Entreprendre - L’entrepreneuriat au féminin - 20 février 2019

L’entrepreneuriat au féminin

Bérengère Roux Consultante en stratégie digitale opérationnelle

L’entrepreneuriat au féminin fait toujours débat à l’heure où de plus en plus de femmes se posent la question de la gestion de carrière et d’épanouissement dans le travail. Mais qu’en est-il des revenus qu’elles peuvent en attendre lorsqu’elles décident de franchir le fameux cap de l’indépendance ?

Quelques chiffres

25%

Training&Co'm

C’est le pourcentage de femmes créatrices d’entreprises en 2017 selon l’association Femmes Chefs d’Entreprises.

69% ?

C’est le pourcentage de femmes qui pensent que l’entrepreneuriat est plus épanouissant que le salariat d’après un baromètre OpinionWay pour l’APCE.

Des chiffres encourageants ! Certes.

Toutefois, au-delà de 10 salariés il n’y a plus que 14% de dirigeantes d’entreprises et 88% d’entre elles ne vivent pas de leur activité.

Les réseaux et leurs objectifs

Fortes de ce constat, certaines femmes ont lancé des mouvements orientés sur le développement d’activité et la recommandation. Il ne s’agit en aucun cas d’un mouvement féministe mais plutôt un moyen de générer des opportunités d’affaires dans un climat de bienveillance.

Tous les métiers sont représentés et le principe de non-concurrence permet de ne pas créer de concurrence à l’intérieur de l’antenne locale d’un réseau. Souvent, les métiers de la communication sont sur-représentés et il est de bon ton de varier les professions pour enrichir les échanges et multiplier les chances de gagner en visibilité.

En effet, comme le montre le chiffre des 14% pour les effectifs au-delà de 10 salariés, les femmes travaillent souvent seules en tant que freelances et leur problématique est bien de se rendre visibles auprès de clients potentiels. Ces réseaux sont une chance de gagner cette visibilité. C’est une démarche sur le long terme qui nécessite de donner du temps et de l’énergie mais l’investissement est généralement rentabilisé, pour preuve le taux de renouvellement des adhésions favorable.

Réseaux nationaux ou locaux ?

Des réseaux féminins, il en existe de nombreux.

Certaines initiatives sont nées en local et n’appartiennent à aucune enseigne. Une recherche sur les moteurs de recherche ou des discussions avec d’autres femmes entrepreneures vous permettront de les identifier. Ces réseaux ont alors leur propre identité.

Des réseaux nationaux ont également vu le jour et permettent de s’appuyer sur une structure logistique et de communication pour accélérer le démarrage. Des antennes locales sont créées, à l’image d’une franchise, avec des outils et des process qui structurent l’offre et la démarche. Un cadre est donné.

Quel que soit le réseau auquel, Mesdames, vous souhaitez vous intéresser, un facteur clé de succès est l’assiduité dans les réunions. Elles ont en général lieu une fois tous les 15 jours ou une fois par mois.

D’expérience personnelle, après avoir cherché le réseau qui me conviendrait, j’ai fait le choix de créer le cercle local Bouge ta Boite à Annecy. Le lancement officiel était le 14 février 2019 et nous avons bénéficié d’un fort engouement qui augure de belles choses et de nombreuses opportunités d’affaires.

Mesdames, lancez-vous ! Le business n’attend que nous 😊