Référencement naturel - Comment recruter un bon référenceur ? - 1 octobre 2018

Comment recruter un bon référenceur ?

Parfois appelé chef de projet SEO, chargé de référencement, chef de projet digital, voire consultant SEO, le métier de référenceur est certes méconnu du grand public, mais de plus en plus connu des entreprises. Vous êtes une société ou un cabinet de recrutement à la recherche d’un profil de référenceur ? Voici un point de vue d’un référenceur sur les qualités nécessaires à son propre poste ainsi que quelques remarques pour jauger le niveau d’un candidat…

Les attentes transversales à ce poste

De mon point de vue, certaines qualités humaines sont nécessaires pour ce poste.
Certaines me viennent spontanément, d’autres sont le fruit d’une comparaison attentive d’offres d’emploi.

Job&Co'm

Être organisé. Le SEO est une discipline d’endurance et non un sprint. En étant méthodique, en priorisant et planifiant vos actions, vous êtes sûr de bien travailler dans la durée.

Excel ou tout autre tableur sera votre ami. Vous listez les pages du site à optimiser, vous indiquez ce qui a été fait et quand. Cela vous aidera dans votre suivi des retombées, à estimer votre charge horaire, à ré-optimiser au bout de quelques mois.

Être autonome. Souvent en entreprise, on est seul à ce poste. Ainsi, vous devrez vous organiser seul sur votre travail de production, votre travail de suivi, vos réunions, votre veille technologique.

Toutefois, il est important de ne pas se sentir seul en participant à des conférences, à des conversations sur les réseaux sociaux notamment. En cas de blocage ou pour obtenir un avis, il est parfois bon de faire appel à des tiers.

Capacités d’analyse. Malheureusement, Google ne fournit aucun mode d’emploi pour bien référencer un site, du moins le peu qu’il donne est insipide et n’a rien de concret. Alors, pour avancer dans ce métier, il faut savoir analyser les données analytiques en votre possession (statistiques de visites, statistiques de positions), formuler des hypothèses puis expérimenter.

Puis pour valider la cohérence de vos pratiques et sans cesse vous améliorer, vous devez confronter ces pratiques avec celles de vos confrères.

Curiosité. Les bons référenceurs ont tous en tête quelques tuyaux qui font obtenir de bons résultats et qui font gagner du temps. Ces techniques ne sont pas tombées du ciel : il a fallu que le référenceur analyse des concurrents, des procédés, et qu’il prenne du temps non pas pour produire, mais pour flairer l’opportunité qui fera la différence.

Humilité. Curieusement absente des offres d’emploi, cette qualité est centrale selon moi en termes d’état d’esprit. En SEO, rien n’est figé. La vérité du jour ne sera pas forcément celle du lendemain. Un référenceur se doit d’être prudent dans ses analyses ainsi que ses prévisions et doit se remettre en question assez régulièrement pour maintenir à jour ses compétences.

Quelles sont les qualités pourtant présentes dans des annonces et qui sont hors sujet ?

Motivation. Il s’agit là d’une base. Si un référenceur n’est pas motivé, il ne postule pas. Point.

En tant que recruteur, ne partez pas sur un profil qui n’est pas taillé pour une course de fond.

Rigueur. Certes, il faut être méthodique. Mais à chercher à vouloir être perfectionniste, on se focalise sur des détails et en termes de production, on n’est pas efficace. Le SEO, c’est surtout du travail, une prise de risque, des réussites qui passent par des tests et donc des échecs. Ne cherchez pas à être parfait. Être constant est plus rentable.

Les attentes pour un SEO en agence

En agence SEO, un futur référenceur intégrera une équipe déjà en place, avec son historique, ses process, ses outils. Ce futur collègue devra se fondre dans ce collectif tout en apportant sa personnalité dans l’analyse et dans sa relation avec les autres.

Un profil humain type “suiveur” se sentira à l’aise dans ce genre de groupes.

Les profils SEO sont assez segmentés : vous êtes soit technique, soit rédacteur, soit chef de projet.

En agence web, le référenceur côtoiera d’autres profils tout aussi techniques. Il devra aller vers les autres pour transmettre les bases et les bons réflexes afin de ne pas répéter les mêmes recommandations à chaque sortie de nouveaux sites web.

Les attentes pour un SEO en PME

Au sein du pôle informatique de l’entreprise, vous serez soit tout seul, soit avec un collègue type développeur pour mener à bien votre tâche. Parfois, on vous appellera pour réparer la photocopieuse ou le smartphone d’un autre collègue. Mais vous devrez surtout faire preuve de pédagogie auprès de vos collègues commerciaux, de la production ou de votre Direction.

Asociaux s’abstenir. En termes de profil de compétences, vous devrez être multi-casquette : chef de projet, rédacteur et référenceur développeur.

Vous assisterez à beaucoup de réunions commerciales pour parfois intervenir seulement 5 minutes, mais cela est indispensable pour obtenir une vue transversale de l’entreprise et anticiper les prochains mots-clés à travailler pour le SEO…

On vous prendra souvent en webmaster ou administrateur réseaux, mais on attend de vous que vous réussissiez à rendre le site de votre entreprise visible, surtout face au concurrent historique, et à publier de temps en temps l’information corporate sur les réseaux sociaux qui fait plaisir à tous en interne.

Touche-à-tout : la PME est votre royaume.

Les attentes pour un référenceur en ETI ou société du CAC40

Ici, hors de question d’improviser. Votre N+1 aura suivi la dernière formation tendance en SEO et attend rapidement des coups d’éclat de votre part. Implication totale attendue. Vous intégrerez sûrement un pôle de plusieurs SEO, eux-mêmes coachés par une agence ou un consultant SEO externe. Les positions sont surveillées comme le lait sur le feu par vos supérieurs. Comment faire face à cette pression ? Au-delà de vos compétences irréprochables, vous travaillerez en binôme pour confronter vos stratégies et ne pas faire d’écueils. La sous-traitance fera partie de votre quotidien et vous passerez beaucoup de temps en réunion. Vous aurez accès à des outils de production et de monitoring dernier cri et vous partez régulièrement assister à des conférences pour mieux comprendre le SEO d’aujourd’hui et de demain.

Quid du profil ?

Comme mentionné plus haut, il existe trois types de SEO :

  • Le référenceur technique, ayant une formation initiale en informatique ou formé en autodidacte et pour qui le SEO est une histoire d’optimisations du code et de hacks. Tombé dans le SEO par hasard, il est devenu passionné du domaine. C’est le type de profil le plus recherché dans les annonces de recrutement. Par contre, il aime moins gérer des clients en direct. Et généralement, il n’aime pas écrire ;
  • Le référenceur chef de projets. De formation commerciale ou marketing, le SEO est avant tout une histoire de correspondance entre une offre et une demande sur Google. Le SEO est constitué de tâches qui se délèguent à des pros. Convertir une problématique de ventes en une liste de mots-clés, c’est ça qui le passionne. Mettre les mains dans le code ? Une autre fois peut-être… ;
  • Le rédacteur web. De formation littéraire ou marketing, il aime lire et écrire. Tant mieux, ce domaine embauche des plumes. Cependant, écrire des articles de 500 mots pour vanter les mérites d’une boutique en ligne de cigarettes électroniques qui vend les mêmes produits que les autres acteurs, sans aucun brief fourni par le client, ce n’est pas ce qui l’emballe le plus, et cela devient même lassant à force.

Comment juger un CV ? Comment juger des expériences antérieures ?

Comment comparer un candidat par rapport à un autre ? L’exercice est difficile.

Ce qui était facile ou faisable ne l’est plus forcément aujourd’hui, en raison de l’accroissement de la pression concurrentielle ou des changements d’algorithme de Google.

Lorsqu’un SEO arrive sur un projet où le site est déjà bien référencé, il est facile pour lui de dire que ces positions ont été atteintes grâce à lui. Un recruteur n’aura peut-être pas le temps ou la compétence de vérifier la véracité de ces propos.

Inversement, il est difficile d’imaginer pour un novice en référencement l’apport d’un SEO qui a référencé un site alors que celui-ci partait de zéro, voire d’un site pénalisé, le tout sans un budget pour investir dans des liens ou des logiciels du domaine.

Ainsi, à chaque expérience, il convient de faire parler le candidat sur le avant/après de chaque projet qu’il a eu à travailler.

Difficile aussi pour lui de s’exprimer en pourcentage de ventes ou de leads générés. Un tracking des retombées n’est souvent pas paramétré pour aller aussi loin dans le suivi. Il s’exprimera plutôt en évolution de visites ou de positions.

Comment tester un référenceur ?

En tant que recruteur, inventez une problématique fictive d’un site internet sur un domaine particulier, et faites-lui parler spontanément de stratégies SEO, d’optimisations possibles et de politiques mesures de retombées.

Des termes de clés du domaine, des stratégies de visibilité, des noms de logiciels doivent être cités.

En conclusion

Il n’y a pas un, mais plusieurs profils de référenceurs. Lors de la rédaction de vos annonces de recrutement dans le domaine, ne copiez pas telles quelles les annonces déjà publiées.

Partez des véritables besoins de l’entreprise. Cherchez plutôt à recruter une personnalité plutôt qu’un mouton à cinq pattes que vous ne trouverez jamais (vous savez, le fameux référenceur issu d’un IEP qui sait coder). N’oubliez pas non plus que certaines tâches peuvent être sous-traitées et que le recours systématique à un profil de développeur n’est pas forcément la meilleure des idées.