E-commerce - Pourquoi l’industrie ne pourrait-elle pas se digitaliser ? - 12 novembre 2018

Pourquoi l’industrie ne pourrait-elle pas se digitaliser ?

Bérengère Roux Consultante en stratégie digitale opérationnelle

Selon le site entrepreneur.com, en janvier 2018, 32% des entrepreneurs n’ont pas de site parce qu’ils pensent que ce n’est pas nécessaire pour leur industrie. Et si nous discutons avec un dirigeant d’entreprise industrielle de la digitalisation de son entreprise, il va certainement répondre « Késako » ! Mettons-nous à sa place une seconde. S’il nous parle de filtres gravitaires ou de convertisseurs électroniques ou autres roulements de mécanique de précision, nous allons nous aussi avoir quelques interrogations…

En revanche, si nous lui parlons d’optimisation des process et des ressources, d’accroissement de la rentabilité et d’ouverture d’un nouveau canal de commercialisation, nous retiendrons plus facilement son attention.

Probablement parce que les entreprises industrielles, et plus globalement les entreprises qui travaillent en B to B, sont à l’écoute et prêtes à se transformer pour rester dans la course de la compétitivité et de la performance.

Mais alors, essayons de parler leur langage…

Qu’est-ce que la digitalisation pour une entreprise en B to B ?

La digitalisation, c’est la transformation de l’entreprise grâce aux outils du digital.

C’est une transformation qui implique toutes les composantes de l’entreprise dans un contexte de mondialisation et d’accélération :

  • Changements humains (collaborateurs, dirigeants, partenaires, fournisseurs, clients…) ;
  • Changements technologiques (nouveaux matériels informatiques, nouveaux usages des outils, virtualisation…) ;
  • Changements de process.

Donc, non, il ne s’agit pas nécessairement de (re)faire un site internet.

En d’autres termes, pour une entreprise en B to B, il s’agit de repenser le système d’informations pour qu’il soutienne la croissance et permette de s’adapter vite.

Quels types de projets ?

32% de croissance en e-commerce B2B prévue avec des secteurs de prédilection : voyages/transports, fournitures de bureau et matériels informatiques.

La vente en ligne de professionnel à professionnel est en train de fortement se développer, mais la digitalisation se vit aussi de l’intérieur et nécessite parfois des changements internes profonds avant de se lancer dans l’aventure de l’e-commerce.

Il m’est arrivé de travailler sur des projets de transformation digitale métier, avec des entreprises industrielles qui n’avaient pas pris la mesure du changement qu’elle impliquait. Il est essentiel de bien préparer et mobiliser les équipes.

Les projets de digitalisation en B to B devraient avant tout chercher à optimiser les process et ressources internes. C’est un peu comme : « pour être bien avec les autres, soyons bien avec nous-mêmes »…

Parmi les projets les plus courants revient le CRM qui a un impact direct sur les performances et la rentabilité.

Viennent ensuite d’autres types de projets :

  • ERP ;
  • Sites web orientés sur la promotion et la génération de leads ;
  • Sites e-commerce B to B et parfois mixtes (B to C et B to B) ;
  • Applications mobiles pour les équipes internes sur le terrain ou pour les clients ;
  • Outils de ticketing pour la gestion du service qualité ;
  • Développement d’applications métier sur mesure.

Sans compter les outils de communication digitale comme les réseaux sociaux.

Comment procéder pour lancer un projet de digitalisation ?

Quelques étapes sont à respecter :

  • Identifier les points de friction ou d’optimisation dans l’entreprise ;
  • Définir des objectifs et prioriser ;
  • Mobiliser les équipes ;
  • Dédier des ressources ;
  • Rester agile !

Pour conclure…

N’oublions pas que dans nos métiers, nous sommes tous amenés à utiliser les mêmes outils que dans nos vies personnelles et que nous souhaitons effectuer nos achats pros et persos sur les mêmes plateformes.

Cette conclusion en dit long sur les attentes que peuvent avoir vos clients, quel que soit leur secteur d’activité B to B.