C’est toujours pareil. Vous vous retrouvez en fin de journée en ayant encore repoussé ce travail super important que vous vouliez faire aujourd’hui. Plutôt que de le faire, vous avez procrastiné sur Facebook. Et vous vous êtes contenté de petites tâches sans importance pour vous donner bonne conscience…

Au bout du compte, votre projet n’avance pas et vous culpabilisez de procrastiner à chaque fois. Au fond de vous, vous voudriez faire ce qu’il faut, mais vous vous sentez bloqué !

Formation Création et développement d'une activité de formation

À chaque fois, votre cerveau trouve de bonnes excuses pour justifier le fait de procrastiner. « Vous aurez plus de temps demain, plus d’énergie, plus de motivation… mais aujourd’hui, ce n’est pas le bon moment ! »

Peut-être même que vous commencez à penser que la procrastination c’est dans vos gênes :

Est-ce que vous avez la procrastination dans le sang ?

Mais non. Vous n’avez pas la procrastination dans le sang. Vous avez une habitude de procrastination. (et comme toute habitude, vous pouvez vous en débarrasser.)

Pourquoi ce que vous avez déjà essayé n’a pas marché ? Parce que vous vous reposez uniquement sur votre volonté et votre motivation (qui sont faillibles) :

  • La motivation dépend des jours. Un jour vous êtes surmotivé… le lendemain, vous ne vous sentez plus capable de rien et avez juste envie de scroller sur Facebook affalé dans votre canapé. Bref, vous êtes humain.
  • Et la volonté est un peu comme muscle. Quand vous commencez la journée, vous pouvez vous forcer à bosser sur des tâches difficiles et résister aux distractions. Parce que votre volonté est reposée. Mais plus la journée avance, plus votre muscle se fatigue, plus c’est difficile de résister aux distractions.

Pour arrêter de procrastiner, un meilleur moyen est d’utiliser des systèmes. Dans les lignes qui suivent, je vous partage 3 habitudes à prendre pour passer à l’action plus facilement. (plutôt que de combattre la procrastination au feeling)

Les techniques prouvées pour arrêter de procrastiner

Décidez de vos tâches à l’avance

Une des raisons pour laquelle vous procrastinez est parce que vous n’avez pas de système pour décider de vos tâches. Vous avez beaucoup de choses à faire. Et plus vous avez d’options au moment de commencer à bosser, plus c’est difficile de prendre une décision, plus vous avez de chances de procrastiner. (c’est le phénomène de la paralysie décisionnelle.)

Si vous vous retrouvez devant une to-do list de 15 tâches, vous allez vite vous sentir complètement dépassé et finir par ne rien faire du tout.

Un bon moyen pour éviter ce problème est de décider de vos tâches à l’avance. À ce moment-là, vous n’aurez plus de décisions à prendre au moment de démarrer. Vous pourrez attaquer sans vous poser de question.

La méthode Ivy Lee

Le système le plus simple pour ça est la méthode Ivy Lee :

  1. À la fin de la journée, écrivez les 6 choses (max) que vous voulez avoir faites le lendemain soir.
  2. Puis classez ces tâches par ordre d’importance.
  3. Le lendemain matin, reprenez votre liste et commencez par la première tâche.
  4. Puis poursuivez la journée en exécutant toutes vos tâches dans l’ordre.
  5. À la fin de la journée, recommencez le process pour le lendemain.

Décider de vos tâches à l’avance est une garantie de pouvoir attaquer votre journée et d’être plus productif sans avoir ces moments de « allez au boulot mais, hmm, par quoi je peux bien commencer aujourd’hui ? ». (parce que c’est pendant ces moments que vous avez le plus de chances de tomber dans la procrastination.)

Mais encore faut-il faire les bonnes tâches :

Changez vos objectifs en processus

Le problème avec nos objectifs est qu’ils sont parfois trop vagues. Si vous avez comme objectif de faire X€ de CA, ou de lancer une formation… ce sont de bons objectifs, mais qu’est-ce que vous devez faire, là, tout de suite ? Plus vos objectifs ou vos tâches sont vagues, plus c’est difficile de savoir quoi faire. (et plus c’est facile de procrastiner.)

Une bonne solution est de décomposer vos objectifs jusqu’à connaître les actions précises à faire pour les atteindre.

On peut séparer nos objectifs en 3 catégories : les objectifs de résultat, de performance et de processus.

  • Les objectifs de résultats, centrés sur un résultat brut à atteindre (faire X€ de CA).
  • Les objectifs de performance, centrés sur une tâche ou un projet à boucler (publier X articles ou lancer une formation).
  • Et les objectifs de processus, centrés sur l’exécution au quotidien, peu importe la production (écrire X heures par jour).

Décomposez vos objectifs jusqu’à en extraire les actions concrètes (les objectifs de performance puis de processus) que vous devez faire chaque jour pour l’atteindre.

Par exemple, si vous avez comme objectif de gagner 1.000 abonnés (l’objectif de résultat), vous pouvez décomposer cet objectif en « publier 10 articles » (l’objectif de performance), que vous pouvez lui-même décomposer en « écrire 2 heures par jour » (l’objectif de processus).

En plus de vous faire y voir plus clair, décomposer vos objectifs a un autre avantage :

Minimisez votre engagement

Une dernière grande raison pour laquelle vous procrastinez est parce que le coût de passer à l’action maintenant est trop élevé. Parce que vos tâches vous paraissent trop intimidantes.

Un bon moyen pour passer à l’action plus facilement est donc de réduire l’engagement que vous prenez pour rendre le démarrage plus facile. (parce que le plus dur est justement de démarrer.)

Décomposer vos objectifs complexes en actions concrètes est un bon moyen de réduire l’engagement que vous prenez. Si vous pouvez commencer par la tâche de « trouver le sujet du prochain article et brainstormer les grandes idées », vous avez plus de chances de vous y mettre que si vous deviez juste « écrire un article ».

La règle des 15 minutes

Une règle qu’on peut utiliser pour rendre le démarrage plus facile est la règle des 15 minutes. Si vous vous apprêtez à procrastiner, imposez-vous de bosser seulement 15 minutes sur n’importe quel aspect de votre tâche avant d’arrêter.

Une grande tâche comme écrire un article est difficile et ça nous intimiderait tous. Par contre, bosser 15 minutes est à la portée de tout le monde. C’est moins engageant et ça rend le démarrage plus facile.

L’idée au bout du compte est de rendre la tâche pour laquelle vous vous engagez moins intimidante, que ce soit en la décomposant ou en ne vous engageant que pour 15 minutes. Une fois que vous aurez réussi à démarrer, vous avez de bonnes chances de continuer à bosser. (parce que le plus dur est justement de passer à l’action.)

Pour résumer

Pour surmonter la procrastination, cherchez à rendre le coût du passage à l’action plus faible en rendant vos tâches plus claires, plus faciles, et moins engageantes :

  1. Décidez de vos tâches à l’avance.
  2. Décomposez vos gros objectifs en actions concrètes.
  3. Diminuer l’engagement que vous prenez en vous engageant sur des tâches plus petites ou en ne vous engageant que pour 15 minutes quand vous vous apprêtez à procrastiner.

Pour finir, si vous voulez arrêter de procrastiner pour de bon, cliquez ici pour découvrir une technique pour avoir 91% de chances de vaincre la procrastination (d’après des chercheurs anglais).