Référencement naturel - 16 Optimisations SEO pour faire fondre Google - 6 mars 2017

16 Optimisations SEO pour faire fondre Google

Mehdi Blogueur

Je vais casser ton rêve. Désolé, mais ce n’est pas mon style de te vendre du rêve. Référence ton site en 1 minute par jour, sois 1er sur Google et récolte du trafic en masse, vis de ton blog en Thaïlande comme un roi toute l’année à la plage… Non, désolé. Mon truc à moi, c’est le #noBullshitSEO. Alors oui, structurer ta page pour un SEO optimal est vital. Mais non, ça ne suffit pas à être 1er sur Google…

Je m’adresse aux blogueurs et petits business sérieux qui ont compris que ”y’a que dans l’dico que la réussite vient avant l’travail.” [Nekfeu].

Alors pour toi, blogueur sérieux, si tu veux éviter que Google ignore complètement ton article, il va falloir respecter certaines règles. Sinon t’auras beau faire tous les efforts du monde, tu n’auras JAMAIS de trafic naturel (même quand tu dors).

Eh oui, c’est ça l’avantage de référencer son site. Du trafic, tous les jours, sans rien faire ou presque. Du trafic, sans payer de pub. Sans écrire des articles invités.

Alors, ça te tente de poser les bases d’un référencement solide qui t’apportent du trafic gratuit à long terme ?

Tu vas voir les éléments d’une page optimisée pour le SEO. Cette infographie est une véritable feuille de route, à appliquer dans chacun de tes articles, chacune de tes pages pour t’assurer que Google comprend ta page, qu’il meurt d’envie de la dévorer et la faire remonter dans son classement. Pour l’afficher à un max de lecteurs (et futurs clients).

Mots-clés, vitesse de chargement, contenus, liens… Google utilise plus de 200 critères de classement pour choisir ses petits chouchous et les afficher en 1ère page.

Voici les principaux critères qui ne dépendent que de toi et de la structure de ta page. Ça serait dommage de passer à côté.

Source infographie : Blogbooster

En SEO, on parle beaucoup de mots-clés. Qu’on soit bien clair, on ne parle pas de mots magiques qu’il faut fourrer partout, à toutes les sauces.

C’est juste les termes naturels que tu utilises quand tu parles d’un sujet.

Exemple : dans cet article, je parle de SEO, référencer, référencement naturel, critère de référencement, Google, classement Google.

Quand les robots de Google vont scanner mon article au rayon X, ils vont trouver ces mots et du coup, comprendre le sens de mon article. Pour pouvoir l’afficher quand quelqu’un va faire une recherche sur le SEO.

Le SEO à la 2012, c’était : trouver un mot-clé et tout optimiser autour de ce mot-clé.

Aujourd’hui, tu peux choisir un mot-clé, mais tu choisis surtout un “thème clé”.

Google est devenu si malin qu’il fait le lien entre les mots d’un même thème. Et plus tu parles d’un sujet en détail, plus t’utilises de synonymes, de mots de ce thème. Et plus Google se dit : “tiens, lui c’est un champion, son article est complet. Je vais le favoriser, car je sais que les lecteurs en ont marre de devoir se taper 15 articles pour avoir une demi-information tellement la majorité des articles sont creux”.

(Oui Google se dit tout ça.)

Comment j’le sais ? Le blogueur américain Neil Patel a analysé 9,93 millions de mots (soit quelques articles) et il a montré que la profondeur d’un article (la largeur du champ lexical utilisé) est un facteur de classement important pour Google.

Il parait même qu’un article ultra complet pourrait mieux se classer qu’un article avec plus de backlinks (liens vers l’article), mais moins complet.

Mais chut, mes concurrents pourraient tomber sur cet article 🙂

Donc oui aux mots-clés (dans le titre et l’URL par exemple). Mais surtout un GRAND OUI au “thème clé” et à la largeur du champ lexical choisi dans l’article.

Un conseil.

Quand t’écris, dis-toi : “Mon lecteur doit se poser 0 question à la fin de l’article”.

(Psst, j’ai un autre secret. Cette fois-ci, j’ai attendu la fin de l’article pour être sûr que mes concurrents ne sont plus là. Les 39 secrets des blogs qui ont du trafic. Tiens vite, prend ça. Et te fais pas chopper.)

Écrit avec 💙.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

S'abonner à la newsletter
Laisser un commentaire
  • Pack bonnes pratiques Twitter et Google+

    12.90

    Grâce à ce pack, bénéficiez d’un tarif réduit pour nos deux ebooks.

    Découvrir
  • Guide des bonnes pratiques sur Google+

    9.90

    Ce guide sera l’occasion d’appréhender les bonnes pratiques à mettre en place pour tirer profit de Google+ et gagner en visibilité.

    Découvrir
  • Guide des bonnes pratiques sur Twitter

    9.90

    Découvrez toutes les bonnes pratiques pour réussir sur Twitter !

    Découvrir

9 commentaires pour l'article “16 Optimisations SEO pour faire fondre Google

  1. Effectivement ces conseils sont les bienvenus et reposent les bases du SEO. Mais si Google utilise plus de 200 critères, on peut penser que ceux-là ne suffisent pas à faire la différence dans la masse de contenu sur le même thème. Alors comment faire pour finalement ressortir mieux que les autres ?

    1. Merci pour ton com’ Tiana.
      Tu as raison, ces critères de base sont nécessaires. Mais voici les 3 facteurs principaux d’après Google lui-même : http://searchengineland.com/now-know-googles-top-three-search-ranking-factors-245882

      Dsl pour l’auto-promo mais j’ai rédigé un guide complet du référencement, basé sur mes recherches : http://blogbooster.fr/comment-referencer-son-blog

      Voila comment « ressortir mieux que les autres » ^^
      En espérant que ça t’aidera.

  2. La citation The only place where success comes before work is the dictionary est attribuée à bien d’autres auteurs antérieurs à ce grand philosophe qu’est Nekfeu :
    Vince Lombardi, Mark Twain, Vidal Sassoon…

    1. Ahah merci Sophie, le choix de Nekfeu est réfléchi 🙂
      Me découvrir, partager mes passions, être plus humain. Je prends plus de plaisir à écrire comme ça ^^

  3. Merci, Mehdi, pour ton article !

    Wow, ça décoiffe 🙂

    A propos de la longueur des articles, il y a récemment un digital marketer japonais qui a fait un test : il a écrit un article ridiculement long pour voir ce qu’il se passe avec Google.

    Et ça a marché. L’article est finalement tombé en première page sur les termes qu’il souhaitait, en des temps records. Il n’en revenait pas lui-même.

    Google non plus, très probablement.

    Il serait peut-être temps de dire enfin la vérité : soyons clair, les gars de Mountain View, ils ne savent pas vraiment ce qu’ils font. Quand on voit les résultats de certaines requêtes, c’est tout simplement hal-lu-ci-nant.

    Encore merci pour ton article, Mehdi.

    Let’s rock the SEO 🙂

    Cheers

    Jerome

    1. Avec plaisir Jérôme, merci pour ton com’ 🙂
      Super intéressant l’expérience du marketeur Japonnais, si t’as le lien de l’article n’hésite pas à le partager ici 😉

  4. Comment plaire à Google encore et toujours. Je ne sais pas si un jour on lui plaira complètement, mais en tout cas, en tant que seo, on essaie tant bien que mal de répondre à ses critères. Et on devra toujours s’adapter à ses petits sauts d’humeur. Ta petite infographie est cool et il aidera certainement ceux qui démarrent et souhaitent référencer un peu leur site sans non plus aller dans des stratégies complexes. Mais bon, si on devait sonder le web, quel serait le pourcentage respectant juste les basiques à savoir la technique et le contenu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *