Comment faire de la publicité Facebook pendant la crise du Coronavirus ?

La période que nous vivons actuellement est terrible. Vous le savez, des milliers de personnes meurent chaque jour des suites du COVID-19. Ce virus proche de la grippe espagnole a fait son apparition en Chine avant de se répandre dans le monde entier…

L’Asie, première région touchée, était à l’arrêt et commence tout doucement à démarrer. Puis il y a eu l’Europe, avec l’Italie et l’Espagne particulièrement touchées.

Formation webmarketing

Je ne vais pas vous faire un récap de la situation, vous la connaissez déjà. Je veux juste insister sur le fait que la période que nous traversons actuellement est effroyable.

Effroyable pour notre santé, bien évidemment, et j’ai une pensée pour les familles des victimes. Une pensée également au personnel soignant et tous les Français qui de près ou de loin contribuent à l’effort national. Un grand merci à vous.

La crise sanitaire paralyse également les économies mondiales. Ceci aura des répercussions terribles dans les mois et années à venir.

Je suis sûr que vous avez vu des reportages de plagistes, restaurateurs, hôteliers et autres professionnels. Que ce soit le tourisme et tout ce qui en découle, la distribution (hors alimentaire) ou encore la restauration, personne n’est épargné.

Cet article un peu spécial va traiter de la crise sanitaire. Nous allons voir en particulier comment faire de la publicité Facebook pendant la crise du Coronavirus.

Nous commencerons par faire un état des lieux de l’activité sur le web, puis l’activité publicitaire avant de voir quelques conseils pratiques à appliquer dans vos pubs Facebook.

Je vous souhaite une très bonne lecture. ????

Plus de connexion aux réseaux sociaux

La crise sanitaire que nous connaissons est synonyme de confinement. Confinement pour éviter les contacts avec les autres et éviter la propagation du virus. Il s’agit d’une mesure exceptionnelle, surréaliste même, mais bien réelle.

Il n’est plus possible de se déplacer pour un motif autre que la nécessité absolue. Nous pouvons bien sûr sortir faire des courses, aller chez le médecin, visiter un proche dans le besoin et faire un peu de sport. Notre liberté de mouvement s’arrête à peu près ici.

Par conséquent, des millions de Français comme vous et moi sont confinés à leur domicile.

Le télétravail s’est bien développé, afin de permettre au pays de « tourner » malgré tout. Néanmoins, d’autres personnes n’ont d’autre choix que de continuer à sortir pour travailler, munies de leur attestation bien évidemment.

C’est le cas de ma mère, qui est pourtant fragile. Atteinte d’un cancer il y a une dizaine d’années, elle est contrainte d’aller travailler, et en soi risquer sa vie. Il y a beaucoup de personnes dans ce cas et j’ai une pensée toute particulière pour celles et ceux dans le même cas.

Après ces premiers paragraphes solennels qui s’imposent étant donné la situation, intéressons-nous au cœur de l’article maintenant.

Qui dit confinement dit plus de personnes à leur domicile. Ces personnes peuvent continuer à travailler de chez elles, avec un ordinateur et une connexion internet.

Par conséquent, la quasi-totalité des Français évite les temps de trajet pour se rendre à leur lieu de travail. Désormais, le bureau c’est la maison.

Cela veut dire plus de temps pour soi, et donc plus de temps sur internet et les réseaux sociaux.

En effet, on peut s’évader du quotidien en surfant sur le web.  On peut continuer à faire du lèche-vitrine, mais virtuel cette fois.

Par ailleurs, les réseaux sociaux sont prisés à l’heure actuelle. En effet, ils sont utiles afin de garder le contact avec les personnes chères, rester informé de l’actualité ou encore se distraire et passer le temps.

Voyez quelques statistiques intéressantes à ce sujet :

  • +50% de conversations lancées via Facebook Messenger ;
  • +90% de conversations vidéos de groupe lancées sur Messenger.

Les réseaux sociaux, dont nous avons quelques chiffres ici, sont ainsi pris d’assaut par la population. C’est plutôt logique puisque ce sont des outils qui nous permettent de garder le contact.

Vous l’avez sûrement expérimenté d’ailleurs, la qualité de connexion n’est parfois par au top. C’est bien normal, tout le monde ou presque est sur Messenger.

Voici une autre statistique pour terminer cette première partie : +50% de trafic sur les sites web (trafic provenant de Facebook).

C’est-à-dire que plus de personnes naviguent sur Facebook, cliquent sur des articles par exemple et se retrouvent sur les sites web en question.

Vous l’avez compris, l’activité sur le web et les réseaux sociaux est en effervescence. Ce sont en effet de rares activités qui nous sont encore permises à l’heure actuelle.

Moins de concurrence publicitaire

Une autre tendance est à noter. Cette fois-ci, il s’agit du marché de la publicité en ligne.

L’activité de nombreux annonceurs est à l’arrêt en ce moment. Avec le contexte de crise sanitaire que nous connaissons, il y a beaucoup de chômage partiel et même technique sur notre territoire.

Il est très difficile de se projeter et même d’anticiper la reprise. A l’heure où j’écris ces lignes, on compte par centaines les entreprises qui éprouvent de réelles difficultés à survivre. Oui, survivre, le mot n’est pas exagéré.

Des entreprises qui étaient déjà en difficulté avant cette crise se retrouvent tout bonnement noyées désormais. Bien que l’Etat soutienne massivement l’économie, on peut imaginer une cascade de faillites d’entreprises.

Dans ce contexte très tendu, on remarque bien moins d’activité publicitaire sur les plateformes majeures.

Facebook et Google le disent clairement, il y a un recul massif dans les dépenses publicitaires. Pour ainsi dire, ces géants du web prévoient de perdre 44 milliards de dollars de revenus publicitaires pour l’année 2020.

Pour rappel, Facebook et Google détiennent les trois quarts du marché français de la publicité numérique. Si ces deux acteurs prévoient une année noire, ce n’est pas anodin.

Si l’on en croit ces deux mastodontes, les annonceurs ont déserté les plateformes d’acquisition de trafic. D’ailleurs, si l’on y réfléchit bien, c’est plutôt compréhensible.

Dans le domaine de la publicité en ligne, il est très facile de diminuer ses dépenses, voir même les stopper. Sur Facebook par exemple, il suffit de cliquer sur un petit bouton et le tour est joué :

En cliquant sur le curseur bleu mis en évidence dans l’encadré rouge, vous stoppez la diffusion de votre publicité. C’est aussi simple que ça. C’est une raison pour laquelle il y a bien moins de publicités en ce moment.

Si on compare la publicité numérique avec la publicité sur les médias classiques, ce n’est pas du tout la même chose. Si vous faites de la publicité à la télévision, à la radio ou dans la presse par exemple, il s’agit de processus complètement différents.

Les mécanismes publicitaires demandent plus d’efforts et de temps pour la diffusion des annonces. Il en est de même pour stopper une publicité.

Pour conclure cette partie, gardons simplement à l’esprit qu’il y a moins d’activité publicitaire sur les principales plateformes du secteur. Ceci reflète la situation actuelle et peut être une opportunité pour certains d’entre vous.

Adaptez vos publicités

Aujourd’hui et plus que jamais, vous devez adapter votre manière d’aborder les publicités. Gardez à l’esprit que la situation actuelle est terrible. Vous ne pouvez plus vous permettre d’avoir un discours bancal ou générique.

Le but est de faire un véritable effort pour matcher à la situation actuelle.

Une première idée à explorer est le fait d’être sensible et se référer au contexte que nous vivons tous. Soyez franc. Vous pouvez utiliser des phrases comme :

  • « Pas d’école ? » ;
  • « Difficile d’apprendre vos leçons à la maison ? » ;
  • « Le sport en plein air, ce n’est pas pour tout de suite ».

Selon votre offre, vous pouvez faire référence au quotidien de votre audience cible. L’idée est de faire écho pour que les personnes soient interpellées et puissent s’identifier dès la première ligne.

Si vous proposez des cours de soutien à distance par exemple, vous pouvez mettre l’accent sur la difficulté d’apprendre chez soi, hors de l’école.

Soyez humain

C’est le conseil le plus évident, mais soyez humain. N’oubliez pas que les personnes de l’autre côté de l’écran vivent une situation très difficile. Être coupé de son cadre de vie habituel et ne plus pouvoir se déplacer comme on l’entend, c’est très pesant.

Beaucoup d’entre nous sont dans des appartements, sans terrasse ni balcon. Pas un brin d’herbe à l’horizon. Pas possible de sortir et se balader tranquillement, faire de sport en plein air, voir ses amis et sa famille. Par conséquent, soyez humain.

Faire des lives sur les réseaux sociaux est une pratique qui a bien pris en ces temps de crise. Vous pouvez ainsi garder le contact avec votre public cible. Surtout, ceci rend l’échange plus humain. Vous partagez votre quotidien, qui est le même que des millions de Français.

L’expérience utilisateur et les émotions délivrées au travers de ces lives sont importantes pour l’avenir. Quand tout allait mal, vous étiez là et partagiez un peu de votre temps, de manière naturelle et sans artifices.

Si vous êtes un petit commerce local, sachez qu’une véritable ferveur vous attend. Par les temps qui courent, beaucoup de personnes retrouvent un attachement aux commerçants de leur quartier.

Vous pouvez vous adresser directement à vos clients, pour leur demander de l’aide par exemple.

A ce sujet, j’aimerais partager avec vous une vidéo touchante. Il s’agit d’un faux JT créé par une fille de 12 ans nommée Eva Tartière. Fille d’agriculteurs, elle demande aux consommateurs de sa région de continuer à acheter local.

Les agriculteurs travaillent sans relâche tout au long de l’année pour nourrir la France. A nous de les soutenir en achetant leurs produits, et en évitant d’importer des produits d’ailleurs et de polluer encore plus notre planète.

Notre consommation a un vrai impact sur beaucoup de vies.

Positionnez votre produit/service comme quelque chose de nouveau à faire/apprendre

Dans la période que nous vivons, nous cherchons de nouvelles occupations. Cela fait bien longtemps, (voire jamais pour ma part étant né en 1990), que nous avons autant de temps pour nous.

Nous sommes chez nous bien plus que d’habitude. Le temps peut paraitre long quand on voit un si beau ciel bleu mais que l’on ne peut pas s’installer à une terrasse de café pour en profiter.

Beaucoup de personnes cherchent de nouvelles occupations. Elles veulent profiter de ce temps pour faire qu’elles n’auraient pas faites sinon. Apprendre une nouvelle langue ou apprendre à jouer d’un instrument en sont des exemples.

Pour illustrer cette partie, je voudrais vous présenter une publicité intéressante :

Voici une proposition de traduction en Français :

« Nous sommes tous bloqués à la maison, mais heureusement qu’il y a Echelon. Je peux encore sauter sur mon vélo et rester connectée avec mes professeurs favoris et la communauté de cyclistes Echelon. Que tout le monde reste en sécurité et enfourche son vélo ! » – Kaitlin Dare, Membre Echelon.

Dans cette publicité, on place ce service comme quelque chose de bénéfique et toujours possible à l’heure actuelle.

Dans le domaine du sport, vous savez probablement qu’il est facile de commencer mais difficile de s’y tenir. Le côté social est très important mais plus autant accessible maintenant.

Echelon met en avant la situation actuelle : « Nous sommes tous bloqués à la maison ». Cela permet d’interpeller l’audience cible.

Ensuite, la marque explique qu’il est toujours possible de faire du sport chez soi. Plus encore, il est possible d’être en relation avec vos professeurs favoris et la communauté de sportifs. Ce sont des arguments qui ont du poids aujourd’hui.

Imaginez-vous faire du sport dans le confort de votre chez vous et avec vos coachs et les autres membres de votre club ! Plutôt intéressant n’est-ce pas ?

Plusieurs autres arguments sont mis en avant : « pas de frais cachés », « pas de problèmes », etc.

Le dernier point très intéressant de cette publicité est la mention de la livraison. Il est mentionné une « livraison le jour même ». Vous pouvez commander votre vélo et commencer dès aujourd’hui.

Ce dernier argument conclut très bien cette publicité et nous sert de transition pour la partie suivante.

Précisez vos services de livraison et de drive

Pour les restaurateurs ou les commerces de manière générale, la possibilité de livrer à domicile le jour même est un argument de poids. Si vous avez la possibilité de le faire, faites-le et surtout communiquez autour de ce sujet.

Imaginez-vous pouvoir commander un bon petit plat qui soit livré chez vous. Ce serait plutôt un luxe à l’heure actuelle n’est-ce pas ?

Le fait de proposer la livraison à domicile est une superbe opportunité. Ne la négligez pas.

D’ailleurs, faites attention à géocibler vos publicités. Pensez à sélectionner les villes et quartiers dans lesquels vous pouvez livrer uniquement. Pas la peine d’investir du budget dans des zones que vous ne desservez pas.

Sur Facebook par exemple, vous pouvez taper les codes postaux qui vous intéressent :

Ici, les 1er et 2ème arrondissements de Paris.

Vous pouvez également taper une adresse et sélectionner un rayon de 1 à 80km autour de cette adresse. Gardez-le à l’esprit :

Je sélectionne une zone de 1km autour de la place Bellecour de Lyon.

En géociblant votre publicité, vous les diffusez uniquement aux personnes qui vous intéressent. Il est important de le faire si votre situation s’y prête bien sûr. S’il y a des zones que vous ne desservez pas, inutile de les inclure dans votre ciblage donc.

Conclusion

La situation que nous traversons à l’heure actuelle est critique. Des centaines de morts et de faillites, licenciements économiques ont lieu et vont continuer à avoir lieu.

Avec les mesures de confinement, il y a beaucoup plus d’activité sur internet et les réseaux sociaux. Par ailleurs, on note une nette diminution des dépenses publicitaires sur les principales plateformes en la matière.

Ceci peut donc représenter une opportunité, mais qui reste délicate à saisir avec succès. Le moment étant particulièrement tendu, vous devez mettre en avant une autre approche de vos publicités Facebook.

Adaptez votre discours et avancez des arguments qui font sens à l’heure actuelle. Il est impératif d’interpeller les personnes de l’autre côté de l’écran.

Soyez humain. Oubliez le côté sophistiqué et très lissé des publicités habituelles. N’ayez pas peur de vous mettre en avant. Demandez l’aide des consommateurs. Faites des lives en partageant votre quotidien.

Positionnez votre produit ou service comme quelque chose de nouveau à faire pendant le confinement. Les gens cherchent de nouvelles occupations et seront ravis d’essayer de nouvelles choses. Nous avons besoin d’un peu d’évasion.

Si vous en avez la possibilité, offrez la livraison à domicile de vos produits. A l’heure actuelle, c’est une vraie chance pour les consommateurs que de recevoir des produits sans bouger de chez eux.

Par conséquent, si vous voulez continuer à faire de la publicité Facebook par les temps qui courent, vous devez instaurer une toute nouvelle manière de communiquer.

Comme je l’ai dit précédemment, cet article présente une sélection de conseils à destination des annonceurs. Pour retrouver l’intégralité des conseils pour vos publicités Facebook, vous pouvez lire l’article complet en suivant ce lien.

Prenez soin de vous. La fin du confinement est pour bientôt. ????