Social Media - Rapport de profils de réseaux sociaux des candidats aux élections présidentielles 2017 - 4 mai 2017

Rapport de profils de réseaux sociaux des candidats aux élections présidentielles 2017

Invité Auteur

En France, les élections présidentielles marquent tous les cinq ans l’histoire politique du pays. Il nous a, cette année encore, été présenté des candidats de bords politiques variés, et dont les ambitions sont diverses. Les candidats ont pu faire valoir leurs arguments lors de débats télévisés ou dans les médias traditionnels…

Cependant, depuis quelques années, cette bataille se mène aussi sur internet, et plus particulièrement sur les réseaux sociaux. Immédiateté, proximité, variété de contenu : ils sont devenus des outils de communication essentiels durant la campagne. Pour certains qui ont une relation conflictuelle avec les médias, comme Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen avec France Inter, les réseaux sociaux leur permettent de s’adresser à leur communauté dans une forme et avec un rythme qu’ils maîtrisent en passant outre le filtre des médias traditionnels. Nous avons analysé les chiffres des réseaux sociaux de chaque candidat entre le 1er janvier 2017 et le 22 avril 2017, veille du premier tour des élections. Aussi, cette étude ne concerne que les comptes officiels des candidats et exclut ceux de leurs soutiens ou sympathisants.

Nombre de publications

Afin d’avoir une idée plus précise, nous avons choisi d’analyse la métrique suivante sur une période plus large : du 1er septembre au 22 avril.

 

Sur la métrique ci-dessus, on peut voir que la fréquence de publication augmente au fil du temps, malgré quelques baisses. Aussi, pour la plupart des candidats, cette fréquence s’intensifie largement à partir du mois de février, lançant ainsi la campagne sur les réseaux sociaux. Cela est aussi visible sur Twitter, à bien moindre mesure cependant. Mais, on peut voir qu’au mois de mars, certains candidats ont décidé de modérer ce rythme de publication. C’est par exemple le cas de Nicolas Dupont-Aignan ou de Benoît Hamon.

Variation du nombre de fans/followers

Le nombre de fans des candidats sur Facebook n’a cessé d’augmenter au fil de la campagne. Cela s’est notamment produit au rythme des différents buzz liés aux candidats. Le graphique ci-dessus indique combien, chaque jour, les candidats ont gagné de fans. Les principaux pics que l’on peut identifier sont les suivants :

– 19 mars : la veille, Nicolas Dupont-Aignan avait créé le buzz en refusant de parler de son programme dans le JT de 20h sur TF1 et en quittant prématurément le plateau. Il reprochait à la chaîne d’organiser le 21 mars un débat réservé aux “principaux candidats” : ceux à qui les sondages attribuaient au moins 10% des votes. Le lendemain de cette émission, le candidat a posté la vidéo sur son compte Facebook et a reçu de nombreux commentaires de soutien. Aussi, cette vidéo est celle ayant le taux d’interaction le plus élevé de toutes les publications postées par les candidats sur la période analysée.

– 22 mars : le jour précédent, à l’occasion justement du débat précédemment cité, Jean-Luc Mélenchon a été le candidat le plus remarqué notamment pour ce qui a été cité comme son professionnalisme et son savoir-faire lors du débat. Cela lui a valu une importante augmentation du nombre de fans.

– 5 et 6 avril : le 4 avril a eu lieu le grand débat durant lequel tous les candidats ont pu affronter leurs programmes et arguments. Philippe Poutou a été le plus remarqué grâce à ses punchlines chocs et ses accusations directes. Cela lui a lui aussi valu un nombre important de fans supplémentaires sur Facebook. De la même manière, c’est le pic le plus important que l’on peut voir sur la métrique de variation du nombre de followers sur Twitter.

Aussi, on peut voir que suite au débat du 21 mars, Jean-Luc Mélenchon a gardé un rythme plus soutenu que les autres candidats en terme de nombre d’internautes s’abonnant à son compte Facebook. Puis, à l’approche des élections, on aussi peut voir une hausse de l’intérêt des internautes. On peut retrouver ces pics de façon similaire sur la métrique de variation du nombre de followers sur Twitter.

Bien sûr, une très large communauté sur les réseaux sociaux ne signifie pour autant pas plus de votes aux élections. On peut notamment le voir sur le graphique suivant au nombre de Fans d’Emmanuel Macron, de François Fillon ou de Jean-Luc Mélenchon sur Facebook. Cependant, cela montre un certain intérêt pour le candidat, et une volonté de s’informer à son sujet.

Taux d’interactions

En termes d’interactions (likes, commentaires, partages), il existe une réelle différence entre le comportement des internautes sur Facebook et Twitter concernant ces élections.

En effet, ils sont beaucoup plus actifs sur Twitter, notamment sur les comptes d’Emmanuel Macron, François Fillon et depuis le mois de mars Philippe Poutou. En comparaison, Marine Le Pen conserve un taux d’interactions moins élevé, mais constant tout au long de la période étudiée.

Le pic d’interactions le plus important est associé au compte Twitter de Philippe Poutou pour sa publication intitulée “Pourquoi j’ai décidé de retirer ma candidature au profit de celle d’Emmanuel Macron” renvoyant vers sa publication Facebook du même nom. Dans celle-ci, il donne plusieurs raisons expliquant sa décision, avant de conclure par un bref “ou pas…”. La blague a été retweetée plus de 3000 fois, alors que la plupart de ses publications le sont généralement moins de 100 fois.

La palme du tweet le plus retweeté et liké sur la période étudiée revient à Emmanuel Macron et son lancer de bouteille. Rien à voir donc avec son programme politique ou ses arguments. Cependant, celui qui a reçu le plus de réponses est un tweet de François Fillon datant du mois de janvier contenant une vidéo dans laquelle il tente de convaincre son audience de ne pas écouter les “rumeurs” propagées dans les médias concernant l’emploi fictif de sa femme. Dans les réponses, il est difficile de différencier le positif du négatif. De nombreux Twittos demandent son retrait, tandis que d’autres le poussent à continuer sa campagne.

Sur Facebook, le premier pic que l’on peut voir sur la métrique de taux d’interaction correspond au nombre d’interactions récoltées par Philippe Poutou sur une publication postée le 1er mars 2017. Dans cette publication, il a posté la vidéo de son passage sur la chaîne d’information en continu, BFMTV. Son passage avait été remarqué pour sa franchise lorsque son avis lui a été demandé au sujet des affaires juridiques qui entourent les “principaux” candidats aux élections présidentielles 2017 (notamment François Fillon et Marine Le Pen). La vidéo sur son profil a été partagée plus de 25 000 fois.

Le deuxième pic que l’on peut voir correspond, comme dit plus tôt, au passage remarqué de Nicolas Dupont-Aignan dans le JT de 20h de TF1 lorsqu’il a quitté le plateau prématurément.

Publications sponsorisées

Nous rappelons que notre analyse des publications sponsorisées n’est pas une mesure, mais une estimation basée sur un modèle de type machine-learning. Plus d’informations ici.

Autre fait marquant de notre étude, d’après nos modèles, seule Nathalie Arthaud n’a pas eu recours aux publications sponsorisées sur Facebook, ce qui pourrait être l’une des raisons pour lesquelles elle n’a que peu de fans sur ce réseau social. Mais plus surprenant encore : plus de 84% des publications d’Emmanuel Macron sur Facebook ont été sponsorisées. Le candidat est en effet présent sur les réseaux sociaux depuis peu de temps. Cela montre ainsi une réelle volonté de rattraper son retard et d’étendre sa communication à une audience la plus large possible. Cependant, cela n’a pas suffi à lui permettre d’atteindre le nombre de fans acquis par Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Stratégie de différenciation sur YouTube

Pendant que certains basent leur stratégie de réseaux sociaux sur Facebook ou Twitter, Jean- Luc Mélenchon s’est fait remarquer sur YouTube, où sa chaîne est largement suivie et où ses vidéos sont vues de nombreuses fois, comparées à celles de ses concurrents.

Vous pouvez trouver ici un article décryptant sa stratégie, déjà mise en place lors des élections présidentielles précédentes.

Pour conclure, l’analyse des réseaux sociaux des candidats ne permet pas de prédire qui sera le vainqueur. Cependant elle permet de se faire une idée sur les stratégies digitales des candidats et sur les comportements des internautes, et confirme leur importance dans les campagnes électorales.

Informations clés

– C’est généralement grâce aux débats et à leurs apparitions dans les médias que les candidats récoltent le plus de followers/fans

– Marine Le Pen reste la candidate ayant l’audience la plus large sur la majorité des réseaux sociaux

– Jean-Luc Mélenchon se distingue particulièrement sur YouTube

Elise Pauriol

Chargé de Contenu chez quintly.

Enregistrer