Social media : Mastodon pourrait-il remplacer Twitter ?

Alors que les utilisateurs de Twitter discutent de la disparition imminente potentielle de la plateforme au milieu de licenciements et de démissions massifs, certains se sont déjà tournés vers d’autres alternatives comme Hive Social. Mais bien avant cette dernière plateforme, Mastodon a déjà conquis plusieurs utilisateurs. Celle-ci partage certaines similitudes avec Twitter, mais présente également de grandes différences… 

Qu’est-ce que Mastodon ?

Twitter, c’est désormais LE Twitter d’Elon Musk : la plateforme est un nouveau monde en soi, se transformant au fur et à mesure que Musk courtise les annonceurs et joue avec les plans de monétisation. Ces changements, aggravés par l’insistance chaotique constante du PDG de SpaceX et Tesla à indigner le public, poussent certains utilisateurs à se désabonner complètement, à la recherche de nouveaux espaces pour leurs réflexions quotidiennes.

Formation webmarketing

Mais quelle est l’alternative à une plateforme comme Twitter ?

Il y a Hive Social, mais il y a aussi Mastodon. Cette dernière existe depuis environ six ans, mais depuis le 27 octobre, date à laquelle le PDG de SpaceX et Tesla a officialisé son rachat de Twitter, Mastodon a gagné près de 500 000 nouveaux utilisateurs, doublant ainsi sa base d’utilisateurs. 

Mais qu’est-ce que Mastodon, et devrions-nous tous créer nos comptes ? Depuis début novembre 2022, il a grandi pour héberger 655 000 utilisateurs actifs.

Si vous êtes un puriste de Twitter qui aime utiliser des fonctionnalités de base comme le DM privé, le tweet de citation, Mastodon n’est peut-être pas pour vous. Mais si vous cherchez à essayer quelque chose de nouveau, essayez-le.

Une plateforme open source gratuite

Mais Mastodon n’est pas un clone de Twitter. Il s’agit d’une plateforme open source gratuite, lancée à l’origine en 2016 par le développeur Eugen Rochko. Contrairement à Twitter, Facebook, Reddit ou tout autre réseau social populaire, Mastodon est une organisation à but non lucratif, ce qui signifie que, idéalement, son objectif est de profiter au public plutôt qu’aux actionnaires.

Par « open source », n’importe qui peut le télécharger, le modifier et l’installer sur son propre serveur. De plus, les développeurs de la plateforme ne possèdent pas les droits d’auteur.

Il peut ressembler à un clone de Twitter à première vue, mais le système sous-jacent derrière la plateforme de microblogging est beaucoup plus complexe. Elle est composée de nombreuses instances différentes, ou serveurs, au lieu d’être gérée par une seule entreprise sur un seul nom de domaine.

Ces serveurs Mastodon peuvent être gérés par des individus, des groupes ou des organisations qui ont chacun leur propre ensemble de règles concernant la façon dont les utilisateurs peuvent s’inscrire, ainsi que leurs propres politiques de modération. Certains serveurs permettent à n’importe qui de se joindre, tandis que d’autres sont uniquement sur invitation ou nécessitent l’approbation d’un administrateur.

Autre différence : les tweets sont appelés « toots », tandis que les retweets sont appelés « boosts ». Parce qu’il s’agit d’un projet open source, il n’a pas le même niveau de finition que les réseaux sociaux comme Twitter qui sont détenus et exploités par des professionnels.

Aussi les e-mails et le chargement peuvent être lents. C’est un peu comme utiliser Linux par rapport à Windows ou MacOS…

Mastodon n’essaie pas de cloner Twitter

Alors que plusieurs fonctionnalités de Mastodon ressemblent beaucoup à celles de Twitter, il existe tout de même quelques différences clés.

  • Il n’y a pas de liste unique de sujets tendance sur Mastodon, bien que les serveurs individuels puissent avoir leurs propres listes. Et bien que vous puissiez retweeter (« booster ») les messages d’autres utilisateurs, vous ne pouvez pas « citer un tweet ». C’était un choix intentionnel de la part du fondateur qui a déclaré que cela encourageait à parler « à votre public » au lieu de « avec la personne à qui vous parlez » ;
  • Il n’y a pas d’algorithme promouvant les messages qui ont suscité un fort engagement de la part d’autres utilisateurs. Vous voyez une liste chronologique de tout ce que les utilisateurs que vous suivez ont posté ;
  • Rappelons-le : Mastodon est composé d’un réseau de serveurs. Bien que chacun fonctionne indépendamment, les personnes sur leur propre serveur – ou « instance » Mastodon – peuvent se connecter avec des personnes sur différents serveurs, tant que ces serveurs ne sont pas bloqués. Certains serveurs permettent à n’importe qui de se joindre, tandis que d’autres nécessitent une invitation ou une approbation ;
  • Les utilisateurs peuvent rédiger des messages de 500 caractères maximum, ainsi que partager des photos et des vidéos.

Certes, Mastodon n’a pas autant de ressources que Twitter, et parfois cela ne fonctionne pas aussi bien, mais ses points positifs sont tout de même intéressants. Contrairement à Twitter, les communautés individuelles ont des directives de contenu différentes, qui offrent une variété d’expériences utilisateur différentes. 

Et bien que la base d’utilisateurs de Mastodon soit plus petite, cela peut parfois conduire à des conversations plus personnelles et directes, par rapport au tweet dans le vide. Une nouvelle option à prendre en compte donc pour mettre en place une stratégie social media efficace !