L’algorithme Facebook : Comment l’utiliser à son avantage en 2020 ?

Quel mystère pour beaucoup d’entre nous ! L’algorithme Facebook est l’un des sujets qui revient le plus sur la toile chaque année et de nombreux marketeurs se demandent comment il fonctionne. C’est toujours la fameuse question. Comment “détourner” l’algorithme de Facebook ? 

Certains cherchent même à le “cracker” !

Formation Création et développement d'une activité de formation

Il faut savoir que Facebook détient, parmi ses salariés, les ingénieurs des plus talentueux du monde.

Petite anecdote.

À une époque, certains d’entre eux ont tenté de prendre leur émancipation du salariat, mais ils avaient un tel talent qu’ils n’ont pas pu passer inaperçus aux yeux de Facebook.

L’entreprise de Mark Zuckerberg leur proposait un salaire plus que confortable, et hop, c’était réglé.

Selon Capital, le salaire médian chez Facebook était de 240 000$ par an en 2017 !

Cela signifie que 50% des salariés de la compagnie californienne gagnaient plus que cette somme, et 50% moins.

Les ingénieurs en charge de l’intelligence artificielle font bien évidemment partie des éléments les mieux payés du géant américain.

Depuis, les revenus de Facebook ne cessent de croître. Leurs émoluments aussi.

Mais attention, ne vous méprenez pas.

Le comité de direction de Facebook n’est sûrement pas des ignares, comme vous vous en doutez. 

Ils savent qu’au vu de la notoriété du réseau social, améliorer sa valeur intrinsèque ne peut qu’augmenter leur chiffre d’affaires.

Pour le plus grand bonheur de ses actionnaires…

Du coup, comment augmenter la valeur de la plateforme ?

En incitant les utilisateurs Facebook à passer plus de temps dessus !

D’après Similar Web, le temps moyen journalier qu’un utilisateur Facebook passe sur le réseau social est de 58 minutes en 2019.

Vu que l’on estime qu’une session dure en moyenne 10 minutes, cela signifie qu’une personne se connecte environ 6 fois par jour.

À savoir que la grande majorité des connexions se fait via le mobile.

Du coup, la véritable question ne serait-elle pas la suivante : comment inciter un utilisateur a passé plus de temps sur Facebook ?

Une réponse ?

En améliorant l’expérience utilisateur.

Facebook se veut intransigeant à ce sujet, personne ne passe avant ses “users”.

Et les dirigeants le font bien savoir.

L’année 2018 a été particulièrement mouvementée chez Facebook, entre le scandale Facebook – Cambridge Analytica qui a causé une perte de la valeur boursière de l’entreprise et…

La mise à jour de l’algorithme Facebook ! 

Pour rappel, Mark Zuckerberg avait annoncé que la portée des contenus publics tels que les publications des marques et des médias serait réduite au profit de celle des “amis & familles”.

Le but de Facebook étant de retrouver sa genèse de réseau social.

Il est vrai que nous remarquions déjà à l’époque une présence importante de contenus publics, comme des vidéos de chats ou du divertissement par exemple.

Facebook veut désormais prioriser les interactions entre les gens.

Maintenant que l’on a une idée des intentions de Facebook, comment peut-on, en tant qu’annonceur, mettre en place une stratégie visant à utiliser l’algorithme Facebook à son avantage en 2020 ?

S’appuyer sur l’historique de l’algorithme Facebook

Petit rappel historique pour comprendre l’évolution de l’algorithme Facebook.

Facebook a été créé en 2004, mais ce n’est qu’en 2007 que l’on peut avoir naître l’algorithme Facebook sous le nom de “Edgerank”.

Il avait pour vocation d’afficher, dans le fil d’actualité des utilisateurs, les contenus des pages d’entreprises présentes sur la plateforme.

De cette manière, Facebook commençait à mettre en place une stratégie de revenu (eh oui, les Facebook Ads 😉 ).

Logiquement, cela a eu pour conséquence une augmentation de la fréquence d’affichage de posts et il a donc fallu mettre en place un système pour décider ce qui allait s’afficher dans le “feed” de l’utilisateur.

Au départ, le contenu était trié par “Date de publication”, puis par ordre de “Popularité”.

Bien évidemment, c’était une première version. 

En 2010, Facebook décida de faire évoluer son algorithme, car selon certains experts, il y aurait un risque que le réseau social renforce les croyances de l’utilisateur, en “l’enfermant dans sa bulle”, et en évitant de le confronter à différentes opinions externes.

On observait également une autre problématique : la propagation des “fake news”.

Dos au mur, Facebook a donc dû réviser son algorithme pour éviter ces désagréments et le rendre plus performant.

Edgerank n’est donc plus un terme utilisé pour définir l’algorithme Facebook.

“See First” ou plus de contrôle pour l’utilisateur

En 2015, Facebook a surpris son monde en lançant la fonction “See First”, autrement dit “Voir d’abord”.

Elle permet à l’utilisateur de Facebook de sélectionner le contenu qu’il veut voir en premier dans son fil d’actualité.

  • Quels types de contenu ?
  • Quels amis ?
  • Quelles pages ?

Toujours avec comme objectif de rendre, pour ses “users”, l’expérience plus agréable sur la plateforme.

Mais, il y a un hic…

Comme l’a évoqué Jon Loomer, le problème est qu’il fallait activer cette fonctionnalité pour qu’elle soit effective.

En effet, la plupart des personnes ne vont pas prendre la peine, car l’utilisateur moyen se contente de surfer sur Facebook, sans prendre en compte forcément les dernières mises à jour du réseau social.

Cette fonctionnalité attire surtout l’attention des marketeurs.

En 2016, nouvelle MAJ.

Facebook a annoncé ceci :

“Notre priorité est de vous connecter avec les personnes, les lieux et les choses auxquelles vous voulez être connecté. Cela commence par les personnes avec qui vous êtes amis sur Facebook. C’est pourquoi nous annonçons un changement à venir dans le classement des flux d’actualités pour vous assurer que vous ne manquez pas les publications de vos amis.”

Le véritable changement cette année-là est dû au fait que Facebook a commencé à mesurer la durée d’interaction avec un post pour déterminer son importance.

Plus longtemps vous consultez une publication, plus celle-ci aura de la valeur.

On note aussi que diffuser de la vidéo via le format  “Live Facebook” suscite également beaucoup d’engagements.

 La durée de visionnage est en moyenne 3 fois supérieure aux vidéos traditionnelles.

L’année 2017 subit également son lot de MAJ.

Désormais, le choix de l’émoticône aura une influence sur la popularité d’un post. Mais aussi, Facebook s’engage à lutter pour prévenir de quelques dangers sociétaux :

  • Les “Revenge Porn”
  • Les “Fake News”
  • Les suicides sur les Lives Facebook

Je vous invite à consulter cet article qui en parle plus en profondeur.

Nous avons vu précédemment qu’en 2018, Mark Zuckerberg a annoncé la diminution de la portée organique des entreprises au profit des proches.

En 2019, la tendance a continué sur celle de l’année N-1.

On constate une baisse de la portée organique des publications de 2,2%.

De plus, une publication organique depuis une page Facebook atteint seulement 6,4% du total des mentions “J’aime” de la page en question.

C’est-à-dire que si sur votre page d’entreprise 100 personnes qui vous suivent, seulement 6 ou 7 personnes verront votre publication…

Plutôt faiblard…

Avec ces informations, que pouvons-nous en conclure ?

Au fil des années, nous comprenons que l’algorithme Facebook cherche à s’améliorer en testant différentes évolutions afin d’améliorer l’expérience utilisateur.

Et on ne va pas se le cacher, ses revenus.

Notre objectif en tant que marketeur ?

Identifier les différents signaux qui caractérisent l’algorithme Facebook et comprendre comment ils fonctionnent.

Enfin, mettre en place une stratégie pour se faire apprécier par celui-ci :).

En 2020, et probablement pour 2021, Facebook privilégiera la transparence envers ses utilisateurs. Ce qui se traduira sûrement en une aide pour une meilleure compréhension de l’algorithme.

Même s’ils ne vont pas tout nous dire…

Ce que nous pouvons identifier :

  • Facebook montre les contenus dans l’ordre d’importance selon l’utilisateur

Le but est de maintenir votre attention immédiatement pour que vous restiez sur la plateforme. 

Par exemple, si vous êtes fan d’une page en particulier et que vous êtes susceptible d’interagir dessus, Facebook affichera une publication de celle-ci au début de votre fil d’actualité.

Ranking signal = Qui est l’auteur de la publication ?

  • Facebook accorde une grande importance aux Like, commentaire et partage

Ces éléments font partie des signaux qui vont montrer à l’algorithme Facebook votre intérêt pour une personne ou pour une page. 

Par ordre de hiérarchie, on estime qu’il considère qu’un like est un début de signal. N’oubliez pas qu’un “coeur” aura plus de poids qu’un “pouce bleu” . 

Ensuite, il y a le commentaire qui montre un réel engagement de la part de l’utilisateur et enfin du partage. 

Ce dernier est considéré comme le “Must”, car Facebook estime que c’est ce qui reflète le plus ce qu’on peut appeler une interaction “active”.

Ranking signal = Quelle est la popularité de la publication ?

  • Facebook va identifier votre format favori

C’est simple.

Si l’algorithme Facebook estime que votre capacité à interagir est plus importante envers les publications au format photo, il vous en montrera plus souvent. Pareil pour la vidéo, comme les Lives Facebook, ou encore, les publications écrites.

Ranking signal = Quel est son format favori ?

On estime qu’il y a plus de 10 000 autres signaux, plus ou moins importants, qui composent l’algorithme Facebook.

Malheureusement, on ne les connaît pas tous.

Mais avec un peu de logique, on comprend ce que Facebook attend.

Alors voici quelques recommandations que vous pouvez mettre en place dès à présent pour que l’algorithme Facebook aime votre page en 2020 !

Prêt ?

1. Créez du contenu que vos fans aiment

Le contenu est roi.

Cela paraît évident, mais si vous ne publiez pas du contenu intéressant, pourquoi votre audience interagirait-elle avec votre entreprise ?

Je l’ai mis en premier, car tout commence par cette simple formalité.

Même si cela ne suffit pas, c’est la base.

Solution : Comprenez ce qui intéresse les gens qui vous suivent. Pourquoi ne pas faire des sondages en demandant à votre audience si un sujet X pourrait les intéresser ? Les personnes aiment quand on leur demande leur avis…

2. Donnez la parole à votre audience

Cela se complète avec la fin du premier point.

Donnez la parole à son audience revient à l’engager, à créer des interactions. De cette manière, vous nourrissez l’intérêt de l’algorithme Facebook qui ne demande que cela.  

Au plus vous le ferez, au plus vous aurez des résultats significatifs en termes de portée organique.

Par exemple, beaucoup de pages Facebook ont recours aux jeux-concours en incitant à une action de la part de l’audience afin que ce post soit viral. 

Ces actions sont généralement des commentaires ou des partages.

Deux des signaux préférés de l’algorithme Facebook 😉

Solution : Mettez, par exemple, en valeur vos clients en leur demandant de partager un résultat obtenu grâce à votre entreprise. Cela les incitera à dire à leurs amis, éventuellement intéressés par vos services : “Hé, va voir ! Je suis passé sur “xxx” (votre page Facebook).

Cela vous permettra de toucher une audience extérieure à la vôtre.

C’est un peu du bouche-à oreille quoi.

3. Publiez aux heures propices à l’interaction

Il serait embêtant de poster une publication travaillée pendant de longues minutes (parfois des heures), et qu’elle n’est pas la portée escomptée.

N’oubliez pas qu’en moyenne, moins de 7% de vos fans Facebook verront votre publication en organique !

De plus, étant donné que la durée de vie d’un post est faible, ne vous attendez pas à ce que votre audience le voie dans trois jours…

Il y a très peu de chance pour cela, d’où l’importance de publier au bon moment.

Solution : Soyez attentifs à l’heure où se connecte la majorité de vos abonnés, et plus particulièrement ceux qui sont les plus actifs. Vous le saurez avec le temps.

Cette étude d’Hootsuite montre qu’en B2B, il vaut mieux poster les mardi, mercredi et jeudi. Tandis qu’en B2C, il faudrait publier les lundi, mardi et mercredi.

A vous de déterminer si cela concorde avec vos audiences.

4. Soyez présent régulièrement

Sans capitaine à bord, c’est le naufrage assuré.

Depuis la nuit des temps, il y a un ou des leaders dans chaque communauté. 

Vous l’êtes sur votre page Facebook. Et un bon leader doit se montrer présent et actif.

Pas de mystère, surtout si vous n’avez pas une page à 1 000 000 d’abonnées…

Solution : Organisez-vous pour publier de manière constante. Par exemple, il est tout à fait possible d’avoir recours à des outils pour automatiser ses publications. Cela vous permettra de vous dégager du temps sur d’autres tâches plus productives, tout en fidélisant votre audience.

5. Créez un groupe Facebook et animez-le !

Extrêmement puissant.

Pourquoi ?

Généralement les personnes qui font partie d’un groupe Facebook sont à la recherche d’une solution à un problème.

En les réunissant, il se passe trois choses :

  • Elles sont actives en posant des questions et obtiennent de réponses, donc plus engagements ;
  • Mais aussi, cela crée un sentiment d’appartenance à une communauté ;
  • Le groupe peut s’auto-alimenter entre les membres.

Vous verrez que, si votre groupe est actif, ce sont les publications qui apparaîtront le plus dans le fil d’actualité de vos membres.

En tant que marketeur, j’ai créé et adhéré à bon nombre de groupes. Je peux vous dire que mon feed Facebook n’était rempli que de cela.

Si vous avez la possibilité et l’intérêt de créer un groupe Facebook, faites-le.

Selon moi, c’est le meilleur moyen d’avoir des portées organiques récurrentes.

Regardez la vidéo extrêmement détaillée du formidable Stan Leloup sur Fortnite qui explique comment une communauté peut rendre accro.

Solution : Récompensez les personnes plus actives en leur attribuant un rôle. Par exemple, si Jacques répond souvent aux questions des autres membres, nommé le “Modérateur” du groupe. Cela récompensera sa part de contribution.

6. Boostez vos meilleures publications

C’est indéniable, certaines de vos publications auront plus de portée que d’autres. 

Votre travail sera d’identifier le “pourquoi?”. Si vous voyez que l’une d’entre elles se démarque des autres, je vous recommande de mettre un petit coup de boost à votre post. 

En effet, la popularité du post permettra de faire diminuer vos coûts par interaction, car on estime que l’algorithme Facebook aura “moins de travail” pour chercher des personnes susceptibles d’aimer votre publication.

Mis à part, cela fera également grandir votre audience avec des prospects qualifiés.

Solution : Booster la publication avec un petit budget pour voir si votre coût par interaction est faible. Si oui, alors vous pouvez l’augmenter tous les jours (ou 48h) petit à petit, tant que les résultats suivent.

7. Faites des Lives Facebook

Comme nous l’avons dit précédemment, le Live Facebook est un format qui est de plus en plus apprécié, car il est généralement engageant.

L’algorithme Facebook lui donne beaucoup d’importance du fait qu’une personne qui rejoint un live a beaucoup plus de chance d’interagir que sur une simple vidéo.

On constate également que plusieurs lives sont effectués pour apporter une aide à son audience.

Solution : Essayez, si possible, d’organiser des sessions live plus ou moins régulièrement. La manière la plus efficace de le faire est de l’annoncer sur la page et d’effectuer des rappels (ou par e-mail) afin que les gens ne l’oublient pas. Vous pouvez également faire un boost sur la publication pour toucher un maximum de personnes.

Conclusion

L’algorithme Facebook a bien évolué ces dernières années.

L’élément principal à retenir, est que Facebook cherche constamment à améliorer l’expérience utilisateur de ses 2 milliards de personnes.

Si l’on comprend cela, et en appliquant tout ce qu’il faut en ce sens, on peut réussir à se mettre l’algorithme Facebook dans sa poche en 2020 et en 2021.

Retenez bien aussi qu’il va falloir tester différentes choses pour savoir quelles formules fonctionnent avec votre page Facebook.