Best Of - Copywriting : 43 astuces d’écriture pour sauver votre blog du naufrage - 20 octobre 2015

Copywriting : 43 astuces d’écriture pour sauver votre blog du naufrage

André Dubois Auteur

Je peux vous dire ce que je pense, en toute franchise ? Attention, je ne vais pas vous dire discrètement que votre braguette est ouverte. Non, je parle de la vérité toute nue, directe et brutale, celle qui fait mal à entendre. Je suis quasiment certain que cela ne va pas vous plaire. Cela fait des mois que je scrute internet pour voir si quelqu’un aura le courage de le dire à ma place, mais personne ne le fait. Alors, ne m’en voulez pas parce que, comme on dit à un gamin qui avale une grande cuillère d’huile de foie de morue, c’est pour votre bien…

Alors voilà. Vous savez pourquoi votre trafic est faiblard, peu de partages, peu de commentaires, peu d’inscrits, et autant de clients qu’un chauve a de poux ? Ce n’est ni votre stratégie, ni l’alignement Mars-Vénus qui est défavorable. Non, c’est beaucoup plus simple.

Vos articles sont nuls.

Et si vous voulez qu’on vous lise, il va falloir vous remuer.

Nuls, vraiment ?

Oui, je persiste et je signe. Désolé pour les cœurs fragiles, je suis un affreux bonhomme, je sais. Bon, si vous faites partie des 3 % de gens qui écrivent des articles passionnants, je m’excuse. Vous pouvez quitter cette page. Je suis content d’avoir capté votre attention jusqu’ici, merci quand même.

Je m’adresse aux milliers de blogueurs et auteurs qui pondent 800 mots en 30 minutes et qui ne comprennent pas pourquoi leur audience ne célèbre pas leur génie. Vos articles m’ennuient et ils ennuient vos lecteurs. Vous êtes certainement très sympathique et compétent, ce n’est pas le problème. Mais le moindre de vos paragraphes m’assomme comme un épisode de l’inspecteur Derrick. C’est lent, c’est grisâtre, et rien ne se passe.

Pourtant, ce n’est pas ce que vous voulez, n’est-ce pas ? Vous écrivez pour aider votre audience, d’une manière ou d’une autre, pas vrai ? Et l’idée de départ, c’était bien que les lecteurs arrivent sur votre blog comme un torrent, subjugués par la pertinence de vos conseils, et qu’ils deviennent ensuite des clients ?

Dites-moi, c’est arrivé ? Je parie que non.

Donc je ne suis pas le seul à dire qu’il y a un problème, vos lecteurs aussi. Tendez l’oreille : ils le proclament en refusant de commenter, de partager, de s’inscrire et d’acheter. Ils s’abstiennent, comme un électeur montrant son mépris des politiciens.

Pourquoi vous devez mieux écrire si vous voulez survivre

Ne croyez pas que je vous fais le caprice du puriste qui passe 20 heures sur un article pour le plaisir de placer une virgule au bon endroit. Ce n’est pas le cas (même si oui, je passe entre 10 et 20 heures sur un article, et vous devriez en faire autant). Votre survie en ligne est VRAIMENT en jeu. Écoutez, voici pourquoi votre site va mourir et pourquoi c’est logique.

La question que je pose à chaque fois que je fais un coaching téléphonique : « A ton avis, pourquoi un lecteur va lire ton site plutôt que celui de Pierre, Paul ou Jacques qui traite du même sujet ? ». En général, mon client souffle, laisse passer un vide, puis il dit : « Ah oui, la qualité du contenu, évidemment ».

Vous n’êtes pas idiot. Vous savez que votre contenu doit être bon, mais vous ne savez peut-être pas comment faire.

Sans bon contenu, vous n’y arriverez pas. Vous allez écrire 10, 20, 50 articles, comme les gourous du net vous l’ont dit. Vous allez choisir des mots-clés en espérant que le trafic fasse boule de neige. Énorme erreur. Le trafic ne fonctionne pas du tout comme cela.

Sans bon contenu, vos lecteurs ne commentent pas et ne reviennent pas. Sans bon contenu, les gros poissons de votre thématique ne partagent pas. C’est le calme plat. Et le pire ? Puisque votre article ne fait pas réagir les foules, Google ne trouve aucune raison de le favoriser dans son classement. La boucle est bouclée. Vous voilà condamné. Continuez à publier tant que vous voulez, vous ne faites que coudre du beurre.

Vous pourrez toujours dire comme certains qu’il y a eu un « crash » du blogging en 2015 (en vous basant sur les classements Alexa, quelle farce). Si crash il y a eu, c’est sur les blogs qui n’apportent rien à part des argumentaires de vente agressifs.

Ce qui va vous arriver quand vous allez mieux écrire

Je vous le garantis: votre trafic va augmenter. Le nombre d’inscrits aussi, ainsi que vos ventes.

Bon contenu, effet bénéfique n° 1 : les lecteurs en redemandent

Laissez-moi vous raconter une courte histoire. L’été dernier, je suis allé voir le nouveau Mad Max. Je ne l’ai pas aimé. Une semaine après, j’ai lu par hasard un article de blog racontant ce film. J’ai lu l’article en entier. Pourquoi diable ai-je lu un article racontant l’histoire d’un film que j’ai trouvé mauvais une semaine après l’avoir vu ? Parce que c’était un article extraordinaire, un monument de 7800 mots (soit 15 pages de texte) à se tordre de rire. Cet article est visible ici, sur le blog de l’Odieux Connard. 389 commentaires et plus de 1000 partages Facebook.

Je n’aurais jamais lu une critique de Mad Max rédigée vite fait sur un blog cinoche quelconque surtout après avoir vu ce film. Mais là, j’ai ri, j’ai été transporté. Et après m’être tapé sa critique de 15 pages, j’en ai lu deux ou trois autres de plus pour le plaisir de me marrer.

Conclusion n° 1 : Le bon contenu rend le lecteur accro. C’est comme reprendre une part de gratin dauphinois maison, crémeux et fondant.

Mais ce n’est pas tout.

Bon contenu, effet bénéfique n° 2 : les gros partagent vos articles à leurs milliers de fans

L’époque bénie où les articles de 800 mots pondus à la chaine qui permettaient de percer est révolue. Pourtant, voilà ce que les gourous du net vous disent : « choisissez vos mots-clés, publiez, publiez encore, soyez patient, ça va venir ». Deux vérités ? Ça ne viendra pas, et vous avez été très mal conseillé. Aujourd’hui, aucun blog ne peut devenir populaire sans le soutien des gros sites déjà en place.

Voici un exemple. Regardez ce que font les acteurs la moitié du temps : ils écument les talk-shows pour parler de leur dernier film. Pas un mois sans voir Kad Merad ou Frank Dubosc vanter leur dernier chef-d’œuvre chez Michel Drucker ou au Grand Journal. Vous comprenez ?

Les acteurs vont promouvoir leur contenu en s’appuyant sur l’audience des émissions de télé. Vous, vous devez promouvoir votre contenu en vous appuyant sur les blogs populaires de votre thématique.

Que pensez-vous qu’il se passe quand Rudy Viard de Webmarketing Conseil tweete un de mes articles à ses 27 000 followers ? Miam miam. C’est ainsi que j’ai eu 1497 pages vues la semaine où j’ai publié… mon tout 1er article, réalisant un des plus gros démarrages du web francophone.

C’est votre mission sacrée, encore plus importante que d’écrire : créer des connexions avec des blogueurs populaires afin qu’ils acceptent de relayer votre contenu.

Conclusion n° 2 : Les gros blogueurs acceptent de partager votre post, ce qu’ils ne feraient jamais avec vos articles bateau de 800 mots.

Bon contenu, effet bénéfique n° 3 : vous devenez pote avec Google

Je ne vais pas laisser planer le doute. Voici ce qui se passe quand votre contenu est bon, lu, commenté, et partagé : Google le valorise. C’est la conclusion n° 3 : vous remontez dans les moteurs de recherche.

La boucle est bouclée, vous voilà sauvé sans avoir cherché ces fameux mots-clés de longue traîne.

Effet bénéfique bonus : on vous drague

Que se passe-t-il d’autre de bien quand vous écrivez mieux ? Vous obtenez le Saint Graal du blogueur : la crédibilité. Et on vous court après. J’ai publié mon premier article marketing il y a 5 mois avec une idée en tête : expliquer comment faire un blog si bon que vous pourrez en vivre. Inconnu, je n’avais qu’un seul moyen de percer dans une thématique aussi concurrentielle : les articles invités de valeur.

Alors que mon blog était vide, j’ai été publié ici même, par Webmarketing & c’om, le plus gros blog francophone sur le sujet, avec un article partagé plus de 1600 fois. J’ai été publié par le blog pointu Miss SEO Girl, écrivant un article SEO (alors que je ne suis pas un grand expert dans ce domaine) partagé plus de 200 fois. Idem, avec mes articles invités sur Webmarketing Conseil, et d’autres.

Et vous savez quoi ? Ces gros blogueurs m’ont demandé de réécrire pour eux. Et d’autres gros sites m’ont contacté, comme Press My Web par exemple.

Conclusion bonus : bien écrire amène de la crédibilité. Et au lieu de supplier pour que l’on prenne vos articles invités, les gros vous demandent directement d’écrire pour eux.

Vous êtes convaincu et prêt à changer la manière dont vous rédigez ? J’espère, car sinon tant pis pour vous. Un jour, un blogueur déboulera dans votre thématique et vous mettra à genoux. Mais si vous voulez vous y mettre, voici comment faire.

Comment écrire mieux

La bonne nouvelle ? Cela ne demande pas de talent, ni de don. Je ne vais pas vous montrer comment être le nouveau Marcel Proust, j’en serais bien incapable. La mauvaise nouvelle ? Cela demande beaucoup de travail.

Mais attendez. Et si vous écriviez un superbe article de temps en temps au lieu de pisser de la tisane tous les jours ? Ne pensez-vous pas que finalement, cela reviendrait quasiment au même en terme de charge de travail ? Et si, une fois que vous avez écrit votre article, vous passiez une journée à le promouvoir au lieu de vous précipiter sur le suivant ?

Vous aurez plus de trafic, de commentaires, de partages. Garanti.

Prêt ?

Alors voici 43 astuces d’écriture, en rafale :

  1. Commencez par un coup de poing

Ne dites pas : « Bien choisir sa thématique de blog est effectivement important pour votre future réussite, et vous devriez y penser avant de vous lancer ». Je dors déjà.

Dites plutôt : « Votre blog peut vous tuer ou changer votre vie. Tout dépend de quoi vous parlerez. »

  1. Choisissez des mots simples

Les mots compliqués vous font passer pour un âne. Ne dites pas «il est aisé de», dites «c’est facile de».

  1. Écrivez comme on parle

Ne dites pas « flatuler », mais « péter ». Vous passeriez pour un snob.

  1. Éliminez les mots atténuateurs

Vous avez déjà entendu les émissions de cuisine ? « Je vais mettre mon petit jus de citron avec mes petites carottes, et ça va donner un petit côté acidulé à ma petite recette ». Petit, pas trop, un peu… Cela ramollit votre propos, c’est insupportable, dégagez-moi tout ça.

  1. Écrivez de longs articles

Difficile de faire du bon contenu, complet, précis en moins de 2000 mots. Le débat est ouvert et j’ai pris ma position. Quelle est la vôtre ?

  1. Parlez au lecteur

Comme je viens de le faire avec vous, au point précédent.

  1. Faites des phrases courtes

Sinon, c’est chiant.

  1. Faites des paragraphes courts

Sinon, on s’y perd.

  1. Pas de jargon

Ne dites pas « hématome », mais « bleu » à moins d’avoir un public de connaisseurs.

  1. Ouvrez en plantant le décor

Votre premier paragraphe n’est pas celui de l’explication, mais de la description des problèmes du lecteur. Vous pouvez aussi faire comme ici, en haut de cet article : titiller l’intérêt.

  1. Soyez spécifique

Ne dites pas « vous augmenterez énormément votre trafic, rapidement ». Dites plutôt « vous augmenterez votre trafic de 88 % en 10 jours ».

  1. Ne parlez pas de vous, parlez du lecteur

Cet article contient trois fois plus le mot « vous » que les mots « je » et/ou « j’ ».

  1. Écrivez à la voix active

Si vous écrivez « Bob a pourchassé John et l’a ensuite découpé à la hache », c’est mieux que « John a été pourchassé par Bob, qui l’a ensuite découpé à la hache ». Plus simple, plus léger, plus efficace.

  1. Quand vote texte est fini, raccourcissez-le de 10 %

Enlevez les mots en trop, les adverbes, aérez. Par exemple « Par contre, si je vous ai convaincu et que vous voulez franchir le cap, vous vous demandez probablement comment faire. » va devenir « Par contre, si vous êtes convaincu, voici comment faire ».

  1. Ne soyez pas redondant

Relisez-vous et vérifiez que chaque idée est exprimée une seule fois. Ici, j’ai fait l’erreur de critiquer trop souvent les gourous du net, mais que voulez-vous, c’est plus fort que moi.

  1. Relisez-vous

Écrivez. Le lendemain, raccourcissez le texte de 10 %. Le surlendemain, relisez et fignolez.

  1. Mettez de l’émotion

Racontez une expérience ET ce que vous avez ressenti. « Le jour où j’ai compris que mon fils était autiste, j’ai rempli un seau de larmes. Ma femme aussi ».

  1. Mettez de l’humour

Ne dites pas que Pauline prend son temps aux toilettes. Dites que Pauline essaye de finir « Guerre et Paix » aux cabinets.

  1. Mettez de la vulgarité

Ouais, putain. Ce problème, il fait chier.

  1. Mettez de la peur

Au lieu de dire « C’est difficile de rester motivé quand personne ne lit votre blog », dites plutôt « Vous savez ce qui est pire ? Vous serez tellement épuisé et anéanti d’écrire des articles que personne ne lit que vous finirez en dépression ».

  1. Coupez les phrases

C’est. Une. Technique. Efficace.

  1. Adressez-vous aux cinq sens du lecteur
  • Écoutez. C’est important.
  • Regardez. Je vais vous montrer comment faire.
  • Vous la sentez ? Cette petite boule dans votre ventre ?
  • Une chose est sûre : ce mec pue le fric à 1 kilomètre.
  • On relit un bon article comme on mange une autre part de gratin dauphinois.
  1. Allez-y mollo avec les sous-parties
    1. Si, si.
      1. Là, c’est vraiment trop.
  1. Donnez votre opinion

Prenez parti, c’est votre blog. Vous êtes chez vous. Ceux qui sont d’accord deviendront des fans, et que les autres aillent au diable. Les centristes n’enflamment jamais les foules.

  1. Pas de point d’exclamation

Elmore Leonard dit que l’on a le droit d’en placer un tous les 50 000 mots. Ce sont les mots qui marquent l’émotion, pas la ponctuation.

  1. N’essayez pas de faire de l’art

Délivrez une information, une histoire et de l’émotion. Laissez l’art aux écrivains.

  1. Montrez, ne dites pas

Vos lecteurs sont malins. Ne dites pas : « Bob est un héros », dites « Bob est un pompier plusieurs fois décoré ». Les gens comprendront que c’est un héros.

  1. Ne bloguez pas en commençant vos articles par « Salut les amis » ou « Coucou les filles»

Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais je trouve cela vraiment mauvais. Le débat est ouvert.

  1. Utilisez des comparaisons

« Écrire un article de blog sans audience, c’est comme faire un cours devant une classe vide.»

« L’électricité dans un câble, c’est comme l’eau dans un tuyau.»

  1. N’en faites pas des caisses

« Cette offre exceptionnelle, qui va vous permettre de régler tous vos problèmes avec une facilité déconcertante ne sera plus disponible dans 30 minutes ! ». Qui va croire cela.

  1. Expliquez à vos lecteurs ce qu’ils doivent faire

Les gens veulent des méthodes. Étape 1, faites ceci. Étape 2, faites cela. Voilà comment atteindre le résultat.

  1. Si vous n’y arrivez pas, faites des articles listes

Lister les « 50 manières de faire ceci » demande beaucoup moins d’efforts que de développer une idée sur 4000 mots. Et en termes de trafic, ça cartonne.

  1. Si vous n’avez pas 10 heures pour écrire un article, alors ne l’écrivez pas

Car il sera mauvais.

  1. Essayez d’écrire sans but

Vous ne savez pas où votre article va vous mener ? Pas grave. Continuez d’écrire, vous verrez bien. Je ne sais jamais à quoi va ressembler mon article quand je le commence. J’ai juste une ou deux idées, et pas de plan.

  1. Nommez les émotions

J’ai eu peur. Vous serez satisfait. Nous étions stupéfaits. Vous hésiterez longtemps.

  1. Soyez monotâche

Quand vous écrivez, ne faites rien d’autre.

  1. Pour être crédible, citez des exemples

« Voici comment j’ai fait 1497 pages vues avec un seul article sur mon blog.»

« Voici comment Zen Habits a atteint 100 000 followers.»

  1. Refaites vos 10 premières lignes jusqu’à ce quelles soient magnétiques

Si vous voulez que votre article soit lu, harponnez le lecteur dès le début. N’attendez pas pour en mettre plein les mirettes. Ces 10 premières lignes sont les plus dures, avec le titre.

  1. Imaginez votre lecteur affalé sur un canapé, un œil sur la tablette, un œil sur la télé

Vous devez écrire fort pour le remuer. Sinon, il filera sur YouTube pour regarder des skateurs qui se vautrent.

  1. Écrivez le genre d’article que vous aimez lire

Si cet article vous plait, prenez-le comme base, pas de problème.

  1. Écrivez 2000 mots par jour

L’écriture est pratique : n’importe qui peut y arriver en se donnant la peine de pratiquer chaque jour.

  1. Essayez de résumer votre article en une phrase

Mon article va montrer pourquoi c’est important de bien écrire et comment faire. Cela vous aidera à savoir si vous partez sur un truc valable ou foireux.

  1. Lisez beaucoup et soyez sincère.

C’est le moment de vous y mettre sérieusement

Votre design n’est pas le problème.

Votre thématique n’est pas le problème.

Les mots-clés de longue traine ne sont pas le problème.

En réalité, vous avez juste deux problèmes :

  • Vous n’osez pas écrire avec votre âme, vos tripes, et vos lecteurs le sentent ;
  • Vous n’osez (ou ne savez) pas comment promouvoir un article.

Bloguer, ce n’est pas que donner des informations et des méthodes. Cela ne tourne pas autour de vous. Cela tourne autour de vos lecteurs.

Alors, tentez. La prochaine fois, essayez d’écrire un article différent des tisanes que l’on voit partout. Ce ne sera pas parfait, mais vos lecteurs trouveront ça mieux. Mettez un peu de nitroglycérine et d’âme dans vos phrases. Vous avez le temps, il faut simplement commencer.

Essayez de toucher leurs émotions. Faites-leur sentir que vous voulez les aider. Faites-leur sentir qu’ils peuvent y arriver. Faites les pleurer, rire, ou réfléchir. Ils vont réagir.

Par exemple, après avoir écrit cet article sur mon blog, j’ai reçu des emails de gens me disant qu’ils avaient pris un coup de poing, qu’eux aussi vivaient des drames. Ils voulaient juste me remercier pour le courage que je leur avais donné. C’est plus important que le trafic, que les pages vues, et que l’argent.

Vous pouvez le faire. Vraiment.

Vous allez devenir l’électrochoc qui fait réagir vos lecteurs. Ils apprécieront. Ils commenteront. Ils partageront. Ils reviendront. Ils achèteront.

Alors, allez-y. Il y a un million de gens, devant leur écran, qui n’attendent que cela.

Source image : Shutterstock