Les 7 péchés capitaux dans vos Cold Emailing BtoB

Vous avez dit « cold emailing BtoB » ? Cette stratégie email marketing consiste à envoyer un email de prospection que vous n’avez jamais contacté auparavant afin de convertir un maximum de prospects en clients. Bien évidemment, comme toute stratégie, il y a des pièges et erreurs à éviter ! Voici les 7 péchés capitaux à éviter absolument dans vos Cold Emailing BtoB…

1. Un contenu de mail trop long et non personnalisé

Si votre email est trop long, votre destinataire ne prendra pas le temps de le lire ! Rédigez donc environ trois phrases en moyenne, claires et concises, avec une introduction, une partie résumant votre intention ainsi qu’un call to action présenté sous la forme d’une question.

Formation webmarketing

De même, un email impersonnel aura peu de chances d’interpeller votre interlocuteur. Si vous ne le personnalisez pas, cela montre que vous ne vous intéressez pas à ses éventuelles problématiques, à son business et à sa personne.

Un email personnalisé doit contenir le prénom de votre interlocuteur ainsi que le nom de son entreprise. Il doit avoir l’impression que le message a été rédigé et pensé particulièrement pour lui. Pensez à citer des relations communes par exemple, des références de concurrents ou d’entreprises similaires. 

2. Des outils inappropriés

Certaines personnes, qui recourent à la stratégie de marketing automation, utilisent des outils inadaptés pour du cold emailing. Bien qu’ils permettent de gagner du temps, ils conviennent uniquement pour envoyer rapidement et en masse des emails, tels que les newsletters. Pourtant, les outils de cold emailing visent à rythmer les envois pour mieux simuler un usage humain.

Afin d’atteindre vos objectifs, vous devez employer les bons outils pour vos envois de cold emailing et d’emails de prospection en général. Pour être sûr de choisir le bon logiciel, assurez-vous que celui-ci présente bien des caractéristiques précises :

  • Des emails personnalisés avec des merge tags, comme le nom de l’entreprise, le prénom du prospect ;
  • Des relances programmées ;
  • Une tolérance aux bounces.

Si vous avez l’intention d’envoyer régulièrement des emails de prospection, avec des relances, cette fonctionnalité doit se retrouver dans votre outil. Avec le nombre de prospects à relancer, vous aurez du mal et perdrez du temps à identifier le message à envoyer ainsi que les professionnels concernés.

D’autres fonctionnalités se révèlent également utiles. C’est le cas du suivi des visites après le scoring ou les clics ainsi que la détection des réponses visant à ne pas relancer les prospects qui ne répondent pas

3. Un message trop commercial

Lorsque vous posez trop de questions et que vous employez un copywriting trop publicitaire, vous risquez de perdre rapidement votre interlocuteur qui n’aura plus envie de lire la suite du message. Ce dernier peut, en effet, être agacé ou réticent face au message qui lui est adressé.

Retenez que le cold emailing n’est pas une page de vente, mais plutôt un moyen d’établir un premier contact avec le prospect. Il vise à obtenir une réponse en vue d’établir un échange plus approfondi.

Ainsi, toute expression incitant à la conversion ou à l’achat sont à proscrire. L’objectif de votre premier message n’est ni de convertir ni de vendre, mais de vous intéresser à votre interlocuteur et à ses problématiques.

4. Oublier le call to action

Vous envisagez de poser trop de questions dans votre premier mail de contact ? Ôtez-vous cette idée de votre campagne. Et a contrario, ne poser aucune question est également à éviter, car le prospect ne comprendra pas ce que vous attendez de lui. Dans ce cas, il sera plus facile pour lui de ne pas répondre à votre email.

Afin d’atteindre votre objectif, celui de créer une relation interpersonnelle entre le destinataire et l’expéditeur, vous devez manifester de l’empathie à travers des signaux insérés dans le corps du message. En plus de montrer que vous vous intéressez sincèrement à votre prospect, vous devez lui poser une question bien introduite et précise. Cette dernière entraînera un échange qui peut conduire à une collaboration.

Faites en sorte de vous mettre en retrait dans votre message afin de mettre votre prospect en avant. Il doit être un réel protagoniste, mais non un simple observateur.

5. Des spam words

Proscrits par les serveurs destinataires et les algorithmes, les spam words qui sont insérés dans les emails entraînent leur destination dans la spambox. Parmi les spam words les plus répandus, les mots, tels que  « gratuit », ainsi que l’utilisation répétée de deux ou trois points d’exclamation sont immédiatement sanctionnés.

En utilisant des périphrases, il est possible de contourner certains spam words. Ainsi, le mot « gratuit » peut être remplacé par le groupe de mots « accès ouvert au public ».

Dans certains cas exceptionnels, les spam words peuvent être employés sans crainte de ne pas être délivrés à leur destinataire. C’est le cas notamment si vous avez déjà échangé plusieurs mails avec le destinataire ou si celui-ci a whitelisté votre adresse email.

6. Ne pas soigner la mise en forme

À travers la mise en forme de votre email, votre destinataire essaiera d’évaluer votre fiabilité et votre sérieux. Si vous ne soignez pas cet élément, votre interlocuteur n’accordera pas d’importance à votre message.

Le format en gras est à employer avec parcimonie pour ne pas agresser votre prospect. Retenez qu’un email contient généralement un texte standard avec une mise en forme minimum. Si vous utilisez un outil de marketing automation, votre email sera envoyé sous la forme d’un template, ce qui prouvera à votre destinataire que votre message n’a pas été personnalisé.

7. L’omission de la signature

Omettre la signature, c’est éviter de dévoiler son identité au destinataire qui sera dubitatif. Pour éviter cela, pensez à signer chacun de vos emails, car :

  • Les algorithmes préviennent les abus en recherchant un maximum d’informations afin de garantir la légitimité des expéditeurs. Ainsi, ils analysent minutieusement les signatures ;
  • La signature apporte différentes données sur vous à votre interlocuteur qui aura ainsi l’assurance que vous êtes humain et sérieux.

Votre signature doit contenir :

  • Le nom de votre entreprise ;
  • Votre métier ;
  • Votre nom et votre prénom ;
  • Le nom de domaine ;
  • Votre siège social.

Conclusion

Aborder un prospect par le biais d’un cold emailing BtoB nécessite une attention particulière. Pour réussir ce premier contact et le convertir par la suite, bannissez les mails longs et impersonnels pour captiver l’attention de votre interlocuteur tout en lui montrant que vous lui accordez de l’intérêt. Assurez-vous également d’utiliser les outils adéquats et ne rédigez pas de message commercial. Le call to action est primordial pour montrer ce que vous attendez de votre destinataire.

N’oubliez pas non plus de vous former régulièrement car les tendances et les stratégies évoluent. Ce parcours de formation webmarketing certifiant “Développer son activité avec le webmarketing”, éligible au CPF, vous permettra de mettre en place une stratégie digitale efficace.