Best Of Email Marketing — 17 juin 2015 — 5 commentaires
Emailing : comment écrire un titre percutant

Vous le savez, le titre de vos emailing est crucial, c’est même l’élément le plus important de chaque email. Un mauvais titre et c’est l’échec à coup sûr : soit vous vous retrouvez dans les spams de vos destinataires, soit votre mail pourrira dans leurs boites de réception car ils n’auront aucune envie de l’ouvrir. Par contre, si vous soignez l’objet de vos mails, vous verrez immédiatement votre taux d’ouverture s’envoler… et les achats s’ensuivre ! Alors vous pouvez continuer de faire confiance à votre instinct (« moi je pense que… »), ou vous pouvez appliquer les techniques éprouvées par les professionnels du mailing, peaufinées par des années d’expérience et qui s’appuient sur la donnée 🙂

Nouvel article : 5 services d’email marketing en français

5 solutions / logiciels d’emailing marketing en françaisSi chez Webmarketing & co’m, on adore Mailchimp, certains sont rebutés par l’interface entièrement en anglais. Et il faut bien l’avouer, tout le monde n’est malheureusement pas à l’aise avec la langue de Shakespeare. C’est pourquoi nous avons sélectionné 5 services et logiciels emailing avec une interface entièrement en français. De quoi booster votre stratégie d’email marketing sans avoir besoin de Google Translate a portée de mains.

A découvrir ici : 5 services d’email marketing en français.

1. Les grandes lignes

Commençons par les bases. Respectez ces techniques et vous éviterez déjà la plupart des catastrophes. 3 principaux éléments sont à garder en tête quand vous rédigez un titre d’emailing :

La personnalisation

C’est une technique vieille comme le monde. Le destinataire de l’emailing se sentira plus concerné si vous vous adressez directement à lui dans le titre de votre emailing. Ca impacte donc directement le taux d’ouverture, même si ce n’est pas la technique la plus efficace.

Un test mené à ce sujet par Mailchimp permet de se faire une idée plus précise sur le sujet. Selon eux, la présence dans le titre d’un emailing du prénom du destinataire augmente de 0.09% le taux d’ouverture. Ce chiffre progresse lorsque c’est le nom de famille du destinataire qui est utilisé (+0.17% de taux d’ouverture), le mieux étant encore de décliner son identité civile complète : l’usage du nom et prénom augmente en moyenne le taux d’ouverture d’un email de +0.33%. Ca commence à devenir intéressant.

Un format court

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un long titre d’emailing sera tronqué lors de son affichage dans la boite mail de son destinataire. Or, un titre tronqué ne permet pas de savoir précisément de quoi parle le mail, ce qui n’est pas rassurant. Ce dernier risque alors de pourrir dans la boite de réception de son destinataire.

Par ailleurs, les titres courts se lisent plus vite. Quand une personne est saturée de mails, son regard va donc plus facilement se tourner vers eux.

Cette fois, c’est Mailer qui nous propose des données intéressantes à ce sujet. Comme on peut le voir sur le graphe ci-dessous, les titres d’emailing qui comprennent entre 4 à 15 caractères sont les plus performants. Va falloir être concis !

Taille et performance des titres d'emailing

Le danger du spam

Le grand danger des emailing, c’est le spam. Plusieurs raisons peuvent vous faire atterrir dans les courriers indésirables de vos cibles, mais on va se concentrer ici sur l’aspect « titre ». Certains termes sont à bannir de vos objets de mail, notamment :

  • Ceux liés au sexe et à la violence (par exemple, une entreprise spécialisée dans les jouets pour enfants aura plutôt intérêt à promouvoir dans le titre de son emailing les puzzles éducatifs que les pistolets… même si ces derniers sont à billes et donc inoffensifs, ça peut semer la confusion !)
  • Ceux qui peuvent faire suspecter une arnaque : « promotion incroyable » etc.

Sur la forme, les majuscules et les points d’exclamation à outrance sont également à bannir : excessifs et emphatiques, ils sont souvent employés par des spammeurs pour pusher leurs offres. Et vous ne voudriez pas être assimilés à eux, n’est-ce pas ?

2. Ces bonnes pratiques auxquelles on pense moins…

Maintenant que vous maîtrisez les grandes lignes, il s’agit de faire encore mieux et battre vos concurrents. Pour cela, vous allez devoir mettre en œuvre des tactiques moins utilisées. Voici 3 pistes à tester dans vos prochaines campagnes d’emailing.

Faire preuve d’humour

Si l’internaute sourit en lisant votre titre d’emailing, c’est gagné ! Vous avez gagné sa sympathie, ce qui lui donnera envie d’ouvrir votre mail… à condition toutefois que vous soyez une marque qu’il sache identifier.

Un exemple ? En juillet 2014, Groupon a envoyé à ses abonnés un emailing qui avait pour titre « The Deals That Make Us Proud (Unlike Our Nephew, Steve) » autrement dit : « Les deals qui nous rendent fiers – pas comme notre neveu, Steve ». C’est brillant car :

  • On se demande ce que fiche l’aparté dans ce titre, ce qui contribue à éveiller notre curiosité ;
  • C’est décalé et un peu grinçant, ce qui fait sourire ;
  • On a tous un « neveu Steve » dans notre entourage, ce qui crée de la connivence avec la marque.

Le mail de Groupon

Emailing Groupon

Utiliser un vocabulaire faisant écho à ce que vit votre buyer persona

Si vous avez défini consciencieusement votre buyer persona, vous avez normalement une bonne idée de qui il est, quelles sont ses problématiques, où il travaille, quelles sont les expressions qu’il utilise au quotidien, etc. Reprendre ces infos dans les titres de vos emailing est une bonne pratique car votre buyer persona se sentira interpelé. Vous pouvez notamment citer dans votre titre d’emailing :

  • Sa fonction (ex : « Exclusif : nouvelle offre pour les DAF ») ;
  • Des mots de vocabulaire qu’il utilise au quotidien et qui font partie de son univers (ex pour un commercial : « Comment rédiger de meilleures propales » ou pour un jeune branchouille « YOLO ! 5 astuces pour avoir le swag »)
  • Sa localisation (ex : « Marseillais, vous êtes invité à notre journée porte-ouverte »)
  • etc…

Plus vos titres d’emailing seront précis et feront écho à la situation de vos destinataires, plus ces derniers seront susceptibles de les ouvrir.

Insérer des émoticones

On l’a vu tout à l’heure : un titre court retient l’attention C’est également vrai pour un titre accompagné d’un visuel, car on sait que les images attirent le regard de l’internaute comme un aimant. La preuve par l’exemple :

Emailing avec images dans le titre

Le petit plus, c’est qu’avec des émoticônes du type smiley, vous pouvez facilement faire passer une émotion à vos destinataires. Par contre attention, ils ne sont pas toujours bien pris en compte par les clients mails. Il faut donc faire des tests avant l’envoi de votre campagne.

Conclusion + un outil qui peut vous être utile

Le plus possible, faites des tests A/B de vos titres d’emailing et analysez votre historique : c’est la meilleure façon de progresser et d’identifier ce qui plait à votre audience. Par ailleurs, vous ne le savez peut-être pas, mais Mailchimp propose un outil d’aide à la rédaction de titres de mailing performants. Bon, l’outil sèche un peu pour les titres en français, mais c’est un vrai plus pour ceux qui gèrent des campagnes en anglais !

Source image : Shutterstock

Articles similaires

Articles Recommandés



L'auteur

Pauline Drouin

"Experte en marketing digital, Pauline a cofondé l'agence web Alesiacom. Dans ce cadre, elle accompagne PME et grands comptes à mettre en place des stratégies webmarketing à fort ROI"

 


5 Commentaires

  1. Merci pour cet article très intéressant !

    Pour ce qui de la personnalisation du message en incluant le nom du destinataire dans le titre, je reste sceptique sur le fait que cela puisse augmenter le taux d’ouverture. Il est clair que cela avait de l’influence au début des années 2000 quand les internautes étaient impressionés de voir leurs noms figurés dans le titre d’un email, mais hélas de nos jours ce n’est plus le cas.

    A mon avis, dans le titre il faut penser à utiliser des termes qui intriguent le lecteur. Poser des questions pertinentes améliore le taux d’ouverture.

    • Personnellement je pense que si le fait de l’ajouter d’augmente pas forcément le taux d’ouverture de manière significative, le fait de ne pas le mettre peut a contrario le faire baisser, c’est presque devenu une norme 😉

      En revanche, personnaliser les nom et adresse de l’expéditeur et utiliser le pré-header sont des astuces qui fonctionnent pas mal !

  2. Merci pour vos réactions sur cet article !

    Je suis d’accord avec vous deux, citer le nom du destinataire de l’email est une pratique qui n’a plus rien d’extraordinaire, car très utilisée par les marques. C’est toutefois devenue une sorte de standard, qu’il vaut mieux suivre dans la plupart des cas. Mais comme je le précise en conclusion : seuls des tests A/B vous permettront de savoir ce qui fonctionne le mieux auprès de votre audience !

    Bonne soirée 🙂

  3. Un peu contradictoire : il faut mettre le nom et prénom tout en restant court : il ne reste plus beaucoup de place pour le reste de l’objet.
    Pour ma part aucune différence entre objet personnalisé vs objet non personnalisé sur les tests A/B

  4. Par contre l’utilisation des emoticones est trés efficaces : profitez en tant que les autres marques ne s’y sont pas mis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *