Pourquoi créer son anti-avatar client ?

L’anti-avatar client. Quoi ? Non tu te trompes Cédric, on dit : « l’avatar client ». En marketing et communication, on connait le concept de l’avatar client aussi appelé persona. L’idée de l’avatar est de créer un personnage reprenant toutes les caractéristiques d’un client idéal afin de communiquer en ne parlant qu’à lui. Cette pratique permet d’éviter le langage « corporate » trop ampoulé et donne finalement à chaque lecteur une sensation de personnalisation plus forte…

Le marketing, au travers du copywriting, permettant de créer des univers complets pour ce persona précis, forcément on exclut également avec ce procédé un tas de personnes qui ne sont pas nos cibles.

Mais il en subsiste un, un type de « prospect », celui qui ne nous aime pas, qui ne sera jamais notre client et qui pourtant, commente et discute chacune de nos sorties : l’anti persona ou anti-avatar !

A la fin de cet article, vous aurez, en bonus, LA leçon de copywriting de Stephen King Himself ! ????

L’anti-avatar client, c’est quoi ? C’est qui ?

Actuellement, je te parle à toi mon persona.

Ici, je n’ai rien à te vendre et je te tutoie, car tu es comme un ami.

Mon idée est de te filer une notion, un conseil, un « truc » qui aide comme je le ferais avec mon meilleur pote, car tu l’es un peu.

Anti-avatar disant une vulgarité

L’anti-avatar, c’est l’autre

Donc l’anti-avatar est cette personne qui prend le temps de critiquer inutilement juste pour faire entendre sa voix.

Son égo dans ces moments-là prend le dessus.

Ce qui le définit le mieux, c’est :  » je ne veux pas de lui en client un jour« .

Voilà, c’est l’archétype de celui qui ne t’aime pas, ni toi, ni ce que tu fais.

ATTENTION cependant , on est tous l’anti-avatar de quelqu’un au même titre que l’on est toujours le con d’un autre.

Toi aussi ça peut t’arriver d’être agacé par un truc qui te parait bête ou inutile et d’aller ouvertement critiquer quelque chose dont, finalement, tu te fiches.

Personnellement, ça m’arrive encore parfois de critiquer un marchand de bonheur facile, un piège à neuneu, un site trop extrême, peu importe son extrémisme (cette notion peut prendre des chemins étranges parfois, j’ai croisé le collectif des buveurs d’eau l’autre jour qui n’a de cesse de critiquer la moindre goutte d’alcool par exemple).

anti-avatar maquillée

Comment définir son anti-avatar et pourquoi ?

Comment le définir ?

2 solutions pour ça :

  • Faire une fiche avatar classique, mais définissant l’anti-avatar ;
  • Lui écrire une lettre (qu’il ne lira sans doute pas, mais peu importe).

La 1ere méthode de création classique du persona est détaillée ici par Laurianne.

Pour la 2e, voici un exemple concret dans cet article consacré justement à écrire directement à mes 2 anti-avatars (attention, l’article pique les yeux) appelé :  » A toi qui sait déjà tout « .

Pour quoi faire ?

Eh bien, la 1ere réponse à cette question est : Pour te respecter toi-même !

Oui oui , c’est bien ça d’abord dont il s’agit.

Quand cet anti persona se pointe devant toi et que tu ne l’as pas vraiment défini avant, il peut paraitre intéressant.

Après tout, une critique est déjà de l’intérêt justement.

Mais la sienne est fourbe et ne cherche rien d’autre que d’exprimer un désaccord.

Alors, si ce n’est pas défini, tu vas peut-être chercher à la convaincre, à l’alpaguer, voire à lui appliquer une méthode de vente par l’objection pour en faire un client…

Grave erreur ! Ce sera le pire des clients si jamais il rentre…

En tout cas, voici les utilités à définir son anti-avatar :

  • Eviter de perdre du temps avec quelqu’un qui ne te mérite pas ;
  • Ne pas engager un client qui lui ressemble ;
  • S’éviter une source de stress inutile ;
  • Etre sur de ne pas faire d’erreur : s’il ressemble à ton anti persona : il ne te le faut pas !
Stephen King n'a qu'un seul avatar
Stephen King le roi de l’avatar vous donne une leçon de copywriting ci-dessous

On ne peut pas plaire à tout le monde

Voilà en résumé ce concept assez fort au final.

Définir son persona devrait toujours aller de pair avec la structuration de son anti-avatar client.

Les deux faces d’une même pièce expliquent cela parfaitement : quand tu vois un côté , tu ne vois pas l’autre et il faut choisir.

Choisir, c’est renoncer n’est-ce pas !? Et donc renoncer à son anti-avatar,c’est s’ouvrir à tous les autres !

Ici, c’est pareil. Si tu définis un client idéal, alors ne t’adresse qu’à lui.

La leçon de Stephen King

Pour finir, voici une phrase incroyable de Stephen King , le roi du roman à suspens :

Je n’ai écrit toute ma vie que pour une seule personne, ma femme. A chaque ligne, je me demande toujours si ça va la faire sursauter ou frissonner. Si ça fonctionne pour elle, ça fonctionne pour tous mes lecteurs qui doivent forcément ressembler un peu à ma femme.

Stephen King

Est-ce que Stephen King plait à tout le monde ? Non.

Est-ce qu’il perd du temps avec ceux à qui il ne plait pas ? Non plus.

Certains prennent-ils le temps de le détester ? Oui.