Blogosphère - Les 13 excuses derrière lesquelles les blogueurs sérieux ne se cachent pas - 20 octobre 2017

Les 13 excuses derrière lesquelles les blogueurs sérieux ne se cachent pas

Alexandre Spiga Consultant web marketing

Ça y est. Tu as décidé de passer plus de temps sur ton blog. Excellente nouvelle ! Tu reçois la newsletter de Webmarketing & co’m (si tu ne le fais pas, grave erreur). Tu lis des dizaines d’articles de qualité d’auteurs différents. En fait, ça fait déjà un petit moment que tu y penses. Tu en as timidement parlé à tes amis. Mais ta tortue en sait déjà beaucoup plus sur tes projets, car tu n’oses pas encore réellement assumer ton projet. Et, jusqu’à présent, tu n’as pas encore démarré ! Pourquoi ?

La liste des choses qui te retiennent peut-être très longue. Tu n’as pas le temps, l’argent, les idées, l’inspiration, la confiance…

Votre histoire d'amour avec le SEO commence ici

En fait, en blogging comme dans tous les domaines, tu peux trouver n’importe quelle excuse.

Alors tu te confies à ton brave compagnon et lui jure qu’une fois fin prêt, avec une patate d’enfer et des idées par milliers tu démarreras ! Comme ta tortue est sympa, elle ne dit rien. Elle mâche. Mais tu arrives à voir dans ses yeux d’ovipare qu’elle sait que tu lui mens et, pire, que te mens à toi-même.

Alors, toi qui es derrière cet écran à lire ces lignes et à attendre impatiemment la liste des 13 excuses derrière lesquelles les blogueurs sérieux ne se cachent pas, bouge-toi !

Parce que tu crois que tu es le seul à être fatigué et avoir des états d’âme ?

Le seul à douter ? À se dire que le contenu que tu crées, tout le monde s’en fout ?

Tu ne te dis pas qu’on est très nombreux à se libérer un créneau le matin avant de se mettre à bosser sur nos autres activités ?

Même les meilleurs blogueurs ont rencontré et rencontrent toujours des obstacles. Demande à Sylvain s’il ne s’en est pas vu à ses débuts (tiens ! Ça c’est une bonne idée de post !).

Il y aura toujours quelque chose en travers de ton chemin. Et la plupart du temps, cet obstacle, c’est toi seul qui le déposes, qui te met des bâtons dans les roues. Tous les blogueurs de la planète rencontrent ces problèmes que tu estimes insurmontables.

Alors, maintenant que tu réalises ça, il va être temps de retrouver ta fidèle tortue et lui dire que ces problèmes ou obstacles (nomme-les comme tu veux), ce ne sont en fait que des excuses. Et que les excuses, c’est fini ! Tu verras comment elle sera contente (ou pas, une tortue, ça reste quand même assez immobile).

Place alors maintenant aux treize raisons les plus utilisées pour se trouver des excuses et ne pas réaliser son rêve de vivre de son blog.

Les 13 excuses derrière lesquelles les blogueurs sérieux ne se cachent pas

Si tu utilisais certaines d’entre elles pour procrastiner et ne pas passer à l’action, j’espère que ton état d’esprit aura un peu changé à la fin de l’article !

1. Tu n’as rien de nouveau à apporter

On commence avec un grand classique.

Si tu te balades sur le web, tu as surement remarqué que les mêmes sujets sont traités encore et encore, avec plus ou moins de talent. C’est vrai pour tous les domaines et surtout pour le web marketing, où tu retrouves les mêmes sujets copiés-retravaillés-collés sur un paquet de sites.

Tu crois que ça effraie ceux qui sont déjà en place ? Tu crois que les vrais web marketeurs se contentent de copier-coller ce qu’ils trouvent sur la toile ? Ou se disent qu’ils n’ont rien de neuf à apporter ?

Mais si tout le monde pensait ça, plus personne ne prendrait la parole !

C’est André Gide qui disait “Tout a déjà été dit ». Et encore, ça, je l’avais lu dans un bouquin de Beigbeder. Et peut-être même que Gide n’est pas le premier à l’avoir sorti. Va savoir.

Tout a été dit, peut-être. Mais ta façon de voir les choses, comme une stratégie de contenu ou la façon d’utiliser Twitter, elle t’appartient et tu as surement une autre vision ou de nouveaux conseils à apporter.

Personne n’a la même expérience que toi, les mêmes ressentis. Personne n’a lu les bouquins et articles que tu as lus, qui t’ont inspiré, qui ont modelé ta façon de voir les choses.

Si tu connais ton sujet, n’aie pas peur de rédiger sur ce qui t’inspire, en y mettant tout ton cœur et en soignant ton style, ,ar ce qui en sortira sera unique et différent.

2. Tu es bien trop occupé pour bloguer

Ha bah là mon vieux, si tu te dis ça, je ne peux rien pour toi.

Tu as sorti l’argument ultime.

Je n’ai pas le temps.

Relis la phrase du dessus. Ne pas avoir le temps. Cette phrase ne veut absolument rien dire.

Tu es vivant, donc tu as 24h par jour, comme tout le monde. Et ces 24 heures, tu en fais ce que tu veux. Vidéos de chatons sur Facebook, amis, enfants, sport, famille, etc. Tout le monde gère son temps comme il l’entend.

Mais tout le monde a du temps. 86 400 secondes par jour pour être précis.

Donc si « les autres » ont le temps de bloguer, d’écrire, d’offrir du contenu à leur audience, je ne vois pas pourquoi toi tu n’en aurais pas.

Tu te lèves d’habitude à 7h ? Lève-toi à 6h30. Mieux. 6h ! Laisse ton portable sur le mode avion. Ton esprit sera frais. Bois un verre d’eau et commence à écrire. Au minimum 500 mots. Non. 750 !

Et tu verras, plus tu écriras, plus ça sera facile pour toi, donc plus tu iras vite.

Donc trouve du temps. Crée-le et commence à écrire tes articles.

3. Pas maintenant, ce n’est pas le bon moment

Peut-être que ta tortue (toujours elle !) est malade et tu veux attendre qu’elle aille mieux avant de commencer.

Ou tu te dis qu’il est plus sage de mettre un peu plus d’argent de côté (as-tu seulement regardé les prix ridicules d’un autoresponder et d’un hébergement de site web ?!).

En fait, à chaque fois que tu te dis que tu attaques demain, ce week-end, ou en début de mois, tu trouves toujours une excuse. Des excuses, ce n’est pas ça qui manque. C’est très facile d’en trouver. Et si tu attends que ta vie soit sous contrôle absolu, sans aucune accroche ou problème à gérer, tu peux attendre longtemps !

Même si les conditions ne sont pas parfaites, fais l’effort au quotidien de consacrer un peu de ton temps et de ta réflexion à ton projet blog. Cela peut-être juste une idée d’article, ou se donner 30 minutes pour comprendre une nouvelle fonctionnalité de ton autoresponder.

Si tu es motivé à vivre de ton activité en ligne, alors garde en tête que le chemin sera long et que chaque petit effectué est toujours un pas en moins à faire !

Garde dans un coin de ta tête ce proverbe chinois : « Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas ». Cela t’aidera à toujours faire un petit pas en plus, aussi minuscule qu’il soit.

4. Tu es trop fatigué

Celle-là aussi, on la connait bien !

Peut-être que tu te reconnais dans ce koala qui se repose tranquillement ?

Notre quotidien « classique » est sans pitié. Le fameux métro-boulot-dodo qui essore tout le monde sans exception. La seule chose que tu veux faire une fois à la maison c’est te caler sur le canapé et regarder le dernier Game of Thrones.

Cette excuse ne tient pas. C’est peut-être la plus minable de la liste !

D’abord, car tu vas devoir attendre au moins un an avant de retrouver les marcheurs blancs et les dragons (quelque chose me dit que ça va bastonner pas mal).

Ensuite et surtout, car il faut que tu te rappelles pourquoi tu décides de te lancer dans cet objectif. Si tu décides de réellement t’engager et aller chercher ce que tu t’es fixé, coute que coute, tu ne devrais avoir aucun mal à trouver cette énergie qui te poussera au quotidien.

Alors, souffle un coup, revois tes priorités et relance la machine. Les 10 premières minutes seront peut-être compliquées, mais tu t’apercevras ensuite que la motivation et l’inspiration sont revenues.

Le tout est de créer une habitude quotidienne qui te fera avancer, lentement mais surement.

5. Les gens n’aimeront pas tes opinions

Gérer son blog est souvent une affaire très personnelle. Même si on est maintenant loin du temps des Skyblog (ouf !). Ton blog, ce n’est pas ton carnet intime, mais tu vas publier des douzaines de posts et rédiger des dizaines de milliers de mots. Ou poster des images de déco, mode, santé, lifestyle.

Quoi qu’il en soit, tu exposeras fatalement tes avis, opinions et goûts.

Rien de plus barbant qu’un article technique, froid et sans âme.

Et ce moment d’hésitation que tu as au moment de clique sur « publier », cette légère montée d’angoisse, ne t’inquiète pas, tout le monde l’a vécu. C’est un sentiment assez courant, surtout quand tu te lances.

Et je suis prêt à parier que même les héros du blogging comme Neil Patel ou Gina Trapani ont connu ces petits moments qui te donnent envie de partir te cacher sous la couette.

Rédige et publie ton article (tu le soignes comme il faut ok ?!). Si personne ne l’aime (ce qui n’arrivera pas), tu n’auras rien perdu. Tu ne plairas peut-être pas au plus grand nombre, mais certaines personnes s’identifieront à ce post, l’apprécieront et demanderont peut-être même plus (il faudra en faire la promotion, mais ça, c’est une autre histoire).

Si certains retours négatifs te découragent, dis-toi que même une réponse négative est positive. Tu pourras t’en servir pour t’améliorer.

L’écriture est d’une puissance qu’on n’imagine pas.

Même la tienne aura la capacité à faire réagir tes lecteurs.

6. Tout le monde écrit déjà à ce sujet

Imaginons que tu souhaites écrire et partager tes connaissances sur la musculation.

Si tu es déjà dans cette branche-là, tu as déjà passé du temps sur YouTube et Google et tu as certainement pu constater, mi- amusé, mi- horrifié, que beaucoup de ce que tu trouves en ligne est catastrophique.

Chacun a sa vision de la muscu. Certains veulent juste se faire saigner les bras. D’autres ont une approche plus douce. Et un petit nombre va carrément te péter le dos si tu suis leurs conseils.

Donc, oui, « tout le monde » écrit déjà à ce sujet, c’en est vertigineux. Mais ça veut surtout dire deux choses :

  • La première, c’est qu’encore plus de monde s’intéresse à ce sujet. Sinon, il n’y aurait pas cette quantité de posts, vidéos, articles, podcasts, etc. ;
  • La deuxième, c’est que tu as donc un coup à jouer. Tu maitrises ton sujet. Tu sais que tu apporteras qualité et expertise. Alors, n’aie pas peur de la concurrence et montre ce que tu sais faire.

7. Tu ne sais pas par où commencer

Ça y est, tu t’es trouvé du temps pour démarrer ! Bien joué.

Tu as donc commencé par lister tout ce que tu as à faire. Et tu as déjà le tournis.

Trouver des idées de contenu, analyser les sujets porteurs de ta niche, créer ton free gift, l’opt-in page, la home page, commencer à être présent sur les réseaux sociaux, etc.

Comment tu vas pouvoir rayer toutes ces choses ?! Ta motivation redevient fébrile.

Le meilleur moyen pour avancer sur cette liste et de choisir les tâches selon ton humeur du moment :

À la fraiche le matin, tu vas peut-être préférer te concentrer sur la rédaction de contenu. En fin d’après-midi, si tu sens ton inspiration en berne tu t’attèleras plus à comparer les articles qui fonctionnent fort. Au calme dans ton lit avant de t’endormir sera un bon moment pour lire un bouquin ou réfléchir à la meilleure stratégie à mettre en place et la coucher sur papier.

Le plus important est de démarrer et de ne pas se retrouver en panne, ou à court d’idées sur la suite à donner à ton plan de bataille. Mais si tu te lances vraiment, cette situation ne devrait pas t’arriver !

8. Tu as peur du regard des autres

Il y a plusieurs types de personnes à éviter lorsque tu te lances :

  • Les personnes pas méchantes, mais qui ne vont pas comprendre ce que tu essaies de faire. Elles vont penser qu’une lubie t’a pris, et que ça n’a en tout cas pas l’air bien sérieux. Leur avis t’importe peu. Tu n’as pas besoin de te justifier ;
  • Les personnes jalouses qui vont essayer de te dénigrer et te mettre le moral à zéro à la moindre occasion. À fuir absolument ! Et à identifier rapidement, car, malheureusement, ce type de personnes peut se retrouver dans ton cercle d’amis proches.

Dégage-les. Tu n’as pas besoin d’ondes négatives, bien au contraire. Explique ce que tu souhaites faire à tes amis et vois leur réaction. S’ils te supportent et t’encouragent, utilise leur énergie positive. S’ils ne te comprennent pas, ce n’est pas bien grave. S’ils essaient de te décourager, arrête de les fréquenter.

Une des clés du succès est de s’entourer de bonnes personnes, c’est-à-dire positives, enjouées, altruistes et aimantes. Un bon entourage est important pour te garder motivé et sur les bons rails.

9. Et si tu échoues ?

C’est vrai ça, et si ça ne marche pas ?

On n’y avait pas pensé avant à ça. Dans le doute alors, mieux vaut ne pas commencer.

Non, mais ça va pas ?! Sais-tu que 100% de ceux qui n’ont jamais démarré ont échoué ? Je ne suis pas statisticien, mais te confirme que cette stat’ est vraie. CQFD.

 » Le plus grand échec est de ne pas avoir le courage d’oser « . Cette phrase est magnifique et elle est signée l’Abbé Pierre.

Si tu ne te lances pas, quelles sont les chances que tu réalises tes rêves, que tu atteignes tes objectifs ? Zéro.

Si tu te lances, tu bascules de suite dans le domaine du possible. Tu mets l’univers en mouvement pour que cela arrive. Et surtout, tu te bouges le cul !

La peur d’échouer n’est pas recevable. Souvent tu réaliseras que faire les actions est en fait moins pire qu’imaginer cette même action. Que l’idée qu’on se fait des actions qu’on doit mener est souvent bien pire que la réalité.

C’est dû à la partie reptilienne de ton cerveau qui ne veut pas être dérangée, est contre tout changement (car le changement induit l’inconnu, donc la peur) et te hurle dans les oreilles « courage, fuyons ! ».

Donc ce que tu vas lui répondre c’est que tu n’es pas un lézard et que tu vas te lancer comme un grand !

Et pour finir de te convaincre, je finis avec la deuxième stat’ qui va bien : 100% de ceux qui ont réussi sont passés à l’action. 100%.

10. Tu dois encore apprendre

Ça y est, tu es motivé et lis tout ce qui passe sur le sujet. Visites les top blogs de ta catégorie. Lis plusieurs livres en même temps. Prends des notes. Beaucoup de notes. Ta boite de réception dégueule d’emails, car tu t’es inscrit partout pour récupérer les free gifts qui t’intéressaient.

Tu apprends plein de trucs. C’est cool ! Tu comprends maintenant mieux le principe d’une séquence e-mail, d’une opt-in page, de backlinks, de content marketing.

Mais du coup, avec tout ça, tu n’as toujours pas mis les mains dans le cambouis.

Donc tu ne sais toujours pas comment lier ton opt-in page à ton autoresponder et faire partir ton email de bienvenue automatiquement. Tu n’as toujours pas écrit d’articles invité. Tu n’as pas encore mis au propre une méthodologie de travail.

Je ne te blâme pas. Je suis passé par là. Pendant quatre mois je lisais tout ce qui était possible, écoutais des webinaires, étudiais les articles des top blogueurs.

Et je n’ai rien fait de concret. Certes, j’ai appris beaucoup de choses, mais je ne les ai pas liées à la pratique. Et rien ne remplace la pratique. Plus tu écris, plus ton style deviendra fluide. Plus tu bidouilles avec ton logiciel pour monter des opt-in pages et des sales pages, plus tu iras vite et maitriseras l’outil. Plus tu rédiges, plus ton style se fluidifiera.

Rien ne remplace l’expérience. La pratique te fera avancer et te rendra meilleur. Tu dois encore apprendre, c’est vrai, mais tu passeras ta vie à apprendre et c’est tant mieux. Tu n’en seras que meilleur.

En septembre je me suis lancé un challenge Instagram d’une vidéo par jour pendant trente jours. Je n’ai aucune expérience en vidéo. Mon audience est plutôt maigre. Mais ce n’était pas important. Les buts étaient de tenir un challenge, le réaliser, de devenir plus à l’aise devant la caméra et de trouver des idées de contenu. Objectifs atteints !

Alors, continue à apprendre par l’expérience. Tu feras des erreurs, les corrigera et progressera.

11. Tu n’as pas de bonnes idées

C’est peut-être l’une des excuses les plus communément admises dans le blogging. Est-elle pour autant recevable ?

Tu as trouvé ton positionnement et ton client idéal, excellent. Mais tu te demandes maintenant comment diable tu vas pouvoir trouver autant d’idées à offrir à ton audience jusqu’à la fin de ta vie (rien que ça).

La bonne habitude à adopter ici est de toujours avoir près de soi quelque chose pour prendre des notes : un petit cahier de poche avec son stylo ou, bien sûr, son smartphone.

Il y a des moments dans la journée où ton cerveau crée un déluge d’idées – plus ou moins bonnes, à toi de voir ! Ça serait bête de les laisser filer.

Je sais par exemple que j’ai un petit carnet sur ma table de chevet, car mon cerveau m’offre des idées lorsqu’il est en phase de préparation au sommeil. Je les note et les revois le lendemain.

Bon, certaines ne sont pas terribles, je te l’avoue. Mais les idées amènent les idées et cette habitude est excellente afin de créer une spirale créative.

Une autre source d’inspiration est d’aller voir ce que font les autres gros blogueurs de ta niche. Si tu lis l’anglais un minimum, fonce lire les blogs anglo-saxons. La qualité y est incroyable et en abondance.

Mais attention, il s’agit de trouver l’inspiration et non pas de plagier. Plagier, c’est mal, ça n’apporte aucune valeur et tu es sûr de te faire griller.

Non, il te suffit de trouver quelques angles d’attaques, ajouter ton expertise et utiliser tes propres mots.

12. Tu n’as pas le budget pour

Si tu avances cette excuse, c’est que tu es encore très loin de passer à l’action ou même de commencer à éventuellement montrer un semblant d’intérêt.

Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, lancer un business en ligne ne coute littéralement presque rien. Ce dans quoi il te faut investir pour te lancer ? L’hébergement de ton blog, un thème qui fait suffisamment pro, un autoresponder pour gérer ta liste, un outil pour créer des landing pages. Si tu lisses ces dépenses sur un an (car certaines sont mensuelles), tu devrais facilement t’en sortir pour moins de 100 € / mois.

Maintenant, renseigne-toi pour monter un restaurant, un business de location de vélo, ou devenir plombier. Et demande quels sont les investissements à faire pour se lancer. On dépasse allègrement les 100 € / mois non ?

Petit conseil à la volée : quand ton salaire tombe, mets automatiquement 10 % de côté. Tu les consacres à ton projet. Peu importe ce que tu gagnes, te voilà facilement avec un nouveau budget !

13. « Je peux pas j’ai piscine ! »

Tant mieux ! Si tu es prêt à te lancer, tu sais que ça veut dire que tu vas passer de très nombreuses heures les fesses sur une chaise. Idéalement, il te faut une activité où tu pourras te dépenser, transpirer et te vider la tête.

La natation est top, mais évite d’enfiler ton slip de bain pendant tes créneaux blogging 😉

Pour finir

Le monde du blogging n’est pas facile. Comme tous les boulots au final. Car c’est un véritable boulot, qui plus est sans revenus assurés lorsque tu débutes et essaies de faire ton trou.

Mais si c’est vraiment ce que tu souhaites faire – vivre de ton blog et de ton activité en ligne – alors, fonce. Finies les excuses foireuses. Finies les jérémiades. Relis cet article. Mieux, visite mon blog et commence les exercices que j’ai créés pour t’aider à te fixer tes objectifs et te mettre sur la route de ton business en ligne.

Tous ces blogueurs qui ont des visites à faire péter Google Analytics sont riches, beaux et célèbres. Ok, j’exagère peut-être un petit peu. Ils ont tous leur style, leur histoire, leur façon de voir le blogging. Mais ils ont tous un point commun : ils ne se sont pas cachés derrière ces excuses.

À toi d’en faire de même !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer