Les 5 erreurs copywriting qui détruisent votre business (et fusillent vos ventes)

Salut à tous les webeurs. On m’a beaucoup demandé de traiter les erreurs fréquentes en copywriting. Alors me voilà. Cet article est très utile pour les débutants, mais peut aussi être une bonne piqure de rappel pour les pros… Qui n’a jamais rêvé de vendre tous ces produits comme de petits pains ? De pouvoir encaisser un salaire d’ingénieur par semaine en claquette chaussette ? Juste en utilisant les bons mots, 1h par jour. Vous savez quoi ? Vous en êtes beaucoup plus proches que ce que vous pensez (si,si). A deux/trois rectifications près. 5 pour être exact…

Erreur 1 : Ne pas définir sa cible

La priorité numéro uno, avant d’écrire la moindre ligne copywritée, d’insérer le moindre principe psychologique ou d’insulter le gars qui te coupe la route en clio 4 : il faut savoir à qui on parle.

Formation Création et développement d'une activité de formation

Cela peut paraître évident, mais beaucoup saute cette étape.

Ils se retrouvent à s’adresser à la fois à :

  • Des étudiants qui veulent manger ;
  • Des retraités qui veulent profiter de leur retraite ;
  • Des pères de famille qui veulent enfin leur Lamborghini URUS ;
  • Un jeune couple qui veut rembourser son crédit.

Tu vois le souci.

Pour faire un produit qui vend de façon obscène, il faut s’adresser à une audience restreinte. C’est contre-intuitif, mais en fermant des portes on s’ouvre un boulevard.

Tu ne peux aller ni à gauche ni à droite ? Tu fonces tout droit. Logique.

Imagine que tu vendes un produit pour apprendre à séduire.

Si tu vises tout le monde, tu vas dire :

Apprenez à séduire n’importe qui, ne rentrez plus jamais seul et devenez le Don Juan de votre ville.

Très mauvais copywriting.

Si tu t’adresses aux jeunes hommes en manque de confiance :

Osez enfin aborder ces filles dans la rue, et repartir avec leurs numéros à chaque fois, même si vous êtes timide (et que vous ne savez pas quoi dire.)

Ok Lucien, c’est cool tout ça, mais concrètement : comment définir sa cible ?

Très bonne question mon capi.

Ça m’amène à te parler de la deuxième erreur.

Erreur 2 : Penser produit avant client

La piiiire chose que tu puisses faire, c’est de passer des jours semaines mois à créer un produit. Te donner corps et âme dans celui en ajoutant des bonus aux petits oignons.

Tu annonces fièrement à ton audience que tu as un tout nouveau produit, absolument incroyable qui va changer toute leur vie.

Tu le sors. Et tu ne fais aucune vente.

La giga lose. Ce moment-là tu te prends un seum tellement monumental, que t’as envie de tout quitter. D’arrêter le business et de trouver un taff à Sephora.

Alors comment éviter ça ??

C’est très simple. Tu demandes les problèmes de ton audience… à ton audience. Point.

Comment veux-tu ne faire aucune vente si tu réponds exactement à leurs besoins ? Les problèmes qu’ils te supplient de résoudre ? A part si t’es une (énorme) quiche en copywriting, ça devrait bien se passer.

Pour savoir comment faire ça ? J’ai creusé de longues heures, et dépensé des centaines milliers d’euros. J’ai découvert une Carte Enfouie.

Une carte indiquant précisément la marche à suivre pour que tes prospects t’offrent sur un plateau d’argent quoi dire mot à mot pour les faire acheter. Construire une page de vente qui va les faire supplier de les laisser t’envoyer de l’argent. En quelques heures (je l’utilise avec mes clients).

Clique sur le bouton jaune sous le beau gosse en violet là-haut pour choper ton trésor☝.

Erreur 3 : Ne pas coupler mail et page de vente

Penser que la vente ne se fait que par mail ? Ou seulement avec une landing page ? C’est une erreur. Plutôt normal, c’est le sujet de l’article.

Tu as le choix.

Ou tu fais un email de vente optimisé, très travaillé où tu insères tes leviers psychologiques, les bénéfices de ton produit, etc. Puis, tu termines par un lien qui renvoie vers une page de vente qui rappelle simplement et rapidement ce qu’offre le produit et qui encaisse les commandes.

Ou tu fais un mail storytelling, plus court, qui persuade (et pas persuade) le lecteur avec par exemple la formule PAS (Problème Agiter Solution). À la fin, tu renvoies vers une page de vente énervée, avec des arguments de vente sous stéroïdes, et tu mets tout sur ton produit. (une page de vente complète quoi.)

Mettre des exemples différents.

Erreur 4 : Penser que le copywriting = écrire pour vendre

Hein ?! Mais alors tous les copywriters qui me promettent d’augmenter mes ventes sont des arnaqueurs ?

Alors, non.

Je dis simplement que le copywriting sert aussi à créer une relation avec son audience. Comme je le dis toujours dans mes mails, dans mes articles ou même dans la queue de la poste : rien ne vaut une audience de fan enragée.

Même tes mails de ventes doivent contenir de l’émotion, de petites blagues ou des anecdotes en fonctions de ta personnalité. Personne ne veut d’un Wikipote.

On veut avoir un humain en face de nous. Lire des choses riches et intéressantes certes, mais surtout bourrées de TOI.

Le copywriting est un excellent moyen de vendre.

Mais il ne se résume pas à une structure. Le lecteur doit avoir envie d’y aller parce que c’est TOI, que tu as créé une relation solide avec lui (et que tu résous un problème, of course).

Ne sois pas un robot. Ta personnalité est la seule chose qui te démarque à la fois de tes concurrents et des IA qui écrivent du très bon copy.

Erreur 5 : Ne rédiger aucun copy

Écrire de bons textes de vente passe par beaucoup de pratique :

  • Recopier des textes à la main ;
  • Décortiquer le contenu des kings du jeu ;
  • Se mettre en situation de mission pour un client.

Tout de suite moins glamour.

Le copywriting, comme la guitare ou les verbes irréguliers, a besoin d’être répété, encore et encore pour être maîtrisé. Il ne suffit pas d’apprendre quelque principe par cœur.

Alors, n’attends pas ton premier client pour écrire ton premier texte… j’ai moi-même fait cette erreur et je l’ai amèrement regretté.

Trouve des pages de ventes qui ont excellemment bien marché, ou simplement celle de tes copywriters préférés, et recopie-les à la main. Décompose-les ligne par ligne. À la différence de taper sur un clavier, écrire à la main permet de comprendre bien plus en profondeur le texte de vente.

Tu peux aussi te mettre en situation fictive de vente, comme si un client t’avait donné une mission.

Exemple : Écrire une séquence mail pour vendre un coaching de cuisine. (ça existe)

Comment savoir si c’est du bon travail ?

Envoie-la-moi ou à n’importe quel copywriter, si tu es débutant : on se fera un plaisir de t’aider !

Conclusion

Tu as ci-dessus 5 erreurs que j’aurais adoré éviter lorsque j’étais encore novice en copywriting. Tâche d’en faire bon usage et de ne pas juste lire cet article passivement. Ces conseils peuvent te faire gagner une quantité de temps et d’énergie considérable. Applique-les et tiens-moi au jus. Tu as mon mail ou mon LinkedIn tout en haut.

D’ici là, garde le cap !