Entreprendre - Mini-guide entrepreneurial de la mauvaise journée - 30 octobre 2019

Mini-guide entrepreneurial de la mauvaise journée

Mini-guide entrepreneurial de la mauvaise journée
Invité Auteur

Pauvre ou riche, salarié ou entrepreneur, nous y avons tous droit. Les mauvaises journées mettent tout le monde sur un pied d’égalité. Enfin, presque…

Je vais vous partager ce que je mets en place lorsque l’une d’entre elles me tombe dessus pour la rendre aussi utile qu’une journée classique : ma spécialité, c’est le bien-être entrepreneurial.

You shall not pass !

On connaît tous cette scène : mal réveillé mais courageux, peut-être en ayant préalablement renversé son café ou raté son train, vous commencez à bosser malgré la légère sensation d’être de mauvais poil.

Quelques minutes plus tard quand, bien plus facilement qu’il ne l’aurait dû, un sentiment de frustration monte en vous et la légère sensation se transforme en un doute plus insistant.

Survient alors peu après la seconde irruption de colère exprimée sous la forme d’un « putain i’m’fait vraiment chier s’truc à la con, merde ! », accompagné d’un poing sur la table qui vous confirme définitivement que cette journée va être très longue.

C’est à ce moment précis que vous devriez vous arrêter immédiatement. Je sais (on me le dit à chaque fois), vous avez des deadlines, faut bien qu’ça avance, qui le fera si je ne le fais pas, toussa toussa.

Problème (je le dis à chaque fois), travailler dans ces conditions revient à se tirer une balle dans le pied :

  • Ces journées surviennent généralement lors d’un manque d’énergie ;
  • Le moindre effort vous vide de vos maigres ressources en un rien de temps ;
  • Il ne vous en reste donc plus suffisamment pour continuer efficacement à prendre des décisions, rester concentré et positif, contrôler vos nerfs, etc. ;
  • Le travail que vous produisez en sortira complètement bâclé, et vous l’avez déjà sûrement constaté, à refaire.

Donc vos deadlines, à moins qu’elles ne soient pour la journée même ou le lendemain, vous ferez mieux de les faire attendre. Sans compter qu’en vous acharnant, vous ne faites que risquer de compromettre bien plus qu’un seul jour de travail :

Au cours de ces journées, nous voyons négativement tout ce que nous touchons et ces idées pessimistes peuvent subsister longtemps, conduisant parfois même, accumulées, à une sombre période de doutes où nos projets seront malmenés.

En plus d’éviter cela, vous arrêter tout de suite vous permettra de prendre le repos et le recul nécessaire pour, peut-être, récupérer votre bonne humeur et vous y remettre avant la fin de la journée (ce qui m’arrive environ une fois sur deux).

Si vous avez certaines contraintes comme des rendez-vous, essayez quand même de dégager un peu de temps (rien qu’une petite demi-heure) pour faire ce qui suit. Le reste de votre journée n’en sera que plus productif et moins… Chaotique.

La plume ou le clavier ?

Écrire permet de sonder ses pensées, et mieux encore…

Posez-vous au calme, confortablement, avec une boisson chaude si vous le souhaitez. Saisissezpapier ou ordinateur et notez tout ce qui vous passe par la tête.

Pas besoin que ce soit construit ou quoi que ce soit. Si vous ne savez pas quoi écrire, répondez à ce genre de questions :

Qu’est-ce qui me tracasse, me préoccupe ? Quels sont les problèmes que je rencontre ? Quel a été le point déclencheur de ma mauvaise humeur ? Pourquoi ai-je réagi ainsi ? etc.

En cherchant à exprimer et formuler ce que vous pensez,vous vous permettez de mieux comprendre ce qui ne va pas, en plus de vous le sortir de la caboche. Vous allez voir, cela va vous libérer l’esprit, et vous vous sentirez un peu mieux.

La prise de recul occasionnée par la vision que vous aurez de vos pensées améliorera votre capacité à vous en détacher émotionnellement, et à résoudre tous les petits soucis qui vous trottent dans la tête.

Ensuite, une fois votre source d’inspiration tarie,listez vos plus grosses préoccupations et réfléchissez à des solutions. Il est d’ailleurs fort probable que vous en ayez déjà trouvé quelques-unes en écrivant.

Si l’une ou plusieurs d’entre elles vous ont ragaillardi, c’est très bon signe. Mettez-les en place sans plus tarder. Si ce n’est pas le cas, attendez un peu. Il vous faut observer le petit regain d’énergie dont je parle dans le point suivant.

Positive brain ignition

Une fois la tâche précédente effectuée, vous devriez avoir une meilleure idée du pourquoi cette mauvaise humeur, ou du moins, ce qui vous préoccupe.

Cherchez des solutions à vos tracas sur le net, dans des livres, ou, mieux, sur Omvi, où je m’efforce de concevoir tout ce qui pourrait vous permettre de débloquer ce genre de situation.

Apprendre nourrit votre cerveau, lui donne d’autres grains à moudre que le côté négatif des problèmes dans lesquels vous êtes bloqués et permet de les voir sous un autre angle.

Vous l’avez peut-être déjà remarqué,tomber sur quelques nouvelles connaissances intéressantes suscite chez vous une sorte de motivation.

Ne vous arrêtez pas avant d’avoir trouvé ce déclic qui vous remettra un peu d’aplomb. N’hésitez pas à regarder tout et n’importe quoi, car il peut survenir même lorsque vous apprenez quelque chose qui n’a rien à voir avec ce qui vous met de mauvaise humeur.

Cela vous donnera le petit coup de boost attendu. Si c’est une connaissance applicable, une solution à mettre en place, n’attendez plus et faites ce qu’il y a à faire.

Si c’est un principe, quelque chose de plus abstrait comme une certaine philosophie de vie qui vous a permis de voir les choses autrement, continuez à en apprendre plus.

Dans les deux cas, avec un peu de chance, l’activité cérébrale positive engendrée vous permettra de traiter mentalement et inconsciemment vos autres soucis. Cela débloquera votre bonne humeur définitivement pour la journée et, comme promis, vous pourrez continuer à travailler.

Attention : évitez-vous la déconvenue de voir vos attentes déçues (qui à coup sûr enterrera définitivement votre journée) en gardant à l’esprit que ce que vous mettez en place ne fonctionnera pas forcément.

Tadaa !

Ce n’est pas systématique, mais tout ceci me permet la plupart du temps, au mieux, de reprendre le boulot de bonne humeur, au pire, d’aller me coucher en ayant la satisfaction d’une journée bien remplie, ou du moins, où j’ai progressé : donc pas inutile quoi.

Je vous invite à essayer tout ceci puis à construire votre propre routine.

Je pense que le seul point commun qui devrait subsister entre la mienne et la vôtre serait le fait d’arrêter de travailler pour identifier et résoudre ce qui ne va pas.

La forme sera différente selon chacun : certains préfèrent se balader, méditer, ou même aller manger un bon restau’ ! Peu importe qu’elle soit plus ou moins efficace, le plus important est que cette activité vous convienne.

Vous pouvez garder ce mini-guide au chaud de sorte à pouvoir le ressortir quand vous en aurez besoin !

Cependant, le plus simple reste de tout faire pour éviter ce micmac. En tant qu’entrepreneur, vous êtes plus susceptible de vivre fréquemment ce genre de journées et vos humeurs peuvent devenir un gros problème pour vos projets.

En rejoignant Omvi, vous aurez l’occasion de développer ces aptitudes qui feront de vous un entrepreneur plus serein, pour un maximum d’efficacité et de bonne humeur dans vos journées !

Promis, la seule chose que vous regretterez en nous rejoignant sera de ne pas l’avoir fait plus tôt !

Quoi que vous fassiez, je vous souhaite une agréable journée !

Vivien, fondateur de Omvi, le bien-être entrepreneurial.

PS. : J’ai pour idée d’interviewer des entrepreneurs et de leur demander, entre autres, ce qu’ils font lorsque qu’une mauvaise journée leur tombe dessus. Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à envoyer un mail à contact@omvi.fr pour me proposer quelques idées de questions à poser ainsi que de vous inscrire pour être prévenu lors de la publication de ces futurs contenus.