E-commerce - Créer son site e-commerce : par où commencer ? - 10 octobre 2019

Créer son site e-commerce : par où commencer ?

Créer son site e-commerce : par où commencer ?
Guillaume Robez Consultant webmarketing freelance et éditeur du site independant.io

D’après Statista, le chiffre d’affaires du e-commerce en France est en constante augmentation (plus de 92 Mds d’€ en 2018). Certes, les clients achètent de plus en plus sur Internet. Mais vous êtes aussi (et surtout) de plus en plus d’entrepreneurs à vous lancer dans le e-commerce…

Certains ont déjà le produit, d’autres sont intéressés par le e-commerce quelle que soit la niche. Dans les deux cas, une petite piqûre de rappel sur les étapes à respecter pour se lancer sereinement et surtout par où commencer un projet e-commerce ne vous fera pas de mal !

Training&Co'm

#1 – Cadrer son projet e-commerce

La première étape pour créer son site e-commerce est celle du cadrage de votre projet.

C’est l’étape la plus importante, et pourtant c’est celle sur laquelle le plus de e-commerçants font l’impasse, faute de temps ou de compétences.

Comment choisir un secteur intéressant (ou valider que votre produit répond à une demande)

Pour le cadrage, il y a deux façons de voir les choses avant de se lancer :

  • Soit vous avez déjà un (ou plusieurs) produit(s) à vendre ;
  • Soit vous voulez vous lancer en e-commerce mais la niche vous importe peu (c’est le cas de la plupart des dropshippers par exemple).

Mais dans les deux cas, il faudra vérifier la taille du marché, pour déterminer le potentiel de votre boutique en ligne.

La seule différence est que dans le deuxième cas vous n’avez pas de préférence pour une niche particulière et pouvez plus facilement changer de marché, tandis que dans le premier il vous faudra parfois lutter contre vous-même pour accepter que non, un pull en canette de soda recyclée n’est pas une très bonne idée de produit pour votre boutique.

Commencez par regarder s’il existe déjà une demande sur votre niche en utilisant l’un des outils suivants :

  • Google Ads Keyword Planner (gratuit) ;
  • Ahref (payant) ;
  • Semrush (payant) ;
  • Ubersuggest (gratuit) ;
  • Google Trends (gratuit).

Ces outils peuvent vous aider à comparer la taille de la demande sur plusieurs marchés, tout en regardant aussi la concurrence déjà présente. Très pratique !

Bon à savoir : vous pouvez toujours décider de lancer un produit innovant et le vendre en ligne, mais gardez bien en tête que votre stratégie d’acquisition sera totalement différente (et souvent plus difficile) sur un marché où la demande n’est pas encore explicitement formulée.

Réalisez un business plan

Une fois la niche validée, réalisez un business plan complet. Ne négligez pas cette étape, c’est souvent ici que tout va se jouer. 

Réalisez un budget prévisionnel détaillé (n’oubliez pas les coûts marketing !), il en existe de nombreux modèles disponibles gratuitement sur le web.

Le business plan, une étape à ne pas négliger pour son projet e-commerce

N’oubliez pas les coûts de logistique, les frais de création de votre structure juridique, les coûts de développement éventuels ou encore les frais liés à votre solution de paiement ou encore à votre banque…

Notre conseil : discutez avec d’autres e-commerçants passés par là avant vous, et demandez-leur de vous détailler leurs coûts principaux.

N’oubliez pas le cahier des charges

Évidemment, si vous décidez de créer votre site de e-commerce en faisant appel à un prestataire, rédiger un cahier des charges est indispensable.

Mais même si vous avez décidé de faire votre site de e-commerce vous-même, l’exercice du reste intéressant pour être sûr de ne rien oublier avant d’entamer la création de votre boutique en ligne.

De nombreux e-commerçants avant vous font l’impasse sur cette étape, surtout quand ils se lancent seuls, et ils sont nombreux à regretter ensuite certains choix (technologiques notamment) qu’ils auraient pu éviter avec un bon cahier des charges.

Un cahier des charges doit comporter les éléments suivants :

  • Présentation du projet et de vos concurrents ;
  • Persona (qui est l’acheteur cible) ;
  • Arborescence du site ;
  • Catalogue de produits ;
  • Charte graphique (ou au moins une description graphique du site) ;
  • Quelques éléments d’ergonomie et de navigation ;
  • Objectifs (CA, taille de catalogue…).

N’oubliez pas non plus les éléments clés du site e-commerce : 

  • À quoi vont ressembler le compte client, les pages produits et votre entonnoir de vente (panier, checkout…) ?
  • Quelles sont les intégrations nécessaires avec d’autres outils  (facturation, emailing, logistique…) ?

Une fois le projet bien cadré, il faut passer au choix de la solution pour développer sa boutique en ligne.

#2 – Choisir une solution pour créer son site de e-commerce (et/ou des prestataires)

Vous l’avez sans doute compris, il y a 2 façons de créer un site de e-commerce : seul  ou accompagné.

Choisir entre lancer son activité seul ou à l’aide de prestataires (freelance, agence…) va dépendre de plusieurs critères :

  • Taille et complexité du projet : votre site nécessite-t-il des développements personnalisés ? Quelle est la taille du catalogue produit ? Quelle est l’envergure du projet et combien de temps avez-vous pour le lancer ?
  • Budget : quel est votre budget pour le développement du site, et pour son marketing ?
  • Compétences : êtes-vous capable de créer votre site vous-même à l’aide de la solution type CMS ou est-ce inconcevable pour vous ?

Seul ou aidé, rentrons maintenant un peu plus dans le détail des solutions qui s’offrent à vous pour créer votre site.

Choisir un CMS

Rappel : Un CMS (Content Management System) est l’outil qui vous permet de créer et gérer votre site e-commerce. 

Choisir son CMS n’est pas simple et encore une fois une étape cruciale.

Il s’agit de choisir une solution qui s’adapte à vos besoins et vos objectifs actuels et à venir. Il existe deux grands types de CMS qui permettent de créer son site e-commerce.

1/ Les CMS en SaaS

Les CMS dits “SaaS” (dont vous payez un abonnement mensuel), sont la solution la plus prisée pour les petits sites e-commerce, mais ils conviennent aussi à des projets de plus grande envergure.

tesla shopify
Même Tesla utilise le CMS SaaS Shopify pour sa boutique d’accessoires

Côté avantages :

  • Outils clés en main ;
  • Hébergement inclus ;
  • Paramétrage de la boutique à la portée de tous ;
  • Interface simple à prendre en main ;
  • Mises à jour automatiques ;
  • Nombreux modules additionnels disponibles.

Côté limites, attention à la compatibilité de la plateforme choisie avec les solutions tierces, ainsi qu’au prix total. En effet, si le prix mensuel des plateformes SaaS permet en général de se lancer à bas coût, il faut aussi intégrer dans le calcul les commissions de la plupart de ces plateformes.

La solution SaaS la plus connue est Shopify, avec plus de 800 000 sites e-commerces gérés dans le monde. Notons aussi Oxatis, BigCommerce, Wizishop, ou encore Prestashop Ready (la version SaaS de Prestashop).

Les CMS open-source

Deuxième type de CMS, et en réalité le premier type qui a vu le jour historiquement, les CMS open-source. Ce sont des logiciels à télécharger et dont l’hébergement est à votre charge, mais qui sont gratuits.

Côté avantages :

  • Le prix puisqu’ils sont gratuits (même si nous verrons après que ce n’est pas si simple que cela) ;
  • Très personnalisables (notamment de nombreux thèmes) ;
  • Communauté de développeurs bien installée (solutions historiques).

Côté limites, toutes les solutions ne sont pas si simples à prendre en main, et la plupart nécessitent davantage de compétences techniques qu’une solution SaaS. Il vous faudra donc la plupart du temps être accompagné par un freelance ou une agence pour la création et le paramétrage de votre site e-commerce (et du coup ce n’est plus gratuit…).

Les solutions open-source les plus connues pour le e-commerce sont Magento, Prestashop, ou encore WooCommerce, mais aussi Joomla, OpenCart, Drupal… Vous avez l’embarras du choix.

Tout développer à partir d’une feuille blanche

Alternative au CMS open-source ou SaaS, certains e-commerçants partent d’une feuille blanche et font appel à des développeurs pour créer des boutiques en ligne 100% personnalisées. Soyons clairs, cette solution, si elle est la plus “souple”, est aussi celle qui va être la plus complexe et la plus chère, et nous semble donc inadaptée pour la plupart des (futurs) e-commerçants qui nous lisent.

#3 – Prévoir le cadre juridique 

En parallèle du choix de votre solution, n’oubliez pas le cadre juridique lié au lancement de votre boutique e-commerce.

Choisir son statut

N’imaginez pas commencer à vendre sur votre boutique e-commerce sans le moindre statut juridique, ce serait une erreur que vous pourriez regretter plus tard.

Si vous êtes seul dans l’aventure e-commerce, le statut auto-entrepreneur est le plus simple pour se lancer. Les formalités de création sont peu coûteuses, et la gestion et comptabilité est simplifiée. 

Certaines limites de ce statut (franchise de TVA, limite de CA, pas de déduction des charges, responsabilité illimitée) peuvent vous pousser à vous tourner vers l’EIRL ou un statut société type SASU ou EURL, ou bien leurs versions à plusieurs associés (SAS ou SARL) si vous êtes dans cette situation.

N’oubliez pas les obligations légales 

Le statut est une chose importante, et respecter les obligations légales sur votre boutique e-commerce en est une autre.

Et les obligations sont relativement nombreuses pour protéger l’acheteur :

  • Indiquer les mentions légales ;
  • Détailler les Conditions Générales de Vente (CGV) ;
  • Déclaration à la CNIL ;
  • Informations obligatoires pour l’acheter (droit de rétractation, conditions et délais de livraison, moyens de paiement, prix…) ;
  • Protection des données personnelles.

Pour voir en détail les règles obligatoires de la vente en ligne, rendez-vous sur la page officielle du Service Public.

Aujourd’hui, débuter dans le e-commerce n’a jamais été aussi simple et aussi peu coûteux. Un projet bien cadré, un bon prévisionnel et le choix d’une solution adaptée vous permettront de mettre toutes les chances de votre côté.