Vous avez un texte à écrire, un délai à respecter et un chèque à encaisser. Vous trouvez enfin le créneau parfait pour taper sur les touches de votre clavier. L’ordinateur est allumé, vous êtes bien installé pour bosser. C’est le moment d’écrire, de faire un texte digne de vos compétences…

… Mais quelque chose vient tout chambouler.

Formation webmarketing

Votre cerveau n’arrive pas à sortir un mot, vous ne savez pas par où commencer, vous commencez à vous agacer, mais rien ne vient.

Malgré vos mois ou années d’expériences, il est de retour.

Le syndrome de la page blanche.

Ce blocage soudain, cette perte de créativité, ce MANQUE d’inspiration, viennent gâcher votre journée et réveillent une frustration que vous connaissez bien.

Seul(e) devant votre ordinateur et votre page vierge, vous sentez l’angoisse monter.

L’angoisse de mal faire votre job.

L’angoisse de prendre du retard dans votre agenda déjà bien chargé.

L’angoisse du client, de l’enseignant qui va vous faire part de son mécontentement.

L’angoisse d’échouer, tout simplement.

Rassurez-vous, ça n’arrive pas qu’à vous.

Les rédacteurs web, les copywriters, les écrivains, les étudiants, les blogueurs, les community managers, les chanteurs, les journalistes…

Bref. Toutes les personnes dont le métier est d’écrire connaissent cette sensation.

Maintenant, laissez-moi vous dire que vous pouvez surmonter ce syndrome de la page blanche…

… Qu’après avoir mis en pratique mes conseils, vos doigts seront des machines à mots, votre clavier ne chômera plus jamais, et écrire ne sera plus un mauvais moment.

Je vais vous révéler les 7 secrets de ceux, qui comme vous, ont décidé de ne plus se retrouver dans la situation que je vous ai décrite plus haut…

… Ceux qui en ont marre d’être angoissés une fois devant Word…

… Ceux qui ont choisi de se battre ! (Ok je force un peu le truc, mais dans l’idée c’est ça).

7 façons de vaincre le syndrome de la page blanche

Donner des conseils c’est cool. Les appliquer c’est encore mieux.

C’est pourquoi j’ai décidé de me mettre à votre place pour rédiger cet article.

À chaque étape, je vous montre comment j’ai fait (au moment où j’écris ces mots, je suis à l’étape 5).

Et tout commence avec la première étape et une page blanche.

#1 Le brainstorming est votre ami

La première chose à faire, avant de taper le moindre mot sur votre clavier, est de sortir une feuille et un stylo et de faire un brainstorming.

Pour ceux qui ne connaissent pas, ça consiste à partir d’une idée de base et de la relier à tout ce qui vous passe par la tête en y pensant.

Par exemple, pour cet article je suis parti du syndrome de la page blanche que j’ai relié à plusieurs mots (angoisse, écrire, peur, manque d’inspiration, solutions, expériences, organisation…).

L’objectif est de déterminer le contenu de votre texte, de quoi il va traiter.

Ici, vous l’aurez compris, l’idée est que cet article aide les personnes qui, comme vous, en ont assez de bloquer devant leur ordinateur.

#2 S’inspirer des autres

Attention !

“S’inspirer » ne veut pas dire copier.

Une fois que vous avez le sujet de votre texte, regardez ce que font vos concurrents, collègues, etc.

L’idée est d’analyser les erreurs commises, les sujets ou thèmes non abordés. En simple, de quoi ajouter de la valeur à votre texte.

Dans mon cas, j’ai consulté une partie des articles sur le sujet, non pas pour copier ou faire la même chose, mais pour aborder le thème sous un autre angle.

Pablo Picasso disait “Les bons artistes copient, les grands artistes volent”.

#3 Écrire le plan la veille

Troisième et meilleur conseil (le plus puissant).

Avant de commencer à rédiger l’introduction ou quelconque paragraphe, vous devez réfléchir au plan de l’article.

Et ça pour deux raisons.

Premièrement, le lendemain vous saurez où vous devez aller dans votre texte, vous n’aurez plus qu’à remplir chaque bloc.

Deuxièmement, le lendemain matin, vous ne démarrerez pas sur une page blanche (vous l’aurez déjà noircie avec votre plan). Et ça, croyez-moi, ça change tout.

De mon côté, ça donne ça.

Ce qui nous amène directement au prochain point.

#4 Toujours écrire le matin

Au moment où j’écris ces mots, il est 9h27.

Pourquoi j’écris à cette heure plutôt que cet après-midi vers 14h30 ?

Tout simplement parce que notre cerveau est rempli d’énergie le matin. C’est à ce moment de la journée que l’on est le plus productif.

Les tâches et les missions qui vous demandent le plus d’effort doivent être faites le matin.

Aller sur les réseaux sociaux, répondre aux mails (tout ce qui vous demande peu de concentration), c’est pour l’après-midi.

Un dernier détail, le matin tout le monde dort ou est au travail. Donc les sources de distractions sont réduites.

#5 Technique du premier jet

Ça y est ! C’est enfin le moment de vous défouler sur votre clavier et de montrer ce que vaut votre plume.

Mais vous n’avez pas besoin de faire de belles phrases dès le début !

Laissez les mots venir, s’enchainer, se goupiller sur votre page. L’important ici est que tout s’enchaîne sans interruption.

C’est ce qu’on appelle la technique du premier jet.

Tel un go fast, vous ne devez surtout pas vous arrêter.

Le principe est de ne pas couper l’inspiration.

Ne vous prenez pas la tête sur les phrases qui ne veulent rien dire, les fautes d’orthographe… Vous aurez le temps de vous corriger après.

#6 Écrire régulièrement

L’écriture c’est comme le sport.

Plus vous vous entraînez régulièrement, plus c’est facile.

Et peu importe que ce soit un post sur les réseaux, un article, une page de site, une poésie ou un livre.

L’important est de stimuler la créativité.

Personnellement, je publie un post tous les deux jours sur LinkedIn et sur Instagram. Ça me permet de rester actif en écriture.

#7 S’aérer l’esprit

Oui vous avez bien lu.

Parfois ça ne vient pas. C’est comme ça.

Ce n’est peut-être pas la bonne journée, le bon moment, ou le bon endroit.

Et vous savez quoi ? C’est ok.

Allez prendre l’air, faites du sport, jouez à la console, etc.

Mais surtout, ne forcez pas. Revenez plus tard, quand vous aurez l’esprit libre.

Pour conclure

Si vous respectez ces précieux conseils, le syndrome de la page ne sera qu’un mauvais souvenir. En les suivant à la lettre, ça m’a permis d’écrire mieux, régulièrement et plus rapidement (2 jours pour cet article). L’écriture est un travail solitaire.

À votre tour de noircir le papier !

A propos de l’auteur

Lucas Ricard : Copywriter Freelance, j’accompagne les entrepreneurs à gagner en visibilité sur le web, mais surtout à vendre plus grâce au pouvoir des mots.

Site LinkedInInstagram