Facebook teste une IA qui recrée tous les styles d’écriture

Facebook a dévoilé TextStyleBrush, un nouveau projet de recherche sur l’intelligence artificielle. Il s’agit du premier modèle d’IA auto-supervisé qui peut reproduire et remplacer du texte dans des scènes manuscrites et du monde réel en utilisant un seul exemple de mot à partir d’une image…

Un nouveau modèle d’IA capable de réécrire n’importe quel texte

Facebook travaille actuellement sur un nouveau modèle d’intelligence artificielle grâce auquel les utilisateurs peuvent réécrire n’importe quel texte comme il est écrit dans n’importe quelle image et tout ce qui sera nécessaire pour copier le style d’écriture.

Baptisé « TextStyleBrush », il peut être utilisé à des fins très diverses. Mais son objectif principal est d’apporter une grande avancée dans la traduction de textes, même écrits à la main, et qu’il pourra en outre être utilisé pour un chat plus créatif.

Selon Facebook, il affiche une grande précision dans les tests automatisés et les études d’utilisateurs pour tout type de texte. Si la plupart des systèmes d’IA peuvent répliquer et remplacer du texte pour des tâches bien définies et spécialisées, TextStyleBrush est effectivement différent. Il peut reproduire du texte à la fois dans l’écriture manuscrite et dans des scènes du monde réel. Une technologie beaucoup plus difficile pour un modèle d’IA en raison des différentes options de texte et des nuances impliquées.

Le modèle d’IA fonctionne d’une manière similaire à celle des outils de pinceau de style en typographie utilisés dans les traitements de texte. La méthode est appliquée à l’esthétique du texte dans les images. 

TextStyleBrush a déjà ses limites…

En développant TextStyleBrush, Facebook a déclaré qu’il s’agissait notamment de travailler avec du texte écrit dans des objets métalliques ou du texte comportant des caractères de différentes couleurs.

Bien qu’à première vue, ce modèle d’IA semble être un moyen innovant et efficace de copier et de remplacer du texte, il ne doit pas non plus être considéré comme un simple outil innocent. L’un de ses premiers inconvénients est qu’il peut être utilisé pour tromper les autres et falsifier des documents par exemple.

Facebook reconnaît d’ailleurs l’ampleur des attaques de texte deepfake, des contenus truqués à des fins de manipulation. Il espère qu’en publiant ouvertement ses recherches sur TextStyleBrush, il pourrait encourager de nouvelles recherches pour anticiper ces attaques en construisant des systèmes robustes pour les combattre.

Source : Facebook