Entreprendre - Les principaux leviers pour une stratégie digitale pertinente en 2019 - 10 avril 2019

Les principaux leviers pour une stratégie digitale pertinente en 2019

Pierre-Clément Cazon Consultant SEO - Développeur web front-end

Avant même d’aborder des sujets complexes tels que l’intégration de l’IA, la blockchain, le machine learning, une stratégie digitale doit avant tout se baser sur un plan marketing simple, et surtout solide. Et comme tout le monde le sait, faire simple c’est souvent compliqué…


Les meilleurs pratiques de l’influence marketing

reech_v1Comment identifier les meilleurs influenceurs ? Comment structurer le partenariat ? Quelle rémunération définir ? C’est pour répondre à ces questions que Reech a rédigé un guide de survie dans cette jungle de l’influence qui recense les 12 meilleures pratiques. Reech accompagne ses clients en les aidant à faire émerger des ambassadeurs et générer des conversations et de la visibilité autour des produits ou services d’une marque.


L’enjeu est donc de savoir où toucher sa cible avec le plus d’impact pour se concentrer sur des actions puissantes et efficientes. De ce fait, nous allons aborder ici quelques tendances intéressantes à assimiler pour 2019 afin de toucher un public cible plus large, dans une approche plus ciblée, et cela au sein du canal digital.

Premier levier : une expérience utilisateur (UX) améliorée

On l’a relativement bien intégré, on est profondément ancré dans l’ère du mobile. En atteste le fait que la majorité des sites web ont effectué leur transition vers le Responsive Web Design. Mais malgré cette avancée, les plateformes web demeurent toujours trop lentes. Google l’a d’ailleurs bien compris en développant de nouvelles technologies telles que les pages mobiles accélérées (AMP).

Ainsi, on s’y attend largement, 2019 sera l’année de la transition vers l’AMP mais aussi de l’arrivée du Progressive Web App (PWA). Par le biais de cette dernière, les applications web peuvent désormais fonctionner hors ligne, et intègrent une vitesse de fonctionnement au même niveau que celles des applications natives sans avoir été téléchargées. Et ceci n’est qu’un des points positifs de cette nouvelle technologie qui est actuellement supportée autant sous Android que sous iOS.

A noter que beaucoup de business ont certifié des premiers résultats allant dans le bon sens avec une amélioration de 30% des conversions mobile suite à des mises à niveau vers du PWA. Le constat est donc là, même si actuellement la rapidité d’une plateforme web ainsi que la qualité de l’expérience utilisateur en son sein restent encore insuffisamment prises au sérieux, cela va très vite changer. En atteste aussi la mise à jour de Google l’année dernière visant à commencer à pénaliser les sites trop lents. Autant donc dire que ce dernier est bien parti pour adapter petit à petit son algorithme pour impacter considérablement les plateformes qui n’amélioreront pas leur vitesse de fonctionnement.

En résumé pour ce premier point, avant de penser complexité et richesse du parcours utilisateur, il faut d’abord penser format et réactivité pour améliorer son UX.

Deuxième levier : l’omnicanalité à venir du marketing digital

Pour rappel, une stratégie multicanal se base sur l’utilisation de l’ensemble des canaux afin d’atteindre une cible de consommateur.

Ainsi, une stratégie omnicanale est en quelque sorte une évolution de la stratégie multicanal dans laquelle il est question d’une utilisation simultanée et bien plus optimisée des différents canaux disponibles. Ce qui bien évidemment n’est envisageable qu’après avoir effectué une transformation digitale.

Pour rentrer plus dans le détail, une stratégie marketing multicanal consiste à toucher une cible définie par le biais de multiples canaux mais dont chaque département, service, unité active aborde le client en faisant appel aux canaux à sa charge (site web, outil social media, activation presse, campagne de téléprospection, etc.). Du fait de cette stratégie de contact relativement éclatée, on comprendra donc qu’il n’est pas aisé d’être efficace en termes de coordination et de planification.

A contrario, une stratégie marketing omnicanale se place avant tout dans la tête du client et cherche à visualiser l’expérience à travers ses yeux, afin de suffisamment l’assimiler pour ensuite planifier une expérience client cohérente, coordonnée, et pertinente, et cela à travers tous les canaux disponibles. Comme dit plus haut, c’est l’optimisation de la “multicanalité”.

Pour aller plus loin, ce type de stratégie prévoit même que le parcours client puisse prendre forme sur un premier canal, pour ensuite migrer vers un deuxième. Ces migrations entre canaux ont donc pour obligation d’être fluides, en faisant appel à un budget optimisé en fonction des canaux les plus efficients.

En résumé pour ce point, au lieu de se disperser indépendamment sur plusieurs points de contact, il faut avant tout penser global, coordonnée, et surtout, complémentaire.

Troisième levier : une montée des investissements publicitaire sur Instagram, mais aussi Snapchat

Le roi est mort, vive le roi ! Constat relativement bien acquis, Facebook étant devenu un réseau grand public, il devient de moins en moins présent chez les jeunes. Pour information, sa plus forte progression est chez les plus de 55 ans. 

Face à cette mutation, Instagram a pris le parti de se démarquer en positionnant sa nouvelle fonction shopping. Cette dernière donne la possibilité aux sociétés de vente de biens de taguer les produits sur des publications ou des stories, en intégrant notamment un lien sortant pour faciliter l’achat.

Histoire d’aller plus loin, il est même possible depuis peu de tagger aussi une vidéo de marque, mais aussi de mettre de côté des produits dans le but de les acheter plus tard. On est donc bientôt devant une véritable plateforme e-commerce.

Quatrième levier : les petites marques commencent à s’intéresser au marketing d’influence

Pour faire le lien avec ce qui a été dit plus haut, si Instagram a développé son interface shopping, c’est précisément pour se différencier clairement en termes de marketing d’influence pour à terme mettre en avant un potentiel leadership de support sur ce type de stratégie.

Cela n’est pas un hasard, le nombre de marques faisant appel aux influenceurs ne cesse de croître, même s’il est toujours complexe d’évaluer le ROI. La raison reste vieille comme le monde, un visage amical sera toujours plus vendeur, rassurant et subtil pour le client, à l’inverse d’un matraquage publicitaire.

Pourtant, il faut bien noter que tout se paye, autant en bien qu’en mal. Suite à certaines études, on se rend désormais compte que plus un compte devient influent, moins il peut entretenir une relation de qualité et de proximité avec son audience. De ce fait, il devient de moins en moins pertinent avec le temps.

Ce qui nous amène à la conclusion de cette partie : il semble donc plus efficace de rester concentré sur un réseau d’influenceurs moins développé, plus proche de leurs audiences. Ce qui par extension et en toute logique ouvre la porte à des budgets plus réduits, et donc à de petites marques.

Cinquième levier : la publicité native et la vidéo, les nouveaux secours du mobile marketing

Le paradoxe est là, avec des consommateurs de plus en plus mobiles, les régies doivent s’adapter avec des formats de plus en plus réduits et flexibles.

Même si les formats publicitaires digitaux traditionnels tels que le display restent forts sur les supports tablettes et desktop, ils ne sont plus du tout pertinents dans le cadre du mobile.


Cela fait donc émerger de tout nouveau format :

  • La vidéo : Elle est clairement omniprésente, que ce soit en amont de vidéos Youtube, en lecteur auto dans les flux Social Media, ou encore en format Inread dans les contenus textes type articles ;
  • La publicité native : Cette dernière est le format qui s’intègre avec le plus de facilité au sein des applications et sites mobiles, tout en offrant un meilleur taux de clic. À noter que Facebook propose des solutions de publicité native par le biais d’AudienceNetwork, tout en garantissant une certaine personnalisation pour les développeurs.

Étant pleinement intégrée dans les applications, on a donc de grandes ambitions pour la publicité vidéo native, qui devrait exploser en 2019.

Pour finir, même cette liste reste exhaustive et qu’il n’y pas de grandes innovations pour cette année, 2019 reste un palier très important en termes de nouvelles normes comme la RGPD. Ce qui va forcer les sociétés à repenser entièrement leur stratégie de marketing digital en exploitant au mieux leur data pour implémenter des actions avec le plus de simplicité et de souplesse.