Social Media - Community manager, prenez des risques ! - 13 mars 2017

Community manager, prenez des risques !

Invité Auteur

Vous avez forcément lu un de ces articles qui vous indique de façon presque magique le meilleur moment pour poster sur les réseaux sociaux. À grands coups de statistiques et d’infographies, ils vous expliquent quand publier vos messages, parfois à la minute près ! Mon conseil : ne suivez jamais ces indications à la lettre. Au contraire, rebellez-vous contre ces règles rigides, et prenez des risques…

Prenons un exemple : un jour, j’avais à ma disposition une grande quantité de contenus de qualité pour alimenter un des comptes Twitter dont je m’occupe. Problème de riche, je n’allais pas me plaindre ! Mais je regrettais vraiment de ne pas pouvoir tout publier, sauf à inonder mes followers de publications (ce qui est rarement une bonne idée). Que faire ?

J’ai alors décidé de publier un tweet en pleine nuit, soit l’inverse de tout ce que recommandent les fameuses infographies sur l’heure idéale de publication. J’ai adopté un ton complice de circonstance (« tweet spécial insomniaques »), avec un emoticon de lune. Le lendemain, j’ai constaté que ce message avait contre toute attente obtenu de très bons résultats en termes d’interactions, et même d’impressions.

Pourquoi ? Est-ce parce que les internautes encore debout ont particulièrement apprécié d’être pris en considération ? Est-ce grâce à l’absence totale de concurrence sur ce créneau horaire ? Difficile à dire, mais peu importe : le community manager doit être pragmatique et juger sur les résultats. Depuis, je reproduis régulièrement cette technique, et le succès est souvent au rendez-vous.

La première leçon de cette histoire est que le community manager doit faire preuve d’audace, et toujours penser en dehors des clous. Personne ne peut savoir à votre place ce qu’il faut faire pour plaire à vos lecteurs. Chaque communauté est spécifique, et ses réactions sont imprévisibles. Les lecteurs sont vos seuls juges.

La seconde leçon est l’humilité : vous devez tester des choses nouvelles puis mener une analyse rigoureuse pour voir si elles marchent. Si c’est le cas, tant mieux : vous pourrez reproduire ce succès à l’avenir. Et si c’est un échec ? Rassurez-vous il n’y a pas mort d’homme. Changez votre fusil d’épaule, et testez autre chose. D’ici quelques heures, plus personne ne se souviendra de ce tweet qui a fait un flop.

Mon conseil n’est évidemment pas de tweeter la nuit ! Soyez simplement audacieux, créatif, et surtout assez humble pour admettre qu’un message a échoué et ainsi corriger le tir !

A propos de l’auteur

Samuel Bielka – Community manager freelance et auteur du Guide du community management

Enregistrer