E-commerce - Artisans et commerçants : 5 conseils pour tirer parti du web ! - 26 juillet 2019

Artisans et commerçants : 5 conseils pour tirer parti du web !

Artisans et commerçants : 5 conseils pour tirer partie du web !
Guillaume Robez Consultant webmarketing freelance et éditeur du site independant.io

L’AFNIC a récemment publié une étude lancée en 2017, dont le but était de mieux connaître les pratiques sur le web (sites, blogs, réseaux sociaux) des entreprises, et particulièrement des commerçants et artisans. Le bilan de cette étude est sans appel. 94% des répondants considèrent leur présence sur internet indispensable ou utile à leur activité. Pourtant, de nombreux commerçants et artisans ont une présence digitale encore limitée. Voici donc 5 conseils pour tirer parti du numérique quand on est commerçant ou artisan...

#1 – Assurer sa visibilité locale

L’importance d’être visible localement

Aujourd’hui, vos clients et prospects cherchent “local”, et les dernières études Google aux États-Unis le montrent :

  • +900% de recherches contenant le terme “autour de moi” (near me en anglais) ;
  • +500% de recherches contenant le terme “autour de moi” et une intention d’achat ;
  • 28% de ces recherches aboutissent à un achat.

Ces données datent de 2015 à 2017 mais tout laisse à penser que la tendance se poursuit.

La France aussi voit une augmentation de ce genre de recherches. Voici par exemple l’évolution des requêtes “autour de moi” sur les 5 dernières années (Source Google Trends).

Google trends
Recherches « autour de moi » en France sur les 5 dernières années

Les clients cherchent local, et cherchent surtout à acheter local.

Une belle opportunité pour les commerçants et artisans, dont ll serait donc dommage de s’en priver !

Google My Business

Commencez par vous créer une fiche Google My Business (GMB). L’inscription est gratuite, et c’est un bon point de départ pour espérer apparaître lors des recherches locales de vos clients.

Soyez attentifs lors du remplissage, et respectez les bonnes pratiques suivantes :

  • Ajoutez vos informations de contact (téléphone, adresse, site web) ;
  • Travaillez la description de votre activité et la catégorie ;
  • Soyez précis sur vos horaires d’ouverture ;
  • Ajoutez des photos (voire des vidéos) de qualité ;
  • Répondez aux avis et aux messages de vos clients.

Ces bonnes pratiques sont le socle d’une bonne fiche Google My Business.

Si vous le désirez aller plus loin sachez que vous pouvez utiliser des fonctionnalités plus avancées (bouton de réservation, publications, messagerie automatique, etc.).

Continuez votre stratégie de référencement locale en envisageant de vous inscrire dans des annuaires comme Yelp, Hoodspot ou encore les Pages Jaunes. Certains sont payants, d’autres gratuits. 

Selon votre domaine d’activité, il existe aussi des annuaires spécialisés (restaurants, bars, salons de coiffure, salons de beauté, etc.).

#2 – Utiliser les réseaux sociaux pour créer une relation de proximité avec ses clients

Tout le monde le sait, les réseaux sociaux sont devenus un moyen de communication incontournable. Des plus grandes marques aux entreprises individuelles, tout le monde les utilise !

Agences immobilières, prêt-à-porter, boulangeries, restaurants ou fleuristes… la grande majorité les commerces et services de proximité sous-utilisent encore les réseaux sociaux pour établir une relation directe avec leur clientèle et partager leur offre.

Pourtant, en tant qu’artisan ou commerçant, il y a de nombreux avantages à tirer d’une présence sur les réseaux sociaux, à condition d’y passer le temps.

Par quels réseaux sociaux commencer ?

Les réseaux qui fonctionnent le mieux aujourd’hui pour les artisans et commerçants sont Facebook et Instagram. Pinterest peut-être une alternative visuelle originale, mais plutôt dans un second temps (et surtout si vous avez le temps…).

Utilisez Facebook pour communiquer sur des événements particuliers (promotions, nouvelle offre, vacances…). Profitez d’Instagram pour mettre en avant des produits avec de belles photos et toucher les plus connectés.

On pense à tort qu’Instagram est réservé aux restaurateurs, mais dans notre veille nous avons rencontré de nombreux autres types de commerces et services qui utilisaient Instagram à bon escient. Quelques exemples :

Pourquoi utiliser les réseaux sociaux quand on est commerçant ou artisan ?

Si cette communication peut vous paraître accessoire, vos clients vont au contraire y être très attachés. Ils auront des nouvelles de votre activité régulièrement et se sentiront proches de vous. Vous ne les voyez peut-être pas tous les jours dans votre boutique, mais eux vous verront évoluer quotidiennement !

Certes, gérer une page Facebook ou un compte Instagram peut demander un peu de temps, surtout lors de sa mise en place. Après le lancement, la gestion est plus simple, il s’agit surtout d’être régulier dans ses publications.

page facebook fleuriste
Une page Facebook pour établir une relation de proximité avec ses clients

Avec un smartphone, il est très facile de prendre quelques photos d’un nouveau produit et de les poster.

La qualité du contenu posté, la fréquence ainsi qu’une ligne éditoriale originale seront les clés d’une visibilité grandissante et permettront de fidéliser un grand nombre de followers.

Votre image sera celle d’une entreprise accessible et conviviale grâce aux réseaux sociaux. Vos clients auront l’impression de mieux vous connaître, de mieux vous comprendre et d’être impliqués. Le bouche-à-oreille, indispensable aux commerçants et artisans, peut ainsi être démultiplié.

Profitez aussi des réseaux sociaux pour récolter les avis de vos clients. Ces signaux sont de plus en plus utilisés par les internautes qui cherchent des commerces ou des artisans en ligne. Prenez le temps de les lire, d’y répondre pour créer une relation de confiance avec vos futurs clients.

#3 – Créer son propre site web

Si les réseaux sociaux sont un bon début, il ne faut pas négliger une présence plus classique sur le web.

Un site à votre image donne le ton de votre activité, en alliant textes, photos, vidéos, ou tout autre contenu pertinent. Vous pouvez y expliquer vos démarches, vos innovations, vos spécialités, et donner envie aux clients de prendre contact avec vous ou de venir en boutique.

boutique bébé
Un site web à l’image de la boutique Papier Mâché (Paris 17)

C’est aussi un bon moyen pour lister tous vos services ou produits de façon exhaustive. Le contenu de votre site peut être beaucoup plus complet que les réseaux sociaux et donner des informations précises.

  • Pour un artisan, un site web permettra de montrer son savoir-faire, ses techniques, ses réalisations ;
  • Pour un commerçant, cette vitrine lui donnera l’occasion de mettre en avant ses produits et ses services.

#4 – Envisager de vendre en ligne, sur votre site ou sur les marketplaces

Avoir un site internet n’est pas une fin en soi pour un commerçant ou un artisan. Le but d’un site n’est pas uniquement de faire une vitrine et montrer vos horaires d’ouverture et coordonnées.

Avec un site internet bien réalisé, dont le contenu est de bonne qualité, vous pouvez surtout espérer trouver de nouveaux clients, et fidéliser les clients actuels.

En fonction de votre temps et budget, vous pouvez donc choisir de créer une section e-commerce pour vendre vos produits directement en ligne. Cela demandera une gestion précise de vos stocks, mais également l’organisation de l’expédition des produits et éventuellement d’un service après-vente. Pour les artisans, vous pouvez envisager un formulaire de devis en ligne ou au moins un formulaire de contact. 

livraison

Ensuite, vous pouvez envisager de vendre via des marketplaces existantes, comme par exemple Amazon, ManoMano… Vos produits seront visibles auprès d’un grand nombre de prospects, et vous n’aurez pas à gérer les livraisons. Il vous faudra tout de même gérer les disponibilités de vos produits et votre stock avec régularité.

Les artisans peuvent eux se tourner vers des plateformes de mise en relation entre clients et artisans (Hopfab par exemple).

Enfin, d’autres possibilités s’offrent cependant à vous pour développer vos ventes via internet (sans forcément vendre directement en ligne). 

On pense aux différentes stratégies “web-to-store”, dont l’objectif est d’utiliser le numérique pour attirer du trafic dans votre point de vente physique.

  • Pour les services de proximité (salons de beauté, soins, massage, salons de coiffure…), envisagez un module de prise de rendez-vous en ligne ;
  • Si vous êtes commerçants, envisagez plutôt de mettre en place des promotions (SMS, email) pour attirer vos clients dans la boutique, ou bien envisagez une solution “click and collect” (le client réserve ou achète en ligne et vient récupérer son produit dans votre magasin).

#5 – Se lancer ou pérenniser son activité grâce aux outils et services existants

Gagnez du temps avec les nouveaux services numériques

Pour de nombreux commerçants et artisans, développer et maintenir une présence sur le web peut être une somme de travail trop importante.

Dans ce cas, de nouveaux services existent pour faciliter cette visibilité.

C’est le cas par exemple du site petitcommerces.fr. Cette plateforme propose aux commerçants de proximité de créer et de gérer une page web présentant leur activité et leurs produits. À mi-chemin entre l’annuaire et le réseau social, la plateforme permet une présence en ligne actualisée régulièrement, avec du contenu original pour faire vivre la page et vos réseaux sociaux.

Page petitscommerces.fr
Exemple de page petitscommerces pour une épicerie

Pour fidéliser votre clientèle, vous pouvez aussi vous tourner vers un site comme leshabitues.fr. Cette application originale permet à vos clients de créer un compte en ligne, et pré-payer leurs achats. Ils n’ont plus besoin d’avoir de la monnaie ou d’utiliser leur carte bancaire : vous débitez directement leur compte en ligne à chaque achat. En échange, vous les “habituer” en proposant régulièrement des offres exclusives.

Il existe aujourd’hui de nombreuses startups proposant ce genre de services. De la création de site web à la prise de rendez-vous en passant par la gestion de vos réseaux sociaux ou même la publicité en ligne.

À vous de faire votre choix, en fonction du budget que vous avez à y consacrer.

Lancez-vous ou développez-vous grâce au financement participatif

Nous avons longuement évoqué l’importance de la présence sur internet, et il nous, parait important de terminer avec un allié de taille auquel les commerçants et artisans ne pensent pas forcément : le financement participatif.

Sous forme de don (avec ou sans contrepartie), le financement participatif est un bon moyen pour les commerces de se financer.

C’est aussi le moyen de fédérer une communauté de clients (ou de futurs clients).

Campagnes de financement participatif pour des magasins sur Tudigo.co

Lancer des nouveaux produits ou services, ou bien acheter du matériel grâce aux particuliers est aujourd’hui permis grâce aux plateformes de financement participatif, donc pourquoi s’en priver.

Le web semble aujourd’hui incontournable pour les commerçants et les artisans.

Une présence sur le web, quelle que soit sa nature, assure aux commerces de proximité une plus grande visibilité. Ouvrir un commerce, financer son matériel, fidéliser les clients, les faire venir en magasin, leur faire connaître votre savoir-faire… Pour chacun de vos besoins, des solutions existent !