Salut à tous les webeurs. Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager une méthode diablement efficace. Elle permet de choper des inscrits en masse, sans se casser la tête avec de la pub ou des tunnels compliqués grâce à l’outil le plus puissant du business : le copywriting…

On sait tous à quel point une liste email est giga importante dans un business.

Parcours certifiant Webmarketing

C’est le meilleur moyen de créer une relation avec son audience, un sentiment de proximité. 

Après avoir reçu du contenu quotidien éblouissant de personnalité et de valeurs :

  • Vous obtiendrez une audience engagée prête à sauter sur tous vos produits et à vous suivre jusqu’au bout du monde ;
  • Vous pourrez vivre (très) confortablement de votre business.

Mais avant d’avoir tout cela, il faut déjà qu’elle s’inscrive à votre liste. Et croyez-moi, c’est plus facile à dire qu’à faire.

Cet article résume en 5 étapes simples comment faire une page de capture qui convertit à hauteur de 50% en 30 minutes sans en sacrifier l’esthétisme. Pas plus de blabla.

Let’s go.

1/ Titre promesse double bénéfice + sous-titre crescendo

Tout commence par une promesse alléchante couplée par un double bénéfice pour bien faire comprendre à ton lecteur ce qui l’attend.

Tu peux aussi commencer par citer les bénéfices de ton offre : pourquoi devrait-il rentrer son nom dans ta page de capture ?

Montre-lui ensuite que tu le comprends en lui parlant de ses problèmes. Prouve que tu sais comment les résoudre.

Simple comme bonjour, diablement efficace. Du copywriting.

Sous-titre crescendo

Donne 3 bonnes raisons de rejoindre ta liste tout de suite en finissant par le rêve ultime de ton lecteur.

Regarde :

Une fois que tu as pris le temps de trouver les besoins de ton lecteur pour en faire un sous-titre parfait, tu glisses un call to action juste en dessous. Cela rendra la lecture fluide et intuitive.

→ Où dois-je cliquer pour rejoindre cette liste email incroyable qui va changer ma vie ?! Juste ici mon lapin. 

3/ Bullet points

Comme sur tout argumentaire de vente, les indispensables bullet points ont leur rôle à jouer dans votre page de capture.

Ici, pas besoin d’en faire des caisses et d’écrire 36 bullet points sur-optimisés. Choisis-en trois bien pensés et ajoutes-en un 4e en bonus.  

C’est par ici :

On a tous tendance a préféré avoir 3 produits + 1 offert plutôt que simplement 4 produits pour exactement le même prix. En tout cas ça marche sur moi et mes briques de lait.

C’est de la psychologie humaine, alors applique-le sur ta page et admire le résultat.

4/ Témoignages

Pas besoin de tergiverser, la preuve sociale est encore et toujours un excellent moyen de rassurer le lecteur.

Tiens, c’est marrant, c’est aussi une étape primordiale dans une page de vente… Eh oui, les fondamentaux vendent toujours mieux que tout le reste. Sacré copywriting.

Voici un exemple : 

Si tu n’as pas de témoignages, que ce soit de tes clients ou de tes lecteurs, tu pourras ajouter de la crédibilité dans la prochaine étape.

On note la petite touche d’humour pour réaffirmer un positionnement et une identité. Tu n’es évidemment pas obligé d’en mettre si ce n’est pas ton truc.

5/ Parle un peu de toi

Ton lecteur prend 80% de ta page de capture, mais maintenant assez parler de lui.

Parle un peu de toi, montre qui tu es, ce que tu as fait. Pourquoi tu es là à leur proposer ce que tu fais aujourd’hui ?

Pas besoin d’être long et de ressortir des anecdotes de tonton Laurent au repas de Noël (même s’il en a des bonnes).

Tu ajoutes un call to action avec la date de ton prochain contenu juste au-dessus (à ne surtout pas rater), à peu près comme ça :  

Et voilà, tu as une jolie page de capture tout droit sortie du four qui va convertir comme le grand Lewandoski. Vive le copywriting. Vive le football.

C’est évidemment une façon de faire parmi tant d’autres, mais c’est la méthode que j’ai choisie et qui fonctionne pour mon business. Libre à toi de l’appliquer et d’engranger des centaines d’inscrits à ta liste email.

Bon courage dans tes projets, et à très bientôt pour un nouvel article.

Garde le cap !