’assurer leur montée en compétences ;
  • Un chargé d’affaires : un interlocuteur dédié expert dans le domaine de compétences de la jeune start-up se charge de guider l’entrepreneur. Ce dernier bénéficie également des conseils d’une équipe avec différents profils et fait partie de la communauté des anciens incubés de la structure où il peut partager ;
  • Un hébergement : à Paris, l’incubateur met à disposition son espace de travail de 2 300 m² où l’incubé peut installer son bureau privé ou en open space. Il peut aussi avoir accès à des espaces de convivialité et à des salles de réunion.

The Family

Pour se distinguer de ses concurrents, The Family sélectionne environ 50 start-ups deux fois par an pour les soutenir dans leur croissance. En échange, vous participez au programme d’incubation à hauteur de 5 % de votre capital. Vous bénéficiez également d’une assistance dans votre levée de fonds, êtes coachés de manière intensive pendant 6 mois et accompagnée pendant une durée illimitée au cours de vos développements à venir. Le « Demo Day » clôture le programme d’incubation. Pendant cette épreuve, le fondateur pitche son projet en ligne face au réseau d’investisseurs de l’incubateur.

En intégrant The Family, vous ne disposez pas d’hébergement, mais d’un accompagnement basé sur le volontariat. Vous pourrez également peut prendre part en toute liberté aux ateliers et aux conférences qui vous intéressent.   

Comment intégrer un incubateur ?

Si vous souhaitez intégrer un incubateur, renseignez-vous sur son mode de sélection et son mode d’admission. Ces différents critères dépendent de chaque organisme. Prenez le temps de savoir si celui qui vous intéresse sélectionne les entreprises en recherche de développement ou de croissance ou plutôt les projets naissants.

Une fois sélectionné, le mode d’admission consiste généralement à envoyer un dossier de candidature à la structure choisie. Si votre projet est sélectionné, présentez-le oralement.