E-commerce - Performance d’e-commerce dans les différents secteurs de business en France - 19 avril 2018

Performance d’e-commerce dans les différents secteurs de business en France

Invité Auteur

L’industrie du e-commerce française est la plus mature en Europe – 5,6 % de part de marché mondial, selon Kantar Worldpanel. En plus, elle continuera à se développer plus rapidement que les ventes offline…

Nous avons décidé d’analyser la performance des e-commerces en France sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux. Il convient de noter que nous avons exclu Amazon et d’autres grands e-commerces qui dominent dans de nombreuses industries. Nous nous sommes concentrés sur les concurrents de plusieurs niches : la mode, la distribution d’articles de sport, les produits électroniques grand public, sport, maison et jardin, la beauté et les jeux vidéo.

Job&Co'm

Pour comprendre la performance des e-commerces, nous avons comparé les concurrents selon le trafic desktop organique et payant, le nombre des annonces AdWords et PLA, grâce à la base de données FR de SEMrush en janvier 2018. Nous avons également regardé les produits clés dans les Ads et le nombre d’abonnés aux réseaux sociaux en France. Pour une meilleure compréhension de ce sujet, nous avons aussi demandé à Thomas Cubel, consultant SEO, d’écrire un commentaire.

Les concurrents principaux dans la niche “ La Mode ” sont asos.fr, hm.com et zara.com. Malgré le fait qu’Asos utilise davantage d’annonces AdWords, leur part de trafic payant n’est pas beaucoup plus élevée que celle de ses concurrents. Les principales sources de trafic dans ce domaine sont “ direct ”et “ search ”. En ce qui concerne les réseaux sociaux, seul Asos a orienté Instagram vers la France. Zara ne développe pas du tout les comptes locaux.


“ Si on fait un zoom sur chaque domaine, dans la mode, il est étrange de voir Asos se focaliser sur les robes de mariées, produit finalement acheté très rarement pour tout un chacun, mais qui peut rapporter gros a priori en ce moment. Aussi, on peut remarquer que ce même acteur est le plus présent aussi bien sur Google que sur les réseaux sociaux. En même temps, quand on voit le niveau de dépense, il y a tout pour réussir ”, Thomas Cubel, consultant SEO.

 

 

 

Il est significatif, qu’Alinea, le leader pour le trafic organique dans le domaine Maison et Jardin, utilise plus les PLA que ses concurrents, mais en même temps il utilise bien moins les AdWords que Déco et De la maison.

Le leader de la zone Beauté, Sephora utilise également davantage les PLA que ses concurrents, mais il met aussi l’accent sur les AdWords. Toutefois, Philips, le dernier pour le trafic sur le secteur “Les produits électroniques grand public”, parie plus que d’autres sur tout type de publicités.

Il convient de noter que tous les concurrents sur les trois zones mettent l’accent sur des produits différents. 

 

“ Dans le domaine des articles de sport, on voit que Intersport a toujours assez de mal à arriver en France, c’est pourtant l’une des plus grosses entreprises dans ce domaine à travers le monde. Dépassé par Décathlon sur le marché français, il serait intéressant de sélectionner d’autres pays pour voir la tendance s’inverser. Quant à Go-Sport, il hérite de l’entre-deux. On voit bien que les deux derniers acteurs ont vraiment du mal à pénétrer le marché. La faute à Décathlon, leader depuis plusieurs années et qui a su développer sa marque”, dit Thomas Cubel.

 

 

“ En continuant sur le domaine du sport, la fabuleuse marque Nike ressort leader et creuse l’écart avec Adidas et Puma. Il est étrange de noter l’absence de PLA pour Puma, qui pourtant est une marque reconnue depuis des années. Pour les produits clés, j’aurais imaginé les chaussures de Football plutôt que les chaussures de Rugby, mais cela est peut-être la tendance du moment (malgré le foot qu’on nous balance à la TV). Le rugby est en effet en progression ces dernières années et les pratiquants sont de plus en plus nombreux. ”, note Thomas.

 

 

“ Enfin, je connais bien les derniers domaines : ils sont assez complexes et dépendent de beaucoup de choses. Le jeu vidéo par exemple est un milieu qui fut à part, très indépendant, mais avec une grosse communauté. Les leaders de la revente ne m’étonnent pas au classement.

En conclusion, cette étude est un cliché à un instant T qui montre pas mal de choses intéressantes. Les estimations présentes dans cette étude SEMrush sont formelles : même quand on segmente les statistiques par thématique, ce sont toujours les plus gros qui gagnent.

Ce n’est pas nouveau, loin de là, mais il est bon de rappeler que du fait de l’ancienneté des entreprises, de leurs budgets souvent conséquents et aussi de leur capacité à absorber des charges lourdes, celles-ci sont aussi performantes dans les SERP Google que sur les réseaux sociaux. Aussi, ce n’est pas parce qu’on a une bonne visibilité organique qu’on arrête de dépenser. Les grands groupes sont également les plus grands consommateurs en matière de publicité” – Thomas Cubel.