Guide ultime pour créer des vidéos Facebook qui convertissent

En 2021, près de 85% du trafic web sera de la vidéo. Mais pour les e-commerçants, ce n’est pas évident de vendre un produit en vidéo. Et ce, pour plusieurs raisons…

Pour réaliser une vidéo, il est nécessaire de prévoir les choses suivantes :

Formation webmarketing
  • Des acteurs professionnels afin de tourner vos vidéos ;
  • Une salle de tournage avec un matériel d’éclairage ;
  • Des caméras professionnelles afin d’avoir un rendu pro ;
  • Une personne chargée du montage avec un logiciel tel qu’After Effects ou Premiere Pro ;
  • Un script pour les sous-titrages ;
  • Un storyboard : des plans de vos séquences vidéo.

Vous pouvez passer par des agences qui proposent de créer des vidéos pour vous, mais l’inconvénient est qu’il est nécessaire de disposer d’un certain budget pour la création de clips publicitaires.

C’est sans compter les formats, car ils peuvent varier en fonction de la plateforme et du placement.

Du coup, vous êtes vite pris au dépourvu lorsqu’il s’agit de créer une pub vidéo avec toutes les caractéristiques techniques :

  • Longueur maximale de 240 minutes, 15 secondes max conseillées ;
  • Taille maximale de 4 Go ;
  • MP4 ou MOV ;
  • Résolution de 1080p ;
  • Sous-titrage de la vidéo, car 85% des vidéos visionnées sont sans le son (source : Semrush) ;
  • Placement dans le fil d’actualité : format carré, sinon 16:9 ;
  • Création d’une vidéo différente pour les stories : au format 9:16.

Et c’est sans parler de la prise en main technique du logiciel. De quoi tester la solidité de vos nerfs.

Pourtant, il y a un logiciel qui vous épargne ces ennuis techniques et qui peut vous faire gagner un temps précieux : PlayPlay.

PlayPlay

Pour l’avoir testé, c’est un logiciel très simple à prendre en main. C’est le même principe que Canva, sauf qu’il s’utilise pour les vidéos.

Et la chose la plus intéressante avec ce logiciel, c’est qu’il vous permet de trouver des images et vidéos pré-enregistrées :

bibliothèque de médias PlayPLay

De cette manière, vous n’avez pas besoin de filmer depuis zéro.

Nous verrons plus loin dans l’article comment utiliser ces créatives.

Mais vous n’êtes pas plus avancé qu’au début de cet article, car votre vraie problématique, c’est comment créer une vidéo qui donne envie d’acheter votre produit.

Au final, on en revient toujours aux mêmes blocages :

  • « Je ne sais pas créer des vidéos » = « C’est trop compliqué pour moi » ;
  • « Je n’arrive pas à trouver l’inspiration pour créer des vidéos qui vendent » = « Je ne sais pas comment m’y prendre ».

Ou alors « Je n’ai pas les capacités techniques pour créer des vidéos. » et « Je n’ai pas les visuels nécessaires ».

Désormais, vous pouvez les rayer de la liste avec PlayPlay. Et même si vous n’utilisez pas ce logiciel, vous avez la possibilité de trouver des ressources gratuites sur :

  • Pexels.com pour les images et vidéos ;
  • Musicscreen.be pour les musiques.

Le blocage qui est problématique est la manière de structurer votre vidéo de vente.

Chaque film suit une structure de storytelling bien précise.

structure de film

À ce propos, je vous recommande le livre « Save the cat » de Blake Snyder. Il explique en détail comment créer un film à succès.

(Mon avis est que vous devriez quand même éviter de le lire, après il n’y a plus de suspens lorsque vous regardez un film…).

Donc vous l’aurez deviné, votre réelle problématique est celle-ci : comment structurer votre vidéo afin de maximiser vos ventes tout en prenant deux aspects qui ne peuvent être négligés. La vidéo doit durer 15 secondes maximum (conseillé) et doit pouvoir être visionnée sans le son.

Structurer une vidéo de vente

La durée moyenne d’attention d’un internaute sur Facebook et Instagram est de 3 secondes en moyenne. Certains disent même 2 secondes.

Du coup, on se retrouve avec un vrai problème : Facebook et Instagram sont des réseaux sociaux où les personnes partagent leur vie et ne sont pas là pour acheter.

Mais vous êtes là pour leur vendre.

Comment faire ?

Primo, commençons par un mauvais exemple.

Le mauvais exemple pour vendre

Si vous ne retenez pas l’attention de l’internaute, vous ne pourrez jamais lui vendre votre produit. Rappelez-vous, vous avez 3 secondes pour accrocher son attention.

Voici un très mauvais exemple de « hook » (crochet) :

https://vimeo.com/442027351

Cette vidéo ne retient pas l’attention pour plusieurs raisons : il n’y a pas d’accroche ???? on n’aborde ni de problème et on n’introduit pas non plus d’histoire (storytelling).

Mais alors concrètement, comment structurer une vidéo qui vend ?

Accrochez l’attention !

Comme on en parlait tout à l’heure, le plus important est de capter l’attention de l’internaute.

Ceci fait, vous aurez alors toute la liberté de lui vendre votre produit. Dans le cas contraire, il passera à autre chose et continuera à défiler son fil d’actualité.

Plusieurs moyens s’offrent à vous afin de susciter son intérêt :

  • Storytelling : « En 2020, il y a eu… », « Il était une fois dans une galaxie lointaine, très lointaine… » ;
  • Poser une question : « Est-ce que ça vous est déjà arrivé de … ? », « Souffrez-vous de mal de nuque ? » ;
  • Introduire un problème : « Les rayons solaires agressent vos yeux », « Le sucre cause le cancer » ;
  • Pattern interrupt (« interruption soudaine ») ???? l’exemple d’Easyjet : « Woops. Normalement, c’est avec des fruits frais. Mais bon… c’est pareil. »
https://player.vimeo.com/video/442027150

Ou encore cette publicité que j’ai particulièrement trouvé originale :

https://player.vimeo.com/video/442027086

Avec le Pattern interrupt, il s’agit uniquement de « bousculer » votre cible, lui dire quelque chose qui n’a absolument rien à voir afin de titiller sa curiosité.

C’est une méthode que j’ai utilisée au début de cet article qui parle de comment créer une pub Facebook qui convertit.

Puis, une fois que vous avez attiré son attention, il s’agit alors de lui vendre votre produit.

En toute sincérité, c’est plus complexe de retenir son attention. Même pour 15 secondes.

Retenir l’attention du prospect

Fort heureusement, vous avez plusieurs solutions : vous pouvez introduire du storytelling et continuer l’histoire tout au long de la vidéo.

Par exemple, en racontant l’histoire de votre produit : sa fabrication, comment il a été conçu.

Voici un exemple bien connu :

https://player.vimeo.com/video/442025457

Puis, vous avez la dynamique de la vidéo qui consiste à avoir un rythme de vidéo rapide.

https://player.vimeo.com/video/442025708

Très pratique afin de stimuler le prospect et le garder tout au long de la vidéo.

Enfin, nous avons : Éveiller les sens afin de stimuler les émotions.

https://player.vimeo.com/video/442025670

Prêtez attention aux sons, les ralentis des plans vidéos. Ils ont pour but de vous faire ressentir une émotion : « Vous n’achetez pas le café de 1900 Baker Coffee, vous achetez l’expérience que ce café peut vous procurer. »

Starbucks utilise le même principe dans ses cafés.

Tenez, imaginez que vous entrez dans un café Starbucks, vous sentez la douce odeur du café.

Puis, vous vous rendez à la caisse pour passer commande, le barista vous accueille chaleureusement.

On vous demande quel genre de café vous voulez et comment vous vous appelez.

Une fois votre café prêt, on vous appelle par votre prénom.

Enfin, quand vous dégustez votre boisson, confortablement assis, vous sentez l’agréable sensation de la tasse chaude vous réchauffer les mains.

Café Starbucks

Voilà, dans ce rapide extrait, il y a les 5 sens qui permettent à Starbucks de vous influencer :

  • Odorat : L’odeur du café dans la pièce ;
  • Vue : Le barista chaleureux ;
  • Ouïe : On vous appelle par votre prénom ;
  • Goût : Vous buvez votre café ;
  • Toucher : La chaleur de la tasse vous réchauffe les mains.

Ainsi, si nous revenons à la vidéo de 1900 Baker Coffee, c’est tout ceci qu’ils ont voulu transmettre au travers de leur vidéo : des sensations qui résultent en une réaction émotionnelle positive.

Appel à l’action

Si par exemple vous souhaitez que l’internaute fasse une action, achète, visite le site web, etc., il est logique d’inclure un appel à l’action en fin de vidéo.

Voici un exemple d’une publicité comportant un appel à l’action :

https://player.vimeo.com/video/442027255

Clair et efficace.

Toutefois, il y a parfois des vidéos qui ne comporte aucun appel à l’action, car leur but est uniquement de faire connaître la marque auprès de nouvelles personnes.

Créer votre vidéo

Il y a plusieurs types de vidéo, et chacune est destinée à délivrer un message bien précis en fonction du stade auquel votre prospect se trouve dans votre tunnel de vente.

tunnel de vente e-commerce

Par exemple, prenons les publicités les plus classiques : les promos.

Format promo

https://player.vimeo.com/video/442027114

Avez-vous remarqué que la vidéo a commencé avec un visage féminin ?

Ce n’est désormais plus un secret pour personne, les visages féminins attirent davantage l’attention que les visages masculins.

De plus, les images affichées dans la vidéo sont de haute qualité, avec une mise en contexte des produits correspondant à l’image que souhaite renvoyer Bobbies.

Format témoignage

Encore un format bien connu. Il est souvent utilisé afin de promouvoir un produit/service auprès d’une audience dite « chaude ». C’est-à-dire une personne qui a déjà eu une interaction avec votre marque.

La structure d’un témoignage peut être réalisée de diverses façons.

La première est constituée de plusieurs témoignages qui recommandent l’achat du produit. Cela permet de mettre en avant la preuve sociale et donc en augmenter la valeur perçue.

https://player.vimeo.com/video/442027310

C’est un format classique largement utilisé.

Toutefois, lorsque vous faites de la promotion d’un produit qui résout un problème, vous pouvez aller plus loin que de « recommander » simplement le produit.

Voici un exemple :

https://player.vimeo.com/video/442027275

Dans ce cas de figure, la structure qui est utilisée n’est pas la même :

  1. Accrocher l’attention : « J’ai la peau sensible » ;
  2. Introduire la problématique (avant) : « Alors, je suis toujours allé chez le barbier pour prévenir l’irritation de ma peau, comme les bosses et sensations de brûlure » ???? Ici, les hommes ayant la même problématique vont se reconnaître ;
  3. Introduire la solution (après) : « Mais en utilisant Gillette SkinGuard, je peux me raser confortablement à la maison ».

Il y a une transformation : avant (problème de peau sensible) ???? après (Gillette SkinGuard résout ce problème).

De plus, la vidéo contient un élément important : elle est sous-titrée et permet donc d’être visionnée sans le son, car environ 85% des vidéos sont visionnées sur Facebook sans le son. (Source : Semrush)

Bien entendu en promouvant des vêtements, à quelques exceptions près, on ne résout pas de problème. En revanche, on peut construire un témoignage comme avec les objections qui bloquent votre prospect de passer à l’achat :

  1. Ce qui bloque (objection potentielle) : « J’ai commandé la mauvaise taille » ;
  2. La solution (résolution de l’objection) : « Finalement, j’ai pu les échanger contre une autre paire gratuitement. »

De cette manière, il vous est possible de recibler les personnes ayant ajouté un article dans leur panier et qui ont quitté par la suite votre boutique sans acheter.

Il est donc utile de résoudre une objection potentielle qui est « est-ce la bonne taille ? », qui d’ailleurs et l’objection n°1 lors d’achat de vêtements et chaussures en ligne.

Puis à la suite de cela, nous avons un format bien connu : « Il était une fois dans une galaxie lointaine, très lointaine… ».

Format storytelling

Les histoires.

Qui arrive à décrocher d’une histoire passionnante ?

Par exemple en 2019, j’ai assisté à un speech de Mike Horn, le célèbre explorateur qui a réalisé l’expédition « Latitude 0 ».

Speech Mike Horn

Toute la salle était scotchée à son siège. Tout le monde buvait ses paroles lorsqu’il racontait ses expéditions en Antarctique et en Amazonie.

Vraiment passionnant.

Bref, revenons à la publicité Facebook.

Les histoires ont ce pouvoir de capter instantanément l’intérêt des gens et retenir leur attention.

Voici un exemple :

https://player.vimeo.com/video/442027180

Les points positifs de cette publicité sont :

  • Attise la curiosité : « Quelle entourloupe ? » ;
  • Les personnages sont présentés : On arrive à mettre un nom sur l’héroïne.

Format slow motion

« Buy with emotion, justify with logic » ???? « Acheter avec émotion, justifier avec logique » de Michael Harris.

Qui n’a jamais fait d’achat compulsif ?

  • Le dernier iPhone : « Oui, mais mon portable devenait vieux » ;
  • Une montre de luxe : « Oui, mais c’est pour lire l’heure ».

Vraiment ? On ne peut pas sortir son portable pour lire l’heure ?

Acheter avec émotion, justifier avec logique.

Personnellement, c’est mon format vidéo préféré. Je trouve qu’il est extrêmement aisé de stimuler des émotions afin de générer le désir d’achat.

Voici un exemple de Gillette :

https://player.vimeo.com/video/442027219

« With the feeling of a hot towel shave » : « Avec la sensation d’un rasage à la serviette chaude ».

Je ne suis pas certain que ce soit très français, mais vous avez compris le principe : faire ressentir des sensations, tout comme le précédent exemple de Starbucks.

Exemples de vidéos

Avant de conclure cet article, je souhaite vous montrer quelques exemples de vidéos que j’ai réalisés avec PlayPlay pour vous donner un peu d’inspiration.

Voici une première vidéo de promotion :

https://player.vimeo.com/video/442026764

La vidéo reprend un produit de Gymshark, d’où la volonté de créer une vidéo dynamique basée sur leur positionnement « dynamique ».

Puis, une deuxième version avec un autre produit, toujours de Gymshark.

https://player.vimeo.com/video/442026730

Dans cette vidéo, j’ai volontairement mis au début un visage féminin, qui a pour but d’attirer l’attention de l’internaute.

Sincèrement, il est relativement simple de créer une vidéo de promotion. PlayPlay propose des modèles préfaits. Vous n’aurez alors qu’à sélectionner celui qui vous convient.

modèles de vidéo PlayPlay

Si vous vous posez la question « je n’ai pas de lien d’affiliation », c’est très simple 😉

Concernant le format slow motion, j’ai pris ce produit qui se trouvait sur Aliexpress. L’idée ici était de stimuler les sens et les émotions avec des ralentis et un copywriting émotionnel.

Voici le rendu :

https://player.vimeo.com/video/442026792

Tous les plans slow motion de cette vidéo proviennent de la bibliothèque PlayPlay, il aurait été notamment possible d’en trouver sur Pexels.

Mais désormais les questions suivantes se posent : « Comment dois-je créer ma vidéo ? », « Est-ce que j’ai les capacités techniques pour cela ? »

Procédure à suivre

Vous pouvez aussi vous perdre avec le nombre d’informations : quel format respecter en fonction de quel placement, quelle structure, où aller chercher les visuels, etc.

Et vous pouvez rapidement perdre beaucoup de temps si vous n’êtes pas assez bien organisé.

C’est pour cela que je vous ai préparé une procédure à suivre afin de créer vos vidéos.

  1. Définir l’objectif : promo de la nouvelle collection, retargeting pour contrer objection, retargeting de fidélisation, vidéo d’acquisition, booster la notoriété de la marque ;
  2. Choisir le type de vidéo : promo, slow motion, témoignage…
  3. Définir votre promesse : réduction de -50%, perte de poids, témoignage… ;
  4. Rechercher des visuels : Pexels, Envanto, Sutterstock… ;
  5. Créer le texte : cela vous aidera à définir votre message et vous pourrez ensuite reprendre ce texte afin de le mettre en sous-titre. Rappelons-le, la plupart des vidéos sur Facebook sont visionnées sans le son ;
  6. Monter les vidéos : PlayPlay, Animoto, After Effects… ;
  7. Exporter les vidéos en 3 formats : La vidéo doit durer 15 secondes au maximum : 1:1 pour le fil d’actualité Facebook, 9:16 pour les stories, et 16:9 pour le reste des placements ;
  8. Publier les vidéos dans le business manager.

Conclusion

Créer des vidéos peut parfois coûter très cher à produire. Fort heureusement plusieurs solutions existent : PlayPlay, Animoto…

Grâce à ce genre de solution, vous pouvez gagner énormément de temps tout en créant des vidéos qui convertissent.

Pour ceux qui souhaitent un niveau plus élaboré en termes de créativité, je vous propose le combo suivant :

  • After Effects d’Adobe ;
  • L’abonnement « Elements » chez Envato.

Vous aurez alors tout le fun d’être créatif avec les modèles After Effects disponibles chez Envanto.

Par exemple, en voici un qui a retenu toute mon attention :

https://player.vimeo.com/video/442027384

L’inconvénient est que c’est chronophage à créer via After Effects, d’où l’avantage de passer par Animoto ou PlayPlay.