5 tendances webperf décryptées par des experts

Plus les années passent et plus l’optimisation de la performance web devient un enjeu clé pour les éditeurs de sites. La webperf va avoir un impact direct sur votre business et sur votre visibilité dans les pages de résultats de Google, tout particulièrement depuis la mise en place dans l’algorithme des Signaux Web essentiels et du volet Page Experience il y a de cela 2 ans déjà…

La webperf à travers notre récente refonte

Lors de la refonte de notre site (la dernière version a été mise en ligne en mai 2022), la performance web était au cœur de notre cahier des charges. L’objectif était d’améliorer autant que possible la perf par rapport à notre ancienne version, dont la vitesse de chargement était pénalisante. C’est dans cette optique que nous avons choisi de cumuler l’expertise de notre prestataire web historique, l’Agence KN, à celle d’un spécialiste reconnu du domaine, l’Agence Web Performance.

Formation Création et développement d'une activité de formation

Nous partions de loin, mais les résultats en termes de métriques sont aujourd’hui incontestables avec la nouvelle version : LCP, FID et CLS ont nettement progressé. Il nous reste encore à peaufiner certains éléments, mais il n’y a rien d’inhabituel à cela : la pratique de la webperf demande souvent des ajustements pour atteindre des objectifs ambitieux. Et même une fois de tels objectifs atteints, le sujet ne doit pas être mis de côté : cela doit rester un fil conducteur au même titre que le SEO.

Si, pour vous aussi, la web performance est un enjeu de taille, nous vous invitons à vous plonger dans cette rétrospective rédigée avec le soutien des experts de l’Agence Web Performance. Ils y reviennent sur 5 des tendances et évolutions marquantes du secteur au cours de l’année 2022.

1) La webperf n’a jamais été aussi critique pour les éditeurs de sites d’actualité

De manière générale, l’optimisation de la webperf est devenue essentielle pour bien référencer un site. Notre ami Google aime les sites rapides et qui proposent une expérience de qualité à leurs utilisateurs. Ce volet UX/UI est mesuré grâce à l’algorithme « Signaux Web essentiels », également bien connu dans l’hexagone sous son nom anglais « Core Web Vitals ».

Cette tendance est d’autant plus vraie pour les résultats de Google News et Google Discover, deux outils particulièrement exigeants en la matière. La webperf constitue une forme de barrière à l’entrée, au même titre que l’autorité du média et la présence de certains éléments de rassurance.

Comme le note l’expert en web performance Eroan Boyer, « Les effets d’une optimisation de la performance sont incontestables lorsqu’il s’agit d’être visible dans Google Discover. Il s’agit, pour le moment, de l’un des rares outils pour lesquels les temps de chargement ont un impact direct et majeur sur la visibilité. Il faut toutefois s’attendre à voir cette tendance toucher d’autres outils. »

2) Le CMS WordPress continue sa progression en parts de marché

En 2022, WordPress confirme sa position de CMS incontournable au niveau mondial. Et cela alors même qu’une « Performance Team » a été nommée, promettant des améliorations significatives côté webperf pour les prochaines mises à jour.

Selon les données du Web Almanac 2022, 34% des sites web mondiaux sont conçus sous WordPress.

Notre expert webperf, Eroan Boyer, voit là une tendance très positive : « WordPress a énormément gagné en maturité. Avec la sortie de la version 6.1 en novembre 2022, le CMS est plus stable et sécurisé que jamais. Il lui reste bien sûr du chemin à parcourir côté webperf, mais on peut compter sur son vaste écosystème d’éditeurs tiers pour poursuivre le travail sur leurs thèmes, page builders et plugins. Je pense notamment à des outils comme Astra, GenerateBlocks et WP Rocket, mais ce sont loin d’être les seuls que l’on pourrait récompenser pour leur contribution à la création d’un avenir meilleur sur la toile. »

3) L’accessibilité devient un sujet majeur pour Google, comme la webperf depuis quelques années

L’accessibilité, autre pilier clé de la qualité web, devrait logiquement suivre le même chemin que la webperf : Google cherche à évaluer et à utiliser tous les signaux qui impactent l’Expérience Utilisateur pour améliorer la pertinence de ses suggestions de résultats.

L’explosion des visites sur mobile est, pour la web performance comme pour l’accessibilité, en grande partie responsable des choix effectués par Google. Lorsqu’on navigue sur un écran de quelques pouces avec une connexion au débit et à la latence fortement variables, aller droit au but est essentiel. L’enjeu est, pour Google, de mettre à profit votre temps de connexion sans générer de frustration.

Amine Atia Atia, qui exerce lui aussi au sein de l’Agence Web Performance, précise ainsi : « Google mène un combat acharné pour élargir le nombre et le type de critères pris en compte pour évaluer la qualité des pages web. Les Signaux Web essentiels se focalisent aujourd’hui majoritairement sur la webperf, mais il ne fait aucun doute que l’accessibilité finira par y être présente. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, début novembre 2022, le volet Accessibilité de Lighthouse a fait son apparition dans les rapports PageSpeed Insights ».

4) Plus d’outils avancés disponibles pour les développeurs front-end

Google chrome, mais aussi Firefox et Safari, intègrent de nouveaux outils et API pour les développeurs. La grande nouveauté 2022, les « priority hints », offre un niveau d’interaction inédit avec les mécanismes de priorisation natifs des navigateurs. Elle ouvre de nouvelles possibilités techniques pour cibler des problématiques de temps de chargement.

Les navigateurs ressemblent de moins en moins à des boîtes noires, pour le plus grand bonheur des développeurs front-end et experts en performance web qui ont de plus en plus de facilités à « mettre les mains dedans ». Alors qu’il était auparavant impossible de modifier la priorité des ressources dans la file d’attente, l’opération se résume désormais au simple ajout d’un attribut HTML.

À nouveau sollicité sur le sujet, Amine Atia Atia explique ainsi : « Auparavant, il était souvent compliqué de re-prioriser des images en LCP (Largest Contentful Paint) sans pénaliser d’autres métriques de performance. La mise en place de ressources hints de type preload répondait partiellement à la problématique, mais le nouvel attribut HTML fetchpriority va plus loin sans générer d’effets de bord. À l’Agence Web Performance, nous l’utilisons quotidiennement depuis le jour de son release dans Google Chrome. Comme dirait un personnage populaire, ceci est une révolution ! »

5) Les images constituent la problématique de performance principale pour la plupart des sites

Les images constituent la problématique la plus compréhensible pour le grand public, mais restent pourtant le goulet d’étranglement principal pour la web performance d’une majorité de sites. Sensibiliser les éditeurs de sites au redimensionnement, à l’optimisation et à l’utilisation des formats modernes est essentiel pour progresser.

Nos deux experts en webperformance s’accordent sur le fait que la problématique des images est aussi simple à comprendre que mal gérée, voire totalement ignorée. « Nous avons beau présenté, conférence après conférence (comme dernièrement au WordCamp Lyon), les bonnes pratiques en matière de gestion des images, rien n’y fait. Nous abordons avec enthousiasme les sujets du SVG, du Webp et de l’Avif, mais les problématiques initiales de nos clients sont souvent encore bien plus simples. On évite ainsi, par exemple, de mettre en ligne des images XXL qui pèsent plusieurs Mégaoctets. »

Une année charnière pour la web performance

S’il reste encore d’importants progrès à faire en matière de web performance, force est de constater que les choses bougent. Les CMS comme WordPress prennent le sujet en main, les éditeurs de navigateurs mettent à disposition des développeurs expérimentés de nouveaux outils surpuissants… 2022 est indubitablement une année importante pour le secteur, qui a vu s’opérer de multiples changements : lancement de nouveaux outils et fonctionnalités, intérêt croissant des non-développeurs pour le sujet, etc.

Reste maintenant aux éditeurs de sites à embrasser la performance web comme ils ont embrassé le SEO il y a de cela plus de 10 ans. En toile de fond, c’est un web plus qualitatif qui se dessine, un web où webperf, accessibilité, UI et sécurité se rencontreront pour offrir aux internautes une Expérience Utilisateur hautement qualitative. Et puisque l’UX ne suffit encore malheureusement pas à soulever les foules côté éditeurs de sites, notons au passage que Google appréciera et valorisera forcément de tels efforts.