E-commerce - Marketeur : La webperformance ne concerne pas que votre équipe IT. - 25 septembre 2019

Marketeur : La webperformance ne concerne pas que votre équipe IT.

Marketeur : La webperformance ne concerne pas que votre équipe IT.
Invité Auteur

Pendant longtemps on a cru que les temps de chargement n’étaient l’affaire que de l’équipe technique, faux ! Même si elle est aux premières loges pour intervenir en cas de ralentissement sur le site, vous aussi membre de l’équipe marketing avez votre rôle à jouer !

Initialement, la webperf c’est la mesure des temps de chargement et plus précisément des réponses côté serveur. Autrement dit, les KPIs étaient surtout à destination des équipes informatiques et peu révélateurs de l’expérience utilisateur. Depuis quelques années déjà, la webperf prend un nouveau virage et se destine désormais autant à l’IT qu’aux équipes marketing.

En effet, la dimension « utilisateur » intégrée au fil des années fait que la web performance est aujourd’hui ancrée au sein des équipes digitales comme un des leviers de l’expérience utilisateur et indispensable pour les actions de marketing online.

De nouveaux objectifs amènent à de nouveaux KPIs.

C’est pourquoi, on voit de plus en plus fleurir des indicateurs de webperformance orientés « User » et destinés aux équipes métiers. Avant de faire un tour d’horizon de ces KPIs, il est important de rappeler que notre très cher e-consommateur ne laisse plus rien passer lorsqu’il s’agit de son expérience de navigation : il veut des parcours simples avec des pages rapides qui lui délivrent le contenu demandé instantanément. Il est aussi plus enclin à commander sur internet plutôt qu’en enseigne physique, vous avez donc tout intérêt à prendre en compte ses exigences pour rester compétitif.

Les indicateurs ci-dessous (liste non exhaustive) vont vous permettre de dresser un portrait plus fiable de l’expérience des internautes sur votre site et du niveau de qualité que vous délivrez.

Une fois que l’internaute a demandé une page dans le moteur de recherche ou a cliqué sur un lien, tout va très vite. Sans qu’il ne le voie, une multitude d’actions sont effectuées afin de lui délivrer le contenu demandé. Le DomContentLoaded est le 1er événement déclenché sur le navigateur de l’internaute. Il est déclenché à la fin du chargement et de l’analyse du code HTML et de tous les éléments nécessaires à la construction de la page (scripts, images, css …).

(Pilotage des KPIs webperf : interface de Netvigie)

Arrive ensuite Le Time to Interactive. Cet indicateur mesure le temps écoulé jusqu’à ce que toutes les conditions soient réunies pour que l’internaute navigue sur la page (contenu utile, réaction sous la barre des 50ms, éléments visibles cliquables…). Il permet également de lutter contre les sites qui faussent le Speed Index -indicateur que nous aborderons plus bas- en affichant rapidement une page qui n’est toutefois pas exploitable.

Le Time to First Interaction quant à lui n’est pas un événement navigateur. Il mesure le temps écoulé entre le début du chargement de page et la première action effectuée sur la page par l’internaute. Cela peut être un clic, un scroll, une saisie sur le clavier. De ce fait, ce KPI est exclusivement disponible via une solution de Real User Monitoring car nécessite de se baser sur la navigation des internautes réels.

L’internaute juge les pages de votre site avant même de naviguer dessus. En effet la notion d’affichage est très importante car votre utilisateur n’aime pas les pages blanches. Cela leur laisse entendre que rien ne se charge sur la page, les poussent bien souvent à la rafraichir sans cesse et dans le pire des cas à quitter votre site. Pour observer et limiter le phénomène, des indicateurs existent :

  • Le Speed Index est sans doute le KPI webperf le plus en vogue en ce moment. C’est un score qui est attribué à une page selon la vitesse d’affichage des éléments situé au-dessus de la ligne de flottaison. Il faut retenir que plus le score est bas, meilleure est la perception de vitesse de chargement par l’internaute.
  • Au début du Speed Index on retrouve le Start Render. Il indique le temps écoulé avant le chargement d’un premier élément visible sur la page (le logo, une bannière, une image…). La différence avec le First Contentful Paint ? Simplement la méthode de calcul. Là où le Start Render se base sur des captures vidéo, Le First Contentful Paint se déclenche directement côté navigateur au moyen d’un événement Javascript.
  • A la fin du chargement de la page se déclenche le Visually Complete. Il se base également sur la ligne de flottaison et remonte le temps mesuré depuis le début du chargement jusqu’à ce que la page soit 100% chargée sur le plan visuel.

Pour plus d’infos sur le trio « Start Render, Speed Index, Visually Complete, consultez cet article)

Être webperf sensitive c’est quoi ?

  1. Prendre conscience que les temps de chargement ont un impact sur plusieurs aspects de votre site : un site trop lent et votre internaute commande chez le concurrent vous comparant au passage à une limace sur Twitter #imagedemarque. Des pages trop longues et c’est la chute dans les moteurs de recherches …
  2. Intégrer une dimension webperf dans toutes les actions que vous prévoyez de mener sur votre site internet.
  3. Vous appuyer sur des indicateurs pour confirmer des cas concrets rencontrés « oui le site est peut-être rapide sur ta machine mais ce n’est pas le cas pour nos centaines/milliers d’internautes. »
  4. Définir les indicateurs stratégiques suivants vos projets, suivre vos dashboards webperf et le cas échéant les corréler avec vos outils Analytics.
  5. Travailler main dans la main avec l’équipe IT et suivre des KPIs communs notamment concernant les ressources sur les pages : vous devez conjointement veiller à l’optimisation (en poids et nombre) des ressources dont vous avez la charge : les images, vidéos pour vous, les JS, CSS et autres pour l’équipe IT.
  6. Admettre que ce n’est pas toujours la faute de l’IT quand il y a un bug sur le site mais que oui « cette fonctionnalité fait peut-être ramer le site ».
  7. Mettre en place une démarche d’amélioration continue visant à accroître sans cesse le niveau de qualité sur le site.

Vous l’aurez compris, chaque indicateur répond à un objectif précis. La webperf dans sa globalité permet de sortir des suppositions et de juger de façon pragmatique et objective l’expérience utilisateur de vos internautes.

Vous avez déjà de nombreux KPIs à suivre (trafic, attribution, conversion …). Rien ne sert d’intégrer tous les KPIs webperf à vos tableaux de bord. Les solutions de monitoring proposées par Netvigie, expert de la Qualité digitale mesurent les temps de chargement de vos pages grâce à ce large panel d’indicateurs. Tous à votre disposition, à vous de sélectionner ceux qui feront le plus sens avec vos projets et objectifs.

Auteur : Julie DULOT

Je suis en charge de la communication chez Netvigie depuis 2016. Ma mission est de sensibiliser à l’importance de la qualité digitale. Je traite des sujets qui concerne aussi bien la qualité des parcours clients (bon fonctionnement et temps de chargement) que la fiabilité des data collectées dans le cadre d’une stratégie de Tag Management.

Article écrit en collaboration avec Netvigie