Référencement naturel - L’importance du réseau en netlinking - 29 mai 2018

L’importance du réseau en netlinking

Alexis Fenaille Consultant SEO, expert en netlinking depuis 2010.

Le netlinking est l’un des piliers du SEO, c’est un facteur de ranking bien connu. Mais pour réussir sa stratégie de maillage externe, il est important de disposer d’un réseau, aussi bien interne qu’externe…

Qu’entend-t-on par réseau de netlinking ?

Un réseau est un « ensemble de lignes entrelacées », c’est donc l’essence même du web avec des pages web liées les unes aux autres, ce qui permet à l’internaute de naviguer et de trouver ce qu’il recherche facilement. Aussi, pour parler purement SEO, le réseau en netlinking est constitué de deux volets : le réseau interne et le réseau externe. Le premier est l’ensemble des sites qui constitue votre réseau de site, certains en ont beaucoup, d’autres moins. Le réseau externe, en revanche, est l’ensemble des contacts SEO permettant de tisser des liens, par le biais de leurs propres sites internet.

Job&Co'm

Le réseau interne en netlinking

Avoir son propre réseau de sites (exemple : PBN), c’est avoir la main sur la création de backlinks, avec la possibilité si besoin de jouer sur les ancres. C’est ce que je conseille en tout cas, de créer des liens ancrés (s’il y a un réel besoin, exemple : thématique concurrentielle) sur des sites où on a la possibilité d’intervenir en cas de… dérive, plus ou moins lourde (pénalité par exemple). Le réseau interne est à mon sens vital, il permet de créer les premiers backlinks et surtout d’ouvrir la porte au second réseau, qui lui est externe. Pour pouvoir s’ouvrir au monde du SEO, il faut avoir des jetons, autrement dit des sites à proposer pour créer des partenariats, procéder à des échanges ou vendre de la visibilité.

Le réseau externe en netlinking

Si disposer de ses propres sites apporte un avantage dans la maitrise de ses backlinks, il est difficile (et surtout long) de créer seul un réseau interne de plusieurs centaines de sites de qualité. Il est donc essentiel de s’ouvrir à la communauté SEO afin de procéder à des échanges. Et pour pouvoir échanger, il faut impérativement avoir des sites à dispositions qui vont envoyer du lien externe.

Avoir un bon réseau de SEO autour de soi, c’est à mon sens un facteur clé de succès, car l’acquisition de liens est plus facile et surtout il est possible d’améliorer significativement la qualité de son maillage externe. L’acquisition peut être variée, car on pense toujours à l’échange de liens, mais il est aussi envisageable d’échanger des services (exemple : aide à l’optimisation contre backlinks) ou encore de recourir à des plateformes pour déléguer une partie du travail (soumettre.fr, netlinking.fr).

Enfin, certains sont réticents, d’autres convaincus de leur efficacité, mais les annuaires, blogs et autres sites à inscription gratuite sont toujours monnaie courante et garants de liens durables, avec une qualité plus ou moins bonne. Il y a dans tous les domaines de très bons plans pour obtenir un lien gratuit et de qualité. Ce sont les « webpro », ou autrement dit les liens associés à des présentations d’entreprises comme les réseaux sociaux, les sites institutionnels ou encore les sites spécialisés (voici un exemple dans le domaine de l’évènementiel : evenementielpro.com).

Les conseils à retenir pour netlinker

Créer du lien, c’est aussi avant tout s’ouvrir, échanger et discuter avec d’autres référenceurs. La communauté française est assez large et les évènements SEO (SEO Campus, Webcampday, SD Day) sont un excellent moyen d’assister à des conférences d’autres référenceurs et de faire des rencontres. Pour procéder à de bons échanges, j’estime qu’il faut être équitable et toujours rechercher la satisfaction de l’autre, car seuls les échanges gagnants-gagnants sont durables.

Enfin, comme on ne vit pas dans le monde des Bisounours, il y aura toujours quelqu’un pour essayer de vous avoir, avec un site de mauvaise qualité, un lien qui disparaît ou un petit « nofollow » qui fait surface quelques semaines après l’échange. La seule chose à retenir, c’est donc que la « confiance n’exclut pas le contrôle ».