Blogosphère - Réussir son blog : 4 pièges et une astuce - 5 mai 2017

Réussir son blog : 4 pièges et une astuce

Stephane Briot Coach d'entrepreneurs

Depuis des mois, voire des années, vous lisez à peu près tous les articles qui vous expliquent comment créer des contenus qui cartonnent, comment créer un blog qui soit pote avec Google, comment avoir plus de partages sur les réseaux. Et pourtant, rien ne se passe. C’est quoi le problème ?

Dans l’idée, ces articles sont bien pratiques et partent d’un bon sentiment, celui de vous « mâcher » le travail. Mais malheureusement, dans la réalité des faits créer un blog qui cartonne ou rédiger un bon billet, c’est un peu plus complexe que cela, et ça, aucun marketeur n’osera vous le dire, et pour cause, mais nous y reviendrons tout à l’heure.

Pour que vous puissiez comprendre pourquoi ces billets peuvent parfois être toxiques, je vais prendre ici un exemple que j’utilise lors de mes conférences.

1. Le piège de la recette

Prenons une recette de cuisine d’un grand chef. Sur internet, vous trouvez ladite recette et vous vous lancez dans l’aventure. Sur le site, vous avez une très jolie photo qui vous met l’eau à la bouche. Voilà qui est motivant.

Vous prenez votre panier et vous courez dans votre supermarché pour faire vos courses ! Voilà, vous êtes prêts à vous lancer.

Après quelques heures, c’est un peu la désolation. Votre plat n’a rien à voir avec la photo, et à table, question goût et saveurs, on est loin du compte. Il suffit de voir la tête de vos convives pour vous en persuader. D’ailleurs, vous-même n’êtes pas vraiment emballé.

Alors, que se passe-t-il ? Pourquoi cette recette si « facile » en apparence est finalement si délicate à mettre en œuvre ?

Vous devez comprendre que le Chef qui vous propose cette recette, lui, cela fait déjà des années qu’il la travaille. En un mot, ce Chef a derrière lui des heures et des heures d’expériences. De fait, notre cuisinier travaille « les yeux fermés », il « sent » les ingrédients, il agit à l’instinct. Avec le temps, la recette fait « partie » de lui.

À savoir

Non, vous n’êtes pas nul. En revanche, oui, vous débutez, et à ce titre, il vous faudra encore du temps pour acquérir le « tour de main ».

2. Le piège de l’aide

Revenons-en au blogging et au marketing si vous le voulez bien. Les blogs traitants du sujet sont légion, et tous se donnent comme mission de vous « aider » en vous proposant des dizaines et dizaines d’articles en mode « recette ».

Ce sont des articles de listes, ou des « trucs et astuces » d’experts. Pourquoi ce type de billets ? Parce ce qu’ils se partagent facilement. Très facilement. À ce titre, les trucs et astuces ont toujours un vrai succès sur la toile, depuis toujours et dans tous les domaines.

Il y a peu, je parlais avec l’auteur de l’un de ces billets. Son article donnait des astuces pour mieux référencer son blog sur Google. Donc, un article pour débutants. Et dans son contenu, il présentait des astuces pour aller chercher des liens entrants sur des articles qui ont disparu de la toile ou des domaines expirés (je vous passe les détails, ce n’est pas le propos du présent billet).

Ce genre d’astuces demandent une très bonne connaissance technique et l’emploi d’outils qui ne sont pas à la portée de tout le monde. Vous avez donc un public majoritairement débutant, à qui vous livrez des techniques avancées de référenceurs.

Certes, pour la culture du lecteur, ce n’est pas un mal, mais que va-t-il faire de cela ? Rien. Rien, parce qu’il ne comprendra pas grand-chose, parce qu’il ne saura pas quoi faire. Et que se passera-t-il dans sa tête ? Hé bien, il va penser qu’il est nul.

Nous avons donc un billet rédigé pour « aider » le lecteur (mais surtout rédigé pour être largement partagé, donc, pour faire connaitre le blog de l’auteur, ce qui est aussi le but de tout article), mais dans les faits, au lieu d’aider, il va démoraliser le lecteur qui n’est déjà pas forcément en confiance face au SEO ou au marketing.

De fait, ce qui m’interpelle dans tous ces articles, c’est le cruel manque de pédagogie. Enfin, manque. Soyons clairs, la majorité de ces articles n’ont aucune pédagogie. Le lecteur n’est là que pour faire grimper les stats, et le billet est un hameçon pour mieux vendre un produit en seconde lame.

Si l’objectif marketing du billet est atteint, il faudra me dire qui on aide. Hormis son auteur, je doute que la plupart des lecteurs soient vraiment « aidés ».

3. Le piège de l’influenceur

Un autre exemple ? Dans ces articles on vous explique régulièrement qu’il vous faut vous faire repérer par les influenceurs de votre secteur. Tout est bon pour attirer la lumière de l’influenceur sur vous.

Dans l’idée, pourquoi pas ! Dans les faits, mettez-vous donc deux minutes à la place du dit influenceur. Le gars (ou la fille) est devenu une vraie cible sur pattes que tout le monde chasse. Non pas parce que ce qu’elle dit pourrait être intéressant, mais plus pour son audience. Sympa comme jeu.

Je ne sais pas vous, mais moi, si je devais être une cible, croyez-moi, je ne réagirais pas très bien. Sachant que j’ai déjà une sainte horreur des faux semblants, une personne qui me contacte, qui débute, qui a 3 articles (au plus) sur son blog, et qui me demande un backlink ou autre, une fois, ça va, mais dix, ça commence à devenir gonflant.

Donc, votre lecteur à qui vous recommandez de contacter des influenceurs, il va quand même prendre quelques portes sur le bout du nez. Et il va se passer quoi ? Encore une fois, il va se dire qu’il est nul, parce que vous, auteur, vous avez réussi, et lui non. Donc, lui, lecteur, est forcément mauvais. Il va donc se frustrer, se dire qu’il est nul, et comme souvent, à force de lire ce type de billet, il va abandonner.

Ironie

En fait, le but c’est d’aider les gens à abandonner plus vite, à ce qu’ils perdent moins de temps avec leur blog. Ah ! Je viens de comprendre ^^

Des exemples comme ça, je pourrais vous en citer des brouettes entières. Et après, on se demande pourquoi si peu de blogs fonctionnent en France. Je crois qu’il serait temps de mettre la lumière sur la médiocrité pédagogique des contenus proposés aux apprentis blogueurs.

Pas plus tard que ce 20 avril (date de rédaction du billet), j’écoutais attentivement une formation sur l’acquisition de trafic. Je n’ai rien entendu sur la soft conversion, sur le SEO, sur la ligne éditoriale, sur la personne qui rédige les billets, sur des choses qui sont tellement essentielles dans le blogging.

Tout est axé sur l’immédiateté, du trafic, maintenant, tout de suite, pour des conversions maintenant, tout de suite, et des ventes, maintenant, tout de suite. Ah, et pour la vente, je n’ai pas entendu parler une seule fois des personas.

SI je ne doute pas un seul instant de l’intégrité du formateur, le côté, les autres sont nuls, moi je sais, je vais vous montrer comment j’ai réussi, je veux bien. Mais je doute des résultats sur une personne qui débute alors que c’est bien la cible du produit.

4. Le piège de l’argent facile

Lancer un blog, et à plus forte raison, le rentabiliser est une histoire qui demande du temps ou de l’argent, voire les deux, ainsi que l’acquisition de compétences.

Allez, un petit exemple. Vous avez sans doute pu lire qu’il était possible de gagner un an de salaire en une semaine de vente. Et c’est vrai ! C’est tout à fait vrai. En revanche, il y a un simple calcul que l’on ne vous dit pas, nulle part. J’ai cherché, et jamais je ne l’ai vu. Alors, je vous le proposer ici.

Prenons un salaire annuel de 20.000€, ce qui représente déjà une belle somme. Vous avez un produit que vous allez proposer à la vente pour 97€. Donc, pour atteindre vos 20.000€ vous allez devoir vendre 206 produits (20.000/97=206.185).

Il vous faut donc trouver 206 clients. Quand on sait qu’en moyenne, sur un lancement, vous aurez entre 2 et 3% des prospects qui vont passer à l’acte d’achat, il vous faudra donc quelque chose comme 6886 inscrits à votre mailing liste de prospection.

En moyenne, un blog récent génère 3 inscrits par jour sur sa mailing list. À ce train-là, il vous faudra 2295 jours, soit environ 6 ans ! Comment allez-vous vivre durant ces six années, ça, c’est bien votre problème.

Un an de salaire en une semaine, c’est :

  • Objectif 20.000€ ;
  • Produit vendu 97€ ;
  • Vous devez réaliser 666 ventes ;
  • 666 représente 3% de vos prospects ;
  • Votre liste doit contenir 6886 inscrits ;
  • Un nouveau blog génère 3 inscrits par jour ;
  • Il vous faudra 2295 jours, soit plus de 6 ans.

Donc, oui, il est possible de gagner un an de salaire en une semaine de vente. Mais si vous ne mettez pas d’argent sur la table pour rapidement capter les milliers de prospects dont vous aurez besoin, vous allez attendre longtemps, très longtemps. Et votre blog sera fermé avant même que vous n’ayez l’idée de lancer une vente. Bien entendu, vous pouvez investir dans l’achat d’espaces publicitaire pour compresser ce temps.

Encore une fois, la personne qui est aidée ici, c’est le vendeur, pas le prospect. Mais quand on y pense, c’est logique. Pour chacun d’entre nous, la première personne que nous souhaitons aider, c’est nous. C’est ainsi, et nous ne pouvons en vouloir à personne. Si vous ne vous aidez pas vous-même, personne ne viendra vous secourir.

Vous pouvez avoir la naïveté de croire qu’il existe des gens bien intentionnés, qui sont là, sur internet, le cœur sur la main pour vous venir en aide. Et d’une certaine façon, vous avez raison de vouloir y croire, car il en a existé et il en existera encore.

Mais ces gens-là ne sont pas dans le marketing, et encore moins dans la vente (l’abbé Pierre, Mère Thérèsa, Coluche avec les Restos du cœur et bien d’autres encore). À ce titre, je n’ai pas vu Coluche, ou l’une des personnes des Restos du Cœur sortir une formation du type « Comment nourrir sa famille quand on est fauché ».

C’est un peu comme au Casino : c’est la Banque qui gagne pour 99 fois sur 100. Vous avez envie de jouer avec votre avenir vous ?

Que conclure de tout cela ?

D’abord, pourquoi personne ne vous a dit tout cela, alors qu’ils disent tous vouloir vous aider ? Le business ! Allons, soyons lucides. La sphère webmarketing, c’est du business, et personne n’est là pour vous filer gratuitement toutes les astuces qui vont vous propulser en tête de votre marché.

Comment vous prémunir ? En étant un vrai « business man » : une personne méfiante, critique, et qui vérifie tout avant de dépenser le moindre euro.

Comme dans la vie physique, créer un business rentable demande un certain temps, et donc, il faut du temps pour créer un blog et en tirer un profit direct ou indirect.

Qu’il n’existe pas de recette particulière pour réussir à attirer du trafic sur un nouveau blog, si ce n’est la publicité.

Que ce qui peut fonctionner chez l’un ne fonctionnera pas chez l’autre, parce que la personnalité de l’un et de l’autre, sa façon d’écrire, le design de son blog, son réseau, et j’en passe.

Qu’avant de vouloir utiliser des astuces de sioux, penchez-vous d’abord sur votre propre projet, sur vos forces, vos talents. Vous pouvez lire des billets « miracles », mais lisez-les avec du recul et demandez-vous ce que l’on vous cache.

Car dites-vous bien que ce qui fonctionne vraiment ne se partage pas gratuitement sur un article de blog. C’est comme ça. Ce n’est ni bien, ni mal, c’est juste comme ça.

Et pour finir, d’une, la seule personne qui vous aidera le plus, c’est vous, de par ses décisions et ses choix, et pour prendre un max de bonnes décisions : mettez-vous en mode projet. De cela nous reparlerons dans un prochain billet.

Enregistrer

Enregistrer