E-commerce - Pourquoi le webmarketing classique NE vous aide PAS à vous démarquer ? - 18 juillet 2019

Pourquoi le webmarketing classique NE vous aide PAS à vous démarquer ?

Pourquoi le webmarketing classique NE vous aide PAS à vous démarquer ?
Sandrine Pollien Rédactrice web freelance

Vos visiteurs oublieront 90% de votre contenu 48h après l’avoir consulté. Ils ne se souviendront pas de ce qui les a le plus marqués. Ce qu’ils retiennent est complètement aléatoire. Dommage pour vous. Car si vos internautes s’étaient mieux souvenus de vous, ils auraient peut-être préféré vos services ou vos produits  à ceux de vos concurrents…

Et si le problème ne venait pas de vous ? Si ce qui vous empêchait d’avancer, c’était les techniques que vous utilisez pour créer vos contenus ? Imaginez qu’il suffise d’être authentique pour attirer à soi les bonnes personnes, les clients qui vous choisiront vous, pour le message que vous diffusez…

Je crois que c’est possible.

Et peut-être qu’à la fin de cet article, vous le croirez aussi.

Qu’est-ce que le webmarketing classique ?

Ce que j’appelle le webmarketing traditionnel, ce sont toutes les méthodes connues dont tout le monde parle pour promouvoir un site internet : production de contenus, partage sur les réseaux sociaux…

Avec lui, l’objectif affiché est simple : vendre un produit ou un service. Même si certains contenus se donnent pour vocation d’attirer l’attention du public sur l’univers de la marque, rares sont ceux qui mettent vraiment l’accent sur les valeurs de la marque ou de l’indépendant.

Pourquoi ? Parce que tout doit aller vite. En tant que créatrice de contenus depuis plus d’un an, j’ai constaté que les clients qui me contactent sont souvent pressés. Pressés de trouver le / la meilleur.e freelance au meilleur tarif. Pressés de recevoir un devis. Pressés de voir le travail commencer et, bien évidemment, pressés de recevoir les contenus en question.

Ok. Relisez le paragraphe précédent et trouvez-moi les 2 grosses erreurs qui font que si vous aussi vous les faites, vous n’aurez jamais les meilleurs contenus sur votre site.  Allez-y, je vous attends ici.

Ou plutôt, dans la deuxième partie de cet article.

Pourquoi ces méthodes ne vous aident-elles pas ?

Alors, ces deux grosses erreurs ?

La première, c’est d’être impatient de trouver le / la meilleur.e freelance au meilleur tarif. Qu’est-ce que ça veut dire, le meilleur tarif ? Le meilleur tarif pour qui ? Et pour quel travail ?

Qu’est-ce que ça veut dire : le tarif le plus bas.

Pour qui : pour les entreprises.

Pour quel travail : celui qui se fait le plus rapidement possible, au tarif le plus bas possible.

La deuxième, c’est d’être pressé de recevoir un devis. Il vaudrait mieux laisser le temps au freelance de comprendre vos enjeux, et de les recouper avec ses compétences, pour vous apporter une prestation sur-mesure. Mais ce point découle naturellement du premier.

Pourquoi ces deux erreurs sont-elles des erreurs, plutôt que des preuves de fiabilité ? Parce que les meilleurs tarifs n’ont jamais garanti la meilleure prestation. Ils n’assurent pas forcément la pire non plus, mais en général, des tarifs plus élevés sont preuve d’expérience, de compétences, de réussites avérées ou d’une vision bien particulière du métier. Et parfois, toutes ces particularités s’additionnent !

Si vous cherchez des créateurs / créatrices de contenus au meilleur prix et que vous parvenez à faire fléchir les tarifs de votre prestataire, gardez en tête que vous obligez un indépendant à se brader. Autrement dit, vous obligez un professionnel à fournir le même travail pour un tarif moindre. Vous-même, seriez-vous aussi productif si votre employeur diminuait votre salaire ? Ce sera la même chose pour votre freelance : pour ne pas être (trop) perdant, il sacrifiera forcément un aspect de son travail.

De quelle stratégie avez-vous vraiment besoin ?

La stratégie de contenus prend du temps. Elle coûte de l’argent, même si sur le long terme elle en rapporte. Il faut créer et partager des articles à but informatif, et le faire de manière régulière. Souvent, ce travail est effectué par des personnes extérieures à la structure, qui n’ont pas forcément en tête toute l’histoire ni toute la vision de la marque.

Que l’on partage avec son audience des e-books, des guides, des études de cas, des photos… il faut être capable d’attirer à soi les bonnes personnes. Et ces personnes-là, on ne peut les rencontrer qu’en étant authentiques. En se contentant de faire comme tout le monde, on attire simplement les personnes qui auraient aussi bien pu aller voir ailleurs, mais qui vous ont choisi vous. Allez savoir pourquoi… Vos tarifs plus bas, peut-être.

Ce dont votre site a besoin, c’est d’entraîner vos visiteurs à la découverte de votre univers. Mieux, de vos valeurs. En mettant en avant vos particularités, votre humour, votre histoire, les échecs que vous avez connus ou ce qui compte pour vous, vous attirerez des personnes qui auront le même humour ou les mêmes valeurs. Vous « matcherez », comme le disent les applications de rencontre ! Plus enclines à vous faire confiance, elles passeront plus facilement à l’acte d’achat.

Et si l’occasion se présente, elles se transformeront d’elles-mêmes en véritables ambassadrices de votre marque.

Parce qu’il ne prend pas en compte la personnalité des individus qui se trouvent à l’origine de la marque, le webmarketing classique laisse forcément des entreprises sur le bas-côté de la route. Toutes les marques ne peuvent pas rentrer dans le moule. Il est complètement impossible que toutes soient nées de la même envie, aient connu le même parcours de création ou que les personnes qui les portent aient la même vision du monde.

Comment envoyer un message commercial lorsqu’on est créatif ? Comment penser aux exigences des moteurs de recherche lorsqu’on vient de créer un produit qui peut changer la vie de milliers de personnes dans le monde ? Comment faire valoir ce qui fait sens lorsqu’on entend parler de méthodes au « noms-acronyme » plus anglophones les uns que les autres (SWOT, SMART, …) ? Comment toutes ces personnes-là pourraient-elles promotionner leur site avec les mêmes méthodes et la même efficacité ?

Quelle marque qui cartonne l’a déjà compris ?

Je ne bois pas d’alcool. Et pourtant, c’est l’exemple d’une marque de liqueur que je vais vous donner. J’espère que vous appréciez la totale abnégation dont je fais preuve par égard pour votre business !

Depuis 2006, Rémy Cointreau (groupe familial sur le marché depuis 1724, à la tête d’un portefeuille de spiritueux exceptionnels et à la réputation internationale) favorisait le développement de trois de ses marques. Quatre ans plus tard, le voilà qui relance un alcool que (presque) personne ne connaît. Bizarre bizarre. L’alcool s’appelle Izarra, il est basque et il ne s’en cache pas.

Au Pays basque, cet alcool a déjà conquis plus d’un cœur. Le manager du groupe familial réintroduit le QG de l’entreprise en plein Bayonne. Les locaux historiques de la marque de liqueur se trouvent juste en face.  «Une marque éteinte ne peut retrouver son essence qu’en replongeant dans son histoire, assure Géraldine Michel, professeur de marketing à l’université Paris-I. La reprise ne peut fonctionner que si la marque renoue sincèrement avec ses racines.»

Sortie de sa région, Izarra « désaltère » à présent environ 300 établissements de prestige dans tout le pays et dans une centaine d’autres.

Que nous montre cet exemple, même s’il ne s’agit pas de webmarketing ? Que le marketing traditionnel n’a pas du tout fonctionné pour cette marque. Et qu’elle s’est enfin fait connaître en renouant avec son identité, avec ce qui faisait partie intégrante de son histoire.

 Avec les méthodes classiques, l’avantage est que vous ne prenez pas de risque. Leurs résultats ont déjà été prouvés, vous n’avez qu’à reproduire ce qui a déjà fonctionné. Sauf qu’en procédant ainsi, vos chances de sortir du lot sont assez minces. Votre marque est unique. Si vous êtes un indépendant, vous êtes unique. Et pour faire cliquer des internautes qui entretiendront un rapport unique avec votre marque, il vous faut une communication unique !