Quelles sont les caractéristiques des requêtes Google ?

La dernière étude de Backlinko s’est penchée sur les caractéristiques des requêtes Google. Les résultats sont une aubaine pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent améliorer le référencement naturel de leur site. Décryptage.

Brian Dean a encore frappé !

Formation webmarketing

Après nous avoir livré les secrets des meilleurs résultats Google ou des interactions des internautes avec les résultats de recherche de Google, son blog Backlinko nous livre une étude exhaustive sur les caractéristiques des requêtes tapées par les internautes dans Google. Ce ne sont pas moins de 306 millions de mots clés qui ont été passés au crible de son expertise pour des résultats à forte valeur ajoutée.

Longue traîne : requêtes majoritaires, faible volume

C’est le premier résultat mis en avant par Brian Dean : 91,8% des recherches Google relèvent de la longue traîne. Ce sont celles qui font moins de 100 recherches par mois.

Pourtant, en termes de volume de recherche, elles n’en représentent qu’une part infime (3,3%).

Ainsi, la demande de recherche est concentrée sur un faible nombre de mots clés. Les 500 termes de recherche les plus populaires représentent 8,4 % du volume total des recherches. Les 4 mots-clés Youtube, Facebook, Amazon et Google concentrent à eux seuls 2 à 3% des recherches en comptant les mauvaises orthographes. Parmi ces requêtes populaires, il y a aussi beaucoup de marques (Netflix, Instagram, Ikea…) et de requêtes navigationnelles (weather, news…).

Conséquence : la longueur moyenne d’une requête est de 1,9 mot et de 8,5 caractères. Ce sont les mots clés entre 5 et 10 caractères qui enregistrent le plus de recherches.

De même, les requêtes de 1 à 2 mots ont les plus hauts volumes de recherche.

Est-ce à dire que les requêtes de longue traîne sont inutiles ? Comme le répond Brian Dean à un internaute, elles peuvent être partie intégrante d’une stratégie SEO. Mais il faut se référencer sur un grand nombre de ces requêtes pour atteindre un trafic significatif. Une stratégie de « moyenne traîne » peut être un bon compromis.

Par ailleurs, les mots clés populaires ont un prix, au propre comme au figuré. En effet, ce sont ceux qui ont un plus haut niveau de difficulté. Autrement dit, il est plus compliqué de positionner les pages de son site internet au sommet des résultats de recherche de Google sur ces mots que sur la longue traîne.

En se basant sur les outils de mesure de Ahref, Backlinko démontre que la difficulté augmente de 1,63 à chaque fois que le volume de recherche double. C’est logique : plus les mots clés sont populaires, plus la compétition sur ces termes est rude.

Il en est de même pour le coût par clic (CPC ): plus la difficulté augmente, plus le CPC est élevé.

À cela s’ajoute que le trafic ne fait pas tout. Selon votre secteur d’activité et vos objectifs, se concentrer sur la longue traîne peut être redoutable, par exemple pour obtenir des conversions.

Des requêtes Google sous forme de questions

C’est probablement le résultat le plus important de cette étude et le plus intéressant pour les rédactrices et rédacteurs web. 14,1% des recherches tapées par les internautes dans Google sont posées sont sous forme de question.

Les questions les plus communes sont :

  • « how » (« comment ») à 8,07% ;
  • « what » (« quoi ») à 3,4% ;
  • « where » (« où ») à 0,88% ;
  • « why » (« pourquoi ») à 0,82% ;
  • « who » (« qui ») à 0,6%.

Par nature, les questions sont relativement longues et spécifiques. C’est pourquoi elles constituent une part importante de la longue traîne même si elles ont un faible volume de recherche. Comme l’indique Brian Dean dans un commentaire, il y a beaucoup d’opportunités à exploiter dans ce résultat.

La prédominance des questions en « comment » montre une appétence des internautes pour les contenus explicatifs comme les tutoriels.

Des requêtes Google en volumes concentrées sur la tech et l’actualité

Les industries qui enregistrent les plus forts volumes de recherches de mots clés moyens sont internet et les télécoms, l’actualité et les médias et l’électronique grand public. Par contre, les mots clés relatifs à l’immobilier, l’automobile ou le droit enregistrent peu de recherches.

Si on raisonne en termes de nombre de recherches, et non en volume de recherche moyen pour chaque mot clé, les trois premiers sont l’actualité et les médias, les arts et les divertissements, Internet et les Télécoms. Pourquoi ? Car des millions d’internautes recherchent des informations sur des évènements actuels.

Mots-clés et fonctionnalités de la SERP de Google

Enfin, les fonctionnalités qui apparaissent le plus dans les recherches Google sont les packs d’images, les « People Also Ask » (PPA) ou « autres questions posées » et les vignettes d’image (ou « Thumbnails »).

Il est intéressant de noter que les mots clés « à fonctionnalité » sont plus compétitifs que ceux n’en ayant pas. De même, les résultats de recherche Google avec le plus de fonctionnalités ont une difficulté de mots clés plus élevée.

Ceci étant dit, quasiment tous les résultats de recherche, quelle que soit la requête, contiennent une fonctionnalité (97,6%). Ceux qui n’en ont pas ont un faible volume. Étant très spécifiques, ces requêtes ont moins de chance de produire des résultats Youtube ou Google Shopping dans la SERP.

Est-ce si grave ? Cela dépend de la fonctionnalité visée et de son efficacité. À la lecture de l’étude, on serait tentés de prendre en compte les PPA dans la production de nos contenus. Or, une autre enquête de Backlinko a démontré que seuls 3% des utilisatrices et des utilisateurs de Google interagissent avec les PPA. D’autres fonctionnalités ont même des effets négatifs pour le trafic de votre site. Ainsi, les Knowledge Cards ont pour effet réduire significativement les clics par rapport aux autres fonctionnalités.