Ce gars est 100 x meilleur que les autres youtubeurs

Imaginez… Vous lancez une chaîne YouTube de développement personnel, et 1 an plus tard, vous devenez plus connu que David Laroche et Tony Robbins réunis. Impossible, n’est-ce pas ?

Il existe des milliers de vidéos de développement personnel sur YouTube.

Vos adversaires sont là depuis des dizaines d’années.

Vous n’avez pas le budget nécessaire pour rivaliser.

Pourtant, cette croissance incroyable, c’est celle de notre protagoniste du jour : Dream

En 1 an, il est devenu n°1 de son marché, alors qu’il joue dans une niche ultra concurrentielle : Minecraft (il y a des dizaines de milliers de YouTubeurs minecraft, c’est 10 fois plus que pour le développement personnel).

Sans rire, comment le gars a fait ? 

Eh bien, il caresse l’algorithme de YouTube dans le sens du poil.

Pour être précis, il sort des vidéos de 40 minutes tellement addictives qu’on a envie de les voir jusqu’au bout.

Je ne plaisante pas, regardez cette vidéo :

Elle a fait 85 millions de vues. C’est plus que le nombre d’habitants en France.

Mais alors…

Comment Dream s’y prend pour systématiquement maintenir notre attention pendant 40 minutes ?

C’est ce que j’explique en détail dans ma nouvelle vidéo.

Vous y découvrirez aussi…

  • La métaphore du train qui explique comment avoir du succès sur YouTube (ce n’est pas qu’une question de chance) ;
  • La méthode du Trend Jacking qui lui a permis de faire plusieurs millions de vues … alors qu’il n’avait que 1000 abonnés ;
  • Le principe que Dream utilise dans toutes ses vidéos pour nous donner envie de rester pendant 50 minutes ;
  • l’élément qui rend le film “les dents de la mer” si captivant (Steven Spielberg la découvert par hasard) ;
  • La seule et unique chose qui intéresse notre cerveau (la plupart des Youtubeurs font des vidéos ennuyantes parce qu’ils ne comprennent pas ça).

Cliquez ici pour la visionner

Une fois que vous avez vu la vidéo

Vous savez désormais comment Dream s’y prend pour maintenir notre attention pendant 40 minutes !

Mais le souci, c’est que je ne vous explique pas comment l’adapter à un business de formation en ligne.

Et, vous le savez aussi bien que moi, la théorie c’est bien, la pratique, c’est mieux (C’est d’ailleurs pour ça que les meilleurs sportifs sont ceux qui pratiquent tous les jours).

Mais, ne vous en faites pas, j’ai tout prévu ! (Par contre, vous ne comprendrez rien à ce que je raconte si vous n’avez pas vu ma vidéo).

Pour vous, voici un petit bonus dans lequel je vous explique comment appliquer ce que l’on vient de voir à votre business de formation en ligne (ne me remerciez pas, c’est offert par la maison).

En fait, c’est tout bête.

Il suffit de transformer le héros (Dream) en votre prospect cible.

Et le méchant que Dream affronte, cela devient le problème que votre prospect affronte.

Donc, dans votre vidéo, le héros (votre prospect) va devoir combattre son problème (le méchant) pour le surmonter.

Si on reprend les 3 points que l’on a vus dans la vidéo, on a :

  1. Affronter un méchant puissant ;
  2. Donner un enjeu clair ;
  3. Créer un contexte angoissant.

Voici comment l’adapter pour vos vidéos

  1. Affronter un méchant puissant → Affronter un problème D.U.R.
  2. Donner un enjeu clair → Donner le problème
  3. Créer un contexte angoissant → Décrire les conséquences du problème

Laissez-moi expliquer point par point.

1 – Affronter un problème D.U.R.

Le mot “D.U.R.” est un acronyme qui vient de cette vidéo de Stan Leloup.

Si votre problème est “D.U.R.”, alors il sera important pour votre audience, et votre prospect cible sera genre obligé de rester pour avoir la solution.

Voici la signification de D.U.R. (je sais que vous l’attendez avec impatience !)

D’abord D pour “douloureux”. 

Votre problème doit faire mal à votre prospect cible. 

Je vous rassure, rien à voir avec le sadomasochisme.

Vous devez sélectionner un problème qui crée une douleur physique ou mentale.

Bien sûr, les formations en ligne résolvent le plus souvent une douleur mentale.

En voici 3 exemples : 

  • “Je n’ai pas de copine”, c’est douloureux parce qu’on a se sentiment de solitude et cette perte de confiance en soi ;
  • “Je n’aime pas mon corps”, c’est douloureux parce qu’on souffre du jugement des autres, et on n’arrive pas à s’aimer soi-même ;
  • “Je ne sais pas jouer de la guitare”, ça, c’est un problème douloureux, mais pas pour tout le monde ! Ce problème sera douloureux si la personne considère par exemple que la guitare, c’est le seul moyen de sortir avec des filles.

Demandez-vous “est-ce que mon problème est douloureux pour la personne à qui je parle”.

Car, comme vous l’aurez compris, un problème peut-être douloureux pour une certaine personne mais par pour une autre.

Ensuite, le U, pour Urgent.

L’être humain est un procrastinateur naturel.

Si on ne voit pas de nécessité de résoudre un problème maintenant, on ne le fera pas.

Je suis certain que vous avez déjà utilisé un téléphone avec un écran fissuré. Pourquoi ? Parce que ce problème n’était pas urgent. Vous pouvez vivre avec, ce n’est pas très grave.

Par contre, si internet tombe en panne, là, c’est mode survie activé !

Bref, demandez-vous “est-ce que ce problème est urgent pour mon prospect ? Ou est-ce qu’il peut vivre avec”.

Et pour finir , le R pour Reconnu.

Celui-là, il est éliminatoire.

Si votre prospect n’a pas conscience de son problème, il ne mettra pas en place de recherche pour le résoudre.

Oui, votre prospect peut avoir un problème douloureux et urgent, et vous le savez. 

Mais s’il n’a pas conscience de son problème, cela va être très difficile pour vous de le convaincre.

C’est un peu comme un complotiste. Oui vous savez que la terre est ronde, oui vous savez qu’il se trompe, mais malgré tout, vous n’arriverez pas à le faire changer d’avis (facilement).

Donc, conseil d’ami, assurez vous toujours que votre problème est Reconnu par votre prospect.

ça y est, votre méchant parfait est créé.

Passons à l’étape 2.

2 – Donner le problème

Bon, pas besoin d’avoir fait Science Po pour comprendre ce point.

Dans les 30 premières secondes de votre vidéo, décrivez le problème de votre prospect avec le plus de détails possible.

Puis, annoncez lui que vous allez expliquer comment le résoudre dans cette vidéo.

C’est tout.

Pas plus compliqué, pas plus simple.

Décrivez son problème, et dites que vous allez le résoudre.

On passe à l’étape 3 (on perd pas de temps ici, parce que le temps, c’est de l’argent !)

3 – Donner les conséquences négatives

Cette étape sert à donner de l’importance au problème.

Même si un problème est Douloureux, Urgent et Reconnu, c’est parfois difficile de le faire comprendre à la personne en face de nous en 30 secondes.

Alors comment faire ? 

Décrivez les conséquences négatives du problème à votre prospect.

Si votre problème, c’est “je n’ai pas de copine”, parlez lui du film “40 ans toujours puceau”.

Si votre problème, c’est “Je n’aime pas mon corps”, faites lui visualiser son futur.

Un futur triste, allongé dans un lit d’hôpital, à 35 ans, parce qu’il n’a pas pris soin de sa santé (la santé avant tout !)

Si votre problème, c’est “Je ne sais pas jouer de guitare”, montrez-lui une vidéo d’un guitariste trop cool sur scène qui a toutes les filles à ses pieds, et dites- lui que s’il veut devenir comme ce guitariste, il faut qu’il se bouge les fesses.

Bref, parlez des conséquences négatives.

Avec ça, c’est simple, votre problème deviendra “charismatique” (comme dans ma vidéo où j’explique que Dream rend ses potes beaucoup plus terrifiants, à l’effigie d’un Dark Vador).

Et ce qui est cool, c’est que n’importe qui veut connaître le résultat de l’affrontement final entre Dark Vador et Luke Skywalker (vous savez, le fameux “je suis ton père”, et tout et tout).

Pareil quand vous parlez du problème du prospect.

Si vous lui donnez assez d’importance, la personne voudra rester pour savoir comment le résoudre.

Mais si vous vous contentez d’en parler vite fait, votre prospect va se barrer.

C’est magique. Enfin non, c’est plutôt de la psychologie.

La méthode que je viens de vous donner à un autre nom plus connu des copywriter : La formule P.A.S.

Cette méthode, elle est considérée par beaucoup de grands noms du marketing comme la plus efficace de tous les temps pour convertir vos visiteurs en acheteurs.

Vous voulez plonger plus en profondeur dans ce bijou de persuasion ?

Alors allez lire cet article dans lequel j’explique comment cette formule fonctionne en détail.

Vous aurez aussi des exemples concrets de comment Marketing Mania, David Laroche et Gary Vee utilise cette formule (et les gars ont des business qui font plusieurs dizaines de millions d’euros par an).