Le plan de vente simple & persuasif d’un copywriter (en 5 phases)

Écrire une page de vente en 2020 est une pure galère. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il y a environ 200 articles sur le sujet, et que dans la plupart des cas : ils se contredisent tous…

Évidemment, si vous avez lu ces articles, celui-ci va aussi contredire ce que vous avez peut-être lu.

Alors : qu’est-ce qui fait que ce que vous allez lire, là maintenant tout de suite, est plus légitime qu’ailleurs ?

La réponse tient en une phrase :

Cet article – lui – est écrit par un copywriter professionnel.

(Coucou, c’est moi)

Et ce que je vais vous dévoiler n’est :

  • Ni des astuces de vente à intégrer dans votre page ;
  • Ni une structure de vente que j’ai copiée-collée d’un blog américain ;
  • Ni des choses que j’ai compilées à droite à gauche pour en faire un article.

Ce que vous allez découvrir, c’est une seule et unique chose : la structure que j’utilise pour rédiger les pages de vente de mes clients.

Je fais ce job depuis 2017 et j’ai eu l’occasion d’écrire plus de 100 pages de vente différentes.

Pour vendre des produits qui n’ont rien à voir entre eux : formations, eBooks, produits physiques, coachings, etc.

Et à force, j’ai commencé à intégrer mentalement les éléments qui rendaient ces pages de vente attractives.

Puissantes.

Persuasives.

Et après un travail d’analyse de plusieurs années, j’en ai sorti la structure de page de vente parfaite.

Une structure en 5 phases bien distinctes.

Une structure qui marche dans toutes les thématiques.

Pour tous les business.

Pour vendre aussi bien un infoproduit sur la perte de poids qu’une voiture sur LeBonCoin.

Et aujourd’hui, vous allez bénéficier de cette méthode, en continuant simplement votre lecture.

Et si vous avez un produit ou service à vendre ?

Vous allez pouvoir l’appliquer directement à la fin de votre lecture.

Et constater les résultats par vous-même.

C’est parti, commençons :

Phase 1 – Magnétiser l’attention

Il existe plusieurs façons d’attirer l’attention, et vous devez en connaître plusieurs si vous êtes familier avec la vente et le marketing.

Mais savez-vous ce qui MAGNÉTISE l’attention ?

Connaissez-vous la recette d’une accroche hypnotique et irrésistible ?

C’est une seule et unique chose :

Une promesse visuelle.

Et vous allez utiliser ça pour écrire le titre de votre texte de vente.

Ce que j’appelle une promesse visuelle, c’est tout bête :

Vous devez promettre un bénéfice à votre prospect, et vous devez en faire une métaphore imaginable.

Je vous donne un exemple, vous allez voir c’est beaucoup plus simple que ça en a l’air :

Admettons que vous vendiez un cours vidéo sur le tennis à des débutants.

Ils veulent s’améliorer, et vous, vous voulez vendre votre formation.

Et bien, pour leur montrer que vous êtes la personne qu’il faut et les hypnotiser, vous devez simplement dire quelque chose comme ça :

« Devenez un maître du coup droit grâce à ce cours vidéo ! »

Ça, c’est votre promesse.

Sauf qu’il y a un problème : elle n’est pas impactante.

Elle manque de « concret ».

Et c’est pour ça qu’on va utiliser un second ingrédient secret, vous allez lui faire « voir » votre promesse.

Exemple :

« La méthode pour enchaîner les coups droits à la façon de Raphaël Nadal »

Avec un titre comme ça, tout change.

Votre prospect peut imaginer Nadal en train de frapper un magnifique coup droit en lisant votre titre.

Et ça lui donnera naturellement envie de lire votre page de vente.

Phase 2 – Descendre dans les abysses de la douleur

Maintenant, votre prospect est paré à entendre ce que vous avez à lui dire.

Vous pourriez lui présenter directement votre produit, mais… ce serait beaucoup trop tôt.

Il faut qu’il soit réceptif.

Il faut qu’on lui fasse d’abord comprendre quel est son problème, avant d’apporter votre solution (votre produit).

Pour ça, on va descendre avec lui dans les abysses de la douleur.

Je vous rassure tout de suite : on ne va pas le faire souffrir.

Juste lui faire comprendre que son problème existe, et qu’il est grave.

Vous allez donc lui expliquer : « Vous aimeriez devenir un bon joueur de tennis, mais vous n’y arrivez pas parce que… blablabla. »

L’idée ici est de lui montrer son problème et d’ensuite lui dire qu’il a des conséquences graves.

Et dès que vous avez exposé son souci, montrez-lui ce que ça implique.

Par exemple, pour le tennis, vous pouvez lui dire qu’il voit d’autres personnes autour de lui qui s’améliorent, mais que lui n’y arrive pas.

Qu’il va peut-être même perdre en efficacité s’il ne s’entraîne pas correctement et régulièrement.

Que son niveau va baisser jusqu’à le faire se sentir tout petit face à ses collègues – au point qu’il soit dégoûté de jouer au tennis.

Vous voyez l’idée ?

Vous développez son problème petit à petit, en lui parlant des conséquences.

Et dès que c’est fait, vous êtes prêt à passer à la phase 3.

Phase 3 – Amener une solution simple & magique

Cette phase est ultra-simple et rapide, mais elle est nécessaire.

Le but : faire la transition entre le problème et votre produit.

Ici, ne vous prenez pas la tête, parlez simplement de la solution qui va régler le problème de votre prospect.

Encore une fois, avec l’exemple du tennis : vous pouvez dire que la solution pour lui éviter tout ça est d’avoir une méthode claire et professionnelle – afin de devenir de plus en plus bon.

Et sans même parler de votre produit, vous introduisez comme une évidence ce dont a besoin votre prospect.

Et à partir de là, votre prospect est maintenant prêt à passer à la 4ème phase.

Phase 4 – Faire une offre fascinante

Vous lui avez montré quel était son problème.

Vous lui avez dit quelle était la solution.

La seule chose que vous avez à faire désormais : c’est de dire que vous lui offrez cette solution.

Mais pas que.

Votre produit, pour être fascinant et irrésistible, doit contenir la solution dont vous avez parlé dans la phase 3 – avec en plus tout un tas d’autres éléments auxquels n’a pas pensé votre prospect.

Toujours avec l’exemple du tennis :

La solution pour régler son problème était de trouver une méthode claire & pro à suivre facilement.

Et bien vous lui dites simplement que vous avez ça, et qu’en plus vous allez aussi lui apprendre comment rester motivé pendant son entraînement, comment travailler aussi son endurance, et même comment s’adapter face à un gaucher.

Si vous n’avez pas d’idée d’éléments « supplémentaires » à ajouter à votre offre, pensez la chose suivante :

Votre produit doit amener la solution de la phase 3, mais plus rapidement, plus efficacement et plus facilement.

Pensez à ça : Plus rapidement, plus efficacement, plus facilement.

Et amenez ces trois choses en plus dans votre offre.

Et là, elle deviendra irrésistible.

Phase 5 – Conclure en tuant les objections

Les objections sont ce qui flinguent la vente.

Il faut à tout prix que vous les éliminiez.

Comment ?

Vous avez deux options :

Option n°1 :Atténuer une objection avant qu’elle ne survienne dans l’esprit de votre prospect.

Exemple :Si votre prospect voit votre prix et se dit que c’est trop cher.

Tu as juste à présenter les alternatives qu’a ton prospect s’il n’achète pas ton produit.

Par exemple, en lui disant combien ça lui coûterait de ne PAS régler son problème.

En lui rappelant les prix de la concurrence ou des produits qui ressemblent aux tiens.

Ou même en divisant le prix par jour ou par semaine.

Option n°2 : la FAQ (évidemment)

À la fin de votre page de vente, vous ajoutez une FAQ qui ne répondra pas aux questions du prospect, mais à ses objections.

Et c’est très important, pour chaque question de la FAQ, pensez : « À quelle objection du prospect ça répond ? »

Ne mettez pas de questions techniques, le prospect pourra toujours vous les poser après son achat.

Pour rappel : quand vous achetez une étagère, vous ne lisez pas la notice avant de l’avoir achetée.

Là c’est pareil, répondez aux questions qui peuvent freiner l’acte d’achat uniquement.

Et vous cartonnerez.

Conclusion

Ce plan de vente se finit là.

Vous avez maintenant TOUT ce qu’il faut pour rédiger votre page de vente.

Appliquez bêtement chaque étape et je peux vous assurer que les ventes suivront.

Et je vais finir en vous partageant un petit secret :

Le copywriting est un « problème de riche ».

C’est clair et net : ça vous aidera à vos débuts.

Mais vous pouvez très bien commencer sans tout y comprendre.

L’idée est de vous améliorer petit à petit et de faire grandir votre business en ligne au fur et à mesure grâce au copywriting.

Mais je tiens vraiment à terminer sur ça : ce n’est pas OBLIGATOIRE pour réussir.

Vous pouvez débuter sans – et ça marche même mieux que de passer 5h/jour à l’étudier parce qu’on se dit que c’est nécessaire pour connaître le succès.

Vous pouvez me faire confiance là-dessus.

On se revoit très vite.

Ciao,

Edwin

Présentation de l’auteur

Moi c’est Edwin, copywriter depuis 2017. Envie d’augmenter vos ventes ? J’envoie 3 fois/semaine mes emails à ma Liste Privée.

Des emails où je partage mes méthodes de copywriting, mes secrets sur la vente et où (parfois) je raconte ma vie.

Ça se passe juste ici pour rejoindre les autres : Je veux recevoir tes mails Edwin !