L'authenticité des visuels plébiscitée par les influenceurs français sur les réseaux sociaux

Issu du marché en plein essor des réseaux sociaux, le marketing d’influence est l’une des stratégies les plus dynamiques pour faire passer un message. En pleine évolution, elle continuera d’aider les marques à atteindre et à engager leurs publics cibles. Pourtant, force est de constater qu’une forte image de la perfection est véhiculée comme étant la norme, entrainant un changement de comportement chez les utilisateurs, mais contestée par de plus en plus de marques…

L’influence est une force mais attention… 

Célébrité, parent ou tout simplement ami proche, à un moment ou à un autre de notre vie, nous avons tous déjà été influencés par quelqu’un. L’influence est une force. L’influence est un outil avec le pouvoir de persuader.

Formation webmarketing

Appliquée sur le marché du marketing digital, les l’influence a une grande portée véhiculée par les influenceurs. Et pour cela, les réseaux sociaux sont un excellent canal de communication. Aujourd’hui pourtant, une forte image de la perfection est véhiculée entrainant un changement de comportement chez les utilisateurs.

Selon une étude réalisée en avril 2022 en France par HypeAuditor, une plateforme d’analyse IA pour un marketing d’influence transparent et sans fraude :

  • 12% des influenceurs français affirment avoir déjà décliné une opportunité de partenariat, car la marque l’ayant contacté a pour habitude de poster des photos retouchées ;
  • 70% des répondants affirment retoucher leurs photos souvent, voire systématiquement avant de les publier sur leurs réseaux sociaux.

Face à cette situation, de plus en plus de marques se révoltent et veulent changer ces « normes ».  

L’agence de publicité mondiale Ogilvy par exemple a annoncé il y a quelques semaines ne plus vouloir collaborer avec les influenceurs qui modifient leur apparence, aussi bien au niveau du corps, du visage que de la couleur de peau.  Elle encourage la préservation de la santé mentale des utilisateurs pouvant subir une sorte de pression à ressembler aux idéaux qui leur sont présentés sur les réseaux sociaux.

Marketing d’influence et lutte contre la dysphorie corporelle

Pour Alex Frolov, CEO et cofondateur de HypeAuditor :

« Cette initiative est une étape importante et louable dans la lutte contre la dysphorie corporelle qui peut être causée par un « perfectionnisme corporel » irréaliste. Cependant, elle doit être nuancée, discutée et contrôlée.

Certaines retouches sont faites avec un but artistique et non esthétique ou de perfectionnisme. Elles peuvent permettre de mettre en lumière certains aspects, par exemple. Il faut également différencier les retouches et les filtres, ces derniers étant utilisés notamment pour rendre la peau plus belle, les yeux plus lumineux, etc. ».

Cette étude a également dévoilé que :  

  • Seuls 4% des répondants avouent réaliser des modifications sur les photos de leur visage ou de leur corps ;
  • Les retouches concernent principalement la taille de l’image ou son recadrage (19%), les couleurs ou l’ajout de filtres (23%, le contraste et la luminosité (53%) ;
  • 70% des influenceurs français affirment que ce serait une très bonne idée si davantage de marques mettaient un point d’honneur à ne travailler qu’avec des influenceurs qui ne retouchent pas leur visage et/ou leur corps sur leurs photos ; 
  • 10% estiment que cela serait une mauvaise idée.

Qu’en est-il de la législation ?

Le marketing d’influence est un secteur très récent où la législation commence tout juste à prendre forme. Les législateurs de différents pays européens examinent les initiatives de leurs voisins et s’inspirent de leurs meilleures pratiques.

Au Royaume-Uni par exemple, un projet de loi est encore en cours d’examen pour lutter contre les images corporelles modifiées et ainsi répondre à cet enjeu. S’il est approuvé, le texte obligerait les influenceurs à mentionner lorsqu’une de leur photo est retouchée. 

Il n’est pas impossible que la France adopte également cette initiative…

Source : HypeAuditor