Facebook - Le format vidéo natif Facebook a indéniablement gagné la guerre du reach - 22 mars 2017

Le format vidéo natif Facebook a indéniablement gagné la guerre du reach

Sylvain Lembert Fondateur Webmarketing & co'm

Il était certes en terrain conquis, mais le format vidéo natif Facebook bat à plate couture les autres formats vidéos sur Facebook. Une récente étude montre que, non seulement le format vidéo représente 47% des contenus de marque, mais que le format natif Facebook représente 90% des vidéos partagées. Pour imposer son format natif, Facebook a employé une arme redoutable contre ses concurrents : l’edgerank et le reach accordé aux vidéos Facebook.

Si vous gérez une page Facebook, vous devez le savoir que cela soit les vidéos classiques ou les lives, à partir du moment où vous utilisez le format natif Facebook, le reach est bien supérieur aux publications classiques. Le réseau social a su imposer son format en « trafiquant » son algorithme de classement l’Edgerank pour se privilégier lui-même sur son terrain de jeu.

Job&Co'm

Le glossaire de l'influence marketing

Glossaire influence marketingVous envisagez de lancer une campagne d'influence marketing ? Comment créer les conditions de confiance et de succès entre la marque, son partenaire, et les influenceurs ? En parlant le même langage ! C'est exactement pour cette raison que nous nous sommes lancés dans la création de ce Glossaire de l'Influence Marketing. De la "collection capsule d’influenceur" aux "KPI" en passant par le "fit influenceur", découvrez plus de 50 définitions autour de ce puissant levier de communication.

Format vidéo natif Facebook : a intégrer absolument à votre stratégie social media

Dès que vous faites un live, le reach peut être jusqu’à 10 à 15 fois supérieur à une publication classique (lien, photo…) et pour les vidéos non live, on peut facilement multiplier par 3 / 4 son reach à un taux d’engagement égal.

Pour faire court, si vous souhaitez travailler votre reach naturel sans avoir à passer par la case Facebook Ads, il est indispensable aujourd’hui d’inclure la vidéo à sa ligne éditoriale.  Ce format est celui qui engage le plus les fans à l’heure actuelle.

L’étude réalisée par Quintly a analysé 167.000 profils Facebook et 6 millions de publications de juillet à décembre 2016. Sur ces profils 46,9% ont utilisé le format vidéo pour leurs campagnes Facebook.

etude facebook reach video : format vidéo natif Facebook

Sans surprise, le format vidéo natif Facebook obtiennent un taux d’interaction supérieur aux autres formats vidéos. Sur la période, le format Facebook a eu un taux d’engagement supérieur de 109,67% au format Youtube. Et en fin d’année l’écart est allé jusqu’à 186,42%. En intégrant de façon beaucoup plus poussée son format vidéo (affichage en grand versus miniature pour Youtube, lecture automatique pour son format) et en lui accordant un reach toujours plus élevé, Facebook est en train de tuer à petit feu ses concurrents pour le format vidéo à coup de canon à reach.

Et cette grosse différence de reach imposé par le réseau social a poussé les utilisateurs à abandonner progressivement les autres formats vidéo. Désormais, 85% des vidéos partagées sur Facebook proviennent de son propre format.

etude facebook reach video : format vidéo natif Facebook

Youtube ne représente que 10,22% des publications vidéo et Vimeo, n’en parlons même pas 🙂

Conclusion

Que cela soit les vidéos classiques ou les vidéos live, la question d’utiliser ces formats ne se pose plus. Les marques, si elles veulent avoir une visibilité sur le réseau social doivent produire des contenus vidéos et les uploader directement sur Facebook.

Même si les partages sur le réseau doivent se faire via le format Facebook, n’oubliez pas d’uploader également vos vidéos sur les autres supports : Youtube pour bénéficier de la visibilité de ce réseau, Twitter également et dans une moindre mesure les autres acteurs de la vidéo.

Bon à savoir : Twitter est comme Facebook, il privilégie son propre format vidéo dans ses résultats… Chacun ses plates-bandes 🙂

Vous pouvez retrouver l’ensemble de l’étude ici : Quintly